Battrans

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Salta a la navegació Salta a la cerca

Battrans
Battrans

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Battrans.JPG|center|280px|link=|border]]
La glèisa Santa-Pierre-e-Sant-Paul e lo sieu campanal pyramidal
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania Map2.svg
geolocalizacion
Coordenadas 47° 25′ 46″ N, 5° 38′ 16″ E
Superfícia 5,32 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
239 m
194 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
27
Borgonha Franca Comtat
Departament
70
Nauta Sòna Armas del Departament de Nauta Garona
Arrondiment Vesoul
Canton Gray
Intercom
247000029
du Val de Gray
Cònsol André Jeudy (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Còde postal 70100
Còde INSEE 70054

Battrans es una comuna francesa, situada dins lo departament de la Nauta Sòna e la region de la Franca Comtat.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

La superficie de la municipalitat es de 751 ectaras, los bòsques representan 148 ectaras (#que 143 de bòsques communaux). En una region essencialament agricòla, Battrans se'n situa sus un scenari vallonné en bordure de la vallée de la Saône, distant d'Unitat|4|km {{}}, a una altitud d'Unitat|201|m {{}}. Lo vilatge s'estend sus dos vallons dintre #lo que flueix un ruisseau (@dénommer ruisseau de la granda fontaine sul « cadastre napoléonien ») #que se tira en un riu la Dhuys.

Tèxte originau de l'article francés

La superficie de la commune est de 751 hectares, les forêts représentent 148 hectares (dont 143 de bois communaux). Dans une région essentiellement agricole, Battrans se situe sur un plateau vallonné en bordure de la vallée de la Saône, distante de 4 km, à une altitude de 201 m. Le village s'étend sur deux vallons entre lesquels coule un ruisseau (dénommé ruisseau de la grande fontaine sur le « cadastre napoléonien ») qui se jette dans une rivière la Dhuys.

Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgBattrans
Comuna amb 459 abitants (2000)Ancier (2,1km)
Comuna amb 177 abitants (2000)Cresancey (4,2km)
Comuna amb 6175 abitants (2000)Gray (4,3km)
Comuna amb 609 abitants (2000)Rigny (4,9km)
Comuna amb 72 abitants (2000)Noiron (5,0km)
Comuna amb 134 abitants (2000)Saint-Broing (5,1km)
Comuna amb 432 abitants (2000)Velet (5,4km)
Comuna amb 91 abitants (2000)Champtonnay (5,8km)
Comuna amb 148 abitants (2000)Esmoulins (5,9km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

La tèrra de Battrans i auriá #èsser aquerida en 1360 pels fraires del abbaye de Corneux (fondada en 1131)[1] De l'òrdre dels Prémontrés #que i #establir un prieuré. Totun una autra font indica una fondacion en 1143 « S'es pas provat que, de la siá grange de Battrans, fondada cap a 1143 e fòrça prospère, #sortir un prieuré... » [2]. Battrans A pogudas èsser un bourg fortificat #que i aguèt cremat pels Viaris en 1361-1363[3].

La peste a penat en 1630 a Battrans, una epidèmia de peste negra aviá ja estrossejat la Comtat en 1348 e 1349[3] : « La peste i aviá començat en Frasne en decembre 1629, en decembre 1630 i penava encara... La fin de julhet, desparièrs luòcs del ressort de Gray son arribats a e barrats incontinent, Rigny, Ancier, Batterans; de contunh, lo 22 d'agost, Gray lududes-quitament ont lo primièr cas de peste se declara sus un tanneur de la carrièra de la Vannoise. La malautiá #demorar qualque temps sens far de grands progrèsses, e los Graylois s'estonavan que per qualques accidents sobrevinguts dins la siá vila, los se i aguèt enebit l'intrada dels simples bourgs e de pòbles… ».

Fichièr:Battrans-Foguet.JPG
de Vestigis del ancià anautit-foguet al limit de la municipalitat de Ancier

Minaré de fèrre : al sègle XIX lo minaré de fèrre a espetat a Battrans #que compòrta sustot un talhièr de lavage, un anautit-foguet #que se'n pòt veire de vestigis al nòrd del vilatge en limit de la municipalitat de Ancier, d'un patouillet e de quatre lavoirs a braç al luòc dich lo « Molin del Comte » #que i auriá pogudas se situar en un coide la ritz la Dhuys en aval del pont[4]. La Guèrra franco-prussienne de 1870 vei desenrotllar-se sus lo territòri de la municipalitat lo «combat de Battrans » entre Francés e Prussiens[5].

La Primièra Guèrra mondiala coutât la vida a set combatenta procedenta de Battrans ; dins la glèisa una plaque commemorativa aunora la siá memòria.

Étymologie : En 1133, Balterens – aquel poiriá èsser lo luòc o vivon los descendents de Balterius, se pòt fòrça segurament pensar a una raïtz germanique Bauda, « fòrça, en valent » [6] e[7]. Lo orthographe del nom de la municipalitat a evolucionat al fil del temps : Bapterans[8], Basterans de contunh "Batterans" jos l'ancian regim, an II (1793) totjorn "Batterans" ; en lo Bulletin de las Leis de 1801 se pòt veire la orthographe "Bathrans"[9].

