Blennes

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Salta a la navegació Salta a la cerca

Blennes
Blennes

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Orvanne-blennes.jpg|center|280px|link=|border]]
Lo Orvanne a Blennes (Seine-e-Marna, region Isla-de-França)
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania Map2.svg
geolocalizacion
Coordenadas 48° 15′ 30″ N, 3° 01′ 28″ E
Superfícia 20,29 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
162 m
98 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
11
Illa de França Flag of Île-de-France.svg
Departament
77
Sèina e Marna Armas deu Departament de Sèina e Marna
Arrondiment Fontainebleau
Canton Lorrez-le-Bocage-Préaux
Cònsol François Canterini (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Blennois, Blennoises (en francés)
Còde postal 77940
Còde INSEE 77035

Blennes es una comuna francesa, situada dins lo departament de Sèina e Marna e la region d'Illa de França.

Geografia[modificar | modificar la font]

Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgBlennes
Comuna amb 483 abitants (2000)Vallery (2,5km)
Comuna amb 208 abitants (2000)Diant (3,5km)
Comuna amb 738 abitants (2000)Villethierry (3,9km)
Comuna amb 1750 abitants (2000)Voulx (4,8km)
Comuna amb 893 abitants (2000)Saint-Agnan (5,4km)
Comuna amb 443 abitants (2000)Lixy (5,8km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Los trabalhs de Robert Fossier sul plànol general, de Thierry Bonin per la region, mòstran que l'estabilizacion de l'abitat #èsser un procès long : abans la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, dins zòna rurala, se vei pas #qu'un abitat incert e flou, una natura rebèla e en dominant. Los vici establa son l'excepcion cara a la tròp dels paquets d'ostals tirats suls clares someses als brûlis. Lo nom Blennes, jos la forma parochia Blenna, fa la siá intrada en l'istòria a Modèl:La s-, epòca ont l'abitat sembla se fixar. Al verso dels feuillets tres e quatre d'un sacramentaire en usatge dins la glèisa de Sens, un scribe a inscrich una lista de 145 glèisas. Aquel document, conegut jol nom de Liber sacramentorum, se tròba uèi a la Bibliotèca reiala de Estocòlme. Totes los noms #que i figuran designan localités compresas en los limits del pagus Senonicus, constituent, dempuèi aquela epòca, lo un de las archidiaconés del diocèse de Sens.

Existís pas a França cap de municipalitat homographe o homophone de Blennes. E, jos la siá forma actuala, se tròba pas entre los environs 2 000 000 de noms de luòc recensés pel IGN #qu'unas fes aquel nom : a Sant-Aubin-Castèl-Nòu (Yonne), una font se truca La Fontaine de las Blennes. A Modèl:La s-, los senhors locales fan d'importants donations als abbayes de Preuilly e de Rosoy-Villechasson. Aital, En los documents #que son arribats, e dempuèi 1115, apareis una familha en portant lo patronyme de de Blennes. Cap a 1200 un Adam de Blennes es vassal del comtat de Champagne ; un Justet de Blennes a participat a las crosadas portadas per sant Louis. Aquel #èsser eles #que, benlèu, #bastir la motte féodale #qu'a dich en ruïna l'an 1392.

En 1243, lo senhor de Blennes es Pierre, un membre de l'importanta familha de las de Barras. Lo fief passa de contunh als Réveillon e, en 1270, unes Texans de Réveillon acompanha Erard de Vallery, connétable de Champagne, a la darrièra crosada. En 1332, lo senhor de Blennes es Guillaume, sire de Réveillon. Per aquel fief #que n'a l'anautita e bassa justícia dètz 60 sòls per l'aumenatge al rei. En 1392, lo senhor es Johan de Lespaut #qu'a lo fief de la siá femna Jehanne del Chesne. Lo fief a arruïnat e porg pas mai #qu'una intrada de 10 libres. La guèrra de #Cent Ans a parlat la ruïna de la noblesa d'espasa ; gaireben pertot en Ile-de-França de las gents de vestit, de las gents de lei al servici del rei, venon de proprietaris de las distincions. Los nòus senhors de Blennes son los Allegrain, de paire en fils conselhièrs dins lo Parlament de París. En 1650, per matrimòni, lo fief passa de contunh als Davy de la Fautrière, tanben conselhièrs dins lo Parlament de París. Aqueles darrièrs, arruïnats, vendon en 1758 la distincion a Jacques René Cordier de Launay, un fòrça ric financièr. Lo darrièr dels senhors de Blennes #èsser Claude René Cordier de Launay #qu'una de las filhas épousa lo famós ne marques de Sade.

Exceptuat Una fòrça leugièra modificacion en favor de Vallery (3 a, an 1831), la municipalitat actuala de Blennes s'estend sul meteis territòri que la parròquia de Blennes tala qu'aquela darrièra existissiá dempuèi temps immémoriaux. Sul plànol militar, la parròquia fasiá partida del govèrn de Ile-de-França ; sul plànol administratiu de la généralité de París, eleccion e subdélégation de Montereau. Sul plànol judicial Blennes dépendait del bailliage de Moret #que jutjava pas mai que de las questions d'importància limitada. Lo Tribunal présidiale, lo tribunal de crida per las questions mai importantas, èra a Melun. Lo graèr a sal èra a Montereau.

