Sant Julian de Verdon

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Sant Julian de Verdon
Saint-Julien-du-Verdon

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:StJulienDuVerdon-1.jpg|center|280px|link=|border]]
Fontaine Del pòble
[[Fichièr:Blason Saint Julien du Verdon.svg|75px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania map (1).png
geolocalizacion
Coordenadas 43° 54′ 50″ N, 6° 32′ 27″ E
Superfícia 6,19 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
1 760 m
869 m
Geografia politica
Region istorica Provença Armas de Provença
Estat Bandièra de França França
Region
93
Provença Aups e Còsta d'Azur
Departament
4
Aups d'Auta Provença Armas dau Departament deis Aups d'Auta Provença
Arrondiment Castelana
Canton Castelana
Intercom
240400382
du Moyen Verdon
Cònsol Thierry Collomp (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Còde postal 04170
Còde INSEE 04183

Sant Julian de Verdon (Saint-Julien-du-Verdon en francés) es una comuna provençala, situada dins lo departament deis Aups d'Auta Provença e la region de Provença-Aups-Còsta d'Azur.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

La municipalitat a traversat pel Verdon (marge esquèrre), uèi immergit amb una granda part del territòri de la municipalitat jol lac de Castillon. Lo vilatge èra perché ne nautor (a 914 m d'altitud[1]), lo lac ne fa una presqu’isla e los ostals son gaireben sus la riba es del lac.

La rota nacionala 202 passa a la lisière del pòble.

Tèxte originau de l'article francés

La commune est traversée par le Verdon (rive gauche), aujourd’hui immergé avec une grande partie du territoire de la commune sous le lac de Castillon. Le village était perché en hauteur (à 914 m d’altitude[1]), le lac en fait une presqu’île et les maisons sont presque sur le rivage est du lac.

La route nationale 202 passe à la lisière du village.


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

La localité apareis per las primièras fes en las chartes en 1259 (Sanctus Julianetus)[2]. Lo sieu nom vendriá del pont romain, dich pont Julien sul Verdon (riu) (a proximitat e sus la municipalitat de Sant-André-los-Alpes), effondré al Sègle XVII e rebâti en 1698.

Los senhors del luòc son successivament los Castelana de la XIIIen a la XVIIen sègle e los Villeneuve a la XVIen sègle[2]. La comunitat lèva de la viguerie de Castellane[3]. La glèisa paroissiale levava de la abbaye de Lérins[3]. Los Templiers i avián un pichon ostal, en dependent de la commanderie de Biot[3].

Pendent la Revolucion, la municipalitat compta una societat patriotique, creada après la fin de 1792[4]. Per seguir lo decrèt de la Convencion del 25 vendémiaire an II en convidant las municipalitats en avent de noms en podent remembrar los remembres de la royauté, de la féodalité o de las superstitions, als remplaçar per d'unas autras denominacions, la municipalitat càmbia de nom contra Villeverdon[5] o Ille-Verdon[6].

Al mièg del sègle XIX, una fabrica texila emplegava 10 obrièrs[7].

Lo 10 de junh, 13 resistentes an #èsser seleccionats dins lo quartièr alemand de l'ostal d'estancada de Niça per èsser executats en représailles. Entre aqueles resistentes, 4 joves niçois membres d'un grop de resistentes del licèu de gojats arturats amb Jacques Adam lo 9 de junh de 1944 en tornant dels maquis del Férion près de Levens. Los resistentes Pierre Appolin e Joseph Graffino an executat sus la rota lo 10 de junh a Bar-sus-Lop en représailles de l'atemptat #qu'a costat la vida al cònsol fascista republican de Antibes lo 17 de març de 1944. Los 11 autras (#que los 4 lycéens e Jacques Adam) n'an executat a Sant-Julien-de detlo-Verdon lo 11 de junh en représailles de las accions de las maquisards FTPF.

En 1955, la municipalitat de Sant-Julien ven Sant-Julien-de detlo-Verdon[8].

