Grand-Fort-Philippe

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Grand-Fort-Philippe
Grand-Fort-Philippe

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Mairie de Grand-Fort-Philippe.JPG|center|280px|link=|border]]
Comuna, bastida l'an 1897, luòc Joseph Leprêtre
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2016.svg
geolocalizacion
Coordenadas 50° 59′ 55″ N, 2° 06′ 36″ E
Superfícia 3,13 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
10 m
3 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
32
Nauts de França
Departament
59
Nòrd Armas deu Departament de Nòrd
Arrondiment Dunkerque
Canton Gravelines
Intercom
245900428
de Dunkerque Grand Littoral
Cònsol Joël Demazières (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Grand-Fort-Philippois (en francés)
Còde postal 59153
Còde INSEE 59272

Grand-Fort-Philippe es una comuna francesa del departament del Nòrd e de la region del Nòrd-Pas de Calais.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés
Tèxte originau de l'article francés

Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Malgrat la siá joenessa communale, la localizacion d'aquela pichona vila a #èsser fòrça rapidament ocupat, dempuèi alavetz que las tèrras an avançat cap a la mar. Es en 1635/38 que los Espanhòls creusent un canal actiu de Gravelines cap a la mar del Nòrd. E, a la localizacion dicha de la "Flaque als Espanhòls", bastisson a l'oèst una labor fortificada en forma de banha e a l'èst un pichon bastion, per protegir lo écluse, l'ensems en prenent lo nom de "Fort Sant-Philippe". Pendent l'ivèrn 1638, los Franceses destruisson lo écluse de la mar e la defensa del chenal a abandonat per las forces de militars. La proteccion naturala del disi contra las anautitas marées a l'oèst e l'avançada de las montilhas permet l'aparicion de qualques chaumières agricòlas. Lo fòrt Philippe es vengut francés lo 7 de novembre de 1659, per la signatura del tractat dels Pirenèus, entre la França e la Espanha.

En 1740, Louis XV decidís de reprene los trabalhs de creusement del canal. Lo ensablement progressiu a l'èst provòca la sortida de qualques marines pescadors "de las Barracas", per s'installar a l'oèst de "detlo Habe" (comprene : havre). Es aital coma nascan "las Barracas del Fort- Philippe". Tot a la longitud del XVIIIe sègle, la populacion crei regularament, per arribar en 1785 a 20 caps de familha en practicant la persec : Agez, Creton, Daubercourt, Dollet (o Daullé), Dubois, Fournier, Lamour, Lefebvre, Lemaire, Noyel, Plachaux, Potier, Wadoux.

Al començament del XIXe sègle, lo problèma del educacion a mes e Marc Finot llaura una classa #qu'a oficialitzat en 1811. L'intrada de las tèrras en essent suprimida en 1864, l'escòla ven payante. Sus una iniciativa dels mèstres de persec, una col·lecta a organizat en genièr 1876 per aquerir un ostal en permetent l'ampliament de la escòla. Es tanben, continuament a una souscription del Fòrt-Philippois e mercés a la ténacité del Chanoine Jacques Masselis, que la primièra pèira de la glèisa a mes lo 1er en octòbre 1860 e dubèrta al culte dos ans mai tard. Los marines ne faràn don dins la vila l'an 1865. La populacion se multiplica per 6 l'an 75 ans malgrat doas epidèmias de choléra en 1849 e 1866 #que donaràn respectivament 59 e 75 defalhiment.


L'autonomia de Grand-Fort-Philippe a reclamat a tres recuperacions en 1848 e 1862, mas es aquela del 22 de febrièr 1881 #qu'a acceptat per aprobacion del conselh municipal de Gravelines, alavetz dirigit pel cònsol Demarle-Fétel, e per decrèt en data del 15 de julhet de 1883, e meses n'aplicacion lo 1er en genièr 1884. Lo 27 de genièr, lo conselh municipal, #qu'a #èsser elegit lo 13, s'amassa per l'eleccion del primièr cònsol de la comuna; es Charles Eugène Carney #qu'a designat, del temps que Joseph Leprêtre a elegit Adjunt al Cònsol. Per aqueles primièrs elegits tot es a far. Los recorses municipales son las taxas récoltées sus las intradas de las merças dins lo vilatge (concession), mas lo problèma mai grèu rèsta la insalubrité. N'efièch, Grand-Fort-Philippe a pas escapat a cap de epidèmias de choléra (en 1892 i a encara 35 defalhiment suls 80 cases), e cal esperar 2 a 3 ans per veire la dubertura de trabalhs de assainissement.

Es a aquela epòca que l'identitat locala de Grand-Fort-Philippe se forja a partir de lo sieu patois en principi, un patois d'origina picarde matiné de tèrmes maritims, #que permet de se diferenciar de las gents "de la vila" (de Gravelines, vila flamenca) mas tanben de las siás costums e de las siás practicas alimentaires viradas cap a la conservacion del peis.

Per pallier l'efectiu creissent de l'escòla publica, la abbé Haan, Curé de la parròquia, convenç qualques personas charitables de crompar l'anciana sala de bal per ne far doas salas de classas. En setembre 1889, l'escor St Paul llaura las siás pòrtas amb a la siá direccion la Sœurs de Sant Paul de Chartres. Totas las municipalités #que se succediguèron pendent la primièra mitat del XXe sègle auràn coma objectius de desvolopar la produccion de persec, l'educacion dels joves Philippois e lo assainissement de las carrièras. Malgrat las desparièras desgràcias #que s'abaton sus aquel bourg : 1888 e 1895 ans #negres pels pescadors, la Granda Guèrra #que fa 138 soldats mòrts per la França e la crisi dels ans 1930 #qu'elimina l'activitat maritima de las Islandais. Pendent la segonda guèrra mondiala, la vila es paissièra pels Alemands, après una jornada de resisténcia al luòc-dich "Lo Pòrc Negre". Grand-Fort-Philippe a liberat lo 7 de setembre de 1944 per las tropas canadiennes. Las gents del Grand-Fòrt an totjorn facha cara amb coratge e solidarité a totas aquelas tempèstas.


