Soribas

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Soribas
Sourribes

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Defautoc.png|center|280px|link=|border]]
[[Fichièr:Blason Sourribes.svg|75px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania map (1).png
geolocalizacion
Coordenadas 44° 08′ 58″ N, 6° 00′ 58″ E
Superfícia 19,75 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
1 438 m
467 m
Geografia politica
Region istorica Provença Armas de Provença
Estat Bandièra de França França
Region
93
Provença Aups e Còsta d'Azur
Departament
4
Aups d'Auta Provença Armas dau Departament deis Aups d'Auta Provença
Arrondiment Forcauquier
Canton Volona
Intercom
240400531
Lure Vançon Durance
Cònsol Michel Heymiès (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Sourribois (en francés)
Còde postal 04290
Còde INSEE 04211

Soribas (Sourribes en francés) es una comuna provençala, situada dins lo departament deis Aups d'Auta Provença e la region de Provença-Aups-Còsta d'Azur.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

La municipalitat a traversat pel Vançon. Lo vilatge a situat a unitat|420|mètres}} d'altitud[1].

Tèxte originau de l'article francés

La commune est traversée par le Vançon. Le village est situé à 420 mètres d’altitude[1].


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

De las ruïnes romaines son presentas a Beaudument. Divèrsas descobèrtas de monedas romaines an #aver luòc sus la comuna[2].

La localité apareis per las primièras fes en las chartes en 739[3], quand una colonge a donat pel patrice Abbon al abbaye de Novalaise[4]. La comunitat de Soribas levava de la baillie de Sisteron[4].

Una abbaye de sœurs bénédictines a fondat abans 1160, e i rèsta fins en 1464 e lo sieu regroupement amb lo abbaye Sant-Clara de Sisteron. Lo abbaye rèsta senhor del luòc[1],[3].

Un maquis a creat a Soribas a la prima 1943 ; èra en partida constituit de paysans #que contunhavan a aver una vida normala, mas #qu'èran mobilisables dins las doas oras[5]. Servís al començament a protegir los rebèls al servici del trabalh obligatòri (STO). Plan situat en la vallée de la Durance, aqueles maquis ven un relèu pels resistentes o estrangièrs de passatge, cap a Sisteron sustot. A tanben aculhit una desena de déserteurs de la Wehrmacht, #qu'èran Luxemborgeois incorporats de fòrça[6].

Lo 6 de febrièr, los Alemands lançan una operacion de ratissage per destruir aqueles maquis. La siá temptativa es un échec parcial : degun maquisard a pas fach presoèr (meteis s'i a qualques ferits), mas los maquis es dissòlv e los sieus membres se repartisson entre los maquis de Châteauneuf-Val-Sant-Donat, Cruis e Fòrça-de-França a Barrême[6]. Aqueles maquis a pas jamai #èsser reconegut per l'administracion[7].

La municipalitat de Beaudument lududes a ligat en 1909[8], del temps qu'èra tres fes mai granda mas en via d'èsser desertada (1528 ectaras contra 446)[4]. La comunitat medievala, establida a Vière près del castèl, comptava 24 fuòcs al dénombrement de 1315, mas èra inhabitée l'an 1471[3]. La comunitat se reconstitue a Modèl:La s, l'abitat en s'installant mai luènh en la vallée del Vançon. Lo vilatge e la siá glèisa Santa-Jean-Baptiste an abandonat al cors del sègle seguent, l'abitat en se desplaçant al masatge de Vigorós, sulpic dotat d'una capèla Santa-Pierre, #que ven la glèisa paroissiale[4]. En 1765, Beaudument aviá 68 abitants[3].

Tèxte originau de l'article francés

Des ruines romaines sont présentes à Beaudument. Plusieurs découvertes de monnaies romaines ont eu lieu sur la commune[9].

La localité apparaît pour la première fois dans les chartes en 739[3], lorsque une colonge est donnée par le patrice Abbon à l’abbaye de Novalaise[4]. La communauté de Soribas relevait de la baillie de Sisteron[4].

