Villers-Sire-Nicole

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Villers-Sire-Nicole
Villers-Sire-Nicole

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Villers-Sire-Nicole Centre.jpg|center|280px|link=|border]]
Villers-Sire-Nicole Centri
[[Fichièr:Blason ville fr Villers-Sire-Nicole (Nord).svg|75px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2016.svg
geolocalizacion
Coordenadas 50° 20′ 27″ N, 4° 00′ 58″ E
Superfícia 8,45 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
142 m
83 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
32
Nauts de França
Departament
59
Nòrd Armas deu Departament de Nòrd
Arrondiment Avesnes-sur-Helpe
Canton Maubeuge-Nord
Intercom
245900956
du Nord Maubeuge
Cònsol Hervé Pourbaix (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Còde postal 59600
Còde INSEE 59627

Villers-Sire-Nicole es una comuna francesa del departament del Nòrd e de la region del Nòrd-Pas de Calais.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

La municipalitat a situat sus la Trouille e forma sus la siá part nòrd, una frontièra amb la Belgica

Tèxte originau de l'article francés

La commune est située sur la Trouille et forme sur sa partie nord, une frontière avec la Belgique==Istòria==

Partida eissida de l'article francés
La tèrra e la distincion

Lo nom Villers-Sire-Nicole ven d'una villa romaine sus lo sieu territòri e del Sire Nicole de Barbançon, lo sieu senhor a Modèl:La s-. Après los Romains, #qu'an daissat los vestigis d'aquela villa e d'un camp romain, los Barbars i passan, temps escur per la siá manca d'escrits. A Modèl:La s-, la tèrra aperten a Santa Aldegonde, #que la arriba per testament al capítol de Maubeuge. Ja a Modèl:La s- de las tèrras a Villers apertenián a la familha Barbançon ; a Modèl:La s-, Nicolas III de Barbençon #venir senhor de Villers e #debutar un nòu linhatge amb de nòvas armas. A ludut #que #donar lo sieu nom a Villers-Sire-Nicole[1]. La distincion passa sovent per eiretatge en d'unas autras familhas : aquelas de Enghien, de Jeumont-Verchin, de Melun, de Espinoit, de Linha. En 1618, la distincion passa en la familha de Nassau-Sieghen e d'ailà al prince de Iranja-Nassau. A la fin de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, lo castèl a vendut, de contunh cap a 1809 es démoli e utilizat coma chantier de pèiras. Qualques vestigis ne demòran[2].

La parròquia

Villare èra una parròquia a Modèl:La s- o abans, e o benefici de la curació aperteniá dempuèi 1186 a la abbaye de Hautmont, #qu'a partir de 1244 e fins a la Revolucion partejava aquel benefici amb lo abbaye de la Thure. La glèisa a #èsser bastida a Modèl:La s- e de restauradas divèrsas fes.

L'ensenhament primari a Villers-Sire-Nicole abans 1789

Englebert de Grez, vicomte de Rouveroy, #fondar, al ermitage sus la près de la Trouille a Modèl:La s-, una carga de écolâtre per l'instruccion dels mainats del veïnat. Un acte de sépulture del 2 de novembre de 1690 remembra lo defalhiment del fraire Gaspard del Bòsc, ermita, écolâtre, a la ermitage de Villers. Nòu écolâtres lududes #succedir fins en 1789. Lo un d'eles, defallit lo 31 de genièr de 1776, èra Jean-François Colson, Senhor de Hec, près de Solre-lo-castèl, ermita, dicha : fraire Jean-Baptiste.

A partir de 1743, epòca #que los registres de l'estat-civil li començan a el a èsser signats, s'obsèrva fòrça pauc de illettrés, las signaturas anóncian quitament una instruccion primària pro avançada. Sus 181 matrimònis, de 1750 a 1790, 27 òmes sonque pas sabon pas signar e 72 femnas. De 1815 a 1826, se compta 61 matrimònis, 18 òmes e 25 femnas signan pas pas, e de 1865 a 1875, 102 matrimònis, 7 òmes e 8 femnas signan pas pas.

