Nâves-Parmelan

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Nâves-Parmelan
Nâves-Parmelan

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:NavesParmelan.jpg|center|280px|link=|border]]
Vista de Nâves-Parmelan en periòde hivernale
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania Map2.svg
geolocalizacion
Coordenadas 45° 56′ 05″ N, 6° 11′ 25″ E
Superfícia 5,39 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
1 281 m
480 m
Geografia politica
Region istorica Savòia (Arpitània) Armas de Savòia
Estat Bandièra de França França
Region
84
Auvèrnhe Ròse Aups
Departament
74
Nauta Savòia Armas deu Departament de Nauta Savòia
Arrondiment Annecy
Canton Annecy-le-Vieux
Intercom
247400658
du Pays de la Fillière
Cònsol Luc Emin (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Còde postal 74370
Còde INSEE 74198
Navesparmelan.com

Nâves-Parmelan en arpitan (Nâves-Parmelan en francés) es una comuna arpitana de Savòia, situada dins lo departament de la Nauta Savòia e la region de Ròse-Aups.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Situat sus una terrassa del depaus morainique glaciaire, a 640 m d'altitud. Lo territòri communal Se estend sus 539 ectaras de la reünion del mont La Cha, a 1281m, als marges del Orgulhós a 480m d'altitud. Orientat sud-oèst, beneficia d'una exposicion interessanta, ensoleillée fins a l'èsser, quand lo solelh se rusca darrièr del dent del Gat.

Lo païsatge environnant Va del Parmelan, #que lo nom de la municipalitat facha referéncia, lo mont La Cha, los Dents de Lanfon, lo mont Veyrier, la plana Anecí-Seynod-Albanais. De la nautor del Parmelan, se li abraça a çò la chaine del Mont-Blanc.

Per evitar las de confusions postalas amb Naves Savoie, e per marcar la attachement a lo sieu terroir lo conselh municipala decidiguèsse, en 1932, de apondre a la siá denominacion lo nom del Parmelan, reünion #que lo domina, mas #que lo ponch en culminant se'n tròba sus la municipalitat vesina de Villaz.

Los abitants Se trucan los naverains e naveraines.

Tèxte originau de l'article francés

Situé sur une terrasse du dépôt morainique glaciaire, à 640 m d’altitude. Le territoire communal s’étend sur 539 hectares du sommet du mont La Cha, à 1281m, aux rives du Fier à 480m d’altitude. Orientée sud-ouest, elle bénéficie d’une exposition intéressante, ensoleillée jusqu’au soir, quand le soleil se couche derrière la dent du Chat.

Le paysage environnant va du Parmelan, auquel le nom de la commune fait référence, le mont La Cha, les Dents de Lanfon, le mont Veyrier, la plaine Annecy-Seynod-Albanais. Du haut du Parmelan, on embrasse la chaine du Mont-Blanc.

Pour éviter les confusions postales avec Naves Savoie, et pour marquer l’attachement à son terroir le conseil municipal décide, en 1932, d’ajouter à sa dénomination le nom du Parmelan, sommet qui le domine, mais dont le point culminant se trouve sur la commune voisine de Villaz.

Les habitants s’appellent les naverains et naveraines.


Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgNâves-Parmelan
Comuna amb 2414 abitants (2000)Villaz (1,9km)
Comuna amb 2193 abitants (2000)Argonay (3,8km)
Comuna amb 952 abitants (2000)Charvonnex (5,4km)
Comuna amb 772 abitants (2000)Aviernoz (5,4km)
Comuna amb 3343 abitants (2000)Pringy (5,5km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

La descobèrta de cavòts de la epòca Burgonde fa remontar lo peuplement del vilatge als #tot primièrs sègles de lo nòstre ère. A l'epòca, a bastit a la separacion de la via romaine #que connècta Dingy St Clar a Villaz, banc d'una Villa romaine, sens dobte a l'origina d'un dels castèls del pòble. Sus Dingy, la via romaine a #èsser talhada a quitament lo rocher de la desfilada rocosa de l'Orgulhós, s'i situa egalament la localizacion d'un camp romain.

