Étais-la-Sauvin

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Étais-la-Sauvin
Étais-la-Sauvin

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Etais vue de loin.JPG|center|280px|link=|border]]
Part es del vilatge amb al segond plànol lo cementèri del Montivieux e en posterior-plànol central lo campanal de la glèisa Santa-Pierre-a los-Ligams
[[Fichièr:Blason Étais-la-Sauvin.JPG|75px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2016.svg
geolocalizacion
Coordenadas 47° 30′ 14″ N, 3° 20′ 47″ E
Superfícia 44,79 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
365 m
178 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
27
Borgonha Franca Comtat
Departament
89
Yonne Armas deu Departament d'Yonne
Arrondiment Auxerre
Canton Coulanges-sur-Yonne
Intercom
248900805
du Pays de Coulanges sur Yonne
Cònsol Claude Macchia (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Étaisiens (en francés)
Còde postal 89480
Còde INSEE 89158

Étais-la-Sauvin es una comuna francesa, situada dins lo departament d'Yonne e la region de Borgonha.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Lo vilatge d'Èra-la-Sauvin se situa dins lo país de Forterre entre la Puisaye tota prèpa cap a l'oèst e lo Morvan al sud-es. Los dos païses de la Forterre e de la Puisaye son íntimament ligats e forman lo país de Puisaye-Forterre. L'altitud mièja d'Èra-la-Sauvin es d'Unitat|255|m {{}} amb lo ponch mai elevat en culminant a Unitat|363|m}} (montanha de las Lausetas). L'alimentacion n'aiga s'efectua dempuèi la font del Nohain (fontaine de Emme al sud del luòc-dich Chevigny en direccion de Entrains-sus-Nohain).

Al cors del ère secondaire, mai particularament en lo moment del periòde del jurassique, la separacion de la America del Sud e del Africa a creat un braç de mar cauda a vida organica en produsint en Forterre un calcaire mai compacte. Aital la carrièra de Aubigny a constituit de calcaire coralien de mar cauda.

Fichièr:Fossils Forterre.JPG
Tres fossils trobats en Puisaye-Forterre

Uèch manques principals fossilisées recorron los plateaux calcaires de la Puisaye e de la Forterre #qu'una #que ne travèrsa Thury segon una direccion sud-nòrd e s'esperlonga en transeünt pel masatge caseriu de Grangette. Lo sòl de la Forterre a constituit de calcaires del jurassique superior. Los ruscas sédimentaires se succedisson del sud-es al nòrd-oèst : lo oxfordien, lo kimméridgien e lo portlandien, #lo que s'enfonsa de contunh jol crétacé inferior de la Puisaye.

La Forterre contunhe las plateaux calcaires de bassa Bourgogne (Tonnerrois e Auxerrois) e ne forma la part sud-oèst. Es en contacte dirècte amb la Puisaye a l'oèst e lo Nivernais al sud. Los limits entre la Puisaye e la Forterre son fòrça netas : se tròban al endroit ont las ruscas del jurassique superior (ère secondaire dins país de Forterre) s'enfonsan jos aquela del crétacé inferior del país de la Puisaye.

La Forterre se caracteriza per coteaux shuts, pierreux pro dénudés traversats per las ancianas rotas blancas, que # son sus el establits pòbles agglomérés bastits en pèira calcaire. Al nòrd, la Forterre s'artura a la vallée de la Ouanne. Al sud se contunha fins al limit del departament e a l'es acaba ailà ont començan los bòsques del marge esquèrre de la Yonne incluant la part oèst del bòsc de Frétoy al sud de Courson-las-Carrièras.

Tèxte originau de l'article francés

Le village d'Étais-la-Sauvin se situe dans le pays de Forterre entre la Puisaye toute proche vers l'ouest et le Morvan au sud-est. Les deux pays de la Forterre et de la Puisaye sont intimement liés et forment le pays de Puisaye-Forterre. L'altitude moyenne d'Étais-la-Sauvin est de 255 m avec le point le plus haut culminant à 363 m (montagne des Alouettes). L'alimentation en eau s'effectue depuis la source du Nohain (fontaine d'Emme au sud du lieu-dit Chevigny en direction d'Entrains-sur-Nohain).

Au cours de l'ère secondaire, plus particulièrement lors de la période du jurassique, la séparation de l'Amérique du Sud et de l'Afrique a créé un bras de mer chaude à vie organique produisant en Forterre un calcaire plus compact. Ainsi la carrière d'Aubigny est constituée de calcaire coralien de mer chaude.

Trois fossiles trouvés en Puisaye-Forterre

Huit failles principales fossilisées parcourent les plateaux calcaires de la Puisaye et de la Forterre dont une qui traverse Thury selon une direction sud-nord et se prolonge en passant par le hameau de Grangette. Le sol de la Forterre est constitué de calcaires du jurassique supérieur. Les couches sédimentaires se succèdent du sud-est au nord-ouest : l'oxfordien, le kimméridgien et le portlandien, lequel s'enfonce ensuite sous le crétacé inférieur de la Puisaye.

