Sant Martin de Vesubiá

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar
Còde QRpedia d'estampar per un accès dirècte a aquèth article
Flag of Occitania.png Vilatge d'Occitània Blason Languedoc.svg
Donadas
d · m
Sant Martin de Vesubiá
Saint-Martin-Vésubie
comuna francesa
Saint-Martin-Vésubie.jpg
[[Imatge:|250px]]
Descripcion de la bandièra
Descripcion dau blason
Descripcion deu sagèth
Latitud
Longitud
Generalitats
Partida de
Sosclassa de
Nomenat d'aprèst
Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Situat dens Q94062 e  Aups Maritims
País França
Sit oficial
Blason ville fr Saint-Martin-Vésubie 06.svg
Saint-Martin-Vésubie.jpg
Lo vilatge vist dempuèi lo Còl
Geografia fisica
Occitania map.png
geolocalizacion
Coordenadas 44° 04′ 09″ N 7° 15′ 24″ E / 44.0691666667, 7.25666666667 / 44.0691666667; 7.25666666667


Superfícia | 97,13 km²
Altituds
 · Maximala
 · Mejana
 · Minimala |
 
3 120 m
940 m
715 m
Geografia politica


Region istorica Comtat de Niça Nice Arms.svg
Parçan Modèl:Val de Vesubiá
Estat Flag of France.svg França
Region
93
Provença-Aups-Còsta d'Azur Armas de Provença
Departament
6
Aups Maritims Armas deu Departament deus Aups Maritims
Arrondiment
Niça
Canton
Sant Martin de Vesúbia
Intercom
200006757
Vésubie-Mercantour
Cònsol

Gaston Franco (2008-2014)

Geografia umana
Populacion
Populacion totala
(2010)
1 324 ab.
Evolucion de la populacion

1 329 ab.
Densitat 13,63 ab./km²
Autras informacions
Gentilici Saint-Martinois (en francés)
Còde postal 06450
Còde INSEE 06127
Sit web saintmartinvesubie.fr


Identificants
BNE


ULAN


DOI
RKDimages
Rijksmonument
KGS
Historic Places identifier
ID d'artista de MusicBrainz
ID album de MusicBrainz
ID d'òbra de MusicBrainz


Legislator
Identificant BHL
Identificant ITIS
Identificant IUCN
Identificant NCBI
Identificant TPDB
Identificant GBIF
Identificant WoRMS
Numèro EE
Indicatiu
Còde AITA
Còde OACI
Còde mnemonic
Identificant JPL Small-Body Database
Còde de l'observatòri Minor Planet Center
Identificant Structurae
Identificant Emporis
Numèro CAS
numèro EINECS
SMILES
InChI
InChIKey
Còde ATC
Numèro E
Identificant UNII
Numèro RTECS
Identificant ChemSpider
Identificant PubChem (CID)
Numèro ZVG
Identificant ChEBI
Numèro ONU
Còde Kemler
Identificant Drangbank
Mencion de dangièr SGH
Identificant Wine AppDB
Identificant d'un satellit NSSDC
SCN
Commons-logo.svg Wikimedia Commons prepausa de documents multimèdia liures sus Sant Martin de Vesubiá.

Sant Martin de Vesubiá[1] (Saint-Martin-Vésubie en francés) es una comuna occitana dau Comtat de Niça, situada dins lo departament dei Aups Maritims e la region de Provença-Aups-Còsta d'Azur.

Geografia[modificar | modificar la font]

Fichièr:Otèl de vila de Sant-Martin-Vésubie.jpg
Otèl de vila de Sant-Martin-Vésubie

Cap de-luòc de costat dels Alpes-Maritims e darrièr vilatge al nòrd de la vallée de la Vésubie, Sant-Martin-Vésubie es la principala pòrta d'accès al Parc nacional del Mercantour.

