Guenroc

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Gwenroc'h
Guenroc

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Guenroc 1.JPG|center|280px|link=|border]]
[[Fichièr:Blason de la ville de Guenroc (Côtes-d'Armor).svg|75px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2016.svg
geolocalizacion
Coordenadas 48° 19′ 05″ N, 2° 04′ 26″ O
Localizacion sus la mapa de Bretanha
Superfícia 7,39 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
102 m
23 m
Geografia politica
Region istorica Bretanha Armas de Bretanha
Estat Bandièra de França França
Region
53
Bretanha Logo Bretagne.png
Departament
22
Còstas d'Arvòr Armas deu Departament de las Còstas d'Arvòr
Arrondiment Dinan
Canton Caulnes
Intercom
242200608
du Pays de Caulnes
Cònsol Henri Desportes (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Guenrocois (en francés)
Còde postal 22350
Còde INSEE 22069

Genroc en galò; Gwenroc'h en breton ( Guenroc en francés) es una comuna bretona, situada dins lo departament de las Còstas d'Arvòr e la region de Bretanha.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Cèrts autors ancians suggerisson que lo nom de Guenroc vendriá de sant Guenroc orthographié egalament, Guirec e Guero, discipol de sant Tugdual, apôtre de Lanmeur, abbé de divèrsas comunitats. fin finala Divèrsas familhas de la region pòrtan los noms de Guenroc e de Guero. Benlèu dels ancêtres d'aquelas familhas existissián a l'epòca ont viviá sant Guenroc o Guero ? Guenroc Dètz benlèu lo sieu nom al rocher de quartz blanc situat al nòrd del bourg. N'efièch, gwen en breton significa blanc e calhau, rocher[ref. necessària].

Lo ponch culminant de Guenroc es elevat d'unitat|103|mètres {{}}, a situat en una pichona parcelle boisée près de de lo luòc-ditz La Rosais.

Guenroc existissiá en 1286[ref. necessària]. La parròquia existissiá en 1371 [1]Modèl:Referéncia insufisenta.

La municipalitat possedís un blason, d'origina fòrça ancian[ref. necessària] #que se legís aital : « De sòus a 3 calhaus de tauler de caras 2 e 1 », #çò que vòl dire que lo fons del écu es de color sòus e los tres calhaus de color roja. Los senhors del Lattay #qu'existissián abans la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle possedissián lo meteis blason amb una bordure a l'entorn, del temps qu'aquel de Guenroc ne possedís pas pas.

A l'èst e al sud, la Rance, fleuve litoral, es vengut sus lo sieu territòri un lac al continuament de l'edificacion del barrage de Rophemel meses n'aiga l'an 1937. A l'oèst, un de los sieus afluents, lo Fremeur, de contunh una linha activa d'aquel riu al luòc-ditz La Fosse al Lop a materializat per ruisseaux e dels ancians camins.

Guenroc A environat per las municipalitats de Plouasne, Guitté, Caulnes, Plumaudan, Sant-Maden. Antany, La municipalitat comptava entre las siás vesinas aquela de Médréac (èra riveraine de la Rance dempuèi lo riu de Néal fins al ruisseau de la Vila-Jonc en Guitté).

En 1855, i i aviá 438 a dins tèrras labourables, 41 a en prés e pâturages, 87 a en bòsques, 14 a ne de òrtas e de jardins, 78 a en landes e de tèrras incultas ; del temps qu'en 1990, 428 a son dins tèrras labourables, 61 a en prés, 122 a en bòsques, 39 a en landes e 7 a en jardins.

Per aqueles dos ans, las chifras comprenon pas pas los sòls, camins, rotas, rius e divèrs.

