Montfòrt (Aups d'Auta Provença)

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Montfòrt
Montfort

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Montfort.jpg|center|280px|link=|border]]
Vilatge de Montfòrt
[[Fichièr:Blason Montfort.svg|75px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania map (1).png
geolocalizacion
Coordenadas 44° 03′ 52″ N, 5° 58′ 24″ E
Superfícia 12,08 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
860 m
395 m
Geografia politica
Region istorica Provença Armas de Provença
Estat Bandièra de França França
Region
93
Provença Aups e Còsta d'Azur
Departament
4
Aups d'Auta Provença Armas dau Departament deis Aups d'Auta Provença
Arrondiment Forcauquier
Canton Volona
Intercom
240400531
Lure Vançon Durance
Cònsol Paul Roucaud (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Montfortains (en francés)
Còde postal 04600
Còde INSEE 04127

Montfòrt (Montfort en francés) es una comuna provençala, situada dins lo departament deis Aups d'Auta Provença e la region de Provença-Aups-Còsta d'Azur.

Geografia[modificar | modificar la font]

Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Modèl:Article connexe

De las traces de aucupacion chalcolithique an #èsser de amassadas sus la comuna[1].

La via domitienne passa sus la comuna.

Als Modèl:XIe e Sègle XII, las glèisas de Sant-Donat-la-Nautor e de Sant-Donat-lo-Bas, amb las siás intradas, apertenián al abbaye Sant-André de Villeneuve-lès-Avignon[2]. Lo prieuré Santa-Madeleine levava de la abbaye de Ganagobie[3].

La localité apareis per las primièras fes en las chartes en 1182 (Mos fortis, siá lo « mont fortificat » en occitan[4],[5]). Lo castèl èra lo Banc d'una baronnie, amassada a la vicomté de Reillanne en 1379[6].

Pendent los guèrras de religion, lo luòc se paissièra per las huguenots en 1575, de contunh per las carcistes. Las fortificacions Son de contunh rasadas.

Pendent la Revolucion, la municipalitat compta una societat patriotique, creada aprés la fin de 1792[7]. Lo castèl A vendut cossí plan nacional lo 24 germinal an II[8].

En 1851, continuament al còp d'Estat del 2 de decembre de Louis-Napoleon Bonaparte, los païses de Sisteron, Forcalquier, Manosque desvolòpan una resisténcia per defendre la Republica : 15 000 òmes n'armes an mobilizat[9]. Los resistentes prenon lo contraròtle De la prefectura a Digna, e forman un « Comitat départemental de resisténcia ». L'armada, amassada a Napoleon III, vend a extrèm de aquel movement.

Lo Departament a conegut en divèrsas municipalitats un important èxode rural a partir de ans 1850. La municipalitat pèrd jamai dos-tèrç de la siá populacion en #cent ans, transeünt de 278 abitants en los ans 1830 a 83 abitants la an 1931.

La region se egalament tocada pels episòdis mortales regionales o nacionales : de epidèmias de choléra de contunh guèrras mondialas (òmes mòrtes a la tèsta pendenta la Primièra Guèrra mondiala). Pendent la Segonda Guèrra mondiala, lo departament a ocupat per l'Itàlia en 1942 - 1943, de contunh pel Alemanda nazie fins n'en agost 1944. Continuament Al débarquement de Provence, la desliurança se fa progressivament.

Tèxte originau de l'article francés

Modèl:Article connexe

Des traces d’occupation chalcolithique ont été retrouvées sur la commune[10].

La voie domitienne passe sur la commune.

Aux Modèl:XIe et Sègle XII, les églises de Saint-Donat-le-Haut et de Saint-Donat-le-Bas, avec leurs revenus, appartenaient à l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon[11]. Le prieuré Sainte-Madeleine relevait de l’abbaye de Ganagobie[3].

La localité apparaît pour la première fois dans les chartes en 1182 (Mons fortis, soit le « mont fortifié » en occitan[4],[12]). Le château était le siège d’une baronnie, réunie à la vicomté de Reillanne en 1379[6].

Durant les guerres de religion, la place est prise par les huguenots en 1575, puis par les carcistes. Les fortifications sont ensuite rasées.

Durant la Révolution, la commune compte une société patriotique, créée après la fin de 1792[13]. Le château est vendu comme bien national le 24 germinal an II[14].