A la Mièja Edat, el dépendait féodalement de las sires de Menthon. Cap a 1350, un acòrdi entre Thomas de Menthon e lo Comte de Genève #èsser necessari per definir los limits entre Naves e Villaz.

En 1860, en lo moment del rattachement de la Savoie a la França, lo vilatge es particularament a l'abandon. Lo nòu Conselh Municipal, jos la direccion del primièr cònsol Nicolas Verjus, precedent syndic de l'administracion sarde, sollicita la generositat de las subvencions de l'emperaire Napoleon III, per reconstruire lo pont sus l'Orgulhós, #que menaça ruïna, la glèisa tròp pichona e #que branle quand sonan las campanas #que i an suspenut e una comuna, doncas que lo Conselh s'amassa dins l'escòla dels gojats e que la salvaguarda archiu municipal es pas pas assegurada.

Cossí pertot a França, pendent la guèrra de 1914-1918, la mobilizacion e las réquisitions de totas sòrtas, carn, materiala, afècta pesadament lo pòble. Desgraciadament, 11 de los sieus joves òmes tornaràn pas pas : Jean-Marie Verjus, Marcel Verjus, Auguste Faure, Auguste Davier, François Panisset, Jean-Marie Sandre, Alphonse Jourdan, Émile Panisset e Henri Castex. Lo monument als mòrtes a erigit al centre del pòble, a la siá memòria.

Pendent la guèrra 1939-1945, un grop de FTP se constituissi, #que prendrà la companhiá « Lo Chamois » de Thorens. Una seccion de republicans espanhòls s'installa al chalet del Clu, en l'espera d'un parachutage sul Parmelan. En març 1944, consequéncia del bouclage del Scenari dels Glières, lo pòble a ocupat per un deslligament alemand #qu'atenh a prene en embuscade, a aquel meteis chalet del Clu, un grop de resistentes en cercant prene Anecí, que # se tròba lo capitani Anjot, #que i aviá preses lo commandement de Glières, après la mòrt de lo sieu primièr cap, lo tinent Tom Morel. Darrièr de lo sieu curé, lo pòble, jol nas dels alemands, donarà una sépulture descenuda als sièis soldats en lo cementèri communal. Seràn de contunh transferits a la nécropole nacionala de Morette (Thones). Un sol réchappera del embuscade, Angel Gomez, #que coma la majoritat de las rescapés de Glières participarà de contunh al parachutage del 1er {{}} en agost e a la desliurança d'Anecí e de l'Anautita-Savoie, lo 19 d'agost de 1944.

Una stèle aunora la memòria del capitani Maurici Anjot, del tinent Lambert Dancet, del sergent Louis Vitipon, totes tres de la 27en Bataillon de Chasseurs Aupins, e de tres republicans espanhòls, Florian Andujar, Manuel Còrsses, Antonio Perez. Cada an, la Modèl:4e dissabte del mes de març una chaleureuse ceremònia commémore lo sieu sacrifici. Unas fes los Alemands partits, es un deslligament de la Milice #que farà passar un terrible Divendres Sant (7 d'abril 1944), divèrses òmes auràn arturat per èsser tabassés e interrogadi. Enviat a Mt Luc, Pierre Sadaoui i aurà pas liberat #qu'a la desliurança de Lion. Camille Tournier, De Villaz, e M.Bloch, Un josieu refugiat a Naves, partiràn en déportation, ne tornaràn pas[1]

En 1945, Pierre Raimondo, compromés en l'armada de desliurança i aurà aucit a Kingersheim (68).