Lo sòl es fòrça variat e manca sovent de homogénéité [ref. necessària]:

  • Los schistes e poudingues - pèiras arrodonides e connectats per un ciment natural - donan de sòls pesats ont dels argilas grisa e òcras ne fan de terrens impermeables engreishats d'aiga en ivèrn, en venent shuts e durs en #èsser, #qu'es imprescindible de drainer.
  • Los sables e poudingues donan de terrens un pauc mens pesats.
  • Lo granit per la siá décomposition, forma de bones sòls silico-argileux pro filtrants.
  • Los quartzites donan de sòls pro squelettiques e shuts ont la ròca maire aflora.
  • Lo grès armoricain
  • I a tanben del fèrre en divèrses endroits de la comuna. Al temps ont existissiá carretas amb de grandas ròdas bardées de fèrre #que creusaient de prigondas ornières, l'aiga #que i stagnait veniá color rouille. Qualques carrièras de pèiras e de pissarras an conegut antany una cèrta activitat. La darrièra carrièra de pèira situada en lo bòsc de Guenroc a pas cessat la siá activitat #qu'en 1935-1936.

Existís, a Guenroc, de fòrça nombrosas residéncias secondaires que los proprietaris vivon pas #qu'en fin de setmana o pendent las vacanças.

Tèxte originau de l'article francés

Certains auteurs anciens suggèrent que le nom de Guenroc viendrait de saint Guenroc orthographié également, Guirec et Guero, disciple de saint Tugdual, apôtre de Lanmeur, abbé de plusieurs communautés. Enfin plusieurs familles de la région portent les noms de Guenroc et de Guero. Peut-être des ancêtres de ces familles existaient-ils à l'époque où vivait saint Guenroc ou Guero ? Guenroc doit peut-être son nom au rocher de quartz blanc situé au nord du bourg. En effet, gwen en breton signifie blanc et roc, rocher[ref. necessària].

Le point culminant de Guenroc est haut de 103 mètres, il est situé dans une petite parcelle boisée près du lieu-dit La Rosais.

Guenroc existait en 1286[ref. necessària]. La paroisse existait en 1371 [2]Modèl:Référence insuffisante.

La commune possède un blason, d'origine très ancienne[ref. necessària] qui se lit ainsi : « D'argent à 3 rocs d'échiquier de gueules 2 et 1 », ce qui veut dire que le fond de l'écu est de couleur argent et les trois rocs de couleur rouge. Les seigneurs du Lattay qui existaient avant le Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle possédaient le même blason avec une bordure autour, tandis que celui de Guenroc n'en possède pas.

À l'est et au sud, la Rance, fleuve côtier, est devenue sur son territoire un lac à la suite de l'édification du barrage de Rophemel mis en eau en 1937. À l'ouest, un de ses affluents, le Fremeur, puis une ligne allant de cette rivière au lieu-dit La Fosse au Loup est matérialisée par des ruisseaux et des anciens chemins.

Guenroc est entourée par les communes de Plouasne, Guitté, Caulnes, Plumaudan, Saint-Maden. Autrefois, la commune comptait parmi ses voisines celle de Médréac (elle était riveraine de la Rance depuis la rivière de Néal jusqu'au ruisseau de la Ville-Jonc en Guitté).

En 1855, il y avait 438 ha en terres labourables, 41 ha en prés et pâturages, 87 ha en bois, 14 ha en vergers et jardins, 78 ha en landes et terres incultes ; alors qu'en 1990, 428 ha sont en terres labourables, 61 ha en prés, 122 ha en bois, 39 ha en landes et 7 ha en jardins.

Pour ces deux années, les chiffres ne comprennent pas les sols, chemins, routes, rivières et divers.

Le sol est très varié et souvent manque d'homogénéité [ref. necessària]:

  • Les schistes et poudingues - cailloux arrondis et reliés par un ciment naturel - donnent des sols lourds où des argiles grises et ocres en font des terrains imperméables gorgés d'eau en hiver, devenant secs et durs en été, qu'il est indispensable de drainer.
  • Les sables et poudingues donnent des terrains un peu moins lourds.
  • Le granit par sa décomposition, forme de bons sols silico-argileux assez filtrants.
  • Les quartzites donnent des sols assez squelettiques et secs où la roche mère affleure.
  • Le grès armoricain
  • Il y a aussi du fer dans plusieurs endroits de la commune. Au temps où il existait des charrettes avec de grandes roues bardées de fer qui creusaient de profondes ornières, l'eau qui y stagnait devenait couleur rouille. Des carrières de pierres et d'ardoises ont connu autrefois une certaine activité. La dernière carrière de pierre située dans le bois de Guenroc n'a cessé son activité qu'en 1935-1936.

