Bousignies-sur-Roc

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Bousignies-sur-Roc
Bousignies-sur-Roc

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Bousignies-sur-Roc (Nord, Fr) mairie.jpg|center|280px|link=|border]]
La comuna
[[Fichièr:Blason ville fr Bousignies-sur-Roc (Nord).svg|75px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2016.svg
geolocalizacion
Coordenadas 50° 15′ 51″ N, 4° 10′ 58″ E
Superfícia 12,14 km²
Altituds
 · Maximala
 · Mejana
 · Minimala
 
224 m
160 m m
130 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
32
Nauts de França
Departament
59
Nòrd Armas deu Departament de Nòrd
Arrondiment Avesnes-sur-Helpe
Canton Solre-le-Château
Intercom
245900980
frontalières du Nord - Est Avesnois
Cònsol Daniel Massart (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici (en francés)
Còde postal 59149
Còde INSEE 59101

Bousignies-sur-Roc es una comuna francesa del departament del Nòrd e de la region Nòrd-Pas de Calais. Sa populacion en 2014 .

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

thumb|left|Vist del pòble Comuna del Enaut francés, situada en una fòrça coriosa posicion termierèra : 70 % de la municipalitat a environat per la frontièra bèlga, sèt rotas carrossables connèctan lo vilatge a las siás municipalitats vesinas, una sòla condusida dins lo vilatge francés de Cousolre, los 6 autras pòrtan a Belgica e lo pòble es francés !!!. A environat de bòsques recorreguts per camins de douaniers. Possedís una carrièra de calcaire (Dhordain), #que la sola intrada n'es a Belgica, a Bersillies-la Abbaye. Del costat oèst, la frontièra bèlga seguís la Thure, #çò que la ret sinueuse.

Tèxte originau de l'article francés
Vue du village

Commune du Hainaut français, située dans une très curieuse position frontalière : 70 % de la commune est entourée par la frontière belge, sept routes carrossables relient le village a ses communes voisines, une seule conduit au village français de Cousolre, les 6 autres emmènent en Belgique et le village est français !!!. Elle est entourée de bois parcourus par des chemins de douaniers. Elle possède une carrière de calcaire (Dhordain), dont la seule entrée est en Belgique, à Bersillies-l'Abbaye. Du côté ouest, la frontière belge suit la Thure, ce qui la rend sinueuse.

Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Bousignies Sus Calhau #èsser en principi una part de la municipalitat de Cousolre. De contunh #venir una municipalitat a despart entièra apertenenta al capítol de las Madamas Chanoinesses de Maubeuge.

I aguèt ligat a la França, al meteis temps #que Maubeuge en lo moment del tractat de Nimègue (1677).

Gaireben totalament enclavé a Belgica, lo sieu territòri #far l'objècte d'una demanda d'escambi per l'Àustria en lo moment del tractat de Ryswick #que #conéisser una sortida estranha e inedita.
En lo moment de las Convencions de Limits de 1699, en fasent continuament al tractat de Ryswick, en volent sécuriser la rota estrategica de Monds a Beaumont #que pren egalament Chimay, l'Àustria #demandar la cession del pòble de Bousignies-sus-Calhau en escambi d'aquel de Bersillies-lo Abbaye.
L'argument austrian aviá al fach que la rota en question jouxtait practicament la frontièra a nautor del bòsc de la Granda Comagne, cara a Thirimont. L'Àustria sosteniá qu'aquela proximitat permetiá a la França de talhar aquela rota estrategica a tot moment en massant de las tropas en lo bòsc de la Granda Comagne.
L'Àustria i aviá ja obtengut précédemment, en escambi de Rousies, Ferrière-la-Granda e Ferrière-la-Pichona, los pòbles de Givry, de Montignies-Sant-Christophe, de Freqüentis e de Wihéries aital coma la Cense de la Neuville a Solre-sus-Sambre ; aqueles pòbles, alavetz franceses, talhavan efectivament la rota de Monds a Beaumon.
En lo cas de Bousignies-sus-Calhau, la França refusa la demanda austriana amb un argument pro inesperat. Los negociadors franceses #remembrar #que dins lo cas de conflicte, los pòbles termierèrs lor caliá porgir a las armadas los cavals e carretes necessàrias als sieus besonhs (lo ancià ost de la Mièja Edat). Un comptage #mostrar que lo pòble de Bousignies-sus-Calhau comptava doas fes mai cavals #qu'aquel de Bersillies-lo Abbaye.
L'escambi veniá alavetz inequitable[1].