Telefonada fins en 1889 Sant-Martin-Lantosque perque apertenent al ancià Val de Lantosque (ancian nom de la Vésubie), Sant-Martin-Vésubie, #èsser, dempuèi 1864, réputée per la qualitat de lo sieu entorn, de las siás aigas e de lo sieu climat estival, luènh de las calors étouffantes de la còsta.

Aqueles caractéristiques lududes valon lo sieu subernòm de « Soïssa niçoise ». Lo pòble s'elèva a la confluence de dos torrents aupins, aquel de la Madone de Fenestre a l'Èst, e del Boréon a l'Oèst. La Vésubie nais jol pòble.

Hôtel de ville de Saint-Martin-Vésubie

Chef-lieu de canton des Alpes-Maritimes et dernier village au nord de la vallée de la Vésubie, Sant Martin de Vesubiá est la principale porte d'accès au Parc national du Mercantour.

Appelée jusqu'en 1889 Saint-Martin-Lantosque car appartenant à l'ancien Val de Lantosque (ancien nom de la Vésubie), Sant Martin de Vesubiá, fut, dès 1864, réputée pour la qualité de son environnement, de ses eaux et de son climat estival, loin des chaleurs étouffantes de la côte.

Ces caractéristiques lui valent son surnom de « Suisse niçoise ». Le village s'élève à la confluence de deux torrents alpins, celui de la Madone de Fenestre à l'Est, et du Boréon à l'Ouest. La Vésubie naît sous le village.


Istòria[modificar | modificar la font]

Erigé Suls bòrds d'un scenari glaciaire, lo pòble apareis en l'istòria dempuèi lo Sègle XIII, mas lo sieu luòc a ocupat dempuèi la mai anautita antiquitat (romanizacion d'una populacion autochtone al Modèl:Ier sègle avérée).

A Modèl:La s sègle lo pòble a mencionat jol nom de Sant-Martin-de-Lantosque. S'es bastit a l'entorn d'un prieuré fondat al abbaye de Sant-Dalmas-de Pedonna Borgo San Dalmazzo. Los Templiers administren lo santuari de Fenestre fins a la siá detencion.

Lo castrum medieval s'estend progressivament la longitud de la falaise surplombant lo vallon de la Madone, que # se étire la granda rota de la Sal ganhant çò Piémont dempuèi lo pòrt de Niça. A la Mièja Edat, la comunitat de Sant-Martin a dotat sus el d'un consulat[2].

En la réorganisation administrativa del comtat de Provence operada en 1307 per Charles II, Sant-Martin fa partida de la «vicaria comitatus Vintimilli e vallis Lantusce». Aquela part del comtat compren Sospel, Saorge, Breil, Pigna, La Roquette, Peille, Lucéram, Belvédère, La Bollène, Lantosque, Utelle, Roquebillière, Sant-Martin, Lo Torn e Valdeblore[3].

Lo 25 de genièr de 1470, un incendi consumme una granda part de la vila, las siás fabricas de llençols e los sieus magasèms de merças. Las pèrdas an avalorat a formatnum:160 Modèl:000 florins d'aur.

Jérôme-Marcel de Gubernatis, president del Senat de Niça, obten en 1684 lo inféodation del fief de Sant-Martin. Davant l'oposicion de la populacion, aquela mesura a anullat en l'an.

La municipalitat ven definitivament francesa l'an 1860 e pèrd una part de lo sieu territòri #que ven italian (#que la Madone de Fenestre), #que pas lududes i n'aurà restituit #qu'en 1947 (tractat de París).

La vila es la segonda a França, après La Ròca-sus-Foron, en 1893, a se dotar d'un éclairage public.

Pendent la Segonda Guèrra mondiala las Alpes-Maritimas an #èsser ocupadas per l'IVen armada italiana o 11 de novembre 1942. Mercés a la simpatia de las autoritats italianas la zòna d'aucupacion italiana es vengut un refugi per milièrs de Josieus. Los Josieus avián un minim de seguretat e una residéncia legala jos las autoritats italianas, #qu'en de març 1943 los an transportès de la còsta al dedins, dins la zòna de Sant-Martin-Vésubie.