Il existe, à Guenroc, de très nombreuses résidences secondaires que les propriétaires n'habitent qu'en fin de semaine ou pendant les vacances.


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Lo bastiment de la bastissa s'es acabat l'an 1465, data inscricha sul portail del costat oèst. En lo campanal, dos ranquejas s'es succedida. La primièra, Nathalie, es bénie lo 2 d'octòbre de 1763. A probablament #èsser retirada pendent la Revolucion francesa, #que fondava una campana de totas las parròquias #que ne possedissián doas. La segonda campana, Françoise, es bénie l'an 1773. Aquela campana es encara presenta e se fa sentir totes los jorns. Malgrat #encobrir, la glèisa a pas pas tròp sofèrt de l'epòca revolucionària.

Pendent de nombroses ans, la glèisa contunha a èsser mantenuda mercés als dons e a las disposicions testamentaires de las paroissiens. Al mièg de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, la costum d'efectuar d'inversions importantas tòrna. En 1864, un nòu camin de crotz a erigit e en 1866, lo chœur a mes a nòu per la met d'un parquet en if e en châtaignier. Los stalles an reposat a l'entorn del chœur sus supòrts nòus.

En 1869, a decidit de bastir una tuta, per i metre siá estatuas en representant una descenuda de Crotz, siá un Crist sus una Crotz al mièg de rochers, environat de doas estatuas, la Santa Vèrge e Sant Jean. Lo segond projècte a realizat e la tuta a cobèrt de veires de colors desparièras, e a consolidat a nòu cinc ans mai tard.

En 1883, Pierre Mahé fa l'aquesiment d'una relòtge per la glèisa. Pierre Mahé i aviá fach metre doas esfèras, lo un a la basa del campanal costat bourg, lo segond, mai pichon, sul pignon oèst. Sembla qu'aquel darrièr i aja pas pas foncionat longtemps.

En 1884, los autars son repeints e lo chœur enrajolat, los piliers e los arcs repiqués e rejointoyés. Los vidrieres actuales remplaçan #çò qu'existisson a l'epòca. En 1895, la toiture de la glèisa es entièrament refacha. En 1902, d'importants trabalhs an efectuat a la Sacristie. Lo cònsol, Histrion Forcouëffe, i fa remplaçar lo plancher e las bigas.

Lo 9 de decembre de 1905, la Lei de separacion de las Glèisas e de l'Estat a votat. Al cors de la siá aplicacion l'an 1906, d'importants cambiaments se produsisson. Los Consell de fabrica, #que gerissián los bens apertenentes a la glèisa, son dissòlv. Aquel de Guenroc #aver la siá darrièra session lo dimenge 25 de novembre 1906. A aquela data, las immeubles de las glèisas venon de bens communaux, a carga evidentament per las municipalitats dels manténer, pas restant doncas a las parròquias que las mantenenças dels mòbles e objèctes divèrses en se trobant al dedins de las glèisas aital coma los trabalhs diches locatifs.

Fin 1938, la capèla de Beaumont a restaurat. Los boiseries situadas a lo-dessus e davant l'autar an trach, las rèishas #que la environavan tanben, lo parquet fòrça degradat a suprimit. En 1939, es al torn de la capèla costada nòrd (designada successivament jols noms de Capèla de la Vèrge, Capèla del Rosaire, Sant-Hubert, o encara de la Ròca, perque ocupada dempuèi divèrses sègles pels abitants d'aquel solar) d'èsser restaurada. En 1942, un nòu camin de crotz patina granit blau ombreja amb encadrement roure remplaça aquel de 1864. La stèle #que commémore los mainats de Guenroc mòrts per la França, mesa sus l'autar Sant Fiacre, en la capèla de Beaumont data del meteis an. Es en 1943 que lo retable en bòsc del mèstre-autar, probablament de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle coma las boiseries #que la enquadravan a #èsser trach e remplaçat per un nòu en ciment amb tabernacle. En 1944, la Santa Taula en bòsc en datant de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle a desmontat e remplaçada per una nòva en ciment. En 1945, es la chaire egalament de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, #qu'a desmontat e, ela tanben, remplaçada per una notícia en ciment.

Una installacion electrica l'an 1971 assegura lo foncionament de las agulhas de l'esfèra e fa sonar la campana Françoise.

