Baignes-Sainte-Radegonde

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Salta a la navegació Salta a la cerca

Baignes-Sainte-Radegonde
Baignes-Sainte-Radegonde

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
Baignes-Ste-Radegonde 16 Halles 2013.jpg
Mercat cobèrt de Baignes-Sainte-Radegonde.
Blason de la ville de Baignes-Sainte-Radegonde (Charente).svg
Geografia fisica
Occitania Map2.svg
geolocalizacion
Coordenadas 45° 22′ 59″ N, 0° 14′ 10″ O
Superfícia 31,22 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
148 m
51 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
75
Nòva Aquitània BlasonNouvelleAquitaine.svg
Departament
16
Charanta Blason département fr Charente.svg
Arrondiment Cognac
Canton Baignes-Sainte-Radegonde
(capluòc)
Intercom
241600501
des 3B Sud Charente
Cònsol Pierre Jaulin (2008-2014)
Geografia umana
Populacion
Populacion totala
(2013)
1 291 ab.
Evolucion de la populacion

1 313 ab.
Densitat 41,35 ab./km²
Autras informacions
Gentilici Baignois (en francés)
Còde postal 16360
Còde INSEE 16025

Baignes-Sainte-Radegonde es una comuna francesa, situada dins lo departament de Charanta e la region de Peitau-Charantas.

Geografia[modificar | modificar la font]

Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgBaignes-Sainte-Radegonde
Comuna amb 726 abitants (2000)Touvérac (2,0km)
Comuna amb 324 abitants (2000)Le Tâtre (2,6km)
Comuna amb 122 abitants (2000)Bran (4,5km)
Comuna amb 197 abitants (2000)Lamérac (5,7km)
Comuna amb 634 abitants (2000)Reignac (5,9km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

A l'epòca romaine, Banhas-Santa-Radegonde se trucava alavetz Cathmeriacum e lo cors d'aiga #que la traversava èra lo Cavallon. La villa romaine èra desservie [ref. necessària].

Segon la tradicion populara, la abbaye Sant-Étienne de Banhes i auriá #èsser bastida, a l'epòca de Charlemagne, al sud del bourg. En lo sieu principi, aquela abbaye dépendait de l'òrdre de Sant-Benoît mas Ramnulphe (Ramnulfus Focaudi), avesque de Santas entre 1083 e 1106, la #confiar a la direccion de Hugues, abbé de Clunhic. Pierre II de Soubise, lo sieu successor al évêché de Santas (1107-1112), #confirmar aquela cession a la abbé Pontius segon la charte #que se n'es gardat en l'archiu de Clunhic[1].

Banhes èra, al Sègle IX, una viguerie #que #venir mai tard la baronnie de Montausier. Lo castèl de Montausier s'elevava a una flaca distància del bourg, al nòrd. Pas en subsisteix mai #qu'un vièlh torn e una fontaine, trucada Fan de Madame, #que se'n pòt observar la voûte.

Al Mièja Edat, los fraires del abbaye #donar dins la vila lo nom de Béania en significant « Òme fruste, en ignorant e nòu vengut ». Béania Amassava lo bourg del abbaye e lo bourg de Montausier.

La baronnie de Montausier, amb aquela vesina de Chaux, formava la enclave del Pichon Engolmís, ressortissant per la justícia al présidial de Angoulême, e per l'administracion a la intendant de la Généralité de Limoges. Aquel territòri se compausava d'una dotzena de parròquias, #que set, en tot o part, ne son en lo departament de la Charanta: Santa-Radegonde amb Mathelon, Chantillac, Lo Tâtre, Touvérac, Bors amb Venet, Boisbreteau en partida amb Peirrefont. Tot lo país environnant èra de Santonge, eleccion de Barbezieux. La parròquia de Banhas, ela-quitament, èra saintongeaise e d'aquela eleccion. Cela proveniá de #çò que la baronnie de Montausier e Chaux i aviá #èsser desligada, al Mièja Edat, del comtat de Angoulême.