Tèxte originau de l'article francés

La terre de Battrans aurait été acquise en 1360 par les moines de l’abbaye de Corneux (fondée en 1131)[10] de l'ordre des Prémontrés qui y établirent un prieuré. Toutefois une autre source indique une fondation en 1143 « S'il n'est pas prouvé que, de sa grange de Battrans, fondée vers 1143 et fort prospère, sortit un prieuré... » [11]. Battrans a pu être un bourg fortifié qui fut brûlé par les Routiers en 1361-1363[3].

La peste a sévi en 1630 à Battrans, une épidémie de peste noire avait déjà ravagé la Comté en 1348 et 1349[3] : « La peste avait commencé dans Frasne en décembre 1629, en décembre 1630 elle y sévissait encore... la fin de juillet, différents lieux du ressort de Gray sont atteints et barrés incontinent, Rigny, Ancier, Batterans; puis, le 22 août, Gray lui-même où le premier cas de peste se déclare sur un tanneur de la rue de la Vannoise. La maladie resta quelque temps sans faire de grands progrès, et les Graylois s'étonnaient que pour quelques accidents survenus dans leur ville, on leur eut interdit l'entrée des simples bourgs et villages… ».

Vestiges de l'ancien haut-fourneau à la limite de la commune d'Ancier

Minerai de fer : au sègle XIX le minerai de fer est exploité à Battrans qui comporte notamment un atelier de lavage, un haut-fourneau dont on peut voir des vestiges au nord du village en limite de la commune d’Ancier, d'un patouillet et de quatre lavoirs à bras au lieu dit le « Moulin du Comte » qui aurait pu se situer dans un coude la rivière la Dhuys en aval du pont[12]. La Guerre franco-prussienne de 1870 voit se dérouler sur le territoire de la commune le «combat de Battrans » entre Français et Prussiens[13].

La Première Guerre mondiale coutât la vie à sept combattants originaires de Battrans ; dans l'église une plaque commémorative honore leur mémoire.

Étymologie : En 1133, Balterens – ce pourrait être le lieu ou vivent les descendants de Balterius, on peut très certainement penser à une racine germanique Balda, « fort, courageux » [14] et[15]. L’orthographe du nom de la commune a évolué au fil du temps : Bapterans[16], Basterans puis "Batterans" sous l'ancien régime, an II (1793) toujours "Batterans" ; dans le Bulletin des Lois de 1801 on peut voir l’orthographe "Bathrans"[17].


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 André Jeudy    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
319 295 330 288 303 297 319 307 304

1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
265 268 235 233 216 214 196 207 188

1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
172 151 134 135 138 138 136 111 117

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
116
93
92
154
189
204
228
231
230
2009 2010
229
235
228
233
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. Circaria Burgundia
  2. Bernard Bligny, La Glèisa e los òrdres religioses en lo reialme de Bourgogne a la XIen e XIIen, pàg. 209
  3. 3,0 3,1 3,2 et 3,3 Louis Suchaux, L'Anautita-Saône, nòu diccionari de las municipalitats - Elevadas-Saône (França), 1969, pàg. 251 Error de citacion : Etiqueta <ref> no vàlida; el nom «Louis Suchaux 1969, p. 251» està definit diverses vegades amb contingut diferent.
  4. Anals de las minas, o recueil de memòrias sus lexploitation de las minas, París, en Carillian-Goeury e V Dalmont, Quai de las Augustins, 1839
  5. Eugène Desirat Édouard, L'Armada de l'Èst relacion anecdotique de la campanha de 1870-71, pàg. 323
  6. Gérard Taverdet, Los noms de luòcs de l'ora Saône
  7. Albert Dauzat Charles Rostaing, Diccionari étymologique dels noms de melhor a França 1963 Larousse pagina 58
  8. Pròva sus l' istòria del Franc-Comte PEL Sr. EDOUARD CLÈRGUE, TOME SEGOND. (Dempuèi l'an 1307 A L'an 1467.) Besançon Bintot imprimeur 1846
  9. Louis Suchaux, L'Anautita-Saône, nòu diccionari de las municipalitats - Elevadas-Saône (França), 1969
  10. Circaria Burgundia
  11. Bernard Bligny, La glèisa et les ordres religieux dans le royaume de Bourgogne au XIen et XIIen, p. 209
  12. Annales des mines, ou recueil de mémoires sur lexploitation des mines, Paris, chez Carillian-Goeury et V Dalmont, Quai des Augustins, 1839
  13. Eugène Désiré Édouard, L'Armée de l'Est relation anecdotique de la campagne de 1870-71, p. 323
  14. Gérard Taverdet, Les noms de lieux de la H. Saône
  15. Albert Dauzat Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de mieux en France 1963 Larousse page 58
  16. Essai sur l'histoire de la Franche-Comte PAR M. EDOUARD CLERC, TOME SECOND. (depuis L'année 1307 A L'année 1467.) Besançon Bintot imprimeur 1846
  17. Louis Suchaux, La Haute-Saône, nouveau dictionnaire des communes - Haute-Saône (France), 1969