Montigny-lès-Cherlieu

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Montigny-lès-Cherlieu
Montigny-lès-Cherlieu

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Montigny-lés-Cherlieu.JPG|center|280px|link=|border]]
Vista en contra immergida del pòble.
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2016.svg
geolocalizacion
Coordenadas 47° 47′ 59″ N, 5° 48′ 44″ E
Superfícia 20,98 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
369 m
227 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
27
Borgonha Franca Comtat
Departament
70
Nauta Sòna Armas del Departament de Nauta Garona
Arrondiment Vesoul
Canton Vitrey-sur-Mance
Intercom
247000649
des Vertes Vallées
Cònsol André Nicolas (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici (en francés)
Còde postal 70500
Còde INSEE 70362

Montigny-lès-Cherlieu es una comuna francesa, situada dins lo departament de la Nauta Sòna e la region de la Franca Comtat.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Una vallée, ont flueix lo riu Ougeotte, al sud del pòble. Un scenari a l'èst, e un autre al sud-es.

Lo Ougeotte flueix d'oèst n'es ; a per afluents lo ruisseau de la Couaz e lo ruisseau dels Crancs. Se tira en la Saône.

Dependéncias :

  • masatge caseriu de Cherlieu amb las rèstas de la abbaye cistercienne,
  • molin de Agneaucourt,
  • molin del Transbordador,
  • granja de Marlay,
  • molin del en Batent en ruïnes.

Situat a aperaquí 90 km de Nancy, Besançon o Dijon, lo vilatge es limitrophe de las municipalitats de Melin, Oigney, Preigney, Bougey, Sant-Marcel, Vitrey-sus-Mance, Chauvirey-lo-Châtel, Chauvirey-lo-Vièlh e del vilatge de Noroy-lès-Jussey, d'ara endavant ligat a la municipalitat de Jussey.

Tèxte originau de l'article francés

Une vallée, où coule la rivière Ougeotte, au sud du village. Un plateau à l'est, et un autre au sud-est.

L'Ougeotte coule d'ouest en est ; elle a pour affluents le ruisseau de la Couaz et le ruisseau des Écrevisses. Elle se jette dans la Saône.

Dépendances :

  • hameau de Cherlieu avec les restes de l'abbaye cistercienne,
  • moulin d'Agneaucourt,
  • moulin du Ferry,
  • ferme de Marlay,
  • moulin du Battant en ruines.

Situé à environ 90 km de Nancy, Besançon ou Dijon, le village est limitrophe des communes de Melin, Oigney, Preigney, Bougey, Saint-Marcel, Vitrey-sur-Mance, Chauvirey-le-Châtel, Chauvirey-le-Vieil et du village de Noroy-lès-Jussey, désormais rattaché à la commune de Jussey.


Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgMontigny-lès-Cherlieu
Comuna amb 114 abitants (2000)Saint-Marcel (3,1km)
Comuna amb 85 abitants (2000)Bougey (4,2km)
Comuna amb 138 abitants (2000)Preigney (4,9km)
Comuna amb 50 abitants (2000)Oigney (5,4km)
Comuna amb 204 abitants (2000)Cemboing (5,7km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés
Lo blason de la fontaine, carrièra de Arêne ; s'agís d'ancianas armas de Lons-lo-Saunier, que lo fondeur a represes per decorar los sieus fontaines

Situat a la lisière del bòsc domaniale de Cherlieu, e sul passatge de l'anciana via romaine disposicion del Rhin a Langres, lo pòble de Montigny-lès-Cherlieu deu la siá origina a un pichon prieuré de Antonins mencionat en 1127.

En 1131, sant Bernard de Clarasvals i #far bastir una abbaye cistercienne #que prospéra rapidament mercés a la proteccion de las comtes de Bourgogne. Al Sègle XV, aquela abbaye #estendre la siá distincion sus 32 pòbles alentours. Los sieus mai ancianas proprietats #èsser aquelas de la granja de Marlay e del molin de Agneaucourt.

