La Chapelle-d'Andaine

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

La Chapelle-d'Andaine
La Chapelle-d'Andaine

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Defautoc.png|center|280px|link=|border]]
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2016.svg
geolocalizacion
Coordenadas 48° 32′ 02″ N, 0° 28′ 38″ O
Superfícia 15,50 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
258 m
118 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
28
Normandia
Departament
61
Orne Armas del Departament d'Orne
Arrondiment Alençon
Canton Juvigny-sous-Andaine
Intercom
246100630
du pays d'Andaine
Cònsol Jean-Claude Fourquet (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Chapellois (en francés)
Còde postal 61140
Còde INSEE 61096

La Chapelle-d'Andaine es una comuna francesa, situada dins lo departament d'Orne e la region de la Bassa Normandia.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

La Capèla-de Andaine, situada en lo país de Andaine, al sud-es del Bocage normand, fa partida del Parc natural regional Normandie-Maine. La municipalitat a vorejat al nòrd per la bòsc de Andaine (4 120 a), a l'èst per Bagnoles-de-lo Adorna e Tessé-Froulay, al sud per Haleine e Geneslay e a l'oèst per Juvigny-jos-Andaine,lo sieu cap de-luòc de costat.

Tèxte originau de l'article francés

La Chapelle-d'Andaine, située dans le pays d'Andaine, au sud-est du Bocage normand, fait partie du Parc naturel régional Normandie-Maine. La commune est bordée au nord par la forêt d'Andaine (4 120 ha), à l'est par Bagnoles-de-l'Orne et Tessé-Froulay, au sud par Haleine et Geneslay et à l'ouest par Juvigny-sous-Andaine,son chef-lieu de canton.


Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgLa Chapelle-d'Andaine
Comuna amb 268 abitants (2000)Geneslay (2,4km)
Comuna amb 258 abitants (2000)Haleine (3,3km)
Comuna amb 283 abitants (2000)Thubœuf (3,9km)
Comuna amb 151 abitants (2000)Beaulandais (5,0km)
Comuna amb 1025 abitants (2000)Couterne (5,1km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Aquel bourg #èsser un centre de extraction d'argila per la fabricacion de briques e de poterie[1].

En 1159, Guillaume de Passavant, avesque de las Mans, confirma los dreches dels fraires de Lonlay a requectar #dire de la glèisa Santa-Ostal Châtaigniers e de las siás dependéncias, bastida entre Juvigny e Haleine, #lo que dreches los sieus avián #èsser concedits en 1017 per una charte de Guillaume Talvas, senhor de Domfront. Qualqu'uns situan aquela glèisa dins lo vilatge de la Paissièra. A aquela epòca, lo marécage ont se tròba lo bourg actual èra pas encara ni asséché, ni défriché, e la vida se concentrava a l'entorn del castèl del senhor del Bòsc Motté, entre los pòbles del Passoir, de la Renardière e de la Valette, al nòrd del territòri communal actual.

En març 1271, se tròba per las primièras fes la denominacion « Capèla Moche » en una bulle del pape Grégoire X, #que reconeis als fraires de Lonlay los #dire #que requectavan en aquela parròquia. D'aqueles documents disponibles a l'Archiu départementales, sòrt #qu'a l'entorn del an 1000, una comunitat umana es pro vertebrada per èsser redevable de #dire, e #qu'en 1271, pòrta lo nom #que serà #lo sieu fins al Modèl:XXe sègle.

Lo primièr curé conegut es Guillaume Bernard, chapelain del évêché de las Mans cossí lo menciona un document de la bibliotèca de las Mans datadas de 1315. En 1728 desapareis lo ermitage dels Chataigniers[2].

