Eüras

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Eüras
Éourres

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Defautoc.png|center|280px|link=|border]]
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania map (1).png
geolocalizacion
Coordenadas 44° 12′ 47″ N, 5° 42′ 00″ E
Superfícia 26,47 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
1 613 m
759 m
Geografia politica
Region istorica Daufinat Armas de Daufinat
Occitània Flag of Occitania (with star).svg
Estat Bandièra de França França
Region
93
Provença Aups e Còsta d'Azur
Departament
5
Auts Aups Armas del Departament de Auts Aups
Arrondiment Gap
Canton Ribiers
Intercom
240500322
Comunautat de comunas dau canton de Ribièrs Vau de Meuje
Cònsol Caroline Yaffee (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Còde postal 05300
Còde INSEE 05047

Eüras[1] (Éourres en francés) es una comuna d'Occitània, en Daufinat dins lo departament dels Auts Aups.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

La municipalitat de Éourres se situa al sud del departament de las Anautitas-Alpes e a las confins de la Drôme e de las Alpes d'Anautita Provence, entre la Vallée de la Méouge (afluent del Buech) e aquela del Jabron (afluent de la Durance). Lo pòble, a unitat|980|m {{}} d'altitud, a environat d'un circ de montanhas amb, al nòrd, la Montanha de Chanteduc (naut. 1 542 m) e al sud, las montanhas de Maire (1 603 m) e del Pè de Mulet (1 537 m). Indigne lo vilatge de Éourres, la municipalitat compren los caserius dels Damias (o Damians), de la Beylonne, de las Peyres e de Rougnouse (aquel darrièr en essent uèi redusit en ruïnes).

Tèxte originau de l'article francés

La commune d’Éourres se situe au sud du département des Hautes-Alpes et aux confins de la Drôme et des Alpes de Haute Provence, entre la Vallée de la Méouge (affluent du Buech) et celle du Jabron (affluent de la Durance). Le village, à 980 m d’altitude, est entouré d’un cirque de montagnes avec, au nord, la Montagne de Chanteduc (alt. 1 542 m) et au sud, les montagnes de Mare (1 603 m) et du Pied de Mulet (1 537 m). Outre le village d’Éourres, la commune comprend les hameaux des Damias (ou Damians), de la Beylonne, des Peyres et de Rougnouse (ce dernier étant aujourd’hui réduit en ruines).


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Las primièras traces d'abitacion umana sus l' actuala municipalitat de Éourres, al neolític, an #èsser d'amassadas en una tuta situaa a lo-dessous de la Crête de Chanteduc, al nòrd de la comuna.

A la Mièja Edat, Éourres aperteniá a la distincion de Lachau, #lo que fasiá partida del fief dels Mévouillon, familha #qu'a reinatge sus la region pendent quatre sègles jos la suzeraineté dels comtes de Provence. AModèl:La X e sègle, las conquistas de Adhémar de Monteil (Montélimar) an portat un parteja de la distincion. A Éourres, lo senhor dels luòcs #èsser évincé per Adhémar, #que los descendents i n'an bastit un important castèl a la XIen o XIIen sègle. Se'n tròba pas mai de traces uèi, mas la butte de la siá localizacion se truca « lo castèl » encara de los nòstres jorns.

En l'an 1200, lo senhor de Lachau, Reybaud, a concedit la charte dicha de Reybaud, charte en concedint de libertats e franchise a totes òmes meses jos la siá juridiction e als sieus eretièrs. Aquela charte i aguèt ratificat pel senhor Raymond de Mévouillon.

1298, lo 10 de julhet : lo baron Raymond de Mévouillon se reconeis vassal del Dauphin per totas las tèrras #que possedís, que # aquelas de « Euris », al costat de Ribiers.

En 1641, lo linhatge dels Mévouillon se apaga. Éourres Passa entre el amb tot lo Val de Capèl als Valbelle, #que ne fan un comtat l'an 1711.

