Quiévrechain

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Quiévrechain
Quiévrechain

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Defaut.svg|center|280px|link=|border]]
[[Fichièr:Blason de la ville de Quiévrechain (59) Nord-France.svg|75px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2016.svg
geolocalizacion
Coordenadas 50° 23′ 46″ N, 3° 40′ 04″ E
Superfícia 4,71 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
118 m
24 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
32
Nauts de França
Departament
59
Nòrd Armas deu Departament de Nòrd
Arrondiment Valenciennes
Canton Valenciennes-Est
Intercom
245901160
de Valenciennes Métropole
Cònsol Michel Lefebvre (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Còde postal 59920
Còde INSEE 59484

Quiévrechain es una comuna francesa del departament del Nòrd e de la region del Nòrd-Pas de Calais.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Pichona vila situada a 15 km al nòrd-es de Valencianas, termierèra amb la Belgica, a 20 km de Mos, e cara dins la vila gaireben-homonyme de Quiévrain. Quiévrechain Fa partida del territòri del Parc natural regional de Scarpe e del Escaut.

Tèxte originau de l'article francés

Petite ville située à 15 km au nord-est de Valenciennes, frontalière avec la Belgique, à 20 km de Mons, et face à la ville quasi-homonyme de Quiévrain. Quiévrechain fait partie du territoire du Parc naturel régional de Scarpe et de l’Escaut.

Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

En 636, lo rei Dagobert concéda a sant Landelin, fraire bénédictin, de las tèrras situadas a Crespin, per la fondacion d'una abbaye de lo sieu òrdre : Quiévrechain a la siá origina d'aquela abbaye.

En 820, mens de dos sègles mai tard, lo rei Lothaire 1er #concedir als fraires de Crespin, un cèrt luòc-dich : Kiévrechin. Los fraires i #bastir una modèsta capèla. Cremada l'an 881, #èsser reconstruite l'an 900.

Lo pòble, agropat a l'entorn de la siá pichona glèisa (a la localizacion actuala de la glèisa Santa-Martin), se desvoloparà mai rapidament qu'aquel de Crespin. A la 12en sègle, Quiévrechain #èsser la parròquia maire de Crespin.

A partir de la XIVen sègle, la pichona glèisa Sant-Martin a patit de nombrosas transformacions per respondre als besonhs del pichon vilatge #que s'estend de mai en mai cap a Blanc-Misseron.

Lo castèl i aguèt cremat l'an 1426 per la garnison del Quesnoy.

Dempuèi 1713, data de la division de l'Enaut, en Enaut imperial e Enaut Francés, Quiévrechain aviá per papièr central de servir de barrièra douanière.

La frontièra franco-bèlga a constituit pel cors del Aunelle. Es en 1779 solament que lo rei de França #cedir dins los Païses-Basses austrians la part del territòri de Quiévrechain #que se trobava al delà d'aquel riu (dintratz d'autras, lo castèl de la 18° s.).

Après la Revolucion, l'espleitacion del jos-sòl de Quiévrechain #èsser concédée a la companhiá de Sant-Saulve de contunh a aquela de Anzin, mas aquela darrièra #abandonar la part al sud de la linha Valenciana-Crespin a Grégoire Joseph Libert #que, mai #erosa que los sieus predecessors, #far de sondatges coronats de succèsses l'an 1830. En 1836, #fondar la companhiá de las minas de Crespin en cobrint los territòris de Crespin, Onnaing, Sebourg, Quiévrechain, Quarouble e Rombies. La concession #demorar inexploitée de 1842 a 1875. Lo potz N° 1 i aguèt espetat de 1880 a 1949, la N° 2 de 1902 a 1950.

En 1801, Quiévrechain aviá 445 abitants.

Dempuèi la fin de la XIXen sègle, de nombrosas entrepresas aguèron creat a Blanc-Misseron.

En 1892, la pichona glèisa Sant-Martin en essent vengut tròp exiguë pels 1271 abitants, lo bastiment d'una segonda glèisa, lo Sagrat-Cœur, comença a Blanc-Misseron.

En 1901, 2763 abitants ; en 1931, 6 282 abitants ; e en 2001, 6131 abitants.

En 1962, la municipalitat ofrissiá 2 771 trabalhs en l'indústria.

En 1972, amb la creacion de la autoroute A2 París - Brusselles, la foncion de barrièra douanière perdiá tota la siá importància al meteis títol d'en un autre luòc que lo pol industrial #que i aviá fach prospérer en la siá ombra, pendent près d'un sègle.

Es mercés a la siá fòrta industrialisation e doncas a un caumatge flac e de las entrepresas ancorades en la vida communale, que la vila facha pròva d'una effervescente (vida associativa e festive) pendent los ans 1970 ; se poiriá citar las famosas "24 oras de Quiévrechain" (carrièra cycliste e celèbra pas-stop pendent 24 oras correntas en junh) o encara la fèsta de la cervesa. Qualques associacions influentes s'investisson en aquelas manifestacions, coma la fanfare de las sapeurs-pompièrs, la societat de las 8 ("los gròsses zozios"). Una ràdio locala apareis quitament sus las ondas dempuèi 1981 (lei sus la ràdio liura) : nomenada Ràdio Aunelle, aquela se apagarà en 1991 après aver-i cambiat de nom contra passar momentanément jol nom de Ràdio Atlantis.

