Mesèu

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Mesèu
Mézel

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Defautoc.png|center|280px|link=|border]]
[[Fichièr:Blason Mezel.svg|75px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania map (1).png
geolocalizacion
Coordenadas 43° 59′ 51″ N, 6° 11′ 48″ E
Superfícia 21,36 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
971 m
537 m
Geografia politica
Region istorica Provença Armas de Provença
Estat Bandièra de França França
Region
93
Provença Aups e Còsta d'Azur
Departament
4
Aups d'Auta Provença Armas dau Departament deis Aups d'Auta Provença
Arrondiment Dinha
Canton Mesèu
Intercom
240400465
des Trois Vallées
Cònsol Pierre Suzor (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Mézeliens (en francés)
Còde postal 04270
Còde INSEE 04121

Mesèu (Mézel en francés) es una comuna provençala, situada dins lo departament deis Aups d'Auta Provença e la region de Provença-Aups-Còsta d'Azur.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

La municipalitat a traversat pel Asse. Lo vilatge a situat a 575 m d'altitud[1].

Tèxte originau de l'article francés

La commune est traversée par l’Asse. Le village est situé à 575 m d'altitude[1].


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Lo sieu territòri i auriá #èsser estrossejat pels Saxons a la Modèl:Vida sègle[1].

Lo nom del vilatge a citat per las primièras fes al Sègle XIII (Mesellum)[2]. La localité aperteniá a las de comtes de Provence #qu'extrasián un peatge sus la rota activa de la vallée de la Asse a Digna[3]. La comunitat levava de la baillie de Digna[4]. Lo prieuré Sant-Vincent (#que la capèla n'es jos la titulature de La nòstra-Madama) levava de la abbaye de Montmajour, #que ne requectava las intradas[4].

En 1348, la reina Jeanne, caçada de lo sieu reialme de Nàpols, li calguèt se refugiar en Provence. Per reconquérir los sieus Estats napolitains, #vendre Avignon al pape per formatnum:80000 {{}} florins, e #obténer al passatge lo absolution pontificale #que la ruscava de tota sospècha en l'omicidi de lo sieu primièr espós André d'Ongria. Reconnaissante, #Ofrir a Guillaume II Roger, fraire del pape, lo fief de Valernes, #que i aguèt erigit en vicomté per cartas brevets en 1350[5]. La notícia vicomté compreniá las comunitats de Bayons, Vaumeilh, la Motte, Bellaffaire, Gigors, Lauzet, las Mées, Mézel, Entrevennes e lo Castellet, amb los sieus juridictions e de dependéncias[6].

Un pogrom a luòc en 1355 contra la pichona comunitat josieva locala.

La vila a estrossejat per las Ligueurs pendent las guèrras de religion. Ven vila reiala en la primièra mitat del Sègle XVII, e beneficia d'una fièra[7]. Una émeute anti-fiscala a luòc en 1775, e un avocat de Digne a pres a despart[8]. En 1785, una notícia émeute a luòc contra lo piquet, autre nom del concession, impòst sus las merças en dintrant dins la vila. Divèrses membres de la municipalité son d'en un autre luòc contra aquel nòu impòst, coma lo jutge Chauvet[9].

La societat patriotique de la municipalitat i a creat pro précocement pendent l'estiu 1792[10]. La capèla Sant Sebastian, bastida al nòrd de la municipalitat per lutar contra la peste de 1624, a vendut cossí plan nacionala. A rasat l'an 1840[4].

Al sègle XIX, la municipalitat produsida de las prunas secadas, los pistolets ; de divèrses ostals #que lo graèr n'a condicionat en séchoir, amb murs ajourés. Qualqu'uns d'aquelas disposicions se veson encara[11].

En 1884, la municipalitat a tocat per l'epidèmia de choléra : parlar 9 mòrts[12]. Lo 14 d'agost 1891, lo primièr tren arriba en parca de Mézel-Châteauredon, en procedéncia de Digna[13]. L'estacion es alavetz terminus, fins a #çò que la linha i aurà esperlongat fins a Sant-André-los-Alpes e inaugurada lo 15 de mai de l'an seguent[14]. Lo tunèl de la Tusta a acabat en 1903, e la totalitat de la linha entre Sant-André e Niça a inaugurat del 5 al 7 d'agost 1911 en preséncia de Victor Augagneur, ministra dels Trabalhs Publics[14].

Tèxte originau de l'article francés

Son territoire aurait été ravagé par les Saxons au Modèl:VIe siècle[1].

Le nom du village est cité pour la première fois au Sègle XIII (Mesellum)[2]. La localité appartenait aux comtes de Provence qui prélevaient un péage sur la route allant de la vallée de l’Asse à Digne[3]. La communauté relevait de la baillie de Digne[4]. Le prieuré Saint-Vincent (dont la chapelle est sous la titulature de Notre-Dame) relevait de l’abbaye de Montmajour, qui en percevait les revenus[4].

En 1348, la reine Jeanne, chassée de son royaume de Naples, dut se réfugier en Provence. Pour reconquérir ses États napolitains, elle vendit Avignon au pape pour 80 000 florins, et obtint au passage l'absolution pontificale qui la lavait de tout soupçon dans le meurtre de son premier époux André de Hongrie. Reconnaissante, elle offrit à Guillaume II Roger, frère du pape, le fief de Valernes, qui fut érigé en vicomté par lettres patentes en 1350[15]. La nouvelle vicomté comprenait les communautés de Bayons, Vaumeilh, la Motte, Bellaffaire, Gigors, Lauzet, les Mées, Mesèu, Entrevennes et le Castellet, avec leurs juridictions et dépendances[16].