Un estudi dels registres paroissiaux facha per Gilberte e Raymond Manent de Laragne revèla #qu'a la fin de la XVIIen e començament XVIIIen, los mestièrs del pòble, en mai d'una majoritat d'agricultors, comprenián : un tisserand, un tailleur d'abituds, un cardeur de lana e un cordonnier, aital coma un meunier e un maréchal a forja. Las personalitats « dominants » (per la siá foncion o per los sieus sòus) èran : lo châtelain, lo bayle, lo jutge, lo notaire, lo sacerdòt, de contunh lo « régent de la joenessa », mèstre d'escòla totjorn issu d'una « bona familha ».

En 1789, las responsas de la municipalitat a las questions mesas pels Fiscales generales revèlan que los récoltes consistissián en blat, seigle, épeautre e avoine, aital coma los produchs dels pomers, poiriers e nogueres. En 1803, i i aviá un molin a òli (de nòu) en un masatge uèi desaparegut, aquel de la Confrérie de la Auzance (aquel molin existissiá totjorn al començament de la XXen sègle).

La populacion de Éourres arriba a lo sieu maximal amb 591 abitants l'an 1831, mai qu'aquela de las municipalitats vesinas de Salérans e de Capèl. Victima del déclin a causa del èxode rural amb lo avènement de la revolucion industriala, la siá populacion décroît fins a 250 l'an 1901, e a penas 190 l'an 1913. De contunh, doas guèrras e la èxode rurala contunh an daissat la municipalitat exsangue, amb solament 17 abitants l'an 1962. Malgrat aiçò, doas novetats an afectat la vida del vilatge entre las doas guèrras : l'arribada de l'aiga correnta al robinet, de contunh lo électrification del pòble l'an 1935.

En los ans 60 e 70, l'arribada d'una comunitat, « Tèrra Nòva », d'orientacion « New Age », e de doas familhas en practicant lo maraîchage biologic, a redynamisé la municipalitat en i creant una escòla (de pédagogie prèpa de Steiner[2]). Dos studios de enregistrament -Muance e Labora-, una associacion culturala -Egora- en produsint lo Festival de Méouge, dels artistas -Pema Trachy, Mildup, Jean-Marie Bevort- se son egalament installats dins lo pòble. Qualques familhas amb de joves mainats, en fugent la contaminacion de las vilas, son d'ara endavant atrachas cap al pòble. Lo darrièr recensement (1999) fa estat de 85 abitants.

Indignatz las espleitacions précitées, i a en 2006 sus la municipalitat una ramaderia biologica de fedas e un autre de cabras (amb produccion de fromages), una ramaderia d'ases de bât en prepausant randonnées pédestres e un ranch en organizant de passejadas a caval.

A las eleccions presidencialas 2012, en lo moment del primièr torn, aquela municipalitat a realizat lo score çò de mès d'elevat de França en favor d'Eva Joly amb 42,37 % de las voses exprimidas[3].

Tèxte originau de l'article francés

Les premières traces d’habitation humaine sur l’actuelle commune d’Éourres, au néolithique, ont été trouvées dans une grotte située au-dessous de la Crête de Chanteduc, au nord de la commune.

Au Moyen Âge, Eüras appartenait à la seigneurie de Lachau, laquelle faisait partie du fief des Mévouillon, famille qui a régné sur la région pendant quatre siècles sous la suzeraineté des comtes de Provence. Au Xen siècle, les conquêtes d’Adhémar de Monteil (Montélimar) ont amené un partage de la seigneurie. À Eüras, le seigneur des lieux fut évincé par Adhémar, dont les descendants y ont construit un important château au XIen ou XIIen siècle. On n’en trouve plus de traces aujourd’hui, mais la butte de son emplacement s’appelle « le château » encore de nos jours.

En l’an 1200, le seigneur de Lachau, Reybaud, a accordé la charte dite de Reybaud, charte accordant libertés et franchise à tous hommes placés sous sa juridiction et à leur héritiers. Cette charte fut ratifiée par le seigneur Raymond de Mévouillon.