Fins en 1832, lo limit provincial traversava lo mièg de la parròquia, la en separant en doas parts desparièras. Al plànol civil, cèrts dépendaient del bailliage de Domfront, d'autras del marquisat de Lassay. Sul plànol écclésiastique, las doas parts èran jos la juridiction de l'avesque de las Mans amb cadun lo sieu patron : santas Julien e sant Ostal-Madeleine. Es per la lei de la Mes invalid (de març) #que fixa los nòus limits entre lo Adorna e la Mayenne, e la ordonnance de la que la municipalitat, coma Céaucé e Sant-Fraimbault-sus-Pisse, an jonch en lo Adorna[3]. Es en 1887 #qu'un decrèt #fusionar las doas parts de la parròquia.

Sus un croquis a panatòri d'ausèl realizat cap a 1820, se percep la glèisa amb la siá anciana e la siá notícia vira, e lo cementèri lo en environant. Cara se trobava a la glèisa la pleta del presbytère e l'escòla. Un nòu cementèri dich « grand cementèri » existís dempuèi los ans 1730 a la sortida del bourg, cap a Bagnoles-de-lo Adorna. En 1737, una capèla La nòstra-Madama de Pitié a bastit, remplaçada l'an 1864 per l'actual. Un luòc del mercat se trobava cara a la rota de Domfront, a la localizacion de l'actuala encreuament principal de la comuna. La rota de Alençon a pas #èsser bastida #qu'après.

Segon l'informe dels architectes, levat en 1885, la glèisa de l'epòca i aviá la charpente e cèrtas maçonneries de las Modèl:XVe s-Sègle XVIs. La bastissa de plànol cruciforme, coma Geneslay, amb un campanal cobèrt d'un tet a batière, a engrandit de doas bas-costats, probablament a la fin del Sègle XVIII. En 1858, se remplaça lo vièlh campanal per un torn surmontée d'una fletxa. Continuament a l'informe, la causida a fach de destruir l'anciana glèisa e de ne bastir una nòva. Un conflicte entre lo cònsol e lo curé retarda d'uèch ans los trabalhs. Fin finala en 1893, los trabalhs an compromés per s'acabar en 1897-1898 amb l'inauguracion de la glèisa Sant-Ostal-Madeleine.

En 1946, Roland Fléchard lança la siá entrepresa #que prospèrera al cors dels ans.

Lo 16 de novembre 1961, una modificacion administrativa transforma lo nom de la Capèla-Moche en La Capèla-de Andaine, del nom de la bòsc de Andaine.

Tèxte originau de l'article francés

Ce bourg fut un centre d'extraction d'argile pour la fabrication de briques et de poterie[4].

En 1159, Guillaume de Passavant, évêque du Mans, confirme les droits des moines de Lonlay à percevoir des dîmes de l’église Sainte-Marie des Châtaigniers et de ses dépendances, construite entre Juvigny et Haleine, lesquels droits leurs avaient été accordés en 1017 par une charte de Guillaume Talvas, seigneur de Domfront. Certains situent cette église au village de la Prise. À cette époque, le marécage où se trouve le bourg actuel n’était encore ni asséché, ni défriché, et la vie se concentrait autour du château du seigneur du Bois Motté, entre les villages du Passoir, de la Renardière et de la Valette, au nord du territoire communal actuel.

En mars 1271, on trouve pour la première fois la dénomination « Chapelle Moche » dans une bulle du pape Grégoire X, qui reconnaît aux moines de Lonlay les dîmes qu’ils percevaient dans cette paroisse. De ces documents disponibles aux Archives départementales, il ressort qu’autour de l’an 1000, une communauté humaine est suffisamment structurée pour être redevable de dîmes, et qu’en 1271, elle porte le nom qui sera le sien jusqu’au Modèl:XXe siècle.

Le premier curé connu est Guillaume Bernard, chapelain de l'évêché du Mans comme le mentionne un document de la bibliothèque du Mans daté de 1315. En 1728 disparaît l’ermitage des Chataigniers[5].