Uèi, el rèsta pas de la abbaye de Cherlieu que dels vestigis, las pèiras en avent #èsser remployées per bastir los ostals del pòble.

Montigny-lès-Cherlieu (Montanha, Montigne en los vièlhs documents, Montigny-lo-Liure pendent la Revolucion francesa) forma parròquia dempuèi lo Sègle XII. Après lo concordat, la parròquia se compausa de l'ancian territòri de Montigny e de las granjas e dependéncias de la vièlha abbaye cistercienne e de #çò que #èsser la glèisa de La nòstra-Madama-de-Cherlieu.

Al civil, Montigny ressortissait al duché de Bourgogne. En la primièra mitat de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, per donation del pòrti Renaud III de Bourgogne, Montigny passa jos la juridiction del monastèri de Cherlieu, #que los sires de Fouvent, Gérard en 1160 e Henri en 1224, concèdent tanben las proprietats e de vinhas #que li possedisson a el sul territòri. La tèrra de Marlay èra ja en possession dels religioses, per donation de Gislebert, governador e senhor de Jussey.

Cap a l'an 1200, la discussion se compromet entre la branca cadette de las ducs de Bourgogne, representada per Étienne II e la branca aînée representada per Othon II. Aquel despossedís los religioses de la jouissance de Montigny, mas a la siá mòrt, reconeis las siás fautas e recomanda a la siá femna Marguerite de Bles de retre Montigny a la abbaye de Cherlieu. Plan luènh d'executar las darrièras volontats de lo sieu marit, Marguerite de Bles passa Montigny en fief a Hugues II comte de Vaudemont. Instruït D'aquela injustice, l'emperaire Philippe de Souabe, per un rescrit signat a Spire (1202) ordonne de metre Montigny al monastèri. Aquel òrdre es pas pas executat pels officiers de Bourgogne.

Vista generala amb la Ougeotte en primièr plànol

Un nòu édit imperial signat a Estrasburg (1204) per Conrad de Schaeffernach, comanda als abitants de Montigny de jurar fidélité e obéissance als religioses. Marguerite De Bles se somet (1205), mas aquel es pas #qu'en 1211, #que Hugues II de Vaudémont, abandona Montigny e lo ret als sieus legitimes proprietaris. A partir d'aquel moment, malgrat qualques leugièras contestations, Montigny rèsta jos la dependéncia del monastèri.

Lo sieu astre i aguèt jonch al sien, e fins a la Revolucion, #passar pels meteisses péripéties que lo abbaye.

Montigny Patís los pillages complís per las bandas dichas de las Écorcheurs, als environs de 1437-1439, e las guèrras e dévastations jos Louis XI del temps qu'aquel cercava s'apoderar del duché de Bourgogne en 1476.

En 1569, Wolfgang de Bavière, pòrti dels Dos-Ponts, incendi la glèisa de Cherlieu amb las siás huguenots. Los Lorrains de Tremblecourt acaben lo desastre en 1595.

La peste #far tanben doas fes la siá aparicion en 1349 e 1364.

La désolation #èsser a lo sieu comble pendent las invasions dels Suedeses jos la conducha de Porcellana-Weimar, pòrti dels dos Touts, al cors de la guèrra de Dètz Ans. En 1636, lo país #èsser gaireben totalament incendiat (demorava solament dos ostals) ; la populacion en 1654 èra pas mai que de 32 paraments. Lo abbaye #èsser a nòu saquejada en 1641 pels Franceses de Del Hallier.

Fin finala, Montigny #aver a sofrir d'armadas de Louis XIV en lo moment de la siá conquista de la Franca-Comtat cap a 1668.

Tèxte originau de l'article francés
Le blason de la fontaine, rue d'Arêne ; il s'agit d'anciennes armes de Lons-le-Saunier, que le fondeur a repris pour décorer ses fontaines

Situé à la lisière de la forêt domaniale de Cherlieu, et sur le passage de l'ancienne voie romaine allant du Rhin à Langres, le village de Montigny-lès-Cherlieu doit son origine à un petit prieuré d'Antonins mentionné en 1127.

