Boissy-le-Châtel

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Salta a la navegació Salta a la cerca

Boissy-le-Châtel
Boissy-le-Châtel

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Arrêt bus de Chailly - Boissy-le-Châtel.jpg|center|280px|link=|border]]
Estancada beguda de Chailly - Boissy-lo-Châtel, a la sortida de la comuna.
[[Fichièr:Blason Boissy-le-Châtel.svg|75px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania Map2.svg
geolocalizacion
Coordenadas 48° 49′ 15″ N, 3° 08′ 19″ E
Superfícia 9,95 km²
Altituds
 · Maximala
 · Mejana
 · Minimala
 
150 m
104 m
72 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
11
Illa de França Flag of Île-de-France.svg
Departament
77
Sèina e Marna Armas deu Departament de Sèina e Marna
Arrondiment Meaux
Canton Coulommiers
Intercom
247700545
des Templiers
Cònsol Guy Dhorbait (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici (en francés)
Còde postal 77169
Còde INSEE 77042

Boissy-le-Châtel es una comuna francesa, situada dins lo departament de Sèina e Marna e la region d'Illa de França.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

L'altitud de la comuna de Boissy-lo-Châtel es de 110 mètres aperaquí. La superficie de Boissy-lo-Châtel es de 9.95 km ²[1]. La siá latitud es de 48.821 gras Nòrd e la longitude de Boissy-lo-Châtel es de 3.139 gras Es. Las municipalitats limitrophes de Boissy-lo-Châtel incluent Chauffry a 3,30 km, Chailly-en-Brie a 3,54 km, Sant-Germain-jos-Dòta a 3,57 km, Aulnoy a 3,87 km e Coulommiers a 3,94 km[1].

Boissy-Lo-Châtel inclut lo bourg lududes-meteissa e divèrses caserius : Las Granjas, al nòrd-es, ancian fief dels Caumartin ; Las Bròssas, a l'èst, al limit de Chauffry. Una desena d'ostal i brulèrent en lo moment d'un incendi lo 19 de junh de 1716 ; La Fontenelle, a l'èst ; Lo Bòsc-Lo Huillier, separacion a l'es près del ru dels Bagneaux ; Lo Camin, a l'èst, al delà de la Fontenelle, longtemps plant de vignobles ; Lo Molin-de-Boissy al sud-es, ont se situava lo molin a blat de la distincion, #que vendrà una papeterie, de contunh una fabrica de plastic e fin finala una fustariá ; La Vacherie, al sud. En 1698, la granja e la métairie apertenián a Marthe Lefort, una tanta de Jean de la Fontaine, en essent veusa de Henri Pidoux, #qu'èra los fils de Valentin Pidoux, bailli de Coulommiers e lo fraire de Françoise Pidoux, la maire de Jean de la Fontaine[2] ; Lo Buisson, al sud-es, masatge caseriu de vignerons e de tisseurs ; Champauger, a l'oèst ; Champbreton, a l'oèst, al delà de Champauger e Los Avenelles, al nòrd-oèst e Speuse, al nòrd-nòrd-oèst.

Ròsa dels vents Ròsa dels vents
N
O       E
S
Tèxte originau de l'article francés

L'altitude de la mairie de Boissy-le-Châtel est de 110 mètres environ. La superficie de Boissy-le-Châtel est de 9.95 km ²[1]. Sa latitude est de 48.821 degrés Nord et la longitude de Boissy-le-Châtel est de 3.139 degrés Est. Les communes limitrophes de Boissy-le-Châtel incluent Chauffry à 3,30 km, Chailly-en-Brie à 3,54 km, Saint-Germain-sous-Doue à 3,57 km, Aulnoy à 3,87 km et Coulommiers à 3,94 km[1].

Boissy-le-Châtel inclut le bourg lui-même et plusieurs hameaux : Les Granges, au nord-est, ancien fief des Caumartin ; Les Brosses, à l’est, à la limite de Chauffry. Une dizaine de maison y brulèrent lors d’un incendie le 19 juin 1716 ; La Fontenelle, à l’est ; Le Bois-L’Huillier, écart à l’est près du ru des Bagneaux ; Le Chemin, à l’est, au-delà de la Fontenelle, longtemps plant de vignobles ; Le Moulin-de-Boissy au sud-est, où se situait le moulin à blé de la seigneurie, qui deviendra une papeterie, puis une fabrique de plastique et enfin une menuiserie ; La Vacherie, au sud. En 1698, la ferme et la métairie appartenaient à Marthe Lefort, une tante de Jean de la Fontaine, étant veuve d’Henri Pidoux, qui était le fils de Valentin Pidoux, bailli de Coulommiers et le frère de Françoise Pidoux, la mère de Jean de la Fontaine[3] ; Le Buisson, au sud-est, hameau de vignerons et de tisseurs ; Champauger, à l’ouest ; Champbreton, à l’ouest, au delà de Champauger et Les Avenelles, au nord-ouest et Speuse, au nord-nord-ouest.

