La Ferrière (Isèra)

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Salta a la navegació Salta a la cerca

La Ferrière
La Ferrière

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:La ferriere isere france 2007.JPG|center|280px|link=|border]]
Lo Vilatge de la Ferrière en la Isère
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania Map3.svg
geolocalizacion
Coordenadas 45° 19′ 14″ N, 6° 05′ 16″ E
Superfícia 54 km²
Altituds
 · Maximala
 · Mejana
 · Minimala
 
2 928 m
910 m
812 m
Geografia politica
Region istorica Daufinat Armas de Daufinat
Arpitània Armas de Savòia
Estat Bandièra de França França
Region
84
Auvèrnhe Ròse Aups
Departament
38
Isèra Armas del Departament d'Isèra
Arrondiment Grenoble
Canton Allevard
Intercom
200018166
du Pays du Grésivaudan
Cònsol Gérard Cohard (2008-2014)
Geografia umana
Populacion
Populacion totala
(2013)
231 ab.
Evolucion de la populacion

ab.
Densitat 4,28 ab./km²
Autras informacions
Gentilici Biassus (en francés)
Còde postal 38580
Còde INSEE 38163
http://www.la-ferriere.fr

La Ferrière es una comuna arpitana dau Daufinat administrada per lo departament d'Isèra de la region de Ròse-Aups.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

La Vallée de la Nautor Bréda es una vallée glaciaire, longa de près de 20 km #que bassa en #amples escalièrs de Fons de França a Allevard. Las siás pendentas fòrça marcadas son adoucies per endroits per las cônes de déjection dels torrents #que dévalent de totes costats. Lo torrent principal, lo Bréda, pren la siá font a sèt oras Laux e découle la longitud de la vallée. D'unes autres lacs (« los Tres Laux ») alimentan tanben lo torrent de la Granda Valloire, afluent del Bréda. Las pendentas de la vallée de la Nautor Bréda son ara recobertes de bòsques, essencialament de conifères (épicéas, mélèzes), e an dominat per de nautors alpages ont l'estiu pasturen vacas e fedas. Aqueles alpages, l'ivèrn, constituisson de magnifics espacis pel esquí de randonnée, lo esquí de fons o la raqueta. A lo-dessus, pics enneigés e rochers ofrisson lo sieu somptueuse sérénité[1]

Tèxte originau de l'article francés

La Vallée du Haut Bréda est une vallée glaciaire, longue de près de 20 km qui descend en larges escaliers de Fond de France à Allevard. Ses pentes très marquées sont adoucies par endroits par les cônes de déjection des torrents qui dévalent de tous côtés. Le torrent principal, le Bréda, prend sa source aux Sept Laux et découle le long de la vallée. D’autres lacs (« les Trois Laux ») nourrissent aussi le torrent de la Grande Valloire, affluent du Bréda. Les pentes de la vallée du Haut Bréda sont maintenant recouvertes de forêts, essentiellement de conifères (épicéas, mélèzes), et sont dominées par de hauts alpages où l’été paissent vaches et moutons. Ces alpages, l’hiver, constituent de magnifiques espaces pour le ski de randonnée, le ski de fond ou la raquette. Au-dessus, pics enneigés et rochers offrent leur somptueuse sérénité[1]


Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgLa Ferrière
Comuna amb 191 abitants (2000)Pinsot (4,4km)
Comuna amb 1905 abitants (2000)Theys (7,5km)
Comuna amb 3824 abitants (2000)Allevard (8,4km)
Comuna amb 2150 abitants (2000)Goncelin (8,9km)
Comuna amb 2655 abitants (2000)Le Cheylas (9,4km)
Comuna amb 1171 abitants (2000)Tencin (9,8km)
Comuna amb 173 abitants (2000)Hurtières (9,9km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

De totes tempses, aquela vallée a #èsser viscuda e relativament poblada, malgrat lo sieu isolament e la siá situacion dins la frontièra de la Savoie, independenta fins en 1860. Segon los primièrs recensements trobats, a la fin de la XVIIIen sègle, la municipalitat compreniá encara mai de 1000 abitants l'an 1790 e 1229 l'an 1826. De contunh, la populacion a patit una décrue lenta e regular : 1000 l'an 1861, 800 l'an 1891, 600 l'an 1921, 400 l'an 1954, 200 l'an 1975… Las rasons ne son, coma en nombre de pòbles, la sortida dels agricultors cap a las vilas al continuament de la revolucion industriala e l'impacte de las doas guèrras mondialas. Dempuèi, lo nombre d'abitants es demorat practicament estable, amb una leugièra remontada aqueles darrièrs ans.