  • Pel continuament, Bousignies-sus-Calhau #conéisser una massacre, lo 15 de mai de 1940, pendent lo èxode de Bèlgas. Una escadrille de stukas alemanda #bombardar e #metrallar en punchat una colomna de refugiats bèlgas en la Còsta de Gérard-Crei e #far 82 mòrts, totes civils e totes bèlgas.

Bousignies-Sus-Calhau es tanben lo darrièr pòble de l'Enaut francés a aver-i agut, sus lo sieu territòri, una enclave dels Païses-Basses austrians : la tèrra del Culot del Bòsc ligat a la municipalitat al moment del tractat de Courtrai (1827).

La municipalitat a coma autre particularité de possedir, sus lo sieu territòri, una "font pétrifiante" ; en fach, una font naturalament saturada en carbonate de chaux

Tèxte originau de l'article francés

Bousignies sur Roc fut d'abord une partie de la commune de Cousolre. Puis devint une commune à part entière appartenant au chapitre des Dames Chanoinesses de Maubeuge.

Il fut rattaché à la France, en même temps que Maubeuge lors du traité de Nimègue (1677).

Presque totalement enclavé en Belgique, son territoire fit l'objet d'une demande d'échange par l'Autriche lors du traité de Ryswick qui connut une issue étrange et inédite.
Lors des Conventions de Limites de 1699, faisant suite au traité de Ryswick, voulant sécuriser la route stratégique de Mons à Beaumont qui rejoint également Chimay, l’Autriche demanda la cession du village de Bousignies-sur-Roc en échange de celui de Bersillies-l’Abbaye.
L’argument autrichien tenait au fait que la route en question jouxtait pratiquement la frontière à hauteur du bois de la Grande Comagne, face à Thirimont. L’Autriche soutenait que cette proximité permettait à la France de couper cette route stratégique à tout moment en massant des troupes dans le bois de la Grande Comagne.
L’Autriche avait déjà obtenu précédemment, en échange de Rousies, Ferrière-la-Grande et Ferrière-la-Petite, les villages de Givry, de Montignies-Saint-Christophe, de Hantes et de Wihéries ainsi que la Cense de la Neuville à Solre-sur-Sambre ; ces villages, alors français, coupaient effectivement la route de Mons à Beaumon.
Dans le cas de Bousignies-sur-Roc, la France refusa la demande autrichienne avec un argument assez inattendu. Les négociateurs français rappelèrent qu’en cas de conflit, les villages frontaliers devaient fournir aux armées les chevaux et charrettes nécessaires à leurs besoins (l’ancien ost du Moyen Âge). Un comptage montra que le village de Bousignies-sur-Roc comptait deux fois plus de chevaux que celui de Bersillies-l’Abbaye.
L’échange devenait alors inéquitable[2].

  • Par la suite, Bousignies-sur-Roc connut un massacre, le 15 mai 1940, durant l'exode de Belges. Une escadrille de stukas allemands bombarda et mitrailla en piqué une colonne de réfugiés belges dans la Côte de Gérard-Croix et fit 82 morts, tous civils et tous belges.

Bousignies-sur-Roc est aussi le dernier village du Hainaut français à avoir eu, sur son territoire, une enclave des Pays-Bas autrichiens : la terre du Culot du Bois rattachée à la commune au moment du traité de Courtrai (1827).

La commune a comme autre particularité de posséder, sur son territoire, une "source pétrifiante" ; en fait, une source naturellement saturée en carbonate de chaux

Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Daniel Massart    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
351 341 502 593 624 635 620 617 591
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
621 666 694 763 800 810 766 727 695
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
606 584 595 547 588 557 533 508 510
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
540
526
531
503
401
410
395
398
409
2009 2010
421
431
432
442
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. de Fonts : CONSIDERATIONS SUL MEMOIRE DEL MARQUES DE MONTEYNARD - 26 de mai 1772 - Depaus del servici istoric del ministèri de la Guèrra - A 2 -
  2. Sources : CONSIDERATIONS SUR LE MEMOIRE DU MARQUIS DE MONTEYNARD - 26 mai 1772 - Dépôt du service historique du ministère de la Guerre - A 2 -