En lo principi, la baronnie de Montausier aperteniá n'efièch als de comtes de Angoulême. Mas, en 1031, lo comte Geoffroi Taillefer la #desligar del comtat e en #far don als sieus fils Arnaud. Los descendents de Arnaud Taillefer #conservar longtemps la tèrra de Montausier, #que #passar de contunh en la familha de Santa-Maure.

Lo membre mai considerable d'aquela familha #èsser Charles de Santa-Maure, pòrti de Montausier, #que #èsser précepteur del Dauphin, fils de Louis XIV, e en favor #qu'aquel prince #erigir en duché-pairie la baronnie de Montausier, en 1665.

Charles de Montausier n'èra un leial òme, intègra, mas perfièchament desagradable; #servir de modèl a Molière, per lo sieu personatge de Alceste, en la comédie del Misanthrope.

I aguèt per successor la siá filha unica, Julie Marida de Montausier, maridada a Emmanuel II de Crussol, pòrti-parelh de Uzès, governador de Santonge e de Engolmís. Aquela branca de Crussol #possedir Montausier fins a la Revolucion, sens la i aver jamai viscut. La tèrra #èsser alavetz confisquée per causa d'emigracion, e lo castèl destruit en 1793[2].

Pendent la Revolucion, la municipalitat de Santa-Radegonde s'es trucat provisoirement Pharon, de contunh Radegonde-la-Plana[3].

En los ans 1870, lo abbé Jean Hippolyte Michon, autor de la Estatistica monumentala de la Charanta, #far bastir un solar sus la localizacion de l'ancian castèl de Montausier.

Al començament de la Modèl:Ligam sègleModèl:Verificacion sègle, la principala activitat economica de Banhes es la ramaderia de la bœufs e dels pòrcs. Gaireben totes los laboureurs son tisserands #que fabrican de gròssas teles vendudas suls mercats bordelais. Se compta egalament divèrses tanneurs e mégissiers #que preparan de cuèrs fòrts, dels bazanes e de las pèls blancas[1].

En 1855, Santa-Radegonde fusiona amb Banhas per donar Banhas-Santa-Radegonde.

En 1893, la primièra cooperativa laitière charentaise vesiá lo jorn a Banhes. Lo appellation burre de Banhes beneficia encara d'una granda reputacion.

Tèxte originau de l'article francés

À l'époque romaine, Baignes-Sainte-Radegonde s'appelait alors Cathmeriacum et le cours d'eau qui la traversait était le Cavallon. La villa romaine était desservie [ref. necessària].

Selon la tradition populaire, l'abbaye Saint-Étienne de Baignes aurait été construite, à l'époque de Charlemagne, au sud du bourg. Dans son principe, cette abbaye dépendait de l'ordre de Saint-Benoît mais Ramnulphe (Ramnulfus Focaudi), évêque de Saintes entre 1083 et 1106, la confia à la direction de Hugues, abbé de Cluny. Pierre II de Soubise, son successeur à l'évêché de Saintes (1107-1112), confirma cette cession à l'abbé Pontius selon la charte que l'on en a gardé dans les archives de Cluny[1].

Baignes était, au Modèl:IXe siècle, une viguerie qui devint plus tard la baronnie de Montausier. Le château de Montausier s'élevait à une faible distance du bourg, au nord. Il n'en subsiste plus qu'une vieille tour et une fontaine, appelée Font de Madame, dont on peut remarquer la voûte.

Au Moyen Âge, les moines de l'abbaye donnèrent à la ville le nom de Béania signifiant « Homme fruste, ignorant et nouveau venu ». Béania réunissait le bourg de l'abbaye et le bourg de Montausier.