La Forterre continue les plateaux calcaires de basse Bourgogne (Tonnerrois et Auxerrois) et en forme la partie sud-ouest. Elle est en contact direct avec la Puisaye à l'ouest et le Nivernais au sud. Les limites entre la Puisaye et la Forterre sont très nettes : elles se trouvent à l'endroit où les couches du jurassique supérieur (ère secondaire en pays de Forterre) s'enfoncent sous celle du crétacé inférieur du pays de la Puisaye.

La Forterre se caractérise par des coteaux secs, pierreux assez dénudés traversés par les anciennes routes blanches, sur lesquels sont établis des villages agglomérés construits en pierre calcaire. Au nord, la Forterre s'arrête à la vallée de l'Ouanne. Au sud elle se continue jusqu'à la limite du département et à l'est elle termine là où commencent les forêts de la rive gauche de l'Yonne incluant la partie ouest de la forêt de Frétoy au sud de Courson-les-Carrières.


Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgÉtais-la-Sauvin
Comuna amb 364 abitants (2000)Lainsecq (6,7km)
Comuna amb 461 abitants (2000)Thury (7,5km)
Comuna amb 330 abitants (2000)Sainpuits (7,8km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

L'origina del nom Èra de la municipalitat vària al cors dels sègles, de las investigacions an encara luòc a aquel afar. L'origina latina es tectum en significant ostal, sojorn o abitacion, e stativa en designant una implantacion fixa. En l'an 1247, lo nom de Tèstæ apareis. Ven Los Cali en 1296, Testes en lo periòde 1369 a 1370 e testa Fin finala a la fin del Sègle XV. Malgrat aiçò al Sègle XIV lo nom Estet a utilizat e la baronnie de Donzy (en la Nièvre) fa usatge de las expressions Los Cala e Ethez. En 1609, l'estat civil emplega las paraulas Ethez e Estais, aquel darrièr vendrà Estaix a la Revolucion francesa l'an 1789. E mai se lo orthographe Èra-la-Sauvin i aja aquerit definitivament al sègle XIX, la se tròba pendent lo Sègle XVII jos la forma Èra - La Sauvin.

Pendent la guèrra de #Cent Ans, lo pòble #èsser totalament destruit. A #èsser de contunh reconstruit sus un autre terren amb la realizacion de fortificacions. La preséncia d'aquelas fortificacions se avère necessària cara a la menaça grandissante d'una part, de las huguenots en venent de Entrains-sus-Nohain e d'autra part, dels movements calvinistes mai generales. Los abitants del sector d'Èra son de victimas de pillages e de destruccions massivas. Qualques investigacions archéologiques an permeses de metre a jorn de las traces del fossé del castèl fòrt aital coma qualqu'uns de los sieus sosterranhes.

Al cors del temps, i a agut fòrça d'indecisions entre las orthographes Èra e Èra-la-Sauvin. Cela en essent essencialament a causa de l'estatut de las circunscripcions fiscalas e paroissiales. A l'origina, la parròquia d'Èra dépendait de la vasta circunscripció paroissiale de Giens-sus-Loire #qu'a #èsser reformada per s'implantar a Clamecy (en la Nièvre). E mai se Èra-la-Sauvin i aja ligat fiscalement a la circunscripció de Clamecy, las parròquias vesinas demoravan jos la dependéncia de Giens-sus-Loire. Ça que la lo fief de la Sauvin, e mai se situat sul territòri de la châtellenie d'Èra, dépendait legalament de Sougères doncas de la châtellenie de Druyes-las-Polidas-Fontaines. Amb la fin de clarifier aquela complèxa situacion administrativa, las officiers de Clamecy avián preses la costum de ligar lo nom de la Sauvin a aquel d'Èra, #çò que #donar lo sieu nom actual a la comuna : Èra-la-Sauvin. Lo clergé e los abitants del pòble refusèrent aquela appellation, la en considerant tròp administrativa. Meteis de los nòstres jorns aquela tradicion es encara fòrtament ancorada en los esperits !

Continuament a una deliberacion del 15 d'octòbre de 1893, lo conselh municipal #demandar que lo nom definitiu de la municipalitat siá Èra-la-Sauvin. La direccion de las plaças e telègrafs appuya aquela demanda. Lo Conselh general del Yonne #validar per decrèt lo nom de la municipalitat lo 19 d'octòbre de 1894.

Pendent un long periòde, lo grand terren ocupat de los nòstres jorns per l'escòla communale, protegissiá la una de las mai polidas roseraie de Bourgogne #qu'aperteniá al polit-paire de Michel Ram. Es en 1955 que l'escòla actuala i aguèt bastit.

