Plussulien

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Plusulian
Plussulien

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Defautoc.png|center|280px|link=|border]]
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2016.svg
geolocalizacion
Coordenadas 48° 17′ 01″ N, 3° 04′ 09″ O
Localizacion sus la mapa de Bretanha
Superfícia 22,49 km²
Altituds
 · Maximala
 · Mejana
 · Minimala
 
305 m
210 m
152 m
Geografia politica
Region istorica Bretanha Armas de Bretanha
Estat Bandièra de França França
Region
53
Bretanha Logo Bretagne.png
Departament
22
Còstas d'Arvòr Armas deu Departament de las Còstas d'Arvòr
Arrondiment Saint-Brieuc
Canton Corlay
Intercom
242200822
du Pays de Corlay
Cònsol Gilles Thomas (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Plussulianais, Plussulianaise (en francés)
Còde postal 22320
Còde INSEE 22244

Plusulian en breton ( Plussulien en francés) es una comuna bretona, situada dins lo departament de las Còstas d'Arvòr e la region de Bretanha.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Plussulien Es una municipalitat rurala de 22 km², situada a una quarentena de quilomètres al sud-oèst de Sant-Brieuc. La siá produccion es essencialament agricòla : de pòrcs, lach, œufs, bovins. La siá produccion vegetala es sustot destinada a la consomacion animal : blat, dacsa, colza. Se fa tanben un pauc de produccion vegetala destinada a la consomacion umana : pichons pois, mongetas.

Coma fòrça municipalitats ruralas de la Bretanha centrala, Plussulien acuèlh de nombrós Anglés, una vintena de familhas aperaquí, #que quatre o cinc ne son ailà a plen temps.

Equipements Collectius : comuna, glèisa, capèla, escòla, terren de fotbòl, terren de tennis, jòcs de bòlas, sala de las fèstas, sala polivalenta.

Comèrcis : #forn# de pan, bistrot, restaurant, (agut per Anglés), jardinerie, marbrerie funéraire.

Artesans : maçon, couvreur, mantenença d'espacis verdes, perruquer, électricien. Mas i a pas mai de sabotiers, ni de ferrièr, ni de bourrelier.

La parròquia fa partida del territòri breton tradicional del país Fañch

Tèxte originau de l'article francés

Plussulien est une commune rurale de 22 km², située à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de Saint-Brieuc. Sa production est essentiellement agricole : porcs, lait, œufs, bovins. Sa production végétale est surtout destinée à la consommation animale : blé, maïs, colza. Il se fait aussi un peu de production végétale destinée à la consommation humaine : petits pois, haricots.

Comme beaucoup de communes rurales de la Bretagne centrale, Plussulien accueille de nombreux Anglais, une vingtaine de familles environ, dont quatre ou cinq sont là à plein temps.

Equipements collectifs : mairie, église, chapelle, école, terrain de foot, terrain de tennis, jeux de boules, salle des fêtes, salle polyvalente.

Commerces : boulangerie, bistrot, restaurant, (tenu par des Anglais), jardinerie, marbrerie funéraire.

Artisans : maçon, couvreur, entretien d'espaces verts, coiffeur, électricien. Mais il n'y a plus de sabotiers, ni de forgeron, ni de bourrelier.

La paroisse fait partie du territoire breton traditionnel du pays Fañch


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Lo nom de Plussulien es sustot conegut per protegir a qualques quilomètres al sud del bourg lo celèbre luòc de Quelfennec, descobèrt l'an 1964 pel archéologue Charles-Tanguy Lo Roux, #qu'èra, se se pòt dire, LO centre technologique de l'epòca Neolític datat cap a -4000 abans J.C[1]. Es ailà n'efièch #que i aviá extrach la matèria primièra en avent permeses la fabricacion de las pigassas de pèira educada, en dolérite, #que se se servissiá a aquela epòca per portar a plan los grands trabalhs de desforestació en permetent l'estenduda dels domenis de cultura agricòla. Las pigassas de Quelfennec n'an #èsser trobat en tot l'oèst de la França (de la Normandie al Languedoc) e meteis en tota l'Euròpa occidentala, pròva de la siá granda valor.

Del Neolític, nos demòra tanben un menhir (3 mètres aperaquí), trucat lo menhir de Kerjégu, e mai se siá pro luènh de Kerjégu : se tròba ne fa en un bòsc al nòrd de la rota Sant-Mayeux-Laniscat, al sud del luòc de las pigassas de pèira.

Del edat del fèrre, divèrses sosterranhes son arribats fins a nosautres.

Almens dos an #èsser explorès per archéologues de mestièr, un a Kervignac, un autre al Hellès. D'unes autres an #èsser soslinhats, a Couffignec, e près de la rota de Corlay, un pauc abans la rota de Kerfanc. Segon qualqu'uns, als tempses gaulois, lo territòri de Plussulien èra al limit dels territòris dels Coriosolites, al nòrd e a l'èst, dels Vénètes, al sud, e dels Osismes, a l'oèst.