Ròsa dels vents Ròsa dels vents
N
O       E
S


Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgBoissy-le-Châtel
Comuna amb 909 abitants (2000)Chauffry (3,4km)
Comuna amb 385 abitants (2000)Aulnoy (3,7km)
Comuna amb 13649 abitants (2000)Coulommiers (4,2km)
Comuna amb 1002 abitants (2000)Doue (5,3km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Existís pas cap de testimoniatge de preséncia gallo-romaine sul territòri del pòble, #qu'es probablament demorat essencialament cobèrt de bòsques e de pâturages fins a Modèl:La s mini- o Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle[4]. Lo nom de Bussei a mencionat en una charte de 1132, a l'epòca del Comte Thibaud de Champagne, e en una bulle datada de 1144 de Lucius II (pape de març 1144 en febrièr 1145) en tant que possession del prieuré de La Caritat-sus-Loire. Bussei Vendrà pel continuament Bussiacum, Boissiacum e fin finala Boissy. Un tèxt de 1184 cita Buissiacum[5].

Divèrsas familhas se son succedidas coma senhors de Boissy. Los Milly (Robert E, Robert II, Guy e Ide de Milly, #que épousa Jehan (Jean) III de Thorotte), entre lo mièg de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle a la fin de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle ; los Thorotte (o Thourotte) (Jehan (Jean) III, Gaucher II, e Isabeau de Thorotte, #que épousa Guy (Guyot) de Châteuavillain-Lury), de la fin de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle al començament de la Modèl:S mini- ; los Châteauvillain-Lury (Guy (Guyot), Jean e Johanne de Châteauvillain, #que épousa Guichard de VIN de Beaujeu), al començament de laSègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle ; los Beaujeu (Guichard VI, Guichard VII e Ostal de Beaujeu, #que épousa Jean de Montaigu), d'aperaquí 1316 a 1380 ; los Montaigu (Jean e Jehanne de Montaigu, #que épousa Guy de Rougemont), de 1380 a 1410 ; los Rougemont (Guy e Thibaut, #que #vendre la seigneurerie a Charles Desmarets), de 1410 a 1445 ; los Desmarets (Charles e los sieus fils Philippe e Charles, #que #vendre la tèrra de Boissy a Louis de Brie), de 1445 a 1473 ; los Brie (Louis, Jean, Charles e Jeanne de Brie, #que épousa Antoine de Ravenel), de 1473 a 1514 ; los Ravenel (Antoine, Claude, Eustache e Françoise de Ravenel, #que épousa Frédéric, comte de Berghe, #lo que #vendre lo fief a Louis E Lo Fèvre de Caumartin), de 1514 a 1608 ; lo lor Fèvre de Caumartin (Louis E, Louis II, Louis-François Eer, Louis-François II, Antoine-Louis-François Eer, Antoine-Louis-François II e Marc-Antoine Lo Fèvre de Caumartin, #que las tèrras ne seràn confisquées e #que morirà a Londres en 1803), de 1608 a 1793[6]. Lo passatge d'una familha a l'autre èra de la siá a l'abséncia d'eretièr viril, siá a una venta del fief. Après la Guèrra de #Cent Ans, la familha de Brie (senhors de Boissy), fa refar la glèisa. Boissy-Lo-Châtel a 2 vocables : Sant-Laurent per la parròquia, e Sant-Sulpice per la glèisa. Los reliques d'aqueles 2 Sants avián portat en procession en lo moment del Sant-Laurent, escasença d'un pelegrinatge alavetz fòrça réputé per la guérison dels mals de dents.

En 1490, defalhiment de Louis de Brie, senhor de Boissy-lo-Châtel, espós d'Ostal de Boulainvilliers, conselhièr e chambellan de Louis XI. En 1518, defalhiment del chanoine Charles de Brie, senhor de Boissy (fils de Louis de Brie vila aicí-dessus). En 1570, defalhiment de Claude de Ravenel, senhor de Rantigny e de Boissy, espós de Françoise de Angennes (huguenote, #èsser madama d'onor de Catherine de Médicis). 1646, bateg de las 2 campanas de la glèisa #que desapareisseràn, coma tant d'autras, jos la Revolucion. Lo 17 d'octòbre de 1690, Bossuet, avesque de Meaux, es en visita pastorala en la localité.