Tèxte originau de l'article francés

La localité apparaît pour la première fois dans les chartes en 1259 (Sanctus Julianetus)[2]. Son nom viendrait du pont romain, dit pont Julien sur le Verdon (rivière) (à proximité et sur la commune de Saint-André-les-Alpes), effondré au Sègle XVII et rebâti en 1698.

Les seigneurs du lieu sont successivement les Castelana du XIIIen au XVIIen siècle et les Villeneuve au XVIen siècle[2]. La communauté relève de la viguerie de Castellane[3]. L’église paroissiale relevait de l’abbaye de Lérins[3]. Les Templiers y avaient une petite maison, dépendant de la commanderie de Biot[3].

Durant la Révolution, la commune compte une société patriotique, créée après la fin de 1792[9]. Pour suivre le décret de la Convention du 25 vendémiaire an II invitant les communes ayant des noms pouvant rappeler les souvenirs de la royauté, de la féodalité ou des superstitions, à les remplacer par d'autres dénominations, la commune change de nom pour Villeverdon[10] ou Ille-Verdon[11].

Au milieu du sègle XIX, une fabrique textile employait 10 ouvriers[12].

Le 10 juin, 13 résistants ont été sélectionnés dans le quartier allemand de la maison d'arrêt de Nice pour être exécutés dans des représailles. Parmi ces résistants, 4 jeunes niçois membres d'un groupe de résistants du lycée de garçons arrêtés avec Jacques Adam le 9 juin 1944 en revenant du maquis du Férion près de Levens. Les résistants Pierre Appolin et Joseph Graffino sont exécutés sur la route le 10 juin à Bar-sur-Loup en représailles de l'attentat qui a coûté la vie au consul fasciste républicain d'Antibes le 17 mars 1944. Les 11 autres (dont les 4 lycéens et Jacques Adam) sont exécutés à Sant Julian de Verdon le 11 juin en représailles des actions des maquisards FTPF.

En 1955, la commune de Saint-Julien devient Saint-Julien-du-Verdon[8].


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Thierry Collomp    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
140 152 164 178 175 171 170 183 194
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
199 181 173 167 161 162 153 155 131
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
223 167 117 114 97 121 94 95 97
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
75
64
66
67
94
108
134
134
139
2009 2010
144
148
150
154
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. 1,0 et 1,1 Error de citacion : Balisa <ref> incorrècta ; pas de tèxte per las referéncias nomenadas La_Torre.
  2. 2,0, 2,1, 2,2 et 2,3 Modèl:Atlàs istorica de la Provence, pàg. 196 Error de citacion : Balise <ref> non valide ; le nom « AHP » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  3. 3,0, 3,1, 3,2, 3,3, 3,4 et 3,5 Error de citacion : Balisa <ref> incorrècta ; pas de tèxte per las referéncias nomenadas archeo-provence.
  4. Patrice Alphand, « Las Societats popularas», La Revolucion en las Bassas-Alpes, Anals d'Anautita-Provence, bulletin de la societat scientifica e literària de las Alpes-de-Anautita-Provence, pas 307, 1er trimèstre 1989, 108en an, p 296-298
  5. Jean-Bernard Lacroix, « Naissença del departament », in La Revolucion en las Bassas-Alpes, Anals d'Anautita-Provence, bulletin de la societat scientifica e literària de las Alpes-de-Anautita-Provence, pas 307, 1er trimèstre 1989, 108en an, p 113
  6. Charles Bouyssi, Comunas e de parròquias de Auvergne, meses en linha l'an 2002 [1], consultat lo 18 de novembre de 2008
  7. Mireille Mistral, op. cit., p 139
  8. 8,0 et 8,1 Error de citacion : Balisa <ref> incorrècta ; pas de tèxte per las referéncias nomenadas Cassini.
  9. Patrice Alphand, « Les Sociétés populaires», La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108en année, p 296-298
  10. Jean-Bernard Lacroix, « Naissance du département », in La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108en année, p 113
  11. Charles Bouyssi, Communes et paroisses d’Auvergne, mis en ligne en 2002 [2], consulté le 18 novembre 2008
  12. Mireille Mistral, op. cit., p 139