Las bastissas del ermitage existissián en 1878 dins l'estat de granja[3],[4].

De la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle a Modèl:La s-

A Modèl:La s-, lo vilatge coneis lo sieu apogée economic mercés a la preséncia de la Trouille, #que fasiá virar dos molins a farina e un molin a òli, una scierie de marbre, dos forgis, una enclumerie e una filature[3]. La populacion arribada a un maximal de 1 400 abitants cap a 1880. Lo projècte d'un camin de fèrre pren forma. Villers-Sire-Nicole ven lo ponch de sortida, de 1896 a 1951, de la linha a écartement métrique de la Companhiá del Camin de fèrre de Maubeuge a Villers-Sire-Nicole. Lo recorregut d'unitat|13|km {{}} amb 11 estancadas preniá 52 minutas. A #èsser declarada d'utilitat publica lo 12 d'agost de 1893 egalament. Lo bastiment de la linha coneguda jol nom de tren de Villers a confiat a Alfred Lambert, un enginhèr civil de París. La linha démarre de Maubeuge dempuèi las fabricas "Sculfort & Fockedey" , dessert Mairieux, Bersillies, e Villers Sire Nicole. La màger part del recorregut llom la RN49 de contunh la RN2, de contunh la rota cap a Mairieux[5].

A Modèl:La s-, Villers-Sire-Nicole sòrt pas pas indemne de las guèrras mondialas : lo monument als mòrtes en testifica. Lo pòble, en signe d'esperança, i a apondut un monument per las fòrças de la Patz. Lo déclin de las indústrias de caractèr artesanal e lo dépeuplement general de la campanha a tanben tocat Villers-Sire-Nicole, #qu'a dintrat en la s-|XXI|e}} amb mens de 1 000 abitants.

Tèxte originau de l'article francés
La terre et la seigneurie

Le nom Villers-Sire-Nicole vient d'une villa romaine sur son territoire et du Sire Nicole de Barbançon, son seigneur au Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle. Après les Romains, qui ont laissé les vestiges de cette villa et d'un camp romain, les Barbares y passent, temps obscur par son manque d'écrits. Au Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, la terre appartient à Sainte Aldegonde, qui la passe par testament au chapitre de Maubeuge. Déjà au Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle des terres à Villers appartenaient à la famille Barbançon ; au Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, Nicolas III de Barbençon devint seigneur de Villers et débuta une nouvelle lignée avec de nouvelles armes. C’est lui qui donna son nom à Villers-Sire-Nicole[6]. La seigneurie passe souvent par héritage en d'autres familles : celles d'Enghien, de Jeumont-Verchin, de Melun, d'Espinoit, de Ligne. En 1618, la seigneurie passe dans la famille de Nassau-Sieghen et de là au prince d'Orange-Nassau. À la fin du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, le château est vendu, puis vers 1809 il est démoli et utilisé comme chantier de pierres. Quelques vestiges en restent[7].

La paroisse

Villare était une paroisse au Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle ou avant, et le bénéfice de la cure appartenait dès 1186 à l'abbaye d'Hautmont, qui à partir de 1244 et jusqu'à la Révolution partageait ce bénéfice avec l'abbaye de la Thure. La glèisa a été construite au Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle et restaurée plusieurs fois.

L'enseignement primaire à Villers-Sire-Nicole avant 1789

Englebert de Grez, vicomte de Rouveroy, fonda, à l'ermitage sur le bord de la Trouille au Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, une charge d'écolâtre pour l'instruction des enfants du voisinage. Un acte de sépulture du 2 novembre 1690 rappelle le décès du frère Gaspard du Bois, ermite, écolâtre, à l'ermitage de Villers. Neuf écolâtres lui succédèrent jusqu'en 1789. L'un d'eux, décédé le 31 janvier 1776, était Jean-François Colson, Seigneur d'Hec, près de Solre-le-château, ermite, dit : frère Jean-Baptiste.