En 1814 e 1815, lo vilatge a ocupat pels Bavarois, e l'èst a nòu l'an 1870 pels Prussiens. La Revolucion industriala en estimulant las activitats, lo molin a papièr Sant-Ostal a transformat, en 1820, dins fabrica. De meteis, en 1861, una fabrica a chocolat s'establís dins lo pòble. Après la guèrra de 1870, la municipalité procedís a un cèrt nombre de disposicions al se del pòble, #que la comuna-n'escor, édifiée en 1880 e la station de camin de fèrre, dobèrta l'an 1884[7]. En 1838, en la siá Istòria dels environs de París, Julien de Gaulle (aïeul del general) escrich aiçò al paragraf en relacion amb Boissy-lo-Châtel : « Castell : lo Sr. Villette A fach reparar los dos torns e las autras bastissas existentas. Son environnés d'un jardin a l'anglesa e de contunh ... Lo pòble ofrís pas res de considerable ! » En 1857, bateg de la campana de la glèisa.

Dintratz 1953 e 1965, an engrandit los 2 grops escolars e realizada la adduction d'aiga potabla. En 1973, dels trabalhs de renauiment de la glèisa permeton la ponduda a jorn de la pèira tombale d'un dels senhors del luòc, Louis de Brie. Al XXModèl:Ème sègle, la fabrica a papièr Sant-Ostal a crompat per un grop papetier europèu, #que produsís a Boissy dels papièrs especiales, #qu'aquel escuelhut pels jòcs Olympiques de Albertville.

Tèxte originau de l'article francés

Il n'existe aucun témoignage de présence gallo-romaine sur le territoire du village, qui est probablement resté essentiellement couvert de forêts et de pâturages jusqu’au Modèl:S mini- ou Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle[8]. Le nom de Bussei est mentionné dans une charte de 1132, à l’époque du Comte Thibaud de Champagne, et dans une bulle datée de 1144 de Lucius II (pape de mars 1144 à février 1145) en tant que possession du prieuré de La Charité-sur-Loire. Bussei deviendra par la suite Bussiacum, Boissiacum et enfin Boissy. Un texte de 1184 cite Buissiacum[9].

Plusieurs familles se sont succédé comme seigneurs de Boissy. Les Milly (Robert I, Robert II, Guy et Ide de Milly, qui épousa Jehan (Jean) III de Thorotte), entre le milieu du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle à la fin du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle ; les Thorotte (ou Thourotte) (Jehan (Jean) III, Gaucher II, et Isabeau de Thorotte, qui épousa Guy (Guyot) de Châteuavillain-Lury), de la fin du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle au début du Modèl:S mini- ; les Châteauvillain-Lury (Guy (Guyot), Jean et Johanne de Châteauvillain, qui épousa Guichard VI de Beaujeu), au début duSègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle ; les Beaujeu (Guichard VI, Guichard VII et Marie de Beaujeu, qui épousa Jean de Montaigu), d’environ 1316 à 1380 ; les Montaigu (Jean et Jehanne de Montaigu, qui épousa Guy de Rougemont), de 1380 à 1410 ; les Rougemont (Guy et Thibaut, qui vendit la seigneurerie à Charles Desmarets), de 1410 à 1445 ; les Desmarets (Charles et ses fils Philippe et Charles, qui vendirent la terre de Boissy à Louis de Brie), de 1445 à 1473 ; les Brie (Louis, Jean, Charles et Jeanne de Brie, qui épousa Antoine de Ravenel), de 1473 à 1514 ; les Ravenel (Antoine, Claude, Eustache et Françoise de Ravenel, qui épousa Frédéric, comte de Berghe, lequel vendit le fief à Louis I Le Fèvre de Caumartin), de 1514 à 1608 ; les Le Fèvre de Caumartin (Louis I, Louis II, Louis-François Ier, Louis-François II, Antoine-Louis-François Ier, Antoine-Louis-François II et Marc-Antoine Le Fèvre de Caumartin, dont les terres seront confisquées et qui mourra à Londres en 1803), de 1608 à 1793[10]. Le passage d’une famille à l’autre était du soit à l’absence d’héritier mâle, soit à une vente du fief. Après la Guerre de Cent Ans, la famille de Brie (seigneurs de Boissy), fait refaire l'église. Boissy-le-Châtel a 2 vocables : Saint-Laurent pour la paroisse, et Saint-Sulpice pour l’église. Les reliques de ces 2 Saints étaient portées en procession lors de la Saint-Laurent, occasion d'un pèlerinage alors très réputé pour la guérison des maux de dents.