Tèxte originau de l'article francés

La découverte de tombes de l’époque Burgonde fait remonter le peuplement du village aux tout premiers siècles de notre ère. À l’époque, il est construit à l’écart de la voie romaine qui relie Dingy St Clair à Villaz, siège d’une Villa romaine, sans doute à l’origine d’un des châteaux du village. Sur Dingy, la voie romaine a été taillée à même le rocher du défilé rocheux du Fier, on y situe également l’emplacement d’un camp romain.

Au Moyen Âge, il dépendait féodalement des sires de Menthon. Vers 1350, un accord entre Thomas de Menthon et le Comte de Genève fut nécessaire pour définir les limites entre Naves et Villaz.

En 1860, lors du rattachement de la Savoie à la France, le village est particulièrement à l’abandon. Le nouveau Conseil Municipal, sous la direction du premier maire Nicolas Verjus, précédent syndic de l’administration sarde, sollicite la générosité des subventions de l’empereur Napoléon III, pour reconstruire le pont sur le Fier, qui menace ruine, l’église trop petite et qui branle quand sonnent les cloches qui y sont suspendues et une mairie, vu que le Conseil se réunit dans l’école des garçons et que la sauvegarde des archives municipales n’est pas assurée.

Comme partout en France, pendant la guerre de 1914-1918, la mobilisation et les réquisitions de toutes sortes, viande, matériel, affecte lourdement le village. Malheureusement, 11 de ses jeunes hommes ne reviendront pas : Jean-Marie Verjus, Marcel Verjus, Auguste Faure, Auguste Davier, François Panisset, Jean-Marie Sandre, Alphonse Jourdan, Émile Panisset et Henri Castex. Le monument aux morts est érigé au centre du village, à leur mémoire.

Pendant la guerre 1939-1945, un groupe de FTP se constitue, qui rejoindra la compagnie « Le Chamois » de Thorens. Une section de républicains espagnols s’installe au chalet du Clu, dans l’attente d’un parachutage sur le Parmelan. En mars 1944, conséquence du bouclage du Plateau des Glières, le village est occupé par un détachement allemand qui réussit à prendre en embuscade, à ce même chalet du Clu, un groupe de résistants cherchant à rejoindre Annecy, dans lequel se trouve le capitaine Anjot, qui avait pris le commandement de Glières, après la mort de son premier chef, le lieutenant Tom Morel. Derrière son curé, le village, sous le nez des allemands, donnera une sépulture descente aux six soldats dans le cimetière communal. Ils seront ensuite transférés à la nécropole nationale de Morette (Thones). Un seul réchappera de l'embuscade, Angel Gomez, qui comme la plupart des rescapés de Glières participera ensuite au parachutage du 1er août et à la libération d'Annecy et de la Haute-Savoie, le 19 août 1944.

Une stèle honore la mémoire du capitaine Maurice Anjot, du lieutenant Lambert Dancet, du sergent Louis Vitipon, tous trois du 27en Bataillon de Chasseurs Alpins, et de trois républicains espagnols, Florian Andujar, Manuel Corps, Antonio Perez. Chaque année, le Modèl:4e samedi du mois de mars une chaleureuse cérémonie commémore leur sacrifice. Une fois les Allemands partis, c’est un détachement de la Milice qui fera passer un terrible Vendredi Saint (7 avril 1944), plusieurs hommes seront arrêtés pour être tabassés et interrogés. Envoyé à Mt Luc, Pierre Sadaoui ne sera libéré qu’à la libération de Lyon. Camille Tournier, de Villaz, et M.Bloch, un juif réfugié à Naves, partiront en déportation, ils n’en reviendront pas[2]

En 1945, Pierre Raimondo, engagé dans l’armée de libération sera tué à Kingersheim (68).


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Luc Emin    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
281 251 299 306 416 495 -
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
430 430 461 476 486 442 402 369 334
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
331 320 315 265 253 244 255 257 294
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
268
270
359
520
719
862
868
848
863
2009 2010
890
931
913
955
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. Per ne saber mai veire los libres de Michel Germain e Claude Antoine.
  2. Pour en savoir plus voir les livres de Michel Germain et Claude Antoine.