La Meignanne

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Salta a la navegació Salta a la cerca

La Meignanne
La Meignanne

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Mairie La Meignanne.jpg|center|280px|link=|border]]
Ancian presbytère reestructurat ne comuna l'an 2006
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania Map2.svg
geolocalizacion
Coordenadas 47° 31′ 14″ N, 0° 40′ 05″ O
Superfícia 23,39 km²
Altituds
 · Maximala
 · Mejana
 · Minimala
 
99 m
35 m
22 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
52
Païses de Léger Blason région fr Pays-de-la-Loire.svg
Departament
49
Maine e Léger Armas deu Departament de Maine e Léger
Arrondiment Angers
Canton Angers-Nord
Intercom
244900015
Angers Loire Métropole
Cònsol Marcel Maugeais (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Meignannais, Meignannaise (en francés)
Còde postal 49770
Còde INSEE 49196
Site officiel de la commune de La Meignanne

La Meignanne es una comuna francesa, situada dins lo departament de Maine e Léger e la region dels Païses de Léger .

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Comuna del Maine-e-Loire, situada a unitat|11|km {{}} al nòrd-oèst de Angieus.

Tèxte originau de l'article francés

Commune du Maine-et-Loire, située à 11 km au nord-ouest d'Angers.

Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgLa Meignanne
Comuna amb 4827 abitants (2000)Beaucouzé (5,6km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

I a 10 000 ans, a l'epòca de la pèira educada, la vallée del Brionneau èra ja viscuda, coma ne testifica lo dolmen situat sul marge drech del ruisseau a Fessine[1].

A l'epòca gallo-romaine, la rèsta del país a pas pas agut d'evolucionar fòrça. Demòra tot entièr cobèrt de bòsc, al mièg #que se'n tròba d'espleitacions de fèrre #que tiran partida de situacion géologique de la region. Los terrens del Silurien e del Grès armoricain #que forman una banda d'aperaquí tres quilomètres al nòrd de la municipalitat, son fòrça rics en vetas en barrant rovelles de fèrre.

La Meignanne tira lo sieu nom d'aquelas ancianas minas de fèrre e de la vocacion métallurgique atribuida als primièrs abitants. En fach, la raïtz anciana maignan o meignan evoca plan lo trabalh del fèrre, lo mestièr de chaudronnier.

Tales #èsser sens dobte las activitats #que #trobar Sant en Venent quand #arribar dins lo país dels « Meignans ». La legenda vòl #que siá la évangélisateur de las populacions paganes amassadas suls bòrds del Brionneau.

Uèi, Sant en Venent demòra lo patron de la parròquia. En lo parc del castèl Sant en Venent, se tròba encara jols arbres seculars, la fontaine e l'estatua del sant.

Fins a la Revolucion, lo bourg de la Meignanne presenta aquel aspècte typique dels sègles passats #qu'ofrisson pas mai que qualques escasses pòbles : glèisa e cementèri n'ocupan lo centre.

Lo cementèri environava aquela glèisa. Es en 1813 #que i aguèt transferit del luòc de la glèisa a la siá localizacion actuala.

Al moment ont l'administracion nascuda de la Revolucion se met progressivament en luòc, entre Brumaire an IV (en novembre 1795) e Messidor an VII (en junh 1799), la Meignanne a escuelhut coma cap de-luòc de costat. Vist de Angieus, la causida dels legisladors s'explica per la posicion centrala de la Meignanne, aital coma per la siá populacion (150 fuòcs, siatz 675 abitants aperaquí, en 1789) relativament important per l'epòca.

  1. Cridar, sus luòc #caler déchanter. Los camins #que pòrtan al cap de-luòc son absoludament impracticables e i a pas cap de ostal propice per lotjar una administracion.

Aquela li caldrà s'alegrar del presbytère. Bastit en 1738 e vendut, es alavetz réquisitionné. La municipalitat lo rachètera lo 1er en novembre 1826. Per l'ora, lo percepteur i porteria e los administradors del costat i an las siás sessions.

Qualques meses mai tard, lo 21 messidor an VII (9 de julhet 1799), çò cap de-luòc del costat a transferit a Montreuil-Belfroy, abans de tornar a Angieus. La vocacion administrativa de la Meignanne i aviá #èsser de cuerta durada.

Dempuèi 1832, la municipalitat crèa una escòla de caritat, #qu'establís en una grange del presbytère. En 1839, lo conselh nomena coma instituteur Senhor Lenepveu e dels corses an donat a las adultas.

