Saint-Jeoire

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Saint-Jeoire
Saint-Jeoire

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Saint-Jeoire2.jpg|center|280px|link=|border]]
Çò castèl de Beauregard, #que domina la vila.
[[Fichièr:Blason ville fr Saint-Jeoire.svg|75px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania Map2.svg
geolocalizacion
Coordenadas 46° 08′ 20″ N, 6° 27′ 36″ E
Superfícia 22,75 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
1 863 m
498 m
Geografia politica
Region istorica Savòia (Arpitània) Armas de Savòia
Estat Bandièra de França França
Region
84
Auvèrnhe Ròse Aups
Departament
74
Nauta Savòia Armas deu Departament de Nauta Savòia
Arrondiment Bonneville
Canton Saint-Jeoire
Intercom
247400666
des Quatre Rivières
Cònsol Gilles Perret (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Saint-Jeoiriens (en francés)
Còde postal 74490
Còde INSEE 74241
www.saint-jeoire.fr

Saint-Jeoire en arpitan (Saint-Jeoire en francés) es una comuna arpitana de Savòia, situada dins lo departament de la Nauta Savòia e la region de Ròse-Aups.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

La municipalitat se situa en lo Faucigny, a ieu-camin entre Annemasse e Cluses. A situat al nòrd-oèst de la confluence del Riguèsse e del Giffre, en una vallée triangulara pro dintrada, vorejada al nòrd-oèst per la Punta de las Braces (1503 mètres) e lo Herbette, e al sud per una gròssa montanha solitaire, lo Môle (1863 mètres).
Sant-Jeoire a situat a unitat|13|km}} de Taninges, a unitat|14|km {{}} de Scionzier, a unitat|15|km {{}} de Cluses, a unitat|16|km {{}} de Bonneville, a unitat|20|km {{}} de Annemasse e a unitat|38|km {{}} de Thonon-los-Bains.
L'estacion la mai prèpa es la parca de Marignier, situada a unitat|8|km {{}}.
L'accès al A 410 e al A 40 en direccion de Genève es Modèl:A unitat del bourg.

Tèxte originau de l'article francés

La commune se situe dans le Faucigny, à mi-chemin entre Annemasse et Cluses. Elle est située au nord-ouest de la confluence du Risse et du Giffre, dans une vallée triangulaire assez encaissée, bordée au nord-ouest par la Pointe des Brasses (1503 mètres) et l'Herbette, et au sud par une grosse montagne solitaire, le Môle (1863 mètres).
Saint-Jeoire est située à 13 km de Taninges, à 14 km de Scionzier, à 15 km de Cluses, à 16 km de Bonneville, à 20 km d'Annemasse et à 38 km de Thonon-les-Bains.
La gare la plus proche est la gare de Marignier, située à 8 km.
L'accès à l'A 410 et à l'A 40 en direction de Genève est à 12 km du bourg.


Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgSaint-Jeoire
Comuna amb 1209 abitants (2000)La Tour (2,3km)
Comuna amb 1098 abitants (2000)Onnion (4,0km)
Comuna amb 2052 abitants (2000)Mieussy (4,9km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Lo vilatge mitoyen de Onnion compòrta las traces los mai ancianas d'aucupacion umana de las doas Savoie, amb esturments en datant de -70000 trobats en lo massís de las Braces. L'aucupacion umana a de contunh cessat del fach de la glaciation, per pas reprene que cap a -3000 : s'es poguda trobar a Sant-Jeoire dels vestigis d'aucupacion de òmes de Cro-Magnon, e d'unes autres objèctes ultérieurs, sustot del edat del fèrre.

Mai tard, als alentours del an mil, dels bénédictins s'installaràn a la localizacion del pòble, ont elevaràn una pichona capèla mesa jol vocable de sant Georges, #que donarà lo sieu nom dins lo pòble. Los documents mai ancians en mencionant l'existéncia del vilatge datan de 1185, e i es ja question d'un senhor, Ponce de Sant-Jeoire. En 1269, lo pòble es una mitralie (centre de recouvrement dels impòstes).

Nòble Vullierme de Sant-jeoire, testa la . En aquel document, a fach mencion de la ostal fòrt de la Ravoire, proprietat del testateur. N'es de meteis l'an 1349, quand Pèira de Sant Jeoire testa a lo sieu torn en lo tribunal de lo sieu ostal fòrt: en lo grand tribunal de lo sieu ostal fòrt de la Ravoire[1].

En 1339, un recensement establís la siá populacion a qualque 1 350 abitants, #çò que ne fa lo un dels pòbles mai poblats de la region. La glèisa paroissiale de l'epòca es pro anciana perque se considèra la siá réfection en 1318. Pendent lo Sègle XIV, los senhors de Sant-Jeoire son partidaris del avesque de Genève, e pòrtan la guèrra contra las de comtes de Savoie.