Lo anciana via romaine en connectant Aussèrra a Entrains-sus-Nohain passa pas luènh del pòble d'Èra-la-Sauvin via la montanha de las Lausetas en culminant a unitat|367|m}}. Aquela via sobrenomenada cauçada de Agrippa establissiá un ais de comunicacion dintre Lion e Boulogne-sus-Mar (veire a aquel afar los articles en relacion amb los vias romaines en Gaule e la via via Agrippa). Ligada a la via romaine, existís un cementèri romain situat entre lo luòc-dich Chevigny e Entrains-sus-Nohain. Dels enregistres an #èsser realizadas e de nombroses cercueils an #èsser trobats. Se pòt veire los resultats d'aqueles registres al musèu de Entrains-sus-Nohain.

Tèxte originau de l'article francés

L’origine du nom Étais de la commune varie au cours des siècles, des recherches ont encore lieu à ce sujet. L'origine latine est tectum signifiant maison, demeure ou habitation, et stativa désignant une implantation fixe. En l'an 1247, le nom de Testæ apparaît. Il devient Les Tais en 1296, Testis dans la période 1369 à 1370 et enfin Teste à la fin du Sègle XV. Cependant au Sègle XIV le nom Estet est utilisé et la baronnie de Donzy (dans la Nièvre) fait usage des expressions Les Tais et Ethez. En 1609, l'état civil emploie les mots Ethez et Estais, ce dernier deviendra Estaix à la Révolution française en 1789. Bien que l'orthographe Étais-la-Sauvin soit acquise définitivement au sègle XIX, on la retrouve durant le Sègle XVII sous la forme Étais - La Sauvin.

Durant la guerre de Cent Ans, le village fut entièrement détruit. Il a été ensuite reconstruit sur un autre terrain avec la réalisation de fortifications. La présence de ces fortifications s'avère nécessaire face à la menace grandissante d'une part, des huguenots venant d'Entrains-sur-Nohain et d'autre part, des mouvements calvinistes plus généraux. Les habitants du secteur d'Étais sont victimes de pillages et de destructions massifs. Des recherches archéologiques ont permis de mettre au jour des traces du fossé du château fort ainsi que certains de ses souterrains.

Au cours du temps, il y a eu beaucoup d'hésitations entre les orthographes Étais et Étais-la-Sauvin. Cela étant essentiellement dû au statut des circonscriptions fiscales et paroissiales. À l'origine, la paroisse d'Étais dépendait de la vaste circonscription paroissiale de Giens-sur-Loire qui a été réformée pour s'implanter à Clamecy (dans la Nièvre). Bien qu'Étais-la-Sauvin soit liée fiscalement à la circonscription de Clamecy, les paroisses voisines restaient sous la dépendance de Giens-sur-Loire. Or le fief de La Sauvin, bien que situé sur le territoire de la châtellenie d'Étais, dépendait légalement de Sougères donc de la châtellenie de Druyes-les-Belles-Fontaines. Afin de clarifier cette complexe situation administrative, les officiers de Clamecy avaient pris l'habitude de rattacher le nom de La Sauvin à celui de Étais, ce qui donna son nom actuel à la commune : Étais-la-Sauvin. Le clergé et les habitants du village refusèrent cette appellation, la considérant trop administrative. Même de nos jours cette tradition est encore fortement ancrée dans les esprits !

Suite à une délibération du 15 octobre 1893, le conseil municipal demanda que le nom définitif de la commune soit Étais-la-Sauvin. La direction des postes et télégraphes appuya cette demande. Le Conseil général de l'Yonne valida par décret le nom de la commune le 19 octobre 1894.

Durant une longue période, le grand terrain occupé de nos jours par l'école communale, abritait l'une des plus belles roseraie de Bourgogne qui appartenait au beau-père de Michel Bouquet. C'est en 1955 que l'école actuelle fut construite.

L'ancienne voie romaine reliant Auxerre à Entrains-sur-Nohain passe non loin du village d'Étais-la-Sauvin via la montagne des Alouettes culminant à 367 m. Cette voie surnommée chaussée d'Agrippa établissait un axe de communication entre Lyon et Boulogne-sur-Mer (voir à ce sujet les articles concernant les voies romaines en Gaule et la voie via Agrippa). Liée à la voie romaine, il existe un cimetière romain situé entre le lieu-dit Chevigny et Entrains-sur-Nohain. Des fouilles ont été réalisées et de nombreux cercueils ont été trouvés. On peut voir les résultats de ces fouilles au musée d'Entrains-sur-Nohain.


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Claude Macchia    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 191 1 311 1 304 1 472 1 508 1 592 1 618 1 765 1 828
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 923 1 832 1 813 1 751 1 736 1 660 1 628 1 802 1 532
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 415 1 453 1 323 1 258 1 258 1 215 1 195 1 118 953
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
954
882
787
754
696
692
705
706
698
2009 2010
691
714
684
707
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]