En 1490, décès de Louis de Brie, seigneur de Boissy-le-Châtel, époux de Marie de Boulainvilliers, conseiller et chambellan de Louis XI. En 1518, décès du chanoine Charles de Brie, seigneur de Boissy (fils de Louis de Brie cité ci-dessus). En 1570, décès de Claude de Ravenel, seigneur de Rantigny et de Boissy, époux de Françoise d’Angennes (huguenote, elle fut dame d’honneur de Catherine de Médicis). 1646, baptême des 2 cloches de l'église qui disparaîtront, comme tant d'autres, sous la Révolution. Le 17 octobre 1690, Bossuet, évêque de Meaux, est en visite pastorale dans la localité.

En 1814 et 1815, le village est occupé par les Bavarois, et l'est à nouveau en 1870 par les Prussiens. La Révolution industrielle stimulant les activités, le moulin à papier Sainte-Marie est transformé, en 1820, en usine. De même, en 1861, une usine à chocolat s'établit dans le village. Après la guerre de 1870, la municipalité procède à un certain nombre d'aménagements au sein du village, dont la mairie-école, édifiée en 1880 et la station de chemin de fer, ouverte en 1884[7]. En 1838, dans son Histoire des environs de Paris, Julien de Gaulle (aïeul du général) écrit ceci au paragraphe concernant Boissy-le-Châtel : « Château : M. Villette a fait réparer les deux tours et les autres bâtiments existants. Ils sont environnés d'un jardin à l'anglaise et puis ... le village n'offre rien de remarquable ! » En 1857, baptême de la cloche de l'église.

Entre 1953 et 1965, sont agrandis les 2 groupes scolaires et réalisée l'adduction d'eau potable. En 1973, des travaux de rénovation de l'église permettent la mise à jour de la pierre tombale d'un des seigneurs du lieu, Louis de Brie. Au XXModèl:Ème siècle, l'usine à papier Sainte-Marie est achetée par un groupe papetier européen, qui produit à Boissy des papiers spéciaux, dont celui choisi pour les jeux Olympiques d'Albertville.


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Guy Dhorbait    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
800 933 889 901 1 049 1 106 1 103 1 090 1 153

1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 142 1 170 1 195 1 141 1 160 1 095 1 065 1 019 1 019

1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 053 1 060 1 119 1 041 1 116 1 134 1 154 1 266 1 391

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 271
1 284
1 393
1 725
2 366
2 661
3 014
3 028
3 069
2009 2010
3 090
3 151
3 110
3 172
{{{2 014}}}
{{{2 014tot}}}
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 http://www.cartesfrance.fr/carte-france-vila/77042_Boissy-lo-Chatel.html modèl {{Ligam web}} : paramètre « titre » mancant (consultat en 27 de febrièr de 2012) Error de citacion : Etiqueta <ref> no vàlida; el nom «cartesfrance» està definit diverses vegades amb contingut diferent.
  2. Hanotaux, G. (1889). « Los Pidoux ». Bulletin de la Societat de l'istòria de París e de la Ile-de-França, 16e an, 1889, pp. 3-13, accessible egalament aicí e Michaut, G. (1916). « Trabalhs recents sus la Fontaine ». Revista d'istòria literària de la França publicada per la Societat d'istòria literària de la França, Tome 23, 1916, pp.63-106.
  3. Hanotaux, G. (1889). « Les Pidoux ». Bulletin de la Société de l'histoire de Paris et de l'Ile-de-France, 16e année, 1889, pp. 3-13, accessible également ici et Michaut, G. (1916). « Travaux récents sur la Fontaine ». Revue d'histoire littéraire de la France publiée par la Société d'histoire littéraire de la France, Tome 23, 1916, pp.63-106.
  4. « Istorica. Origina del vilatge »
  5. Sarazin (1985), pàg.5.
  6. Sarazin (1985).
  7. 7,0 et 7,1 http://boissylechatel.free.fr/ modèl {{Ligam web}} : paramètre « titre » mancant (consultat en 27 de febrièr de 2012) Error de citacion : Etiqueta <ref> no vàlida; el nom «officiel» està definit diverses vegades amb contingut diferent.
  8. « Historique. Origine du village »
  9. Sarazin (1985), p.5.
  10. Sarazin (1985).