Pledeliav

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Salta a la navegació Salta a la cerca

Pledeliav
Plédéliac

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Ségé - Les pins de Plédéliac.jpg|center|280px|link=|border]]
Los pins de Plédéliac per Alexandre Ségé, 1874
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania Map2.svg
geolocalizacion
Coordenadas 48° 27′ 00″ N, 2° 23′ 12″ O
Localizacion sus la mapa de Bretanha
Superfícia 51,75 km²
Altituds
 · Maximala
 · Mejana
 · Minimala
 
111 m
102 m
17 m
Geografia politica
Region istorica Bretanha Armas de Bretanha
Estat Bandièra de França França
Region
53
Bretanha Logo Bretagne.png
Departament
22
Còstas d'Arvòr Armas deu Departament de las Còstas d'Arvòr
Arrondiment Dinan
Canton Jugon-les-Lacs
Intercom
242200632
Arguenon Hunaudaye
Cònsol Alain Briens (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Plédéliacais, Plédéliacaise (en francés)
Còde postal 22270
Còde INSEE 22175

Pledeliav en breton ( Plédéliac en francés) es una comuna bretona, situada dins lo departament de las Còstas d'Arvòr e la region de Bretanha.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

L'actuala municipalitat de Plédéliac compren, en mai del bourg, de nombroses luòcs-diches, que # : lo Roure-a lo-Lop, Sant-Jean, la Rovièra, la Tortillais, la Bertière, la Denais, lo Fougeray, lo Frêne, Sant-Maleu, lo Plessis-Camet, la Villéon, Loiserie, lo Pré, lo Sant-Esperit-de detlos-Bòsques, lo Cap-de detlo-Bòsc, la Vila-Morvan, la Brousse, la Goudais, lo Clos, lo Ligat, la Plançonnais, Sant-André, la Pefferie, èca.

Tres bòsques cobrisson entre el una part de la municipalitat de Plédéliac :

  • lo bòsc de Sant-Aubin (2 600 a),
  • lo bòsc de Coat-Jégu (bòsc privat),
  • lo bòsc de la Hunaudaye (1 040 a).

La municipalitat de Plédéliac se situa egalament sul marge oèst del barrage del Arguenon, ont se tròba sustot implantada una basa nàutica réputée.

Tèxte originau de l'article francés

L’actuelle commune de Plédéliac comprend, outre le bourg, de nombreux lieux-dits, parmi lesquels : le Chêne-au-Loup, Saint-Jean, la Chênaie, la Tortillais, la Bertière, la Denais, le Fougeray, le Frêne, Saint-Maleu, le Plessis-Camet, la Villéon, Loiserie, le Pré, le Saint-Esprit-des-Bois, le Chef-du-Bois, la Ville-Morvan, la Brousse, la Goudais, le Clos, le Lié, la Plançonnais, Saint-André, la Pefferie, etc.

Trois forêts couvrent une partie de la commune de Plédéliac :

  • la forêt de Saint-Aubin (2 600 ha),
  • la forêt de Coat-Jégu (forêt privée),
  • la forêt de la Hunaudaye (1 040 ha).

La commune de Plédéliac se situe également sur la rive ouest du barrage de l'Arguenon, où se trouve notamment implantée une base nautique réputée.


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Plédéliac Ven del breton ploe (parròquia) e de sant Théleau o sant Teliaw. A l'origina Plédéliac significava doncas « parròquia de Sant Théliau.

Sant Théleau èra un sant breton, procedent del Galles. I auriá #èsser lo discipol del archevêque Dubricius (o Dubrice e de sant Paulinus. Pendent lo sieu sojorn en Armorique, i auriá #èsser un compagnon de sant Samson abans de tornar dins la siá tèrra natala. Es, coma sant Edern, representat amb un cerf, benlèu una christianisation de l'ancian dieu celte Cernunnos.

Article detalhat : sant Théleau.
Article detalhat : Cernunnos.

D'un punt d'enguarda chronologique, se tròba las appellations seguentas : Pledelia (en 1187-1200), Pledeliau (en 1219), Per. De Pludeliau, Pledelia (en 1234), Pludelia (en 1248, en 1264, en 1298, cap a 1330), Pledeliat (en 1364), Pledelia (en 1420, en 1514, en 1536, en 1583), Pledeliac (en 1569).