1298, le 10 juillet : le baron Raymond de Mévouillon se reconnaît vassal du Dauphin pour toutes les terres qu’il possède, parmi lesquelles celles d’« Euris », au canton de Ribiers.

En 1641, la lignée des Mévouillon s’éteint. Eüras passe avec tout le Val de Barret aux Valbelle, qui en font un comté en 1711.

Une étude des registres paroissiaux faite par Gilberte et Raymond Manent de Laragne révèle qu’à la fin du XVIIen et début XVIIIen, les métiers du village, outre une majorité d’agriculteurs, comprenaient : un tisserand, un tailleur d’habits, un cardeur de laine et un cordonnier, ainsi qu’un meunier et un maréchal à forge. Les personnalités « dominantes » (par leur fonction ou par leur argent) étaient : le châtelain, le bayle, le juge, le notaire, le prêtre, puis le « régent de la jeunesse », maître d’école toujours issu d’une « bonne famille ».

En 1789, les réponses de la commune aux questions posées par les Procureurs généraux révèlent que les récoltes consistaient en froment, seigle, épeautre et avoine, ainsi que les produits des pommiers, poiriers et noyers. En 1803, il y avait un moulin à huile (de noix) dans un hameau aujourd’hui disparu, celui de la Confrérie de l’Auzance (ce moulin existait toujours au début du XXen siècle).

La population d’Éourres atteint son maximum avec 591 habitants en 1831, plus que celle des communes voisines de Salérans et de Barret. Victime du déclin dû à l’exode rural avec l’avènement de la révolution industrielle, sa population décroît jusqu’à 250 en 1901, et à peine 190 en 1913. Ensuite, deux guerres et l’exode rural continu ont laissé la commune exsangue, avec seulement 17 habitants en 1962. Cependant, deux nouveautés ont affecté la vie du village entre les deux guerres : l’arrivée de l’eau courante au robinet, puis l’électrification du village en 1935.

Dans les années 60 et 70, l’arrivée d’une communauté, « Terre Nouvelle », d’orientation « New Age », et de deux familles pratiquant le maraîchage biologique, a redynamisé la commune en y créant une école (de pédagogie proche de Steiner[4]). Deux studios d'enregistrement -Muance et Labora-, une association culturelle -Egora- produisant le FestiVal de Méouge, des artistes -Pema Trachy, Mildup, Jean-Marie Bevort- se sont également installés dans le village. Des familles avec de jeunes enfants, fuyant la pollution des villes, sont désormais attirées vers le village. Le dernier recensement (1999) fait état de 85 habitants.

Outre les exploitations précitées, il y a en 2006 sur la commune un élevage biologique de moutons et un autre de chèvres (avec production de fromages), un élevage d’ânes de bât proposant des randonnées pédestres et un ranch organisant des balades à cheval.

Aux élections présidentielles 2012, lors du premier tour, cette commune à réalisé le score le plus élevé de France en faveur d'Eva Joly avec 42,37 % des voix exprimées[5].


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Caroline Yaffee    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
502 502 572 546 591 557 567 561 551
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
497 451 412 403 373 332 321 288 299
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
270 250 225 181 166 147 112 87 62
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
39
28
28
22
73
85
123
128
143
2009 2010
151
154
151
154
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Vejatz tanben[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Referéncias[modificar | modificar la font]

  1. Toponimia Occitana e Senhalizacion bilingüa. Actas del Congrés d'Aush, 2007, publicat pel CROM, mapa a la pagina 73
  2. http://ecoledeourres.free.fr/ Luòc de l'associacion de l'escòla de Éourres Escòla Éveil e Loisirs
  3. http://www.data.gouv.fr/communaute/forum/Resultats-validas-per lo-Conselh-Constitucional
  4. http://ecoledeourres.free.fr/ Site de l'association de l'école d'Eüras École Éveil et Loisirs
  5. http://www.data.gouv.fr/Communaute/Forum/Resultats-valides-par-le-Conseil-Constitutionnel

Nòtas[modificar | modificar la font]