Fòrça d'ora, lo fèrre, #qu'a donat lo sieu nom dins lo vilatge (burgo ferrarias testificat l'an 1090), a #èsser espetat, en principi de manièra artesanala, de contunh pels mèstres de forja de Allevard[2]. Aquel trabalh s'es « industrializat » de mai en mai a partir de la XVIIen sègle : es en fèrre de Allevard #qu'an #èsser fabricats los canons de Louis XIV e los primièrs blindages de las naus a Modèl:La s. Los paysans de la vallée an longtemps partejat lo sieu temps entre divèrsas activitats : una pichona agricultura de subsistance, la ramaderia, l'espleitacion del bòsc per los sieus quites besonhs e la fabricacion de carbon de bòsc (per « grasilhar » lo minaré de fèrre), e fin finala lo trabalh en las minas de fèrre. A la fin de la XIXen s'es apondut, en la vallée, l'espleitacion hydroélectrique del Bréda : barrages als Sèt Laux, conduchas forçoses, fabricas a Fons-de-França, la Ferrière, Pinsot e fin finala Allevard. Ara, la vallée a trobat una vida economica activa amb lo torisme e la practica de divèrsas activitats esportiuas e de diversió (l'estiu : passejada, randonnée pédestre, VTT, équitation, eca ; l'ivèrn : esquí a la station de la Set Laux), sens desbrembar los testimònis del passat (granjas, fontaines…) #qu'encantan los enamorats de las vièlhas pèiras[1]

Tèxte originau de l'article francés

De tous temps, cette vallée a été habitée et relativement peuplée, malgré son isolement et sa situation à la frontière de la Savoie, indépendant jusqu’en 1860. Selon les premiers recensements retrouvés, à la fin du XVIIIen siècle, la commune comprenait encore plus de 1000 habitants en 1790 et 1229 en 1826. Ensuite, la population a subi une décrue lente et régulière : 1000 en 1861, 800 en 1891, 600 en 1921, 400 en 1954, 200 en 1975… Les raisons en sont, comme dans nombre de villages, le départ des agriculteurs vers les villes à la suite de la révolution industrielle et l’impact des deux guerres mondiales. Depuis, le nombre d’habitants est resté pratiquement stable, avec une légère remontée ces dernières années.

Très tôt, le fer, qui a donné son nom au village (burgo ferrarias attesté en 1090), a été exploité, d’abord de façon artisanale, puis par les maîtres de forge d’Allevard[3]. Ce travail s’est « industrialisé » de plus en plus à partir du XVIIen siècle : c’est en fer d’Allevard qu’ont été fabriqués les canons de Louis XIV et les premiers blindages des navires au Modèl:Ligam sègleModèl:Verificacion sègle. Les paysans de la vallée ont longtemps partagé leur temps entre plusieurs activités : une petite agriculture de subsistance, l’élevage, l’exploitation du bois pour leurs besoins propres et la fabrication de charbon de bois (pour « griller » le minerai de fer), et enfin le travail dans les mines de fer. À la fin du XIXen s’est ajoutée, dans la vallée, l’exploitation hydroélectrique du Bréda : barrages aux Sept Laux, conduites forcées, usines à Fond-de-France, la Ferrière, Pinsot et enfin Allevard. Maintenant, la vallée a retrouvé une vie économique active avec le tourisme et la pratique de diverses activités sportives et de détente (l’été : promenade, randonnée pédestre, VTT, équitation, etc ; l’hiver : ski à la station des Sept Laux), sans oublier les témoins du passé (granges, fontaines…) qui enchantent les amoureux des vieilles pierres[1]


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Gérard Cohard    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): 231, totala:
Picto infobox character.png

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 084 1 166 1 096 1 220 1 201 1 112 1 125 1 178 1 169

1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 135 1 005 952 917 891 883 865 789 764

1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
724 724 652 571 542 513 479 486 375

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
252
245
189
204
191
214
225
225
226
226
2009 2010
226
232
228
234
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 http://www.la-ferriere.fr/decouvrir/pageLibre00010023.html modèl {{Ligam web}} : paramètre « titre » mancant Error de citacion : Etiqueta <ref> no vàlida; el nom «La Ferrière» està definit diverses vegades amb contingut diferent.
  2. Marida-Christine Bailly-Mèstre Minas e forges Alpes, d'edicions Lo Dauphiné, 1999, pàg.18
  3. Marie-Christine Bailly-Maître Mines et forges des Alpes, éditions Le Dauphiné, 1999, p.18