Silly-en-Gouffern

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Silly-en-Gouffern
Silly-en-Gouffern

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:[[Imatge:silly.f350.langFR p. 328]</ref>.|290px]]|center|280px|link=|border]]
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2016.svg
geolocalizacion
Coordenadas 48° 45′ 20″ N, 0° 04′ 13″ E
Superfícia 39,83 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
246 m
159 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
28
Normandia
Departament
61
Orne Armas del Departament d'Orne
Arrondiment Argentan
Canton Exmes
Intercom
246100671
du Pays d' Exmes
Cònsol Josette Lasseur (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Silléens (en francés)
Còde postal 61310
Còde INSEE 61474

Silly-en-Gouffern es una comuna francesa, situada dins lo departament d'Orne e la region de la Bassa Normandia.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Situada a Unitat|8|km {{}} a l'èst de Argentan, Silly-en-Gouffern s'estend sus formatnum:3983 {{}} ectaras #que près de 80 % de bòsques (3 107 ectaras)[1] E se étire sus Unitat|13.5|km {{}} dempuèi lo sieu extremitat nòrd-oèst en tocant Bailleul fins a lo sieu extremitat sud-oèst en tocant Almenêches.

La mai granda part de lo sieu territòri n'a ocupat per la bòsc de Gouffern. En lo sieu mièg, en una pichona banda de tèrra pas boisée, flueix lo riu lo Ure, de siás n'oèst, près que # se'n situan lo vilatge e la majoritat dels ostals, e de part e d'autra #que se'n tròban lo bòsc de Pichona Gouffern, al sud, e aquela de Grand Gouffern, al nòrd. La municipalitat es egalament traversada en lo sieu ais es-oèst per la départementale 926 (anciana rota nacionala 26).

Constituida de bocage en la siá part pas boisée, Silly-en-Gouffern se situa al País de Auge ont es a la lisière sud, en bordure de la plana de Argentan.

Lo meridià zèro o Meridià de Greenwich travèrsa la municipalitat de Silly-en-Gouffern a lo sieu extremitat oèst (en Grand bòsc de Gouffern al nivèl de la rota départementale D916, près de Sévigny).

Comunas confrontantas de Silly-en-Gouffern[2]
Silly-en-Gouffern[2]
Almenêches
Tèxte originau de l'article francés

Située à 8 km à l'est d'Argentan, Silly-en-Gouffern s'étend sur 3 983 hectares dont près de 80 % de bois (3 107 hectares)[3] et s'étire sur 13,5 km depuis son extrémité nord-ouest touchant Bailleul jusqu'à son extrémité sud-ouest touchant Almenêches.

La plus grande partie de son territoire est occupée par la forêt de Gouffern. En son milieu, dans une petite bande de terre non boisée, coule la rivière l'Ure, d'est en ouest, à proximité de laquelle se situent le village et la plupart des maisons, et de part et d'autre de laquelle se trouvent la forêt de Petite Gouffern, au sud, et celle de Grande Gouffern, au nord. La commune est également traversée dans son axe est-ouest par la départementale 926 (ancienne route nationale 26).

Constituée de bocage dans sa partie non boisée, Silly-en-Gouffern se situe au Pays d'Auge où elle est à la lisière sud, en bordure de la plaine d'Argentan.

Le méridien zéro ou Méridien de Greenwich traverse la commune de Silly-en-Gouffern à son extrémité ouest (en Grande forêt de Gouffern au niveau de la route départementale D916, près de Sévigny).

Comunas confrontantas de Silly-en-Gouffern[4]
Bailleul
Occagnes
Villedieu-lès-Bailleul, Tournai-sur-Dive,
Aubry-en-Exmes
Le Bourg-Saint-Léonard
Sévigny
Urou-et-Crennes
Sai
Silly-en-Gouffern[4] Le Pin-au-Haras
Aunou-le-Faucon Almenêches La Cochère


Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgSilly-en-Gouffern
Comuna amb 200 abitants (2000)Sai (3,4km)
Comuna amb 264 abitants (2000)Fel (5,9km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Se tròba a Silly-en-Gouffern de las traces fòrça ancianas de peuplement, coma çò menhir trucat « la Pierre levada », en datant del Neolític[5].

Qualques vestigis ancians #èsser egalament trobats, sustot un camp romain près de Santa-Eugénie[6],[7] e un autre camp gallo-romain al luòc-dich del « Roure al Guèine »[8]. Es en aquel darrièr luòc, situat sul marge esquèrre de la Ure, en Bòsc de Pichona Gouffern, a « un quatren de llegua del anciana abbaye », #que i aguèt descobèrt, en julhet 1830, un tresaur d'almens 5000 condecoris romaines en pesant 36 libres[7],[9],[10],[11]. Per en un autre luòc, una fontaine, telefonada « fontaine de devocion Santa-Laurent », pòrta l'inscripcion : « plaça d'aiga bastida a lo-dessus e en la substruction d'una fòrça anciana fontaine publica #que las rèstas n'an #èsser descobèrts e restaurats l'an 1897, fasiá partida d'una station romaine, aquela de Silius »[12].

