Moriers (Aups d'Auta Provença)

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Moriers
Moriez

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Moriez-1.jpg|center|280px|link=|border]]
Lo campanal de la Glèisa
[[Fichièr:Blason Moriez.svg|75px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania map (1).png
geolocalizacion
Coordenadas 43° 57′ 45″ N, 6° 28′ 17″ E
Superfícia 37,18 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
1 700 m
820 m
Geografia politica
Region istorica Provença Armas de Provença
Estat Bandièra de França França
Region
93
Provença Aups e Còsta d'Azur
Departament
4
Aups d'Auta Provença Armas dau Departament deis Aups d'Auta Provença
Arrondiment Castelana
Canton Sant Andrieu
Intercom
240400382
du Moyen Verdon
Cònsol Alain Coullet (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Còde postal 04170
Còde INSEE 04133

Moriers (Moriez en francés) es una comuna provençala, situada dins lo departament deis Aups d'Auta Provença e la region de Provença-Aups-Còsta d'Azur.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Lo vilatge es situat sul vessant nòrd del caulet dels Robines, en la vallée de la Asse.

Tèxte originau de l'article francés

Le village est situé sur le versant nord du col des Robines, dans la vallée de l’Asse.


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Una descobèrta archéologique excepcionala a #èsser facha sus la comuna : s'agís d'un tresaur de 140 bijoux e d'objèctes en datant del edat del bronze[1]. Divèrses d'autres luòcs ancians se tròban sus la comuna[2].

Una aglomeracion protohistorique jos forma de oppidum a probablament existit sul scenari del Còl-de-Ciutat, abans qu'aquel luòc siá réoccupé a l'epòca carolingienne[2]. A aquela epòca, pòrta lo nom de Menta. Lo avesque de Senez ne dona la glèisa a la abbaye Sant-Victor de Marselha l'an 993[2]. Lo prieuré La nòstra-Madama-de-Serret levava lududes de la abbaye de Lérins[2].

La localité apareis per las primièras fes en las chartes en 1030 jol nom de Morierus[3] La comunitat del Castellet-de detlos-Robines (Castelletum Robine a la XIIIen sègle) e #que comptava 11 fuòcs l'an 1315, es fòrtament despoblada per la crisi del Sègle XIV (Peste negra e guèrra de #Cent Ans) e annexada per aquela de Moriers a la XVen sègle[4]. Las doas comunitats levavan de la viguerie de Castellane[2].

Los senhors de Moriers son, al Sègle XIV, los Roquevaire e los Castelana ; al Sègle XV, los Vintimille ; als Modèl:XVIe e Modèl:XVIIe de sègles, los Chailans[3].

Pendent la Revolucion, la societat patriotique de las Sens-Culottes a creat lo 13 d'octòbre de 1793. Lo prieuré de Lérins a vendut cossí plan nacional a la familha Collomp[2].

Al començament del sègle XIX, la municipalitat coneis un cèrt essor industrial mercés al tissage de la lana. La fabrica a creat l'an 1832 per Ailhaud, sul modèl de la fabrica Honnorat de Sant-André-de-Méouilles[5]. Aquela fabrica emplega fins a 15 obrièrs l'an 1856[6] e se manten fins en los ans 1870 amb mens de 10 obrièrs[7]. Desapareis en los ans 1880[8].

Lo tròç de la linha dels camins de fèrre de Provence, actiu de Digne a Sant-André-los-Alpes a inaugurat lo 15 de mai 1892[9]. Lo tunèl de la Tusta a acabat en 1903, e la totalitat de la linha entre Sant-André e Niça a inaugurat del 5 al 7 d'agost 1911 en preséncia de Victor Augagneur, ministra dels Trabalhs Publics[9].

En lo segond tèrç de la XXen sègle, dos alambics destil·laven la lavande (un a Hyège, un a Moriez)[10].

En Junh 2009, l'escòla communale granja definitivament las siás pòrtes[11].

Tèxte originau de l'article francés

Une découverte archéologique exceptionnelle a été faite sur la commune : il s’agit d’un trésor de 140 bijoux et objets datant de l’âge du bronze[12]. Plusieurs autres sites antiques se trouvent sur la commune[2].

Une agglomération protohistorique sous forme d’oppidum a probablement existé sur le plateau du Collet-de-Ville, avant que ce site soit réoccupé à l’époque carolingienne[2]. À cette époque, elle porte le nom de Menta. L’évêque de Senez en donne l’église à l’Marselha en 993[2]. Le prieuré Notre-Dame-de-Serret relevait lui de l’abbaye de Lérins[2].

