Chéreng

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Chéreng
Chéreng

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Chereng-01.jpg|center|280px|link=|border]]
[[Fichièr:Blason Chereng 59.svg|75px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2016.svg
geolocalizacion
Coordenadas 50° 36′ 41″ N, 3° 12′ 19″ E
Superfícia 4,18 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
47 m
23 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
32
Nauts de França
Departament
59
Nòrd Armas deu Departament de Nòrd
Arrondiment Lille
Canton Lannoy
Intercom
245900410
de Lille Métropole
Cònsol Pascal Zoute-2008-2014 (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Chérengeois (en francés)
Còde postal 59152
Còde INSEE 59146

Chéreng es una comuna francesa del departament del Nòrd e de la region del Nòrd-Pas de Calais.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés
Chéreng En lo sieu costat e lo sieu arrondissement
Tèxte originau de l'article francés
Chéreng dans son canton et son arrondissement

.

Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Sens preténer far remontar aquel vilatge a una fòrça anautita antiquitat, vertat es[ref. necessària] #que parteja, vist la siá posicion, las originas de Pont-a-Tressin. En un títol del abbaye de Cysoing citat pel savi Mirœvos, aquel luòc se nomena Ceren en 1164. Una charte d'aquel meteis monastèri de 1195 lududes dona lo nom de Cheren. En 1261, un cartulaire de Loos la truca Chérench #que ven Chierench en 1325, segon un manuscrit de sant Nicolas de Lille.

L'autar de Chéreng a donat, dempuèi 1145, al abbaye per Honorins[ref. necessària], avesque de #Virar, e la siá primièra forma lududes ven justament de la confirmation d'aquela donation facha per Gérard, successor de Honorins[ref. necessària].

Segon Legroux{{#que}}, « Coma Philippe de Valís, rei de França, i èra arribat lo pont l'an 1340, s'es donat en aquel luòc dels escarmouches de tempses en tempses entre qualques deslligaments e aquela dels Angleses, Liégeois e de Flamencs ». Segon Buzelin{{#que}}, « En aquela part de la Pévèle, dicha-el, ont flueix la Marca, se tròba Chéreng. Es ailà #que se vei lo pont de Chéreng, vulgairement lo Pont-a-Tressin, se freqüentat per #çò que van a Lille o a Tournay. »

Quand en 1340, Philippe de Valís acampa a Bouvines amb la siá armada, a doas fes los Angleses e los Flamencs #far un atac per aquel pont. Vòlon refusar al delà de la Marca la posteriora-guarda del camp francés. A doas recuperacions, aquel pont es lo teatre de combats intenss. Los soldats de l'Enaut en cap, gaireben totes nòbles e de bon ostal, en aprofechant d'una nuèch escura, passan per ailà e estonan a la improviste las tropas del rei de Bohème e de l'avesque de Suro. Mas Rodernaque{{#que}}, òme d'illustra naissença, en tornant de guarda amb los sieus soldats, los percep e l'atac vivament. N'aucís un tal nombre que la rèsta li cal retrocedir de l'autre costat del pont. Aqueles son gaireben totes aucits perque los Liégeois #que venon de fourrager atacan lo flanc dels fuyards. Qualques nòbles alemands an pauc après mai d'astre : travèrsan lo pont en mai grand nombre per atacar los Franceses, seguits per Jean d'Enaut e un cèrt nombre de chevaliers flamencs. Daissan, per s'assegurar lo passatge del pont, una pichona posteriora-guarda. Alavetz, provòcan Charles de Montmorency e lo marques de Saulieu per una astúcia de guèrra, fingint la temor e la fugida, atrason Charles de Montgomery près del Pont e desfàn la siá armada.

En 1427, Louis XI envia de fòrças per defendre #Virar e lo vilatge a ocupat militairement. La vila de #Virar es alavetz assiégée per Adolphe de Egmont, pòrti de Gueldres, #que i aurà aucit en una sortida.

En 1521, lo comte de Massau, en comandant l'armada de l'emperaire Charles Quint, arriba amb los Espanhòls per conquistar la capitala del Tournaisis. Los marges de la Marca recebon la visita dels soldats, e lo pont, lo un dels quatre del Mélantois, recep de tropas per o gardar. Los hérétiques, pas mai que los soldats, se faràn pas fauta d'i quitar de las traces de lo sieu passatge en 1566. Avián comeses d'òc grands parrabastatges a #Virar, #que pòdon pas négliger d'empénher la siá carrièra fins a Chéreng.

Denis Camin, ministre e cap dels Gueux en 1566, es los fils del maréchal de Chéreng. Al mes de decembre arriba un paure òme de la vila de Lille per veire lo camp dels Gueux situat près de ruïnes de la abbaye de Sant-Maur. Preses per un espion e interrogat sus aquel #que ven far, sap pas mai que respondre. Denis Camin lo condemna a èsser penjat a la fenèstra de la siá cambra. Quand puja a l'escalièr, lo prédicant lududes demanda se vòl èsser Gueux, aquel #que lududes salvariá la vida. Respond « òc ». Mas los unes autres Gueux en tement #que demòra pas papiste desiran o aucir. Lo condemnat s'adreça a Dieu e a la Vèrge, e morís sens autra causa de condemna #qu'una carta de lo sieu curé #que va de lududes.

