Villers-Pol

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Villers-Pol
Villers-Pol

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:290px|center|280px|link=|border]]
La comuna de Villers-Pol
[[Fichièr:Blason ville fr Villers-Pol (Nord).svg|75px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2016.svg
geolocalizacion
Coordenadas 50° 17′ 08″ N, 3° 37′ 01″ E
Superfícia 12,17 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
124 m
62 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
32
Nauts de França
Departament
59
Nòrd Armas deu Departament de Nòrd
Arrondiment Avesnes-sur-Helpe
Canton Quesnoy-Ouest
Intercom
200004653
du Quercitain
Cònsol René Locoche (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Còde postal 59530
Còde INSEE 59626
http://www.villers-pol.fr

Villers-Pol es una comuna francesa del departament del Nòrd e de la region del Nòrd-Pas de Calais.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Villers=Pol se situa sus una de la set anciana vias romaines a l'entorn de Bavay a 5 km al nòrd del Quesnoy. La municipalitat a traversat per la Rhonelle.

Tèxte originau de l'article francés

Villers=Pol se situe sur une des sept anciennes voies romaines autour de Bavay à 5 km au nord du Quesnoy. La commune est traversée par la Rhonelle. ==Istòria==

Partida eissida de l'article francés

De traces d'abitacions romaines an #èsser d'amassadas a Villers-Pol. Un tèxt de 885 menciona Villare, quae es sita in pagui hagnoense (Villare dins lo país d'Enaut) Caliá plan specifier, amb tant de pòbles nomenats Villers. Lo clergé utilizava (1142) lo latin Villare episcopi [1]. N'èra pas parièr pel pòble: Vulgo dictus Villare Polii, Gallicè Villers Pol (Trucat pel vilatge Villare Polii, en francés Villers Pol)[2]

Lo senhor de Villare episcopi èra doncas un avesque: aiçò èra aquel de Cambrai, #que possedissiá dempuèi 885 la tèrra e la curació. En la periòde féodale l'avesque ofrit de las parts de la tèrra en don, las repren, mas totjorn los ligams de dependéncia cap a la évêché de Cambrai demòran enrasigats.

Totjorn a la mièja-edat, jols ducs de Bourgogne comtes palatins d'Enaut, lo bourg a soslinhat en los actes dels échevins, Villers Monseigneur Polle. Dels notables de Valencianas e del Quesnoy possedissián egalament bòsc (futaies), prés, tèrras ahanables (labourables), e courtils sus la entité. N'efièch, en l'archiu del Capítol metropolitan de Cambrai[3], Dels parchemins mencionan entre los ans 1451 e 1457, los eiretatges qu'aquelas familhas possedissián sus Villers-Pol e, #que qualques unas #far donations parcialas a la évêché : tales, Marguerite dels Ghaukiers veusa de Jehan de Monds, châtelain, governador del Quesnoy e, Marguerite de Maroilles veusa de Jehan de Surie (o, de Sury(e)), échevin del Quesnoy, #que ne detenián amassa prés al luòc-dich « al camin Tommesiau », contigu dins las tèrras de l'Ostal (cense) del Follie, dins las tèrras de la cense del Linsoit e dins las tèrras de la abbaye de Orsinval [4]; Eiretatges de bòsques (futaies), al luòc-dich « al camin d'o Barra » detenguts per las hoirs Jacquemart de Bohaing e de Piérart de Ruesnes ; las tèrras de Hauwain de Kievraing (o, Hauwiel de Quiévrain, chevalier) e de Jacquemart dou Melz (o, del Melz), près de « l'arbre de la Croisette » ; las tèrras de Jehan de Oisy, de Jehan de Segry, e de Martin de Frasnes, contigu al luòc-dich « a las buissons a Welt », èca.. Aqueles parchemins, rics d'ensenhament per la coneissença dels ancians luòcs-diches de la municipalitat, relatan tanben los mouvances de fiefs e los passations d'eiretatges familiaux, #qu'una part, coma soslinhat mai elevat, ne quège en lo escarcelle del évêché. La parròquia de Villers-Pol, #que compreniá tanben Orsinval, dépendait del décanat de Valencianas, e #encobrir de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle fins a la Revolucion.

En 1790 una incendia destruit l'archiu e estrosseja la glèisa aital coma una trentena d'ostals.

Villers-Pol, ocupat pendent la guèrra 1914-1918 gaireben fins a la fin de la guèrra, vei fluir fòrça sang per la siá desliurança, començament en novembre 1918.

Tèxte originau de l'article francés

De traces d'habitations romaines ont été trouvées à Villers-Pol. Un texte de 885 mentionne Villare, quae est sita in pago hagnoense (Villare dans le pays d'Hainaut) Il fallait bien specifier, avec tant de villages nommé Villers. Le clergé utilisait (1142) le latin Villare episcopi [5]. Il n'en était pas pareil pour le peuple: Vulgo dictus Villare Polii, Gallicè Villers Pol (Appelé par le peuple Villare Polii, en français Villers Pol)[6]

Le seigneur de Villare episcopi était donc un évêque: c'était celui de Cambrai, qui possédait dès 885 la terre et la cure. Dans la période féodale l'évêque offre des parties de la terre en don, il les reprend, mais toujours les liens de dépendance envers l'évêché de Cambrai restent enracinés.

