Aurason

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Aurason
Oraison

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Ville d'Oraison.jpg|center|280px|link=|border]]
Ciutat d'Oracion
[[Fichièr:Blason Oraison 04.svg|75px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania map (1).png
geolocalizacion
Coordenadas 43° 55′ 05″ N, 5° 55′ 09″ E
Superfícia 38,42 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
645 m
323 m
Geografia politica
Region istorica Provença Armas de Provença
Estat Bandièra de França França
Region
93
Provença Aups e Còsta d'Azur
Departament
4
Aups d'Auta Provença Armas dau Departament deis Aups d'Auta Provença
Arrondiment Dinha
Canton Lei Meas
Intercom
240400432
Intercommunalité du Lubéron Oriental
Cònsol Michel Vittenet (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Oraisonnais (en francés)
Còde postal 04700
Còde INSEE 04143
Site officiel

Aurason (Oraison en francés) es una comuna provençala, situada dins lo departament deis Aups d'Auta Provença e la region de Provença-Aups-Còsta d'Azur.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Oracion a situat al confluisson de la Durance e de la Asse e se situa al pè del tuc del Tholonet. La municipalitat a una superficie d'unitat|38.42|km {{}}² e culmini a unitat|645|m}}

Tèxte originau de l'article francés

Aurason est située au confluent de la Durance et de l’Asse et se situe au pied de la colline du Tholonet. La commune a une superficie de 38,42 km² et culmine à 645 m


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Lo vilatge primitif i aviá situat sul tuc del Tholonet (al luòc-dich Villevieille). Qualques traces de l'aucupacion romaine existiscan en denombrosos de ponches de la comuna : en la plana de la Durance #que las colmatages n'avián #èsser realizats a l'epòca romaine a fins agricòlas e artesanalas (forn de potier, villa, tuilerie).

Es possible, segon Jean-Pierre Poly, #qu'Oracion i aja soslinhat dempuèi 739 en las chartes, jol nom de Cinicino[1]. La localité a citat dempuèi lo Sègle XII[2]. Dempuèi la Mièja Edat, la comunitat lèva de la baillie de Digna[1] del temps que la glèisa e las siás intradas tòrnan al capítol de Risètz[1]. La ostal d'Oracion es la una de las mai ancianas familhas provençales. Hugues D'Oracion, senhor d'Oracion e de Clumanc, es, {{#que|d'après las investigacions}}, [ref. necessària]. La baronnie a erigit en marquisat en 1588 per François d'Aur[3].

Al cors del Sègle XVIII, coma en tota la França, los senhors temptan de reactivar de ancians de dreches per aumentar las siás intradas, o de tornar suls dreches dels paysans. Es aital coma en 1770, lo marques d'Oracion enebida lo glanage. En reaccion, la comunitat d'Oracion decrèta la proïbicion de moissonner las tèrras del senhor, e punís de multa las contrevenants, #çò qu'empenh lo senhor a negociar[4].

Pendent la Revolucion, una societat patriotique a fondat pro précocement, a l'estiu 1792[5] e lo castèl démoli[6]. En 1792-1793, la seccion a controtlat per las fédéralistes. En relacions amb la seccion de Marselha, difond las idèas de las Girondins, fins a la siá proscription lo 31 de mai de 1793 e lo écrasement del insurreccion fédéraliste en julhet. Lo tribunal revolucionari pronóncia una condemna a mòrt a Oracion[7].

A l'estiu 1940, un centre de sojorn susvelhat a dobèrt a Oracion per i interner los Franceses comunistas o d'opinions politicas assimiladas. Los internès an albergat dins bastissas réquisitionnés, granjas, cinèma, èca. Lo centre a barrat en febrièr 1941 e los sieus presoèrs transferits al camp dels Pescayres de Sant-Sulpice-la-Punta[8]. Lo cònsol, opausat a aquel camp de internement de indesitjables, s'opausa vigorosament mas verbalement al en comandant del camp, #çò que provòca la siá révocation[9].

Tèxte originau de l'article francés

Le village primitif était situé sur la colline du Tholonet (au lieu-dit Villevieille). Des traces de l'occupation romaine existent en de nombreux points de la commune : dans la plaine de la Durance dont les colmatages avaient été réalisés à l'époque romaine à des fins agricoles et artisanales (four de potier, villa, tuilerie).