Tèxte originau de l'article francés

La construction de l'édifice s'est terminée en 1465, date inscrite sur le portail du côté ouest. Dans le clocher, deux cloches se sont succédé. La première, Nathalie, est bénie le 2 octobre 1763. Elle a probablement été retirée durant la Révolution française, qui fondait une cloche de toutes les paroisses qui en possédaient deux. La seconde cloche, Françoise, est bénie en 1773. Cette cloche est encore présente et se fait entendre tous les jours. Malgré cela, l'église n'a pas trop souffert de l'époque révolutionnaire.

Pendant de nombreuses années, l'église continue à être entretenue grâce aux dons et aux dispositions testamentaires des paroissiens. Au milieu du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, l'habitude d'effectuer des investissements importants revient. En 1864, un nouveau chemin de croix est érigé et en 1866, le chœur est remis à neuf par la pose d'un parquet en if et en châtaignier. Les stalles sont replacées autour du chœur sur des appuis neufs.

En 1869, il est décidé de construire une grotte, pour y placer soit des statues représentant une descente de Croix, soit un Christ sur une Croix au milieu de rochers, entouré de deux statues, la Sainte Vierge et Saint Jean. Le second projet est réalisé et la grotte est couverte de verres de couleurs différentes, et est consolidée à nouveau cinq ans plus tard.

En 1883, Pierre Mahé fait l'acquisition d'une horloge pour l'église. Pierre Mahé avait fait placer deux cadrans, l'un à la base du clocher côté bourg, le second, plus petit, sur le pignon ouest. Il semble que ce dernier n'ait pas fonctionné très longtemps.

En 1884, les autels sont repeints et le chœur dallé, les piliers et les arcs repiqués et rejointoyés. Les vitraux actuels remplacent ceux qui existent à l'époque. En 1895, la toiture de l’église est complètement refaite. En 1902, d'importants travaux sont effectués à la Sacristie. Le maire, Histrion Forcouëffe, y fait remplacer le plancher et les poutres.

Le 9 décembre 1905, la Loi de séparation des Églises et de l'État est votée. Au cours de son application en 1906, d'importants changements se produisent. Les Conseil de fabrique, qui géraient les biens appartenant à l'Église, sont dissous. Celui de Guenroc tint sa dernière séance le dimanche 25 novembre 1906. A cette date, les immeubles des églises deviennent biens communaux, à charge évidemment pour les communes de les entretenir, ne restant donc aux paroisses que les entretiens des meubles et objets divers se trouvant à l'intérieur des églises ainsi que les travaux dits locatifs.

Fin 1938, la chapelle de Beaumont est restaurée. Les boiseries situées au-dessus et devant l'autel sont enlevées, les grilles qui l'entouraient aussi, le parquet très dégradé est supprimé. En 1939, c'est au tour de la chapelle côté nord (désignée successivement sous les noms de Chapelle de la Vierge, Chapelle du Rosaire, Saint-Hubert, ou encore de La Roche, car occupée depuis plusieurs siècles par les habitants de ce manoir) d'être restaurée. En 1942, un nouveau chemin de croix patine granit bleu ombre avec encadrement chêne remplace celui de 1864. La stèle qui commémore les enfants de Guenroc morts pour la France, placée sur l'autel Saint Fiacre, dans la chapelle de Beaumont date de la même année. C'est en 1943 que le retable en bois du maître-autel, probablement du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle comme les boiseries qui l'encadraient a été enlevé et remplacé par un nouveau en ciment avec tabernacle. En 1944, la Sainte Table en bois datant du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle est démontée et remplacée par une neuve en ciment. En 1945, c'est la chaire également du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, qui est démontée et, elle aussi, remplacée par une nouvelle en ciment.

Une installation électrique en 1971 assure le fonctionnement des aiguilles du cadran et fait sonner la cloche Françoise.


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Henri Desportes    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
569 433 490 476 570 526 563 587 577
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
568 529 550 535 511 514 503 472 482
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
451 415 412 350 335 347 339 294 279
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
268
249
193
185
176
195
183
188
197
2009 2010
207
214
216
223
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. Procès de canonisation de Charles de Bles
  2. Procès de canonisation de Charles de Blois