La baronnie de Montausier, avec celle voisine de Chaux, formait l'enclave du Petit Angoumois, ressortissant pour la justice au présidial d'Angoulême, et pour l'administration à l'intendant de la Généralité de Limoges. Ce territoire se composait d'une douzaine de paroisses, dont sept, en tout ou partie, sont dans le département de la Charente: Sainte-Radegonde avec Mathelon, Chantillac, Le Tâtre, Touvérac, Bors avec Venet, Boisbreteau en partie avec Peirrefont. Tout le pays environnant était de Saintonge, élection de Barbezieux. La paroisse de Baignes, elle-même, était saintongeaise et de cette élection. Cela provenait de ce que la baronnie de Montausier et Chaux avait été détachée, au Moyen Âge, du comté d'Angoulême.

Dans le principe, la baronnie de Montausier appartenait en effet aux comtes d'Engoleime|Engoleime. Mais, en 1031, le comte Geoffroi Taillefer la détacha du comté et en fit don à son fils Arnaud. Les descendants d'Arnaud Taillefer conservèrent longtemps la terre de Montausier, qui passa ensuite dans la famille de Sainte-Maure.

Le membre le plus remarquable de cette famille fut Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier, qui fut précepteur du Dauphin, fils de Louis XIV, et en faveur duquel ce prince érigea en duché-pairie la baronnie de Montausier, en 1665.

Charles de Montausier était un honnête homme, intègre, mais parfaitement désagréable; il servit de modèle à Molière, pour son personnage d'Alceste, dans la comédie du Misanthrope.

Il eut pour successeur sa fille unique, Julie Marie de Montausier, mariée à Emmanuel II de Crussol, duc-pair d'Uzès, gouverneur de Saintonge et d'Angoumois. Cette branche de Crussol posséda Montausier jusqu'à la Révolution, sans l'avoir jamais habité. la terre fut alors confisquée pour cause d'émigration, et le château détruit en 1793[4].

Pendant la Révolution, la commune de Sainte-Radegonde s'est appelée provisoirement Pharon, puis Radegonde-la-Plaine[5].

Dans les années 1870, l'abbé Jean Hippolyte Michon, auteur de la Statistique monumentale de la Charente, fit construire un manoir sur l'emplacement de l'ancien château de Montausier.

Au début du Modèl:Ligam sègleModèl:Verificacion sègle, la principale activité économique de Baignes est l'élevage des bœufs et des cochons. Presque tous les laboureurs sont des tisserands qui fabriquent de grosses toiles vendues sur les marchés bordelais. On compte également plusieurs tanneurs et mégissiers qui préparent des cuirs forts, des bazanes et des peaux blanches[1].

En 1855, Sainte-Radegonde fusionne avec Baignes pour donner Baignes-Sainte-Radegonde.

En 1893, la première coopérative laitière charentaise voyait le jour à Baignes. L'appellation beurre de Baignes bénéficie encore d'une grande renommée.

Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Pierre Jaulin    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): 1291, totala: 1313
Picto infobox character.png

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
421 367 391 447 199 339 364 400

1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 541 2 631 2 417 2 266 2 227 2 215 2 122 2 002 1 899

1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 886 1 968 1 811 1 693 1 607 1 503 1 545 1 450 1 382

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 416
1 462
1 452
1 427
1 191
1 239
1 277
1 282
1 287
1 311
2009 2010
1 315
1 340
1 326
1 351
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 Istòria de l'Engolmís - manuscrit de Louis Desbrandes (1816), conservat a la bibliotèca municipala de Angoulême Error de citacion : Etiqueta <ref> no vàlida; el nom «Louis Desbrandes 1816» està definit diverses vegades amb contingut diferent.
  2. J. Martin-Buchey, Geografia istorica e communale de la Charanta, Tome II, 1916, imp. Coquemard, Angoulême.
  3. Modèl:Ref-Charanta-Toponymie-Revolucion
  4. J. Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, Tome II, 1916, imp. Coquemard, Angoulême.
  5. Modèl:Ref-Charente-Toponymie-Révolution