Tèxte originau de l'article francés

Sans prétendre faire remonter ce village à une très haute antiquité, il est certain[ref. necessària] qu’il partage, vu sa position, les origines de Pont-à-Tressin. Dans un titre de l’abbaye de Cysoing cité par le savant Mirœus, ce lieu se nomme Ceren en 1164. Une charte de ce même monastère de 1195 lui donne le nom de Cheren. En 1261, un cartulaire de Loos l'appelle Chérench qui devient Chierench en 1325, selon un manuscrit de saint Nicolas de Lille.

L'autel de Chéreng est donné, dès 1145, à l’abbaye par Honorins[ref. necessària], évêque de Tournai, et sa première forme lui vient précisément de la confirmation de cette donation faite par Gérard, successeur d’Honorins[ref. necessària].

Selon LegrouxModèl:Qui, « Comme Philippe de Valois, roi de France, était passé le pont en 1340, il s’est donné en ce lieu des escarmouches de temps en temps entre quelques détachements et celle des Anglais, Liégeois et Flamands ». Selon BuzelinModèl:Qui, « Dans cette partie de la Pévèle, dit-il, où coule la Marque, se trouve Chéreng. C’est là qu’on voit le pont de Chéreng, vulgairement le Pont-à-Tressin, si fréquenté par ceux qui vont à Lille ou à Tournay. »

Lorsqu’en 1340, Philippe de Valois campe à Bouvines avec son armée, à deux fois les Anglais et les Flamands firent une attaque par ce pont. Ils veulent repousser au-delà de la Marque l’arrière-garde du camp français. À deux reprises, ce pont est le théâtre de combats intenses. Les soldats du Hainaut en tête, presque tous nobles et de bonne maison, profitant d’une nuit obscure, passent par là et surprennent à l’improviste les troupes du roi de Bohème et de l’évêque de Liège. Mais RodernaqueModèl:Qui, homme d’illustre naissance, revenant de garde avec ses soldats, les aperçoit et les attaque vivement. Il en tue un tel nombre que le reste doit reculer de l’autre côté du pont. Ceux-là sont presque tous tués parce que les Liégeois qui viennent de fourrager attaquent le flanc des fuyards. Quelques nobles allemands ont peu après plus de chance : ils traversent le pont en plus grand nombre pour attaquer les Français, suivis par Jean de Hainaut et un certain nombre de chevaliers flamands. Ils laissent, pour s’assurer le passage du pont, une petite arrière-garde. Alors, ils provoquent Charles de Montmorency et le marquis de Saulieu par une ruse de guerre, feignant la crainte et la fuite, ils attirent Charles de Montgomery près du Pont et défont son armée.

En 1427, Louis XI envoie des forces pour défendre Tournai et le village est occupé militairement. La ville de Tournai est alors assiégée par Adolphe d'Egmont, duc de Gueldres, qui sera tué dans une sortie.

En 1521, le comte de Massau, commandant l’armée de l’empereur Charles Quint, arrive avec les Espagnols pour conquérir la capitale du Tournaisis. Les rives de la Marque reçoivent la visite des soldats, et le pont, l’un des quatre du Mélantois, reçoit des troupes pour le garder. Les hérétiques, pas plus que les soldats, ne se feront faute d’y laisser des traces de leur passage en 1566. Ils avaient commis de si grands désordres à Tournai, qu’ils ne peuvent pas négliger de pousser leur course jusqu’à Chéreng.

Denis Chemin, ministre et chef des Gueux en 1566, est le fils du maréchal de Chéreng. Au mois de décembre arrive un pauvre homme de la ville de Lille pour voir le camp des Gueux situé près des ruines de l’abbaye de Saint-Maur. Pris pour un espion et interrogé sur ce qu’il vient faire, il ne sait que répondre. Denis Chemin le condamne à être pendu à la fenêtre de sa chambre. Quand il monte à l’échelle, le prédicant lui demande s’il veut être Gueux, ce qu’il lui sauverait la vie. Il répond « oui ». Mais les autres Gueux craignant qu'il ne reste papiste souhaitent le tuer. Le condamné s’adresse à Dieu et à la Vierge, et meurt sans autre cause de condamnation qu’une lettre de son curé qu’il porte sur lui.

Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Pascal Zoute-2008-2014    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
830 860 926 1 107 1 302 1 295 1 291 1 290 1 312
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 395 1 429 1 431 1 442 1 461 1 391 1 384 1 442 1 474
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 618 1 558 1 576 1 515 1 570 1 613 1 633 1 587 1 768
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 801
1 811
1 828
1 991
2 634
2 930
3 020
3 033
3 046
2009 2010
3 023
3 084
3 014
3 077
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]