Une abbaye de sœurs bénédictines est fondée avant 1160, et y reste jusqu’en 1464 et son regroupement avec l’abbaye Saint-Claire de Sisteron. L’abbaye reste seigneur du lieu[1],[3].

Un maquis est créé à Soribas au printemps 1943 ; il était en partie constitué de paysans qui continuaient à avoir une vie normale, mais qui étaient mobilisables dans les deux heures[10]. Il sert au début à abriter les réfractaires au service du travail obligatoire (STO). Bien situé dans la vallée de la Durance, ce maquis devient un relais pour les résistants ou étrangers de passage, vers Sisteron notamment. Il a aussi accueilli une dizaine de déserteurs de la Wehrmacht, qui étaient des Luxembourgeois incorporés de force[6].

Le 6 février, les Allemands lancent une opération de ratissage pour détruire ce maquis. Leur tentative est un échec partiel : aucun maquisard n'est fait prisonnier (même s'il y a quelques blessés), mais le maquis est dissous et ses membres se répartissent entre les maquis de Châteauneuf-Val-Saint-Donat, Cruis et Fort-de-France à Barrême[6]. Ce maquis n'a jamais été reconnu par l'administration[11].

La commune de Beaudument lui est rattachée en 1909[8], alors qu’elle était trois fois plus grande mais en voie d’être désertée (1528 hectares contre 446)[4]. La communauté médiévale, établie à Vière près du château, comptait 24 feux au dénombrement de 1315, mais était inhabitée en 1471[3]. La communauté se reconstitue au Modèl:Ligam sègleModèl:Verificacion sègle, l’habitat s’installant plus loin dans la vallée du Vançon. Le village et son église Saint-Jean-Baptiste sont abandonnés au cours du siècle suivant, l’habitat se déplaçant au hameau de Vigoureux, aussitôt doté d’une chapelle Saint-Pierre, qui devient l’église paroissiale[4]. En 1765, Beaudument avait 68 habitants[3].


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Michel Heymiès    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
241 240 303 293 266 230 232 211 215
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
198 194 201 172 167 182 182 169 160
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
163 146 137 136 110 104 95 97 84
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
60
73
75
74
116
138
177
176
174
2009 2010
173
175
173
175
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 Error de citacion : Balisa <ref> incorrècta ; pas de tèxte per las referéncias nomenadas La_Torre.
  2. Modèl:Collier-Anautita-Provence, p 36
  3. 3,0, 3,1, 3,2, 3,3, 3,4, 3,5, 3,6 et 3,7 Modèl:Atlàs istorica de la Provence, pàg. 201 Error de citacion : Balise <ref> non valide ; le nom « AHP » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  4. 4,0, 4,1, 4,2, 4,3, 4,4, 4,5, 4,6 et 4,7 Error de citacion : Balisa <ref> incorrècta ; pas de tèxte per las referéncias nomenadas archeo-provence.
  5. Fernand Tardy, Bonsoir pichona princessa bleue - Sector de Digne de l'Armada secrèta, jos-sector de Thoard, Terradou, 1990, ISBN 2-907389-14-9, p 32-34
  6. 6,0, 6,1, 6,2 et 6,3 Error de citacion : Balisa <ref> incorrècta ; pas de tèxte per las referéncias nomenadas basses-alpes3945-maquis.
  7. http://de bassas-alpes39-45.fr/resistance/Maquis/maquis_as.php modèl {{Ligam web}} : paramètre « titre » mancant (consultat en 10 d'octòbre de 2012)
  8. 8,0 et 8,1 EHESS, nòta communale de Sourribes sus la basa de donadas Cassini, consultada lo 31 de julhet de 2009 Error de citacion : Balise <ref> non valide ; le nom « Cassini » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  9. Modèl:Collier-Haute-Provence, p 36
  10. Fernand Tardy, Bonsoir petite princesse bleue - Secteur de Digne de l'Armée secrète, sous-secteur de Thoard, Terradou, 1990, ISBN 2-907389-14-9, p 32-34
  11. « La Résistance LES MAQUIS DE L'ARMEE SECRETE. » (consultat lo 10 octobre 2012)