Boissy-aux-Cailles

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Salta a la navegació Salta a la cerca

Boissy-aux-Cailles
Boissy-aux-Cailles

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:290px|center|280px|link=|border]]
Vista Aeriana
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania Map2.svg
geolocalizacion
Coordenadas 48° 19′ 13″ N, 2° 30′ 15″ E
Superfícia 16,10 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
123 m
71 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
11
Illa de França Flag of Île-de-France.svg
Departament
77
Sèina e Marna Armas deu Departament de Sèina e Marna
Arrondiment Fontainebleau
Canton La Chapelle-la-Reine
Cònsol Érick Bouteille (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Boisséens (en francés)
Còde postal 77760
Còde INSEE 77041

Boissy-aux-Cailles es una comuna francesa, situada dins lo departament de Sèina e Marna e la region d'Illa de França.

Geografia[modificar | modificar la font]

Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgBoissy-aux-Cailles
Comuna amb 745 abitants (2000)Le Vaudoué (4,2km)
Comuna amb 390 abitants (2000)Tousson (4,6km)
Comuna amb 363 abitants (2000)Amponville (4,7km)
Comuna amb 127 abitants (2000)Rumont (5,9km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

l'an 1932, un fòrça polit objècte sobrenomenat « tintinabulum » #qu'es probablament una pèça de harnachement a #èsser trobat a Boissy. Data de l'edat del bronze e testifica doncas d'una preséncia umana a aquela epòca en aquel luòc. E mai se malaisit d'accès aquel vilatge #aver# d'i aver de relacions amb la Capèla-la-Reina e lo sieu prèp masatge caseriu Butteaux.

La populacion li caliá èsser sufisenta a Modèl:La S- per veire bastir la glèisa Santa-Martin. La guèrra de #Cent Ans aniquila lo vilatge #qu'a cremat pendent la guèrra civila entre Armagnacs e Bourguignons a la fin de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle . Una enquèsta de 1480 indica #que i a pas mai agut de vida fins en 1462, a l'excepcion pòt èsser d'un laboureur del Vaudoué. Aquela enquèsta i aviá #èsser facha pel prévôt de Melun a la demanda de Pèira Barton, vicomte de Monbas, senhor de Faÿ, #qu'aviá de la siá femna de las tèrras a la Capèla-la-Reina e a Boissy-lo-Repaus. Aquelas tèrras aguèron trucat mai tard « lo fief de Monbas » e ara « la granja del Fief ». Es a l'escasença d'aquela enquèsta #que i aguèt interrogat Pierre Rodat, natiu de la Capèla, #que i aviá fugidas aquel pòble a l'edat de 16 ans, i aviá #èsser fach presoèr pels Armagnac, i èra partit de contunh s'establir a Val-o-Penil. De retorn mai tard, #trobar La Capèla e Boissy « en ruyne e désolation »[1].

Los bénédictines del abbaye reial de Montmartre èran a la S-|XVIII|e}} proprietàrias de divèrses bens sul territòri d'aquela parròquia. Lo abbesse èra madama del luòc e exercissiá la justícia. Possedissiá la granja de Vezu, una autra a Mainbervilliers e una a Herbauvilliers. Las religiosas venián far a Boissy « bona cara e bon repaus » en aunorant aital lo nom de Boissy-lo-Repaus. A la Revolucion, los bens de las religiosas #venir de bens nacionales e aguèron vendut.

La , Louis XVI aviá prescrich, en cada parròquia, lo nomentament d'una assemblada compausada d'un syndic, de tres membres, del curé e del senhor. #Èsser aital elegits François Gastellier, François Pointcloux, Claude Pelard e Philippe Brege[2]. Aquel #èsser per una cuerta durada doncas que l'assemblada nacionala, en decembre 1789, #decidir d'una autra forma de municipalité, gaireben la forma actuala : un cònsol, dels adjuntes, un fiscal e dels conselhièrs. Es Jean Nolleau, granger a Marlanval, #que i aguèt elegit cònsol, i aguèt rapidament a afrontar una scission, qualques abitants en volent obténer de tèrras per las défricher, los autres en essent contra.

L'economia se premiá tres grandas granjas o « fiefs ». La granja de Vezu, situada dins lo pòble ludut-quitament, aperteniá a las religiosas de la abbaye de Montmartre e i aguèt vendut l'an 1791, per unitat|26200|francs {{}} a Jean-Baptiste Gory, #qu'èra pas la region e la #metre en fermage per Georges Rohes. En 1904 i aguèt crompat per la familha Gastellier procedenta de Boissy.
La granja de Mainbervilliers, dicha « Fief de Sant-Marc », egalament proprietat de las religiosas, a vendut l'an 1791 a un @dénommer « Jannot » per unitat|25700|francs {{}}. En 1829, aperteniá a André e Jean Gastellier.
La granja de Monbas, telefonada uèi « lo Fief » e situada sus las nautors a lo-dessus del pòble, a pas jamai apertengut a las religiosas, mas successivament a desparièras familhas.

