Sent Veran

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar
Flag of Occitania.png Vilatge d’Occitània Blason Languedoc.svg

Sent Veran
Saint-Véran

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Saint-Véran-Hiver-Queyras.jpeg|center|280px|link=|border]]
Sant-Véran n'ivèrn
[[Fichièr:Blason SaintVeran.svg|x50px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania map.png
geolocalizacion
Coordenadas 44° 42′ 03″ N 6° 52′ 09″ E / 44.7008333333, 6.86916666667 / 44.7008333333; 6.86916666667
Superfícia 44,75 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
3 175 m
1 756 m
Geografia politica
Region istorica Daufinat Armas de Daufinat
Occitània Flag of Occitania.svg
Estat Flag of France.svgFrança
Region
93
Provença-Aups-Còsta d'Azur Armas de Provença
Departament
5
Auts Aups Armas del Departament de Auts Aups
Arrondiment Briançon
Canton Agulhas
Intercom
240500223
Comunautat de Comunas de Cairàs
Cònsol Danielle Guignard (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Còde postal 05350
Còde INSEE 05157

Sent Veran[1] (Saint-Véran en francés) es una comuna d'Occitània, en Daufinat dins lo departament dels Auts Aups.

Geografia[modificar | modificar la font]

Aquela municipalitat de las Anautitas-Alpes de 290 abitants es totalament situaa en lo Parc natural regional del Queyras.

Lo centre del vilatge (glèisa) a situat a unitat|2042|m}} d'altitud e Sant-Véran es sovent qualificada de « mai anautita municipalitat de França o d'Euròpa »[2].

Sant-Véran es totun precedit per Juf en Soïssa (2 133 m) e Trepalle en Itàlia (2 069 m).

Lo lèma pòrta pas pas solament sus l' altitud a pròpiament parlar, mas tanben sus la relacion entre l'altitud e la cultura del seigle, en servint a far lo pan. En l'esperit dels ancians abitants, Sant-Véran es çò de mès d'anautit vilatge ont se manja lo pan fach amb los céréales conreades en los camps alentour : « Lou Mai haouto coumunoutas inte se mangeu lou pan de Diou » (« La mai anautita municipalitat ont se manja lo pan de Dieu » - inscripcion sus l' esfèra solara sul mur de la glèisa). Malgrat aiçò, dempuèi las inondacions de 1957 #qu'an destruit los canalisations en portant l'aiga al molin, aquel molin existís pas mai e la farina es pas doncas mai produsida a Sant-Véran. La cultura del seigle s'es doncas tanben arturada aqueles ans.

Lo territòri de la municipalitat a una altitud #que s'estend de 1 756 a unitat|3175|m {{}}. Las municipalitats de Sant-Gervais-los-Bains e de Chamonix n'Anautita-Savoie culminent a unitat|4810|mètres {{}} al Mont-Blanc, mas lo sieu centre es clarament mai bas. La station d'espòrts d'ivèrn de Val Thorens, situaa a unitat|2300|mètres {{}} sus la municipalitat de Sant-Martin-de-Belleville, es probablament la localité, viscuda tot l'an, la mai anautita Alpes francesas. Sant-Véran es pas pas pas mai çò de mès d'anautit pòble viscut d'Euròpa, n'existís de mai elevats en los Alpes coma Juf a Soïssa (2 133 m, pichon masatge de la comuna Avers), o Trepalle a Itàlia (2 069 m, fraction de la comuna Livigno), Djouta (2 217 m) e Ouchgouli (2 410 m) en lo Caucàs, o encara, en la Sèrra Nevada espanhòla, Pradollano (2 141 m).

Cette commune des Hautes-Alpes de 290 habitants est entièrement située dans le Parc naturel régional du Queyras.

Le centre du village (église) est situé à 2 042 m d'altitude et Sent Veran est souvent qualifiée de « plus haute commune de France ou d'Europe »[3].

Sent Veran est cependant précédé par Juf en Suisse (2 133 m) et Trepalle en Italie (2 069 m).

La devise ne porte pas seulement sur l'altitude à proprement parler, mais aussi sur la relation entre l'altitude et la culture du seigle, servant à faire le pain. Dans l'esprit des anciens habitants, Sent Veran est le plus haut village où se mange le pain fait avec les céréales cultivées dans les champs alentour : « Lou Plus haouto coumunoutas inte se mangeu lou pan de Diou » (« La plus haute commune où l'on mange le pain de Dieu » - inscription sur le cadran solaire sur le mur de l'église). Cependant, depuis les inondations de 1957 qui ont détruit les canalisations amenant l'eau au moulin, ce moulin n'existe plus et la farine n'est donc plus produite à Saint-Véran. La culture du seigle s'est donc aussi arrêtée ces années.