La simpatia de las autoritats italianas i aviá a causa de l'abséncia de antisémitisme de la majoritat de l'armada (#que lo maréchal Ugo Cavallero e lo general Mario Vercellino) e al œuvre del banquier josieu italian Angelo Donati #que ne demorava en Niça e los a convencuts, amb lo Paire Marida-Benoît, de protegir los Josieus de la persecucion dels Alemands.

Après lo armistice dels Italians en setembre 1943, e jos la menaça dirècta de las autoritats alemandas, un milièr de Josieus de Sant-Martin-Vésubie an atengut a remontar la vièlha rota de la sal cap a la vallée del Gesso per se salvar a Itàlia. Los Josieus #que son demorats a Sant-Martin-Vésubie an #èsser arturats e transportès a Auschwitz. Aquel episòdi apparait en lo libre Estela errant de J. Lo Sr. G. Lo Clézio.

Lo en comandant de la brigada de Sant-Martin-Vésubie, lo maréchal dels abitatges-cap de Landry MANGON e la siá femna Adrienne MANGON an amagat Jean-Claude Dreymann, un pichon mainat de quinze mes; un autre gendarme de la brigada Joseph FOUGERE e la siá femna Yvonne FOUGERE #amagar, de lo sieu costat, la siá sœur aînée, Cecile, màger de cinc ans, en la en fasent passar per la siá pròpria filha.

Los 2 mainats #demorar amagats en la gendarmerie pendent divèrses meses; la siá maire, enceinte d'uèch mes, a pogudas aital escapar amb la siá familha a la rafle del 8 de setembre de 1943.

Los 2 gendarmes e las siás esposas an recebut, a títol posthume, lo títol de "Justs entre las Nacions" al cors d'una ceremònia #que s'a desenrotllat a Sant-Martin-Vésubie lo 5 de setembre de 2010[4].

Erigé sur les bords d'un plateau glaciaire, le village apparaît dans l'histoire dès le Sègle XIII, mais son site est occupé depuis la plus haute antiquité (romanisation d'une population autochtone au Modèl:Ier siècle avérée).

Au Sègle XII siècle le village est mentionné sous le nom de Saint-Martin-de-Lantosque. Il s'est construit autour d'un prieuré fondé à l'abbaye de Saint-Dalmas-de Pedonna Borgo San Dalmazzo. Les Templiers administrent le sanctuaire de Fenestre jusqu'à leur arrestation.

Le castrum médiéval s'étend progressivement le long de la falaise surplombant le vallon de la Madone, sur laquelle s'étire la grande route du Sel gagnant le Piémont depuis le port de Nice. Au Moyen Âge, la communauté de Saint-Martin est dotée d’un consulat[5].

Dans la réorganisation administrative du comté de Provence opérée en 1307 par Charles II, Saint-Martin fait partie de la «vicaria comitatus Vintimilli et vallis Lantusce». Cette partie du comté comprend Sospel, Saorge, Breil, Pigna, La Roquette, Peille, Lucéram, Belvédère, La Bollène, Lantosque, Utelle, Roquebillière, Saint-Martin, La Tour et Valdeblore[6].

Le 25 janvier 1470, un incendie consumme une grande partie de la ville, ses fabriques de draps et ses entrepôts de marchandises. Les pertes sont évaluées à 160 000 florins d'or.

Jérôme-Marcel de Gubernatis, président du Sénat de Nice, obtient en 1684 l'inféodation du fief de Saint-Martin. Devant l'opposition de la population, cette mesure est annulée dans l'année.

La commune devient définitivement française en 1860 et perd une partie de son territoire qui devient italien (dont la Madone de Fenestre), qui ne lui sera restitué qu'en 1947 (traité de Paris).