Toujours au moyen-âge, sous les ducs de Bourgogne comtes palatins de Hainaut, le bourg est signalé dans les actes des échevins, Villers Monseigneur Polle. Des notables de Valenciennes et de Le Quesnoy possédaient également des bois (futaies), prés, terres ahanables (labourables), et courtils sur l’entité. En effet, dans les archives du Chapitre métropolitain de Cambrai[7], des parchemins mentionnent entre les années 1451 et 1457, les héritages que ces familles possédaient sur Villers-Pol et, dont certaines firent des donations partielles à l’évêché : telles, Marguerite des Ghaukiers veuve de Jehan de Mons, châtelain, gouverneur du Quesnoy et, Marguerite de Maroilles veuve de Jehan de Surie (ou, de Sury(e)), échevin de Le Quesnoy, qui détenaient ensemble des prés au lieu-dit « au chemin Tommesiau », attenant aux terres de la Maison (cense) de le Follie, aux terres de la cense du Linsoit et aux terres de l’abbaye d’Orsinval [8]; héritages de bois (futaies), au lieu-dit « au chemin de le Haie » détenus par les hoirs Jacquemart de Bohaing et de Piérart de Ruesnes ; les terres de Hauwain de Kievraing (ou, Hauwiel de Quiévrain, chevalier) et de Jacquemart dou Melz (ou, du Melz), près de « l’arbre de la Croisette » ; les terres de Jehan d’Oisy, de Jehan de Segry, et de Martin de Frasnes, attenant au lieu-dit « aux buissons à Welt », etc.. Ces parchemins, riches d’enseignement pour la connaissance des anciens lieux-dits de la commune, nous relatent aussi les mouvances de fiefs et les passations d’héritages familiaux, dont une partie, comme signalé plus haut, tombait dans l’escarcelle de l’évêché. La paroisse de Villers-Pol, qui comprenait aussi Orsinval, dépendait du décanat de Valenciennes, et cela du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle jusqu'à la Révolution.

En 1790 une incendie détruit les archives et ravage l'église ainsi qu'une trentaine de maisons.

Villers-Pol, occupé pendant la guerre 1914-1918 presque jusqu'à la fin de la guerre, voit couler beaucoup de sang pour sa libération, début novembre 1918.

Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 René Locoche    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
954 1 041 1 144 1 286 1 421 1 484 1 507 1 573 1 485
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 449 1 458 1 491 1 441 1 400 1 413 1 398 1 398 1 435
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 423 1 407 1 455 1 343 1 371 1 247 1 261 1 203 1 197
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 137
1 098
1 036
1 214
1 256
1 254
1 248
1 247
1 237
2009 2010
1 232
1 264
1 235
1 263
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. siá=X&vertat=book_result&ct=result&resnum=6&ved=0CDsQ6AEwBTgK#v=onepage&q=Villers-Pol&f=false Charles Mériaux, Gallia irradiata: sants e de santuaris en lo nòrd de la Gaule de la nautor Mièja edat, 2006, pg 337
  2. siá=X&vertat=book_result&ct=result&resnum=8&ved=0CEkQ6AEwBw#v=onepage&q=Villers-Pol&f=false Baldericus Noviomensis (avesque de Noyon e #Virar), aperaquí 940, edicion estampada per Georgius Colvenerius, 1651: Chronicon Cameracense e Atrebatense, sive historia utriusque ecclesiae, III
  3. A.D.N. A Lille, Archiu del Capítol metropolitan de Cambrai. Donations E d'aquesiments a Villers-Pol (lez Lo Quesnoy) entre los ans 1451 e 1457, pel évêché de Cambrai. Seriá « 4G133 », parchemins n°s 1994, 1995 (4 e 7 de junh 1456), e 4726 (31 de decembre 1453).
  4. Abbaye de Orsinval : s'agissiá en realitat, del prieuré de Orsinval près de la vila del Quesnoy, ocupat per moniales en se ligant al abbaye La nòstra-Madama de Avesnes, de l'Òrdre de Sant-Benoît. In « Nobiliaire Universal de França o recueil general de généalogies.. », Panatòri 21, per Nicolas Viton de Sant-Anava, En l'autor, París, 1843, pàg. 369.
  5. Charles Mériaux, Gallia irradiata: saints et sanctuaires dans le nord de la Gaule du haut Moyen âge, 2006, pg 337
  6. Baldericus Noviomensis (évêque de Noyon et Tournai), environ 940, édition imprimé par Georgius Colvenerius, 1651: Chronicon Cameracense et Atrebatense, sive historia utriusque ecclesiae, III
  7. A.D.N. à Lille, Archives du Chapitre métropolitain de Cambrai. Donations et acquisitions à Villers-Pol (lez Le Quesnoy) entre les années 1451 et 1457, par l’évêché de Cambrai. Série « 4G133 », parchemins n°s 1994, 1995 (4 et 7 juin 1456), et 4726 (31 décembre 1453).
  8. Abbaye d’Orsinval : il s’agissait en réalité, du prieuré d’Orsinval près de la ville de Le Quesnoy, occupé par des moniales se rattachant à l’abbaye Notre-Dame d’Avesnes, de l’Ordre de Saint-Benoît. In « Nobiliaire universel de France ou recueil général de généalogies.. », vol 21, par Nicolas Viton de Saint-Allais, Chez l’auteur, Paris, 1843, p. 369.