En 1366, Pèira de Sant-Jeoire e lo sieu vesin Hugues de la Fléchère (#que lo castèl de Beauregard ne domina Sant-Jeoire) participen a la crosada lançada pel Comte Verd. La vida del pòble es alavetz essencialament agricòla, e la majoritat de las familhas citadas en los documents de l'epòca an totjorn representantas dins lo pòble ! La Mes invalid (de febrièr), a signat la primièra carta brevet en establint una franchise per Sant-Jeoire, en permetent l'aguda d'un mercat lo divendres, e de doas fièras annalas, en liberant las transaccions entre abitantas de tota taxacion, e en fixant l'eleccion cada an de dos syndics e de dotze conselhièrs. La municipalitat li cal ara endavant un sagèth e pòt recebre de nòus bourgeois.

En lo moment de l'aucupacion del Faucigny, per las Bernois, aliats als Genevois e als Franceses cap a 1590, l'ostal fòrt de la Ravoire a destruit aital coma aquela de Sant-Jeoire e del Turchon, Beauregard en essent incendiat.

En 1618, s'informa un miracle efectuat per Sant François de Brutes a Sant-Jeoire. En 1772, lo rei Charles-Emmanuel III de Sardenha octroie a las municipalitats la possibilitat de racheter los dreches seigneuriaux, #çò qu'a fach a Sant-Jeoire en 1785 : los abitants pagan pas doncas mai d'impòstes als senhors.

Tèxte originau de l'article francés

Le village mitoyen d'Onnion comporte les traces les plus anciennes d'occupation humaine des deux Savoie, avec des outils datant de -70000 retrouvés dans le massif des Brasses. L'occupation humaine a ensuite cessé du fait de la glaciation, pour ne reprendre que vers -3000 : on a pu trouver à Saint-Jeoire des vestiges d'occupation d'hommes de Cro-Magnon, et d'autres objets ultérieurs, notamment de l'âge du fer.

Plus tard, aux alentours de l'an mil, des bénédictins s'installeront à l'emplacement du village, où ils élèveront une petite chapelle placée sous le vocable de saint Georges, qui donnera son nom au village. Les documents les plus anciens mentionnant l'existence du village datent de 1185, et il y est déjà question d'un seigneur, Ponce de Saint-Jeoire. En 1269, le village est une mitralie (centre de recouvrement des impôts).

Noble Vullierme de Saint-jeoire, teste le Mes invalid (septembre). Dans ce document, il est fait mention de la maison forte de la Ravoire, propriété du testateur. Il en est de même en 1349, quand Pierre de Saint Jeoire teste à son tour dans la cour de sa maison forte: en la grand cour de sa maison forte de la Ravoire[2].

En 1339, un recensement établit sa population à quelque 1 350 habitants, ce qui en fait l'un des villages les plus peuplés de la région. La glèisa paroissiale de l'époque est assez ancienne pour qu'on envisage sa réfection en 1318. Durant le Sègle XIV, les seigneurs de Saint-Jeoire sont partisans de l'évêque de Genève, et mènent la guerre contre les comtes de Savoie.

En 1366, Pierre de Saint-Jeoire et son voisin Hugues de La Fléchère (dont le château de Beauregard domine Saint-Jeoire) participent à la croisade lancée par le Comte Vert. La vie du village est alors essentiellement agricole, et la plupart des familles citées dans les documents de l'époque ont toujours des représentants dans le village ! Le Mes invalid (février), est signée la première lettre patente établissant une franchise pour Saint-Jeoire, permettant la tenue d'un marché le vendredi, et de deux foires annuelles, libérant les transactions entre habitants de toute taxation, et fixant l'élection chaque année de deux syndics et de douze conseillers. La commune a désormais un sceau et peut recevoir de nouveaux bourgeois.

Lors de l'occupation du Faucigny, par les Bernois, alliés aux Genevois et aux Français vers 1590, la maison forte de la Ravoire est détruite ainsi que celle de Saint-Jeoire et du Turchon, Beauregard étant incendié.

En 1618, on rapporte un miracle effectué par Saint François de Sales à Saint-Jeoire. En 1772, le roi Charles-Emmanuel III de Sardaigne octroie aux communes la possibilité de racheter les droits seigneuriaux, ce qui est fait à Saint-Jeoire en 1785 : les habitants ne paient donc plus d'impôts aux seigneurs.


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Gilles Perret    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 202 1 360 1 381 1 642 1 789 1 832 -
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 672 1 765 1 830 1 840 1 802 1 750 1 740 1 555 1 515
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 654 1 646 1 548 1 510 1 486 1 525 1 620 1 664 1 774
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 773
1 876
1 865
1 896
2 209
2 749
3 080
3 112
3 138
2009 2010
3 163
3 264
3 197
3 299
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. Élisabeth Sirot, Nòbla e fòrt ostal - L'abitat seigneurial en las campanhas medievalas del mièg del Modèl:XIIe al començament del Modèl:XVIe, Editions Picard, 2007 (ISBN 978-2-7084-0770-1), pàg. 87.
  2. Élisabeth Sirot, Noble et forte maison - L'habitat seigneurial dans les campagnes médiévales du milieu du Modèl:XIIe au début du Modèl:XVIe, Editions Picard, 2007 (ISBN 978-2-7084-0770-1), p. 87.