Lo 24 de novembre 1867, un projècte de reconstruction d'una nòva comuna e d'un « ostal d'escòla de gojats » a establit. La primièra pèira a mes lo 30 d'abril 1868. Los recorses de la municipalitat, a la vespra de la Revolucion, son exclusivament agricòlas e aquel es pas que cap a la segonda mitat de la XIXen sègle que los forns a chaux son la siá aparicion per existir fins en 1914. Ne demòra pas mai uèi que la « butte » e la carrièra al Nòrd del centre-bourg.

En 2006, la comuna desplaça los sieus bureaux en lo ancià presbytère, après renauiment e estenduda de la bastissa, inaugurat lo 28 d'octòbre 2006.

Font Autorizacion de la difusion

Tèxte originau de l'article francés

Il y a 10 000 ans, à l’époque de la pierre polie, la vallée du Brionneau était déjà habitée, comme en témoigne le dolmen situé sur la rive droite du ruisseau à Fessine[2].

À l’époque gallo-romaine, le reste du pays n’a pas dû évoluer beaucoup. Il demeure tout entier couvert de bois, au milieu desquels on trouve des exploitations de fer qui tirent partie de situation géologique de la région. Les terrains du Silurien et du Grès armoricain qui forment une bande d’environ trois kilomètres au nord de la commune, sont très riches en filons renfermant des oxydes de fer.

La Meignanne tire son nom de ces anciennes mines de fer et de la vocation métallurgique attribuée aux premiers habitants. En fait, la racine ancienne maignan ou meignan évoque bien le travail du fer, le métier de chaudronnier.

Telles furent sans doute les activités que rencontra Saint Venant lorsqu’il arriva au pays des « Meignans ». La légende veut qu’il soit l’évangélisateur des populations païennes trouvées sur les bords du Brionneau.

Aujourd’hui, Saint Venant demeure le patron de la paroisse. Dans le parc du château Saint Venant, on trouve encore sous les arbres séculaires, la fontaine et la statue du saint.

Jusqu’à la Révolution, le bourg de la Meignanne présente cet aspect typique des siècles passés que n’offrent plus que quelques rares villages : église et cimetière en occupent le centre.

Le cimetière entourait cette église. C’est en 1813 qu’il fut transféré de la place de l’église à son emplacement actuel.

Au moment où l’administration née de la Révolution se met progressivement en place, entre Brumaire an IV (novembre 1795) et Messidor an VII (juin 1799), la Meignanne est choisie comme chef-lieu de canton. Vu d’Angers, le choix des législateurs s’explique par la position centrale de la Meignanne, ainsi que par sa population (150 feux, soit 675 habitants environ, en 1789) relativement importante pour l’époque.

Hélas, sur place il fallut déchanter. Les chemins qui mènent au chef-lieu sont absolument impraticables et il n’y a aucune maison propice pour loger une administration.

Celle-ci devra se contenter du presbytère. Construit en 1738 et vendu, il est alors réquisitionné. La commune le rachètera le 1er novembre 1826. Pour l’heure, le percepteur y loge et les administrateurs du canton y tiennent leurs séances.

Quelques mois plus tard, le 21 messidor an VII (9 juillet 1799), le chef-lieu du canton est transféré à Montreuil-Belfroy, avant de revenir à Angers. La vocation administrative de la Meignanne avait été de courte durée.

Dès 1832, la commune crée une école de charité, qu’elle établit dans une grange du presbytère. En 1839, le conseil nomme comme instituteur Monsieur Lenepveu et des cours sont donnés aux adultes.

Le 24 novembre 1867, un projet de reconstruction d’une nouvelle mairie et d’une « maison d’école de garçons » est établi. La première pierre est posée le 30 avril 1868. Les ressources de la commune, à la veille de la Révolution, sont exclusivement agricoles et ce n’est que vers la seconde moitié du XIXen siècle que les fours à chaux sont leur apparition pour exister jusqu’en 1914. Il n’en reste plus aujourd’hui que la « butte » et la carrière au Nord du centre-bourg.

En 2006, la mairie déplace ses bureaux dans l'ancien presbytère, après rénovation et extension du bâtiment, inauguré le 28 octobre 2006.

Source Autorisation de la diffusion

Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Marcel Maugeais    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 010 716 691 859 965 1 005 956 1 060 1 017

1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 048 1 042 1 081 1 022 1 012 966 942 920 903

1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
861 857 847 715 721 716 704 753 746

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
728
713
731
1 163
1 576
2 054
2 087
2 085
2 109
2009 2010
2 133
2 219
2 129
2 216
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. (fr) Mégalithes en Anjau de Michel Gruet e Charles-Tanguy Çò Roux - Edicions Cheminements, 2005 - Pagina 158 - (ISBN 284478397X).
  2. (fr) Mégalithes en Anjou de Michel Gruet et Charles-Tanguy Le Roux - Éditions Cheminements, 2005 - Page 158 - (ISBN 284478397X).