D'après lo Almanach del diocèse de Sens, lo vilatge comptava 115 fuòcs e 390 communiants en 1771. En 1793, un estat de la populacion agricòla del departament de Seine-e-Marna (A.D. 77, L 242) #porgir, las donadas seguentas : Nombre de caps de familha - 149, nombre de fuòcs - 160 ; e populacion efectiva -645. Divèrsas distincions se partejavan las 2 000 li cal la parròquia #que

* La distincion de Blennes #que ne compreniá lo bourg, lo masatge caseriu dels Sorins, los molins dels Fraires e aquel del Pichon Bichot.
  • La distincion de Maurepas #que dépendait de la abbaye de Preuilly e englobava lo bòsc e lo caseriu de Maurepas, aquel de Villeneuve los Ormes e la granja del Coudray.
  • La distincion de Villechasson #que dépendait de la abbaye del meteis nom e englobava los caserius de Villoiseau, de Launoy, del Bouloy e de la Roustière.
Tèxte originau de l'article francés

Les travaux de Robert Fossier sur le plan général, de Thierry Bonin pour la région, montrent que la stabilisation de l’habitat fut un processus long : avant le Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, en zone rurale, on ne voit qu’un habitat incertain et flou, une nature rebelle et dominante. Les vici stables sont l’exception face à la masse des paquets de maisons jetés sur les clairières soumises aux brûlis. Le nom Blennes, sous la forme parochia Blenna, fait son entrée dans l’histoire au Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, époque où l’habitat semble se fixer. Au verso des feuillets trois et quatre d’un sacramentaire en usage dans l’église de Sens, un scribe a inscrit une liste de 145 églises. Ce document, connu sous le nom de Liber sacramentorum, se trouve aujourd’hui à la Bibliothèque royale de Stockholm. Tous les noms qui y figurent désignent des localités comprises dans les limites du pagus Senonicus, constituant, dès cette époque, l’un des archidiaconés du diocèse de Sens.

Il n’existe en France aucune commune homographe ou homophone de Blennes. Et, sous sa forme actuelle, on ne retrouve parmi les environs 2 000 000 de noms de lieu recensés par l’IGN qu’une fois ce nom : à Saint-Aubin-Château-Neuf (Yonne), une source s’appelle La Fontaine des Blennes. Au Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, les seigneurs locaux font d’importantes donations aux abbayes de Preuilly et de Rosoy-Villechasson. Ainsi, Dans les documents qui nous sont parvenus, et dès 1115, apparaît une famille portant le patronyme de de Blennes. Vers 1200 un Adam de Blennes est vassal du comté de Champagne ; un Gilet de Blennes a participé aux croisades menées par saint Louis. Ce furent eux qui, peut-être, construisirent la motte féodale qui est dite en ruine en 1392.

En 1243, le seigneur de Blennes est Pierre, un membre de l’importante famille des de Barres. Le fief passe ensuite aux Réveillon et, en 1270, un Jean de Réveillon accompagne Erard de Vallery, connétable de Champagne, à la dernière croisade. En 1332, le seigneur de Blennes est Guillaume, sire de Réveillon. Pour ce fief dont il tient la haute et basse justice il doit 60 sols pour l’hommage au roi. En 1392, le seigneur est Johan de Lespaut qui tient le fief de sa femme Jehanne du Chesne. Le fief est ruiné et ne fournit plus qu’un revenu de 10 livres. La guerre de Cent Ans a causé la ruine de la noblesse d’épée ; presque partout en Ile-de-France des gens de robe, des gens de loi au service du roi, deviennent propriétaires des seigneuries. Les nouveaux seigneurs de Blennes sont les Allegrain, de père en fils conseillers au Parlement de Paris. En 1650, par mariage, le fief passe ensuite aux Davy de la Fautrière, aussi conseillers au Parlement de Paris. Ces derniers, ruinés, vendent en 1758 la seigneurie à Jacques René Cordier de Launay, un très riche financier. Le dernier des seigneurs de Blennes fut Claude René Cordier de Launay dont une des filles épousa le fameux marquis de Sade.

Excepté une très légère modification en faveur de Vallery (3 ha, année 1831), la commune actuelle de Blennes s’étend sur le même territoire que la paroisse de Blennes telle que cette dernière existait depuis des temps immémoriaux. Sur le plan militaire, la paroisse faisait partie du gouvernement d’Ile-de-France ; sur le plan administratif de la généralité de Paris, élection et subdélégation de Montereau. Sur le plan judiciaire Blennes dépendait du bailliage de Moret qui ne jugeait plus que des affaires d’importance limitée. La Cour présidiale, le tribunal d’appel pour les affaires plus importantes, était à Melun. Le grenier à sel était à Montereau.

D’après l’Almanach du diocèse de Sens, le village comptait 115 feux et 390 communiants en 1771. En 1793, un état de la population agricole du département de Seine-et-Marne (A.D. 77, L 242) fournit, les données suivantes : Nombre de chefs de famille - 149, nombre de feux - 160 ; et population effective -645. Plusieurs seigneuries se partageaient les 2 000 ha de la paroisse dont :

  • La seigneurie de Blennes qui comprenait le bourg, le hameau des Sorins, les moulins des Moines et celui du Petit Bichot.
  • La seigneurie de Maurepas qui dépendait de l’abbaye de Preuilly et englobait la forêt et le hameau de Maurepas, celui de Villeneuve les Ormes et la ferme du Coudray.
  • La seigneurie de Villechasson qui dépendait de l’abbaye du même nom et englobait les hameaux de Villoiseau, de Launoy, du Bouloy et de la Roustière.


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 François Canterini    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
632 691 691 598 691 896 762 820 766

1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
795 798 792 793 805 747 717 691 600

1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
595 577 536 473 473 456 475 500 477

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
374
321
279
261
331
477
541
550
553
2009 2010
557
568
562
576
{{{2 014}}}
{{{2 014tot}}}
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]