Tèxte originau de l'article francés

Malgré sa jeunesse communale, l'emplacement de cette petite ville a été très vite occupé, dès lors que les terres ont avancé vers la mer. C'est en 1635/38 que les Espagnols creusent un canal allant de Gravelines vers la mer du Nord. Et, à l'emplacement dit de la "Flaque aux Espagnols", ils construisent à l'ouest un ouvrage fortifié en forme de corne et à l'est un petit bastion, pour protéger l'écluse, l'ensemble prenant le nom de "Fort Saint-Philippe". Pendant l'hiver 1638, les Français détruisent l'écluse de la mer et la défense du chenal est abandonnée par les forces militaires. La protection naturelle de la digue contre les hautes marées à l'ouest et l'avancée des dunes permet l'apparition de quelques chaumières agricoles. Le fort Philippe est devenu français le 7 novembre 1659, par la signature du traité des Pyrénées, entre la France et l'Espagne.

En 1740, Louis XV décide de reprendre les travaux de creusement du canal. L'ensablement progressif à l'est provoque le départ de quelques marins pêcheurs "des Huttes", pour s'installer à l'ouest de "l'Habe" (comprendre : havre). C'est ainsi que naissent "les Huttes du Fort- Philippe". Tout au long du XVIIIe siècle, la population croit régulièrement, pour arriver en 1785 à 20 chefs de famille pratiquant la pêche : Agez, Creton, Daubercourt, Dollet (ou Daullé), Dubois, Fournier, Lamour, Lefebvre, Lemaire, Noyel, Plachaux, Potier, Wadoux.

Au début du XIXe siècle, le problème de l'éducation est posé et Marc Finot ouvre une classe qui est officialisée en 1811. Le revenu des terres étant supprimé en 1864, l'école devient payante. Sur une initiative des maîtres de pêche, une collecte est organisée en janvier 1876 pour acquérir une maison permettant l'agrandissement de l'école. C'est aussi, suite à une souscription des Fort-Philippois et grâce à la ténacité du Chanoine Jacques Masselis, que la première pierre de l'église est posée le 1er octobre 1860 et ouverte au culte deux ans plus tard. Les marins en feront don à la ville en 1865. La population se multiplie par 6 en 75 ans malgré deux épidémies de choléra en 1849 et 1866 qui donneront respectivement 59 et 75 décès.


L'autonomie de Grand-Fort-Philippe est réclamée à trois reprises en 1848 et 1862, mais c'est celle du 22 février 1881 qui est acceptée par approbation du conseil municipal de Gravelines, alors dirigé par le maire Demarle-Fétel, et par décret en date du 15 juillet 1883, et mis en application le 1er janvier 1884. Le 27 janvier, le conseil municipal, qui a été élu le 13, se réunit pour l'élection du premier maire de la commune; c'est Charles Eugène Carney qui est désigné, alors que Joseph Leprêtre est élu Adjoint au Maire. Pour ces premiers élus tout est à faire. Les ressources municipales sont les taxes récoltées sur les entrées des marchandises dans le village (octroi), mais le problème le plus grave reste l'insalubrité. En effet, Grand-Fort-Philippe n'a échappé à aucune épidémies de choléra (en 1892 il y a encore 35 décès sur les 80 cas), et il faut attendre 2 à 3 années pour voir l'ouverture de travaux d'assainissement.

C'est à cette époque que l'identité locale de Grand-Fort-Philippe se forge à partir de son patois d'abord, un patois d'origine picarde matiné de termes maritimes, qui permet de se différencier des gens "del ville" (de Gravelines, ville flamande) mais aussi de ses coutumes et de ses pratiques alimentaires tournées vers la conservation du poisson.

Pour pallier l'effectif grandissant de l'école publique, l'abbé Haan, Curé de la paroisse, convainc quelques personnes charitables d'acheter l'ancienne salle de bal pour en faire deux salles de classes. En septembre 1889, l'école St Paul ouvre ses portes avec à sa direction les Sœurs de Saint Paul de Chartres. Toutes les municipalités qui vont se succéder pendant la première moitié du XXe siècle auront comme objectifs de développer la production de pêche, l'éducation des jeunes Philippois et l'assainissement des rues. Malgré les différents malheurs qui s'abattent sur ce bourg : 1888 et 1895 années noires pour les pêcheurs, la Grande Guerre qui fait 138 soldats morts pour la France et la crise des années 1930 qui élimine l'activité maritime des Islandais. Durant la seconde guerre mondiale, la ville est prise par les Allemands, après une journée de résistance au lieu-dit "Le Cochon Noir". Grand-Fort-Philippe est libérée le 7 septembre 1944 par les troupes canadiennes. Les gens du Grand-Fort ont toujours fait face avec courage et solidarité à toutes ces tourmentes.


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Joël Demazières    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png


1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
- - - - - - 2 641 2 842 3 029
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 259 3 502 3 550 3 387 3 535 3 688 3 730 3 792 4 140
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
4 662
4 712
5 880
6 611
6 477
6 078
5 582
5 606
5 546
2009 2010
5 491
5 563
5 434
5 506
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]