En 1131, saint Bernard de Clairvaux y fit construire une abbaye cistercienne qui prospéra rapidement grâce à la protection des comtes de Bourgogne. Au Sègle XV, cette abbaye étendit sa seigneurie sur 32 villages alentours. Ses plus anciennes propriétés furent celles de la ferme de Marlay et du moulin d'Agneaucourt.

Aujourd'hui, il ne reste de l'abbaye de Cherlieu que des vestiges, les pierres ayant été remployées pour construire les maisons du village.

Montigny-lès-Cherlieu (Montagne, Montigne dans les vieux documents, Montigny-le-Libre pendant la Révolution française) forme paroisse depuis le Sègle XII. Après le concordat, la paroisse se compose de l'ancien territoire de Montigny et des fermes et dépendances de la vieille abbaye cistercienne et de ce qui fut l’église de Notre-Dame-de-Cherlieu.

Au civil, Montigny ressortissait au duché de Bourgogne. Dans la première moitié du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, par donation du duc Renaud III de Bourgogne, Montigny passe sous la juridiction du monastère de Cherlieu, auquel les sires de Fouvent, Gérard en 1160 et Henri en 1224, concèdent aussi les propriétés et vignes qu'ils possèdent sur le territoire. La terre de Marlay était déjà en possession des religieux, par donation de Gislebert, gouverneur et seigneur de Jussey.

Vers l'an 1200, la discussion s'engage entre la branche cadette des ducs de Bourgogne, représentée par Étienne II et la branche aînée représentée par Othon II. Celui-ci dépouille les religieux de la jouissance de Montigny, mais à sa mort, il reconnaît ses torts et recommande à sa femme Marguerite de Blois de rendre Montigny à l'abbaye de Cherlieu. Bien loin d'exécuter les dernières volontés de son mari, Marguerite de Blois passe Montigny en fief à Hugues II comte de Vaudemont. Instruit de cette injustice, l'empereur Philippe de Souabe, par un rescrit signé à Spire (1202) ordonne de remettre Montigny au monastère. Cet ordre n'est pas exécuté par les officiers de Bourgogne.

Vue générale avec l'Ougeotte en premier plan

Un nouvel édit impérial signé à Strasbourg (1204) par Conrad de Schaeffernach, commande aux habitants de Montigny de jurer fidélité et obéissance aux religieux. Marguerite de Blois se soumet (1205), mais ce n'est qu'en 1211, que Hugues II de Vaudémont, abandonne Montigny et le rend à ses légitimes propriétaires. À partir de ce moment, malgré quelques légères contestations, Montigny reste sous la dépendance du monastère.

Son sort fut joint au sien, et jusqu'à la Révolution, il passa par les mêmes péripéties que l'abbaye.

Montigny subit les pillages accomplis par les bandes dites des Écorcheurs, aux environs de 1437-1439, et les guerres et dévastations sous Louis XI alors que celui-ci cherchait à s'emparer du duché de Bourgogne en 1476.

En 1569, Wolfgang de Bavière, duc des Deux-Ponts, incendie l'église de Cherlieu avec ses huguenots. Les Lorrains de Tremblecourt achèvent le désastre en 1595.

La peste fit aussi deux fois son apparition en 1349 et 1364.

La désolation fut à son comble pendant les invasions des Suédois sous la conduite de Saxe-Weimar, duc des deux Touts, au cours de la guerre de Dix Ans. En 1636, le pays fut presque entièrement incendié (il restait seulement deux maisons) ; la population en 1654 n'était plus que de 32 ménages. L’abbaye fut à nouveau pillée en 1641 par les Français de Du Hallier.

Enfin, Montigny eut à souffrir des armées de Louis XIV lors de sa conquête de la Franche-Comté vers 1668.


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 André Nicolas    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
922 898 872 922 1 010 1 017 890 876 902
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
802 857 814 711 683 660 663 656 611
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
569 524 521 421 419 390 386 354 337
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
285
259
219
196
169
152
170
169
172
2009 2010
174
174
177
177
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]