Lo albereda tampa #que se situava près del vilatge de Sant-André testificava d'una preséncia umana dels environs de Plédéliac dempuèi la Préhistoire. Malgrat aiçò, la parròquia a pas evocat en los documents istorics #qu'a partir de la Mièja Edat.

Plédéliac Es doncas una anciana parròquia primitive #qu'englobava antany lo territòri de l'actuala municipalitat de Plédéliac aital coma lo territòri del anciana comuna de Trégomar (uèi ligada a la municipalitat de Lamballe).

Lo nom de Pludeliau a citat dempuèi 1219. Es aquel d'una parròquia dempuèi 1235, d'après lo cartulaire del abbaye de Sant-Aubin-de detlos-Bòsques (Anc. év. III, 52, 81). Lo abbaye cistercienne de Sant-Aubin-de detlos-Bòsques, émanation d'aquela de Bégard, a fondat entre 1130 e 1138, sens dobte pel comte Geffroy Boterel.

Al Mièja Edat, la parròquia de Plédéliac aperten al diocèse de Sant-Brieuc e a per succursale lo Sant-Esperit, ancian ermitage de la duchesse Constance e ancian prieuré, proprietat de la abbaye de Beaulieu (en Languédias). L'anciana parròquia de Plédéliac dépendait de la subdélégation de Lamballe e del ressort de Jugon. Lo comte de Rieux n'èra lo senhor. La curació èra a l'ordinari (dicha Ogée), a l'alternativa (dicha lo Pouillé de Tors).

En 1214, lo pòrti de Bretanha, Pierre Mauclerc, autoriza los Tournemine a bastir una fortalesa. El l'ofèrta per #encobrir las tèrras de Pleherel, de Landébia e del bòsc alavetz dich « de Lamballe ». De contunh, los senhors de la Hunaudaye e de Penthièvre acuèlhon sus las siás tèrras los religioses del prieuré del Sant-Esperit e de la abbaye de Sant-Aubin-de detlos-Bòsques, #que contribuisson al défrichement, a la ponduda en valor del territòri e al desvolopament de tecnicianas agricòlas nòvas.

La fortalesa de la Hunaudaye, bastida a partir de 1220, èra la clau del Penthièvre ; erigida en baronnie a Modèl:La s mini-, #resistir a las temptativas de demolicion de la Revolucion.

Dempuèi l'epòca medievala, l'importància del bòsc sul territòri es crucial. L'ancian bòsc de Lanmeur a rebatejat bòsc de la Hunaudaye en lo moment de la pujada en poténcia de las Tournemine, los senhors del Castell de la Hunaudaye.

Pauc a pauc, es a l'entorn de la glèisa paroissiale Sant-Malo #que se desvolòpa lo bourg de Plédéliac. La distincion de la Hunaudaye, per çò qu'es d'ela, a erigit en baronnie dels Estats de Bretanha lo 6 de setembre de 1487. Al cors de la Revolucion, lo castèl e lo abbaye de Sant-Aubin an saquejat, coma tant d'autras a França, mas, força urosament, son pas pas destruits.

Plédéliac Elegís la siá primièra municipalité al començament de 1790 e ven cap de-luòc d'un costat dempuèi aquela epòca fins en laan X.

Fins al començament de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, lo bòsc de la Hunaudaye a espetat pel carbon e lo bòsc de œuvre, #çò qu'apòrta un complement important a la vocacion agricòla de la comuna. Al cors de la Segonda Guèrra mondiala, en 1943 justament, un maquis ven se fixar a la Hunaudaye e divèrsas parachutages d'armas an efectuat en 1944 en las Lanas de Plédéliac.

Tèxte originau de l'article francés

Plédéliac vient du breton ploe (paroisse) et de saint Théleau ou saint Teliaw. À l'origine Plédéliac signifiait donc « paroisse de Saint Théliau.

Saint Théleau était un saint breton, originaire du Pays de Galles. Il aurait été le disciple de l'archevêque Dubricius (ou Dubrice et de saint Paulinus. Durant son séjour en Armorique, il aurait été un compagnon de saint Samson avant de retourner dans sa terre natale. Il est, comme saint Edern, représenté avec un cerf, peut-être une christianisation de l'ancien dieu celte Cernunnos.