Lo abbaye de Silly-en-Gouffern, fondada cap a 1150, èra al Mièja Edat una importanta abbaye normande.

Casuda a las mans dels Angleses, Silly-en-Gouffern i aguèt représ pels Franceses en mai-en agost 1364[13].

Tèxte originau de l'article francés

On trouve à Silly-en-Gouffern des traces très anciennes de peuplement, comme le menhir appelé « la Pierre levée », datant du Néolithique[5].

Des vestiges antiques furent également trouvés, notamment un camp romain près de Sainte-Eugénie[14],[7] et un autre camp gallo-romain au lieu-dit du « Chêne au Renard »[15]. C'est dans ce dernier lieu, situé sur la rive gauche de l'Ure, en Forêt de Petite Gouffern, à « un quart de lieue de l'ancienne abbaye », que fut découvert, en juillet 1830, un trésor d'au moins 5000 médailles romaines pesant 36 livres[7],[9],[16],[17]. Par ailleurs, une fontaine, appelée « fontaine de dévotion Saint-Laurent », porte l'inscription : « poste d'eau construit au-dessus et dans la substruction d'une très ancienne fontaine publique dont les restes ont été découverts et restaurés en 1897, faisait partie d'une station romaine, celle de Silius »[18].

L'abbaye de Silly-en-Gouffern, fondée vers 1150, était au Moyen Âge une importante abbaye normande.

Tombée aux mains des Anglais, Silly-en-Gouffern fut reprise par les Français en mai-août 1364[19].


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Josette Lasseur    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
644 639 675 748 762 712 856 863
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
830 789 704 729 687 600 605 584 585
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
597 582 577 524 476 469 408 459 412
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
401
384
370
445
479
465
440
437
433
2009 2010
423
434
421
432
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. Font: Lo costat de Exmes sul luòc França, lo tresaur de las regions.
  2. http://www.geoportail.fr/visu2d.Don?ter=metropole modèl {{Ligam web}} : paramètre « titre » mancant
  3. Source: Le canton d'Exmes sur le site France, le trésor des régions.
  4. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  5. 5,0 et 5,1 Veire Basa Mérimée PAN00110952 Notícia N°de PAN00110952, Ministèri francés de la Cultura. e Basa Mérimée Notícia N°IA00001696, Ministèri francés de la Cultura., veire tanben la seccion #que lududes a consagrat en l'article sus la bòsc de Gouffern. Error de citacion : Balise <ref> non valide ; le nom « pierre_lev.C3.A9e » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  6. Veire Basa Mérimée Notícia N°IA00001697, Ministèri francés de la Cultura..
  7. 7,0, 7,1, 7,2 et 7,3 PAN81&dq=%22Ch%C3%AAne+a lo+Guèine%22 Memòrias de la Societat nacionala de las antiquaires de França, « Nòta sus qualques antiquitats romaines de la arrondissement de Argentan (Adorna) pel Sr. Stanislas De Colleville », 1838, Modèl:Pàg.81-82 Error de citacion : Balise <ref> non valide ; le nom « Colleville » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  8. Veire Basa Mérimée Notícia N°IA00001690, Ministèri francés de la Cultura..
  9. 9,0 et 9,1 lo+Guèine%22 Carta del Sr. Galeron Al Sr. De Caumont del 26 de julhet de 1830, en Memòrias de la Societat de las antiquaires de Normandie, 1830, Modèl:Pàg.336 Error de citacion : Balise <ref> non valide ; le nom « Lettre_de_M._Galeron » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  10. Joseph Odolant-Desnos, La França; descripcion géographique, estatistica e topographique, volum Adorna, en Verdière, 1834, Modèl:Pàg.43
  11. Societat de savis e de littérateurs de Roan, de Can e de las principalas vilas de la Normandie, jos la direccion del Sr. De Caumont, Revista normande, volum 1, 1830, article « Condecores romaines descobèrtas a Silly près de Argentan », Modèl:Pàg.135-136
  12. Veire Basa Mérimée Notícia N°IA00001689, Ministèri francés de la Cultura..
  13. Alfred Coville, Los Estats de Normandie : las siás originas e lo sieu desvolopament al XIVe sègle, París, 1894 Modèl:Pàg.328
  14. Voir Basa Mérimée Notícia N°IA00001697, Ministèri francés de la Cultura..
  15. Voir Basa Mérimée Notícia N°IA00001690, Ministèri francés de la Cultura..
  16. Joseph Odolant-Desnos, La France; description géographique, statistique et topographique, volume Orne, chez Verdière, 1834, p. 43
  17. Société de savants et de littérateurs de Rouen, de Caen et des principales villes de la Normandie, sous la direction de M. de Caumont, Revue normande, volume 1, 1830, article « Médailles romaines découvertes à Silly près d'Argentan », p. 135-136
  18. Voir Basa Mérimée Notícia N°IA00001689, Ministèri francés de la Cultura..
  19. Alfred Coville, Les États de Normandie : leurs origines et leur développement au XIVe siècle, Paris, 1894 p. 328