Un pogrom a lieu en 1355 contre la petite communauté juive locale.

La ville est ravagée par les Ligueurs durant les guerres de religion. Elle devient ville royale dans la première moitié du Sègle XVII, et bénéficie d’une foire[17]. Une émeute anti-fiscale a lieu en 1775, et un avocat de Digne est pris à partie[18]. En 1785, une nouvelle émeute a lieu contre le piquet, autre nom de l’octroi, impôt sur les marchandises entrant dans la ville. Plusieurs membres de la municipalité sont d’ailleurs contre ce nouvel impôt, comme le juge Chauvet[19].

La société patriotique de la commune y est créée assez précocement pendant l’été 1792[20]. La chapelle Saint-Sébastien, construite au nord de la commune pour lutter contre la peste de 1624, est vendue comme bien national. Elle est rasée en 1840[4].

Au sègle XIX, la commune produit des prunes séchées, les pistoles ; plusieurs maisons dont le grenier est aménagé en séchoir, avec des murs ajourés. Certains de ces aménagements se voient encore[21].

En 1884, la commune est touchée par l'épidémie de choléra : elle cause 9 morts[22]. Le 14 août 1891, le premier train arrive en gare de Mézel-Châteauredon, en provenance de Digne[23]. La gare est alors terminus, jusqu’à ce que la ligne soit prolongée jusqu’à Saint-André-les-Alpes et inaugurée le 15 mai de l’année suivante[14]. Le tunnel de la Colle est achevé en 1903, et la totalité de la ligne entre Saint-André et Nice est inaugurée du 5 au 7 août 1911 en présence de Victor Augagneur, ministre des Travaux Publics[14].


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Pierre Suzor    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
792 709 738 819 855 903 985 963 869
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
811 805 806 772 774 794 929 841 695
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
651 649 626 516 519 525 515 404 368
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
353
346
326
335
423
536
633
638
660
2009 2010
680
696
700
715
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 Error de citacion : Balisa <ref> incorrècta ; pas de tèxte per las referéncias nomenadas La_Torre.
  2. 2,0 et 2,1 Modèl:Atlàs istoric de la Provence, pàg. 184 Error de citacion : Balise <ref> non valide ; le nom « AHP » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  3. 3,0 et 3,1 Lucien Stouff, « Pòrts, rotas e fièras de la XIIIen a la XVen sègle », mapa 86 e comentari in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit. Error de citacion : Balise <ref> non valide ; le nom « AHP-c86 » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  4. 4,0, 4,1, 4,2, 4,3, 4,4 et 4,5 Error de citacion : Balisa <ref> incorrècta ; pas de tèxte per las referéncias nomenadas archeo-provence.
  5. Jean-Marie Schio, Guillaume II Roger de Beaufort
  6. Édouard de Laplane, Istòria de Sisteron, tirada de lo sieu archiu, Digne, 1845, T. E, pàg. 126.
  7. Baratier e Hilsdesheimer, « mapa 122 : Las fièras (1713-1789) », in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit.
  8. André Lombard, « Violéncias e disturbis de 1789 a l'An VI », La Revolucion en las Bassas-Alpes, Anals d'Anautita-Provence, bulletin de la societat scientifica e literària de las Alpes-de-Anautita-Provence, pas 307, 1er trimèstre 1989, 108en an, p 153
  9. Jean Nicolas, La Rebellion francesa : de movements populars e consciéncia sociala, 1661-1789, París : Gallimard, 2008. Colleccion Folio, ISBN 978-2-07-035971-4, pàg. 113-114
  10. Patrice Alphand, « Las Societats popularas», La Revolucion en las Bassas-Alpes, Anals d'Anautita-Provence, bulletin de la societat scientifica e literària de las Alpes-de-Anautita-Provence, pas 307, 1er trimèstre 1989, 108en an, p 296-297
  11. Modèl:Collier-Anautita-Provence, p 350
  12. Pierre Colomb, « L'epidèmia de choléra de 1884 », Anals d'Anautita-Provence, Bulletin de la Societat scientifica e literària d'Anautita-Provence, pas 320, 3e trimèstre 1992, p 205
  13. Raymond Collier, op. cit., p 425
  14. 14,0, 14,1, 14,2 et 14,3 Error de citacion : Balisa <ref> incorrècta ; pas de tèxte per las referéncias nomenadas pref-train.
  15. Jean-Marie Schio, Guillaume II Roger de Beaufort
  16. Édouard de Laplane, Histoire de Sisteron, tirée de ses archives, Digne, 1845, T. I, p. 126.
  17. Baratier et Hilsdesheimer, « carte 122 : Les foires (1713-1789) », in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit.
  18. André Lombard, « Violences et troubles de 1789 à l’An VI », La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108en année, p 153
  19. Jean Nicolas, La Rébellion française : mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris : Gallimard, 2008. Collection Folio, ISBN 978-2-07-035971-4, p. 113-114
  20. Patrice Alphand, « Les Sociétés populaires», La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108en année, p 296-297
  21. Modèl:Collier-Haute-Provence, p 350
  22. Pierre Colomb, « L'épidémie de choléra de 1884 », Annales de Haute-Provence, Bulletin de la Société scientifique et littéraire de Haute-Provence, no 320, 3e trimestre 1992, p 205
  23. Raymond Collier, op. cit., p 425