Article detalhat : saint Théleau.
Article detalhat : Cernunnos.

D'un point de vue chronologique, on rencontre les appellations suivantes : Pledelia (en 1187-1200), Pledeliau (en 1219), Par. de Pludeliau, Pledelia (en 1234), Pludelia (en 1248, en 1264, en 1298, vers 1330), Pledeliat (en 1364), Pledelia (en 1420, en 1514, en 1536, en 1583), Pledeliac (en 1569).

L'allée couverte qui se situait à proximité du village de Saint-André attestait d'une présence humaine des environs de Plédéliac dès la Préhistoire. Cependant, la paroisse n'est évoquée dans les documents historiques qu'à partir du Moyen Âge.

Plédéliac est donc une ancienne paroisse primitive qui englobait jadis le territoire de l'actuelle commune de Plédéliac ainsi que le territoire de l'ancienne commune de Trégomar (aujourd'hui rattachée à la commune de Lamballe).

Le nom de Pludeliau est cité dès 1219. C’est celui d’une paroisse dès 1235, d'après le cartulaire de l'abbaye de Saint-Aubin-des-Bois (Anc. év. III, 52, 81). L'abbaye cistercienne de Saint-Aubin-des-Bois, émanation de celle de Bégard, est fondée entre 1130 et 1138, sans doute par le comte Geffroy Boterel.

Au Moyen Âge, la paroisse de Plédéliac appartient au diocèse de Saint-Brieuc et a pour succursale le Saint-Esprit, ancien ermitage de la duchesse Constance et ancien prieuré, propriété de l'abbaye de Beaulieu (en Languédias). L'ancienne paroisse de Plédéliac dépendait de la subdélégation de Lamballe et du ressort de Jugon. Le comte de Rieux en était le seigneur. La cure était à l'ordinaire (dit Ogée), à l'alternative (dit le Pouillé de Tours).

En 1214, le duc de Bretagne, Pierre Mauclerc, autorise les Tournemine à construire une forteresse. Il leur offre pour cela les terres de Pleherel, de Landébia et de la forêt alors dite « de Lamballe ». Puis, les seigneurs de la Hunaudaye et de Penthièvre accueillent sur leurs terres les religieux du prieuré du Saint-Esprit et de l'abbaye de Saint-Aubin-des-Bois, qui contribuent au défrichement, à la mise en valeur du territoire et au développement de techniques agricoles nouvelles.

La forteresse de la Hunaudaye, construite à partir de 1220, était la clé du Penthièvre ; érigée en baronnie au Modèl:S mini-, elle résista aux tentatives de démolition de la Révolution.

Dès l'époque médiévale, l'importance de la forêt sur le territoire est cruciale. L'antique forêt de Lanmeur est rebaptisée forêt de la Hunaudaye lors de la montée en puissance des Tournemine, les seigneurs du Château de la Hunaudaye.

Peu à peu, c'est autour de l'église paroissiale Saint-Malo que se développe le bourg de Plédéliac. La seigneurie de La Hunaudaye, quant à elle, est érigée en baronnie des États de Bretagne le 6 septembre 1487. Au cours de la Révolution, le château et l'abbaye de Saint-Aubin sont pillés, comme tant d'autres en France, mais, fort heureusement, ne sont pas détruits.

Plédéliac élit sa première municipalité au début de 1790 et devient chef-lieu d'un canton depuis cette époque jusqu'en l'an X.

Jusqu'au début du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, la forêt de la Hunaudaye est exploitée pour le charbon et le bois d'œuvre, ce qui apporte un complément important à la vocation agricole de la commune. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, en 1943 précisément, un maquis vient se fixer à la Hunaudaye et plusieurs parachutages d'armes sont effectués en 1944 dans les Landes de Plédéliac.


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Alain Briens    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 688 1 713 1 763 1 903 2 007 2 017 2 024 2 044 2 128

1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 054 2 051 2 077 2 162 2 255 2 211 2 255 2 302 2 186

1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 084 2 041 1 959 1 737 1 707 1 644 1 562 1 436 1 388

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 399
1 390
1 336
1 300
1 232
1 238
1 256
1 258
1 262
2009 2010
1 268
1 306
1 284
1 315
{{{2 014}}}
{{{2 014tot}}}
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]