Tèxte originau de l'article francés
La ferme de Vezu
Boissy vers 1900

En 1932, un très bel objet surnommé « tintinabulum » qui est probablement une pièce de harnachement a été trouvé à Boissy. Il date de l'âge du bronze et atteste donc d'une présence humaine à cette époque en ce lieu. Bien que difficile d'accès ce village devait avoir des relations avec la Chapelle-la-Reine et son proche hameau Butteaux.

La population devait être suffisante au Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle pour voir construire l'église Saint-Martin. La guerre de Cent Ans anéantit le village qui est brûlé durant la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons à la fin du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle . Une enquête de 1480 indique qu'il n'y a plus eu de vie jusqu'en 1462, à l'exception peut être d'un laboureur du Vaudoué. Cette enquête avait été faite par le prévôt de Melun à la demande de Pierre Barton, vicomte de Monbas, seigneur de Faÿ, qui tenait de sa femme des terres à La Chapelle-la-Reine et à Boissy-le-Repos. Ces terres furent appelées plus tard « le fief de Monbas » et maintenant « la ferme du Fief ». C'est à l'occasion de cette enquête que fut interrogé Pierre Boulé, natif de la Chapelle, qui avait fui ce village à l'âge de 16 ans, avait été fait prisonnier par les Armagnac, puis était parti s'établir à Vaux-le-Penil. De retour plus tard, il trouva La Chapelle et Boissy « en ruyne et désolation »[1].

Les bénédictines de l'abbaye royale de Montmartre étaient au Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle propriétaires de divers biens sur le territoire de cette paroisse. L'abbesse était dame du lieu et exerçait la justice. Elle possédait la ferme de Vezu, une autre à Mainbervilliers et une à Herbauvilliers. Les religieuses venaient faire à Boissy « bonne chère et bon repos » honorant ainsi le nom de Boissy-le-Repos. À la Révolution, les biens des religieuses devinrent biens nationaux et furent vendus.

Le Mes invalid (juillet), Louis XVI avait prescrit, dans chaque paroisse, la nomination d'une assemblée composée d'un syndic, de trois membres, du curé et du seigneur. Furent ainsi élus François Gastellier, François Pointcloux, Claude Pelard et Philippe Brege[2]. Ce fut pour une courte durée puisque l'assemblée nationale, en décembre 1789, décida d'une autre forme de municipalité, presque la forme actuelle : un maire, des adjoints, un procureur et des conseillers. C'est Jean Nolleau, fermier à Marlanval, qui fut élu maire, il eut rapidement à faire face à une scission, quelques habitants voulant obtenir des terres pour les défricher, les autres étant contre.

L'économie s'appuyait sur trois grandes fermes ou « fiefs ». La ferme de Vezu, située dans le village lui-même, appartenait aux religieuses de l'abbaye de Montmartre et fut vendue en 1791, pour 26 200 francs à Jean-Baptiste Gory, qui n'était pas de la région et la mit en fermage par Georges Rohes. En 1904 elle fut achetée par la famille Gastellier originaire de Boissy.
La ferme de Mainbervilliers, dite « Fief de Saint-Marc », également propriété des religieuses, est vendue en 1791 à un dénommé « Jannot » pour 25 700 francs. En 1829, elle appartenait à André et Jean Gastellier.
La ferme de Monbas, appelée aujourd'hui « le Fief » et située sur les hauteurs au-dessus du village, n'a jamais appartenu aux religieuses, mais successivement à différentes familles.


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Érick Bouteille    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
368 371 335 393 410 469 405 408 437

1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
420 426 402 361 357 361 362 356 379

1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
325 349 358 331 305 314 270 251 241

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
211
187
160
180
280
271
318
320
323
2009 2010
319
322
315
318
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. 1,0 et 1,1 Ch.H.Waddington, Sus la dépopulation de las campanhas gâtinaises pendent la Guèrra de #Cent Ans e lo sieu reconstitution economic, anals del Gâtinais, 1930, tome 39, Paginas 164-178 Error de citacion : Etiqueta <ref> no vàlida; el nom «Waddington» està definit diverses vegades amb contingut diferent.
  2. 2,0 et 2,1 Eugène Thoison, Lo primièr cònsol de Boissy, pichonas nòtas d'istòrias gâtinaises, Abelha de Fontainebleau, 6 d'octòbre 1893,no 40 Error de citacion : Etiqueta <ref> no vàlida; el nom «Thoison» està definit diverses vegades amb contingut diferent.