Dempuèi lo mièg dels ans 1970, la vila a conegut una désindustrialisation conseqüent, amb sustot de nombrosas clausuras de fabricas métallurgiques, verrerie, èca., en entrenant un ascens del caumatge e la migracion de populacion vèrs d'unes autres territòris mai atractius en matèria de trabalhs. A totun contunhat lo sieu desvolopament, sustot amb una modernizacion de las rets de transpòrts, lo bastiment de la sala dels espòrts François-Denis en 1971, de la piscina del SIVOM l'an 1977, e la creacion del centre socio-educatiu Louis-Henocq.

Tèxte originau de l'article francés

En 636, le roi Dagobert concéda à saint Landelin, moine bénédictin, des terres situées à Crespin, pour la fondation d'une abbaye de son ordre : Quiévrechain tient son origine de cette abbaye.

En 820, moins de deux siècles plus tard, le roi Lothaire 1er accorda aux moines de Crespin, un certain lieu-dit : Kiévrechin. Les moines y construisirent une modeste chapelle. Brûlée en 881, elle fut reconstruite en 900.

Le village, groupé autour de sa petite église (à l'emplacement actuel de l'église Saint-Martin), se développera plus rapidement que celui de Crespin. Au 12en siècle, Quiévrechain fut la paroisse mère de Crespin.

À partir du XIVen siècle, la petite église Saint-Martin a subi de nombreuses transformations pour répondre aux besoins du petit village qui s'étend de plus en plus vers Blanc-Misseron.

Le château fut brûlé en 1426 par la garnison du Quesnoy.

Depuis 1713, date de la division du Hainaut, en Hainaut impérial et Hainaut Français, Quiévrechain avait pour rôle central de servir de barrière douanière.

La frontière franco-belge est constituée par le cours de l'Aunelle. C'est en 1779 seulement que le roi de France céda aux Pays-Bas autrichiens la partie du territoire de Quiévrechain qui se trouvait au-delà de cette rivière (entre autres, le château du 18° s.).

Après la Révolution, l'exploitation du sous-sol de Quiévrechain fut concédée à la compagnie de Saint-Saulve puis à celle d'Anzin, mais cette dernière abandonna la partie au sud de la ligne Valenciennes-Crespin à Grégoire Joseph Libert qui, plus heureux que ses prédécesseurs, fit des sondages couronnés de succès en 1830. En 1836, il fonda la compagnie des mines de Crespin couvrant les territoires de Crespin, Onnaing, Sebourg, Quiévrechain, Quarouble et Rombies. La concession resta inexploitée de 1842 à 1875. Le puits N° 1 fut exploité de 1880 à 1949, le N° 2 de 1902 à 1950.

En 1801, Quiévrechain avait 445 habitants.

Dès la fin du XIXen siècle, de nombreuses entreprises furent créées à Blanc-Misseron.

En 1892, la petite église Saint-Martin étant devenue trop exiguë pour les 1271 habitants, la construction d'une seconde église, le Sacré-Cœur, commence à Blanc-Misseron.

En 1901, 2763 habitants ; en 1931, 6 282 habitants ; et en 2001, 6131 habitants.

En 1962, la commune offrait 2 771 emplois dans l'industrie.

En 1972, avec la création de l'autoroute A2 Paris - Bruxelles, la fonction de barrière douanière perdait toute son importance au même titre d'ailleurs que le pôle industriel qu'elle avait fait prospérer dans son ombre, durant près d'un siècle.

C'est grâce à sa forte industrialisation et donc à un chômage faible et des entreprises ancrées dans la vie communale, que la ville fait preuve d'une effervescente (vie associative et festive) durant les années 1970 ; on pourrait citer les fameuses "24 heures de Quiévrechain" (course cycliste et fête non-stop pendant 24 heures courant juin) ou encore la fête de la bière. Des associations influentes s'investissent dans ces manifestations, comme la fanfare des sapeurs-pompiers, la société des 8 ("les gros zozios"). Une radio locale apparaît même sur les ondes dès 1981 (loi sur la radio libre) : nommée Radio Aunelle, celle-ci s'éteindra en 1991 après avoir changé de nom pour passer momentanément sous le nom de Radio Atlantis.

Depuis le milieu des années 1970, la ville a connu une désindustrialisation conséquente, avec notamment de nombreuses fermetures d'usines métallurgiques, verrerie, etc., entraînant une hausse du chômage et la migration de population vers d'autres territoires plus attractifs en matière d'emplois. Elle a cependant continué son développement, notamment avec une modernisation des réseaux de transports, la construction de la salle des sports François-Denis en 1971, de la piscine du SIVOM en 1977, et la création du centre socio-éducatif Louis-Henocq.

Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Michel Lefebvre    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
549 443 528 672 739 786 893 888
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
885 988 1 062 1 076 1 214 1 262 1 401 1 791 2 155
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 763 3 558 3 556 3 604 4 912 6 282 5 632 5 487 6 108
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
6 332
7 102
7 269
7 186
6 456
6 069
5 750
5 705
5 766
2009 2010
5 843
5 892
5 998
6 035
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]