Jusqu’en 1832, la limite provinciale traversait le milieu de la paroisse, la séparant en deux parties distinctes. Au plan civil, certains dépendaient du bailliage de Domfront, d’autres du marquisat de Lassay. Sur le plan écclésiastique, les deux parties étaient sous la juridiction de l’évêque du Mans avec chacun son patron : saint Julien et sainte Marie-Madeleine. C'est par la loi du Mes invalid (mars) qui fixe les nouvelles limites entre l'Orne et la Mayenne, et l'ordonnance du Mes invalid (août) que la commune, comme Céaucé et Saint-Fraimbault-sur-Pisse, sont unies dans l'Orne[6]. C’est en 1887 qu’un décret fusionna les deux parties de la paroisse.

Sur un croquis à vol d’oiseau réalisé vers 1820, on aperçoit l’église avec son ancienne et sa nouvelle tour, et le cimetière l’entourant. Face à l’église se trouvait l’enclos du presbytère et l’école. Un nouveau cimetière dit « grand cimetière » existe depuis les années 1730 à la sortie du bourg, vers Bagnoles-de-l’Orne. En 1737, une chapelle Notre-Dame de Pitié est construite, remplacée en 1864 par l’actuelle. Une place du marché se trouvait face à la route de Domfront, à l’emplacement de l’actuel carrefour principal de la commune. La route d’Alençon n’a été construite qu’après.

Selon le rapport des architectes, dressé en 1885, l’église de l’époque avait la charpente et certaines maçonneries des Modèl:XVe s-Sègle XVIs. L’édifice de plan cruciforme, comme à Geneslay, avec un clocher couvert d’un toit à batière, est agrandie de deux bas-côtés, probablement à la fin du Sègle XVIII. En 1858, on remplace le vieux clocher par une tour surmontée d’une flèche. Suite au rapport, le choix est fait de détruire l’ancienne église et d’en construire une nouvelle. Un conflit entre le maire et le curé retarde de huit ans les travaux. Finalement en 1893, les travaux sont engagés pour se terminer en 1897-1898 avec l'inauguration de l'église Sainte-Marie-Madeleine.

En 1946, Roland Fléchard lance son entreprise qui prospèrera au cours des ans.

Le 16 novembre 1961, une modification administrative transforme le nom de La Chapelle-Moche en La Chapelle-d'Andaine, du nom de la forêt d'Andaine.


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Jean-Claude Fourquet    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 427 1 326 1 323 1 352 1 186 2 904 2 598 2 553 2 630
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 514 2 413 2 324 2 169 2 069 1 951 1 926 1 920 1 937
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 874 1 905 1 815 1 459 1 411 1 345 1 334 1 282 1 260
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 358
1 321
1 417
1 390
1 546
1 600
1 544
1 561
1 559
2009 2010
1 542
1 598
1 526
1 582
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. http://www.normandieweb.org/61/juvignysousandaine/lachapelledandaine/index.html
  2. Abbé Pierre-Dominique Bernier, siá=X&vertat=book_result&ct=result&resnum=1&ved=0CC0Q6AEwAA#v=onepage&q=capèla-moche&f=false Pròva Sul Tèrç-Estat Rural O Los Paysans de Bassa-Normandie, Bibliolife, 2009.
  3. Claude Motte,Isabelle Séguy e Christine Théré, Comunas d'ièr, comunas d'uèi: las municipalitats de la França metropolitana, 1801-2001 : diccionari d'istòria administrativa, Institut nacional d'estudis démographiques, París, 2003, PAN150&dq=capèla-moche&hl=fr&ei=1Lz-TKOzMoyWswaF2KHzBQ&la siá=X&vertat=book_result&ct=result&resnum=1&ved=0CCgQ6AEwAA#v=onepage&q=capèla-moche&f=false legir sus Google Libres
  4. http://www.normandieweb.org/61/juvignysousandaine/laChapelledandaine/index.html
  5. Abbé Pierre-Dominique Bernier, Essai Sur Le Tiers-État Rural Ou Les Paysans de Basse-Normandie, Bibliolife, 2009.
  6. Claude Motte,Isabelle Séguy et Christine Théré, Communes d'hier, communes d'aujourd'hui: les communes de la France métropolitaine, 1801-2001 : dictionnaire d'histoire administrative, Institut national d'études démographiques, Paris, 2003, lire sur Google Livres