Le territoire de la commune a une altitude qui s'étend de 1 756 à 3 175 m. Les communes de Saint-Gervais-les-Bains et de Chamonix en Haute-Savoie culminent à 4 810 mètres au Mont-Blanc, mais leur centre est nettement plus bas. La station de sports d'hiver de Val Thorens, située à 2 300 mètres sur la commune de Saint-Martin-de-Belleville, est probablement la localité, habitée toute l'année, la plus élevée des Alpes françaises. Sent Veran n'est pas non plus le plus haut village habité d'Europe, il en existe de plus élevés dans les Alpes comme Juf en Suisse (2 133 m, petit hameau de la commune Avers), ou Trepalle en Italie (2 069 m, fraction de la commune Livigno), Djouta (2 217 m) et Ouchgouli (2 410 m) dans le Caucase, ou encore, dans la Sierra Nevada espagnole, Pradollano (2 141 m).


Istòria[modificar | modificar la font]

De las minas de còder èran espetadas dempuèi la edat del bronze (Modèl:IIe millenari av. J.-C.) Sul territòri de la municipalitat[4].

La legenda de sant Véran de Cavaillon conta que, avesque de Cavaillon, nascut en lo Gévaudan a la Modèl:Vida sègle, #ferir un dragon #qu'estrossejava la region de Cavaillon e lo #caçar en lududes ordonnant de #morir en las Alpes. Aquel Coulobre, saignant en lo moment de la siá jubilacion, a daissat quèir de gotas de sang ; d'ont la preséncia a França d'unes autres pòbles nomenats Sant-Vérand, en lo Vaucluse, lo Isère e lo Rhône.

Antany, Lo pòble i aviá una activitat artesanala importanta : vannerie, outillage, ébénisterie, charpentes e agricòla, ramaderia (cabras, vacas). I aviá tanben una activitat de ardoiserie a partir de galariás creusées en la falaise.

En 1925, lo pòble a escuelhut per èsser reconstitué en lo moment del exposicion internacionala de la houille blanca #que se desenrotlla a Grenòble.

Des mines de cuivre étaient exploitées dès l’âge du bronze (Modèl:IIe millénaire av. J.-C.) sur le territoire de la commune[5].

La légende de saint Véran de Cavaillon raconte que, évêque de Cavaillon, né dans le Gévaudan au Modèl:VIe siècle, il blessa un dragon qui ravageait la région de Cavaillon et le chassa en lui ordonnant d'aller mourir dans les Alpes. Ce Coulobre, saignant lors de sa retraite, a laissé tomber des gouttes de sang ; d'où la présence en France d'autres villages nommés Saint-Vérand, dans le Vaucluse, l'Isère et le Rhône.

Autrefois, le village avait une activité artisanale importante : vannerie, outillage, ébénisterie, charpentes et agricole, élevage (chèvres, vaches). Il avait aussi une activité d'ardoiserie à partir des galeries creusées dans la falaise.

En 1925, le village est choisi pour être reconstitué lors de l'exposition internationale de la houille blanche qui se déroule à Grenoble.


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Danielle Guignard    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 Donadas
d · m
 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2012): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
724 520 562 640 800 831 874 842 839
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
748 751 740 668 641 639 664 633 598
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
579 536 539 451 404 422 412 379 255
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
236
220
232
275
257
267
286
296
282
2009 2010
270
275
257
262

Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Vejatz tanben[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Referéncias[modificar | modificar la font]

  1. Toponimia Occitana e Senhalizacion bilingüa. Actas del Congrés d'Aush, 2007, publicat pel CROM, mapa aparegut a la pagina 77
  2. Pagina 505, capítol Anautit Alpes, França, Colleccion Guida verd, éditeur Lo Michelin, 2009
  3. Page 505, chapitre Hautes Alpes, France, Collection Guide vert, éditeur Le Michelin, 2009
  4. Claude Gouron (fotògraf), Hélène Vésian (autor), Hivernacle-Ponçon : viatge photographique al confluisson del Ubaye e de la Durance, Lo Pontet : d'Edicions Barthélemy e Hangar, 2004. ISBN 2-87923-165-5, p 41
  5. Claude Gouron (photographe), Hélène Vésian (auteur), Serre-Ponçon : voyage photographique au confluent de l’Ubaye et de la Durance, Le Pontet : Éditions Barthélemy et Hangar, 2004. ISBN 2-87923-165-5, p 41

Nòtas[modificar | modificar la font]