La localité apparaît pour la première fois dans les chartes en 1030 sous le nom de Morierus[3] La communauté du Castellet-des-Robines (Castelletum Robine au XIIIen siècle) et qui comptait 11 feux en 1315, est fortement dépeuplée par la crise du Sègle XIV (Peste noire et guerre de Cent Ans) et annexée par celle de Moriers au XVen siècle[13]. Les deux communautés relevaient de la viguerie de Castellane[2].

Les seigneurs de Moriers sont, au Sègle XIV, les Roquevaire et les Castelana ; au Sègle XV, les Vintimille ; aux Modèl:XVIe et Modèl:XVIIe siècles, les Chailans[3].

Durant la Révolution, la société patriotique des Sans-Culottes est créée le 13 octobre 1793. Le prieuré de Lérins est vendu comme bien national à la famille Collomp[2].

Au début du sègle XIX, la commune connaît un certain essor industriel grâce au tissage de la laine. La fabrique est créée en 1832 par Ailhaud, sur le modèle de la fabrique Honnorat de Saint-André-de-Méouilles[14]. Cette fabrique emploie jusqu’à 15 ouvriers en 1856[15] et se maintient jusque dans les années 1870 avec moins de 10 ouvriers[16]. Elle disparaît dans les années 1880[17].

Le tronçon de la ligne des chemins de fer de Provence, allant de Digne à Saint-André-les-Alpes est inauguré le 15 mai 1892[9]. Le tunnel de la Colle est achevé en 1903, et la totalité de la ligne entre Saint-André et Nice est inaugurée du 5 au 7 août 1911 en présence de Victor Augagneur, ministre des Travaux Publics[9].

Dans le deuxième tiers du XXen siècle, deux alambics distillaient la lavande (un à Hyège, un à Moriez)[18].

Juin 2009, l'école communale ferme définitivement ses portes[19].


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Alain Coullet    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
886 639 644 850 723 700 637 646 563
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
575 571 535 501 466 463 460 659 415
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
380 373 358 299 284 258 256 240 203
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
195
188
168
170
160
178
187
188
183
2009 2010
183
190
194
200
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. Jean Gagnepain, Préhistoire del Verdon, Alpes-de-Anautita-Provence e Var : qualques originas a la conquista romaine, Édisud, Aix-en-Provence, 2002. ISBN 2-7449-0347-7. Préface De Jean Courtin, p 80
  2. 2,00, 2,01, 2,02, 2,03, 2,04, 2,05, 2,06, 2,07, 2,08, 2,09, 2,10 et 2,11 Error de citacion : Balisa <ref> incorrècta ; pas de tèxte per las referéncias nomenadas archeo-provence.
  3. 3,0, 3,1, 3,2 et 3,3 Modèl:Atlàs istoric de la Provence, pàg. 186 Error de citacion : Balise <ref> non valide ; le nom « AHP » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  4. Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit., pàg. 169
  5. Mireille Mistral, L'indústria Drapière en la Vallée del Verdon, tèsi de doctorat d'Estat en Sciéncias economicas, Academia de Aix-en-Provence, Niça, 1951, 231 pàg., P 119
  6. Mireille Mistral, op. cit., p 139
  7. Mireille Mistral, op. cit., p 145
  8. Mireille Mistral, op. cit., p 191
  9. 9,0, 9,1, 9,2 et 9,3 Error de citacion : Balisa <ref> incorrècta ; pas de tèxte per las referéncias nomenadas pref-train.
  10. Véronique Blanc, « L'aur blau de Argens », Verdons, pas 26-27, en decembre 2008, pàg. 139
  11. http://www.verdon-info.net/article-33431929.html modèl {{Ligam web}} : paramètre « titre » mancant (consultat en 13 de mai de 2010)
  12. Jean Gagnepain, Préhistoire du Verdon, Alpes-de-Haute-Provence et Var : des origines à la conquête romaine, Édisud, Aix-en-Provence, 2002. ISBN 2-7449-0347-7. Préface de Jean Courtin, p 80
  13. Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit., p. 169
  14. Mireille Mistral, L’industrie Drapière dans la Vallée du Verdon, thèse de doctorat d’État en Sciences économiques, Académie d’Aix-en-Provence, Nice, 1951, 231 p., p 119
  15. Mireille Mistral, op. cit., p 139
  16. Mireille Mistral, op. cit., p 145
  17. Mireille Mistral, op. cit., p 191
  18. Véronique Blanc, « L’or bleu d’Argens », Verdons, no 26-27, décembre 2008, p. 139
  19. « Un village, une école, la gaité, la vie, Moriers n'est plus. », www.verdon-info.net (consultat lo 13 mai 2010)