La ville est la deuxième en France, après La Roche-sur-Foron, en 1893, à se doter d'un éclairage public.

Pendant la Seconde Guerre mondiale les Alpes-Maritimes ont été occupées par la IVen armée italienne le 11 novembre 1942. Grâce à la sympathie des autorités italiennes la zone d’occupation italienne est devenue un refuge pour des milliers de Juifs. Les Juifs avaient un minimum de sûreté et une résidence légale sous les autorités italiennes, qui en mars 1943 les ont transportés de la côte à l’intérieur, dans la zone de Saint-Martin-Vésubie.

La sympathie des autorités italiennes était due à l'absence d'antisémitisme de la majorité de l'armée (dont le maréchal Ugo Cavallero et le général Mario Vercellino) et à l’œuvre du banquier juif italien Angelo Donati qui habitait à Nice et les a convaincus, avec le Père Marie-Benoît, de protéger les Juifs de la persécution des Allemands.

Après l’armistice des Italiens en septembre 1943, et sous la menace directe des autorités allemandes, un millier de Juifs de Sant Martin de Vesubiá ont réussi à remonter la vieille route du sel vers la vallée du Gesso pour se sauver en Italie. Les Juifs qui sont restés à Sant Martin de Vesubiá ont été arrêtés et transportés à Auschwitz. Cet épisode apparait dans le livre Étoile errante de J. M. G. Le Clézio.

Le commandant de la brigade de Sant Martin de Vesubiá, le maréchal des logis-chef Landry MANGON et sa femme Adrienne MANGON ont caché Jean-Claude Dreymann, un petit enfant de quinze mois; un autre gendarme de la brigade Joseph FOUGERE et sa femme Yvonne FOUGERE cachèrent, de leur côté, sa sœur aînée, Cecile, âgée de cinq ans, en la faisant passer pour leur propre fille.

Les 2 enfants restèrent cachés dans la gendarmerie pendant plusieurs mois; leur mère, enceinte de huit mois, a pu ainsi échapper avec sa famille à la rafle du 8 septembre 1943.

Les 2 gendarmes et leurs épouses ont reçu, à titre posthume, le titre de "Justes parmi les Nations" au cours d'une cérémonie qui s'est déroulée à Sant Martin de Vesubiá le 5 septembre 2010[7].


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Gaston Franco    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 Donadas
d · m
 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2010): 1324, totala: 1329
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 104 917 1 218 1 371 1 691 1 813 -
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 798 2 084 2 037 2 002 2 004 1 952 1 968 1 643 1 720
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 979 1 978 1 909 1 511 1 515 1 528 1 533 1 354 1 115
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 131
1 047
1 188
1 156
1 041
1 098
1 331
1 329
1 327
2009 2010
1 325
1 333
1 324
1 329
EasyTimeline 1.90


Timeline generation failed: 1 error found
Line 51: PlotData=

- PlotData invalid. No (valid) command 'Period' specified in previous lines.


Fonts
Picto infobox character.png
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. Comunas dei Aups Maritims - Sit de Laurenç Revest
  2. Édouard Baratier, « mapa 45 : Los consulats de Provence e del Comtat (XIIen-XIIIen sègles) », in Modèl:Atlàs istoric de la Provence
  3. Niça istoric : Toponymie de Sant-Martin-Vésubie e de Venanson
  4. Modèl:En Lucio Mónegue (trad. Corey Dimarco), « Borgo San Dalmazzo », Fondazione Memoria della Deportazione, sul luòc deportati.it.
  5. Édouard Baratier, « carte 45 : Les consulats de Provence et du Comtat (XIIen-XIIIen siècles) », in Modèl:Atlas historique de la Provence
  6. Nice historique : Toponymie de Sant Martin de Vesubiá et de Venanson
  7. (en) Lucio Monaco (trad. Corey Dimarco), « Borgo San Dalmazzo », Fondazione Memoria della Deportazione, sur le site deportati.it.