Il est possible, selon Jean-Pierre Poly, qu’Oraison soit signalée dès 739 dans les chartes, sous le nom de Cinicino[1]. La localité est citée dès le Sègle XII[2]. Dès le Moyen Âge, la communauté relève de la baillie de Digne[1] alors que l’église et ses revenus reviennent au chapitre de Riez[1]. La maison d'Oraison est l'une des plus anciennes familles provençales. Hugues d'Aurason, seigneur d'Aurason et de Clumanc, est, Modèl:Qui, [ref. necessària]. La baronnie est érigée en marquisat en 1588 pour François d’Or[3].

Au cours du Sègle XVIII, comme dans toute la France, les seigneurs tentent de réactiver d’anciens droits pour augmenter leurs revenus, ou de revenir sur les droits des paysans. C’est ainsi qu’en 1770, le marquis d’Oraison interdit le glanage. En réaction, la communauté d’Oraison décrète l’interdiction de moissonner les terres du seigneur, et punit d’amende les contrevenants, ce qui pousse le seigneur à négocier[10].

Durant la Révolution, une société patriotique est fondée assez précocement, à l’été 1792[11] et le château démoli[12]. En 1792-1793, la section est contrôlée par les fédéralistes. En relations avec la section de Marseille, elle diffuse les idées des Girondins, jusqu’à leur proscription le 31 mai 1793 et l’écrasement de l’insurrection fédéraliste en juillet. Le tribunal révolutionnaire prononce une condamnation à mort à Oraison[7].

À l’été 1940, un centre de séjour surveillé est ouvert à Aurason pour y interner les Français communistes ou d'opinions politiques assimilées. Les internés sont hébergés dans des bâtiments réquisitionnés, granges, cinéma, etc. Le centre est fermé en février 1941 et ses prisonniers transférés au camp des Pescayres de Saint-Sulpice-la-Pointe[8]. Le maire, opposé à ce camp d'internement d'indésirables, s'oppose vigoureusement mais verbalement au commandant du camp, ce qui provoque sa révocation[9].


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Michel Vittenet    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 555 1 404 1 471 1 736 1 892 1 855 1 871 1 946
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 998 1 995 2 055 1 962 1 980 1 820 1 780 1 752 1 899
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 944 2 153 2 044 1 735 1 773 1 936 1 784 1 834 1 982
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
3 054
2 702
2 667
2 963
3 509
4 114
4 867
4 999
5 208
2009 2010
5 300
5 426
5 392
5 520
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4 et 1,5 Error de citacion : Balisa <ref> incorrècta ; pas de tèxte per las referéncias nomenadas archeo-provence.
  2. 2,0 et 2,1 Error de citacion : Balisa <ref> incorrècta ; pas de tèxte per las referéncias nomenadas La_Torre.
  3. 3,0 et 3,1 Modèl:Atlàs istoric de la Provence, pàg. 188 Error de citacion : Balise <ref> non valide ; le nom « AHP » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  4. Jean Nicolas, La Rebellion francesa : de movements populars e consciéncia sociala, 1661-1789, París : Gallimard, 2008. Colleccion Folio, ISBN 978-2-07-035971-4, pàg. 251
  5. Patrice Alphand, « Las Societats popularas», La Revolucion en las Bassas-Alpes, Anals d'Anautita-Provence, bulletin de la societat scientifica e literària de las Alpes-de-Anautita-Provence, pas 307, 1er trimèstre 1989, 108en an, p 296-297
  6. Modèl:Collier-Anautita-Provence, p 243
  7. 7,0 et 7,1 Michel Vovelle, « Difusion e repression del movement fédéraliste l'an 1793 », mapa 157 e comentari, in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit. Error de citacion : Balise <ref> non valide ; le nom « AHP-c157 » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  8. 8,0 et 8,1 Error de citacion : Balisa <ref> incorrècta ; pas de tèxte per las referéncias nomenadas ajpn.
  9. 9,0 et 9,1 Error de citacion : Balisa <ref> incorrècta ; pas de tèxte per las referéncias nomenadas 39-45_d.C3.A9buts.
  10. Jean Nicolas, La Rébellion française : mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris : Gallimard, 2008. Collection Folio, ISBN 978-2-07-035971-4, p. 251
  11. Patrice Alphand, « Les Sociétés populaires», La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108en année, p 296-297
  12. Modèl:Collier-Haute-Provence, p 243