À partir de 1743, époque à laquelle les registres de l'état-civil commencent à être signés, on remarque très peu d'illettrés, les signatures annoncent même une instruction primaire assez avancée. Sur 181 mariages, de 1750 à 1790, 27 hommes seuls ne savent pas signer et 72 femmes. De 1815 à 1826, on compte 61 mariages, 18 hommes et 25 femmes ne signent pas, et de 1865 à 1875, 102 mariages, 7 hommes et 8 femmes ne signent pas.

Les bâtiments de l'ermitage existaient en 1878 à l'état de ferme[3],[8].

Du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle au Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle

Au Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, le village connaît son apogée économique grâce à la présence de la Trouille, qui faisait tourner deux moulins à farine et un moulin à huile, une scierie de marbre, deux forges, une enclumerie et une filature[3]. La population atteint un maximum de 1 400 habitants vers 1880. le projet d'un chemin de fer prend forme. Villers-Sire-Nicole devient le point de départ, de 1896 à 1951, de la ligne à écartement métrique de la Compagnie du Chemin de fer de Maubeuge à Villers-Sire-Nicole. Le parcours de 13 km avec 11 arrêts prenait 52 minutes. Elle a été déclarée d'utilité publique le 12 août 1893 également. La construction de la ligne connue sous le nom de train de Villers est confiée à Alfred Lambert, un ingénieur civil de Paris. La ligne démarre de Maubeuge depuis les usines "Sculfort & Fockedey" , dessert Mairieux, Bersillies, et Villers Sire Nicole. La majeure partie du parcours longe la RN49 puis la RN2, puis la route vers Mairieux[9].

le train de Villers

Au Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, Villers-Sire-Nicole ne sort pas indemne des guerres mondiales : le monument aux morts en témoigne. Le village, en signe d'espoir, y a ajouté un monument pour les forces de la Paix. Le déclin des industries de caractère artisanal et le dépeuplement général de la campagne a aussi touché Villers-Sire-Nicole, qui est entré dans le Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle avec moins de 1 000 habitants.

Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Hervé Pourbaix    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
720 847 898 1 172 1 313 1 329 1 362 1 363 1 373
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 382 1 290 1 334 1 350 1 321 1 406 1 414 1 288 1 215
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 267 1 330 1 328 1 078 1 245 1 232 1 222 1 108 1 125
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 206
1 179
1 081
1 029
1 024
956
970
972
977
2009 2010
991
1 011
995
1 006
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. La pairie de Barbençon sul luòc del Cercle Heraldus Monds
  2. sieu+costat&id=IckWAAAAQAAJ#v=onepage&q&f=false Zéphyr-Joseph Piérart, Investigacions istoricas sus Maubeuge e lo sieu costat, e las municipalitats limitrophes, amb nòtas suls pòbles del anciana prévôté d'aquela vila, èca., 1851
  3. 3,0, 3,1, 3,2 et 3,3 Zéphyr-Joseph Piérart, op.cit. 1851 Error de citacion : Balise <ref> non valide ; le nom « Pi.C3.A9rart » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  4. Istòria de l'ensenhament primari en las municipalitats #qu'an format lo departament del Nòrd del Sr. Lo comte de Fontaine de Resbecq - 1878
  5. FACS
  6. La pairie de Barbençon sur le site du Cercle Heraldus Mons
  7. Zéphyr-Joseph Piérart, Recherches historiques sur Maubeuge et son canton, et les communes limitrophes, avec des notes sur les villages de l'ancienne prévôté de cette ville, etc., 1851
  8. Histoire de l'enseignement primaire dans les communes qui ont formé le département du Nord par M. le comte de Fontaine de Resbecq - 1878
  9. FACS