En 1851, suite au coup d'État du 2 décembre de Louis-Napoléon Bonaparte, les pays de Sisteron, Forcalquier, Manosque développent une résistance pour défendre la République : 15 000 hommes en armes sont mobilisés[9]. Les résistants prennent le contrôle de la préfecture à Digne, et forment un « Comité départemental de résistance ». L'armée, ralliée à Napoléon III, vient à bout de ce mouvement.

Le département a connu dans plusieurs communes un important exode rural à partir des années 1850. La commune perd plus des deux-tiers de sa population en cent ans, passant de 278 habitants dans les années 1830 à 83 habitants en 1931.

La région est également touchée par les épisodes mortels régionaux ou nationaux : épidémies de choléra puis guerres mondiales (hommes morts au front durant la Première Guerre mondiale). Durant la Seconde Guerre mondiale, le département est occupé par l'Italie en 1942 - 1943, puis par l'Allemagne nazie jusqu'en août 1944. Suite au débarquement de Provence, la libération se fait progressivement.


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Paul Roucaud    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
203 218 196 211 278 278 251 230 245
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
224 195 212 187 197 180 189 151 148
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
141 153 146 114 114 83 109 100 153
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
182
142
240
259
382
385
389
396
388
2009 2010
383
385
377
379
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. Modèl:Collier-Anautita-Provence, p 9
  2. Guy Barruol, Michèle Bòsc, Yann Codou, Ostal-Pierre Estienne, Élizabeth Sauze, « Lista dels establiments religioses en levant del abbaye Sant-André del Modèl:Xe al Modèl:XIIIe sègle », inGuy Barruol, Roseline Bacon e Alain Gérard (directors de publicacion), La abbaye de Sant-André de Villeneuve-lès-Avignon, istòria, arqueologia, rayonnement, Actes del colloque interrégional agut lo an 1999 al escasença del millenari de la fondacion de la abbaye Sant-André de Villeneuve-lès-Avignon, Éd. Alpes De Lums, Quasèrns de Salagon pas 4, Comande, 2001, 448 pàg. (ISSN 1254-9371), (ISBN 2-906162-54-X), p 223
  3. 3,0 et 3,1 Error de citacion : Balisa <ref> incorrècta ; pas de tèxte per las referéncias nomenadas archeo-provence.
  4. 4,0 et 4,1 Michel de la Tor, Alpes-de-Anautita-Provence : lo guida complet dels 200 comunas, París, Deslogis-Lacoste, còl. « Vilas e De pòbles de França », 1989, Connectat, 72 pàg. (Pas-paginé) (ISBN 2-7399-5004-7) Error de citacion : Balise <ref> non valide ; le nom « La_Torre » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  5. Modèl:TGF2 § 21820, p 1169
  6. 6,0 et 6,1 Modèl:Atlàs istorica de la Provence, pàg. 185 Error de citacion : Balise <ref> non valide ; le nom « AHP » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  7. Patrice Alphand, « Las Societats popularas», La Revolucion en las Bassas-Alpes, Anals de Anautita-Provence, bulletin de la societat scientifica e literària de las Alpes-de-Anautita-Provence, pas 307, 1er trimèstre 1989, 108en an, p 296-298
  8. Raymond Collier, op. cit., P 253
  9. 9,0 et 9,1 René Merle, conferéncia donada a la Escale lo 17 de febrièr de 2008 Error de citacion : Balise <ref> non valide ; le nom « conf » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  10. Modèl:Collier-Haute-Provence, p 9
  11. Guy Barruol, Michèle Bois, Yann Codou, Marie-Pierre Estienne, Élizabeth Sauze, « Liste des établissements religieux relevant de l’abbaye Saint-André du Modèl:Xe au Modèl:XIIIe siècle », inGuy Barruol, Roseline Bacon et Alain Gérard (directeurs de publication), L’abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, histoire, archéologie, rayonnement, Actes du colloque interrégional tenu en 1999 à l'occasion du millénaire de la fondation de l'abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, Éd. Alpes de Lumières, Cahiers de Salagon no 4, Mane, 2001, 448 p. (ISSN 1254-9371), (ISBN 2-906162-54-X), p 223
  12. Modèl:TGF2 § 21820, p 1169
  13. Patrice Alphand, « Les Sociétés populaires», La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108en année, p 296-298
  14. Raymond Collier, op. cit., p 253