Plussulien Tira lo sieu nom de Plòu, la parròquia primitive, e de Sulien, un prince vengut del Galles, #que presidís tanben Sant-Suliac, en Ille-e-Vilaine. Lo territòri de la parròquia primitive s'estendiá, segon qualqu'uns, de Quintin a Gouarec, aperaquí. Abans la Revolucion, una granda part de lo sieu territòri aperteniá a la familha de Rohan. Del punt d'enguarda religiós, fasiá partida del diocèse de Kemper, del punt d'enguarda juridic, de la sénéchaussée de Ploërmel, #qu'ela-quitament dépendait del présidial de Vannes. Jean Lo Tallec a produsit una istòria : "Un paysan breton jos Louis XIV" ont conta pel menu l'istòria d'un de las siás aïeux #que demorava en Plussulien.

Fins a 1930, a Plussulien, se parlava breton. Es cap a 1930, que las familhas se son mesas a éduquer los sieus mainats en franceses.

En 1936, çò de mès de jove deputat elegit a l'Assemblada nacionala èra de Plussulien, s'agís de Pèira Sérandour, i aviá 27 ans e 5 mes.

Sul monument als mòrtes, 104 noms an inscrich (òc, aja plan legit, #cent quatre), 93, al títol de la guèrra 1914-1918, e 11, al títol de la Segonda Guèrra mondiala.

L'electricitat a #èsser disponibla en tot endroit de Plussulien en 1956.

Lo anautit dèbit Internet es disponibla dempuèi la prima 2006.

La ret de évacuation de las aigas usadas es en cors de realizacion.

Tèxte originau de l'article francés
Le site de Quelfennec à Plussulien - Carrière de pierre néolithique - Vue rapprochée

Le nom de Plussulien est surtout connu pour abriter à quelques kilomètres au sud du bourg le célèbre site de Quelfennec, découvert en 1964 par l'archéologue Charles-Tanguy Le Roux, qui était, si on peut dire, LE centre technologique de l'époque Néolithique daté vers -4000 avant J.C[1]. C'est là en effet qu'était extraite la matière première ayant permis la fabrication des haches de pierre polie, en dolérite, dont on se servait à cette époque pour mener à bien les grands travaux de déforestation permettant l'extension des domaines de culture agricole. Les haches de Quelfennec ont été retrouvé dans tout l'ouest de la France (de la Normandie au Languedoc) et même dans toute l'Europe occidentale, preuve de leur grande valeur.

Du Néolithique, il nous reste aussi un menhir (3 mètres environ), appelé le menhir de Kerjégu, bien qu'il soit assez loin de Kerjégu : il se trouve en fait dans un bois au nord de la route Saint-Mayeux-Laniscat, au sud du site des haches de pierre.

De l'âge du fer, plusieurs souterrains sont parvenus jusqu'à nous.

Au moins deux ont été explorés par des archéologues de métier, un à Kervignac, un autre au Hellès. D'autres ont été signalés, à Couffignec, et près de la route de Corlay, un peu avant la route de Kerfanc. Selon certains, aux temps gaulois, le territoire de Plussulien était à la limite des territoires des Coriosolites, au nord et à l'est, des Vénètes, au sud, et des Osismes, à l'ouest.

Plussulien tire son nom de Plou, la paroisse primitive, et de Sulien, un prince venu du Pays de Galles, qui préside aussi Saint-Suliac, en Ille-et-Vilaine. Le territoire de la paroisse primitive s'étendait, selon certains, de Quintin à Gouarec, environ. Avant la Révolution, une grande partie de son territoire appartenait à la famille de Rohan. Du point de vue religieux, elle faisait partie du diocèse de Quimper, du point de vue juridique, de la sénéchaussée de Ploërmel, qui elle-même dépendait du présidial de Vannes. Jean Le Tallec a produit une histoire : "Un paysan breton sous Louis XIV" où il raconte par le menu l'histoire d'un de ses aïeux qui vivait à Plussulien.

Jusqu'à 1930, à Plussulien, on parlait breton. C'est vers 1930, que les familles se sont mises à éduquer leurs enfants en français.

En 1936, le plus jeune député élu à l'Assemblée nationale était de Plussulien, il s'agit de Pierre Sérandour, il avait 27 ans et 5 mois.

Sur le monument aux morts, 104 noms sont inscrits (oui, vous avez bien lu, cent quatre), 93, au titre de la guerre 1914-1918, et 11, au titre de la Seconde Guerre mondiale.

L'électricité a été disponible en tout endroit de Plussulien en 1956.

Le haut débit Internet est disponible depuis le printemps 2006.

Le réseau d'évacuation des eaux usées est en cours de réalisation.


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Gilles Thomas    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 345 740 1 234 1 214 1 502 1 688 1 567 1 548 1 638
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 522 1 499 1 510 1 376 1 412 1 428 1 429 1 395 1 340
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 372 1 375 1 334 1 274 1 171 1 117 1 025 955 883
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
860
761
707
660
596
515
491
488
487
2009 2010
484
490
492
505
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. 1,0 et 1,1 Charles-Tanguy Lo Roux, « Lo outillage de pèira educada en métadolérite del tipe A : los talhièrs de Plussulien, Còstas-de Armor : produccion e difusion al Neolític en la França de l'Oèst e mai enlà. », Universitat de Roazhon, 1999 Error de citacion : Balise <ref> non valide ; le nom « Charles-Tanguy_Le_Roux » est défini plusieurs fois avec des contenus différents