Le Tronquay (Eure)

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Salta a la navegació Salta a la cerca

Le Tronquay
Le Tronquay

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
Mairie-école du Tronquay et monument aux morts.JPG
Comuna-escor del Tronquay e lo sieu monument als mòrtes.
Geografia fisica
Occitania Map2.svg
geolocalizacion
Coordenadas 49° 25′ 37″ N, 1° 28′ 46″ E
Superfícia 19,06 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
179 m
85 m
Geografia politica
Region istorica Normandia Armas de Normandia
Estat Bandièra de França França
Region
28
Normandia
Departament
27
EureBlason d'Eure
Arrondiment Andelys
Canton Lyons-la-Forêt
Intercom
242700417
du Canton de Lyons la Forêt
Cònsol Marcel Le Roy (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici (en francés)
Còde postal 27480
Còde INSEE 27664

Le Tronquay es una comuna normanda administrada per lo departament d'Eure de la region de la Nauta Normandia.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Es una pichona municipalitat situat dins lo país de Lyons-Andelle a un pauc mai d'Unitat|100|km de París e 30 km de Roan, en la bòsc de Lyons, la mai granda hêtraie de Euròpa. Situada sul scenari limitat pel Andelle e la Lieure, lo bourg se tròba al limit Sud del territòri communal. La municipalitat a ocupat per doas zònas importantas de bòsc, la una a l'Oèst, l'autre al centri-Nòrd.

Lo Tronquay possedís divèrs luòc-dicha e de granjas :

  • Los Célestins. Lo fief de la Rosière #prene lo nom dels Célestins al mièg de la sègle XVI, quand Jeanne Havart[1], esposa de Guillaume V de Bricqueville[2], lo #vendre als Célestins de Roan. A la desaparicion del coan Célestins l'an 1783, los bens aguèron amassat al Séminaire Sant-Nicaise de Roan.
  • Los Cornets
  • La Granda Fray. Fief En 1579 de Philippe de Alcrippe.
  • La Motte. Elevada segon la tradicion en lo moment de la guèrra de#Cent Ans pels Angleses, se compausava d'una butte e d'una fortificació.
  • Lo Fresnay. A Modèl:La s-, lo Fresnay aperteniá en partida al Sr. De la Garenne.
  • Los Landez
  • Los Callouettes
  • Los Brûlins. Aquel nom sembla indicar #qu'un incendi i auriá destruit una part del bòsc que # lo nòu fief foguèt sus el installat. L'existéncia del fief a testificat l'an 1588. Lo proprietari, Martin Anquetil, fiscal del rei al Parlament, demanda lo bastiment d'un colombier a pè. A la fin de la sègle XVI, començament sègle XVII, passa a la familha Hallé. Mièja sègle XVII, ven la proprietat de Robert Dieupart, per aperténer al Sr. De Limoges a Modèl:La s-.
  • La Bastissa. Lo solar es un abitatge de la sègle XVIII e apertenenta a aquela epòca a la familha de Limoges[3], #Que dos membres #èsser abbés del Isle-Dieu.
  • La Garenne. Triège[4] Sièis al Fresnay, proprietat de Thomas de Aussy, sieur de la Garenne, ennoblit l'an 1643. Lo solar aperten en 1753 a la familha Lefranc de Assignies. La capèla de la sègle XVII es uèi destruida.
Comunas confrontantas de Lo Tronquay[5]
Lo Tronquay[5]
Lyons-lo-Bòsc
Tèxte originau de l'article francés

C'est une petite commune située dans le pays de Lyons-Andelle à un peu plus de 100 km de Paris et 30 km de Rouen, dans la forêt de Lyons, la plus grande hêtraie d'Europe. Située sur le plateau limité par l'Andelle et la Lieure, le bourg se trouve à la limite Sud du territoire communal. La commune est occupée par deux zones importantes de forêt, l'une à l'Ouest, l'autre au centre-Nord.

Le Tronquay possède plusieurs lieu-dit et fermes :

  • Les Célestins. Le fief de la Rosière prit le nom des Célestins au milieu du sègle XVI, lorsque Jeanne Havart[6], épouse de Guillaume V de Bricqueville[7], le vendit aux Célestins de Rouen. A la disparition du couvent des Célestins en 1783, les biens furent réunis au Séminaire Saint-Nicaise de Rouen.
  • Les Cornets
  • La Grand Fray. Fief en 1579 de Philippe d'Alcrippe.
  • La Motte. Élevée selon la tradition lors de la guerre de Cent Ans par les Anglais, elle se composait d'une butte et d'une fortification.
  • Le Fresnay. Au sègle XVIII, le Fresnay appartenait en partie à M. de la Garenne.
  • Les Landez
  • Les Callouettes
  • Les Brûlins. Ce nom semble indiquer qu'un incendie aurait détruit une partie de la forêt sur laquelle le nouveau fief allait être installé. L'existence du fief est attesté en 1588. Le propriétaire, Martin Anquetil, procureur du roi au Parlement, demande la construction d'un colombier à pied. À la fin du sègle XVI, début sègle XVII, il passe à la famille Hallé. Milieu sègle XVII, il devient la propriété de Robert Dieupart, pour appartenir à M. de Limoges au sègle XVIII.
  • Le Bâtiment. Le manoir est un logis du sègle XVIII et appartenant à cette époque à la famille de Limoges[8], dont deux membres furent abbés de l'Isle-Dieu.
  • La Garenne. Triège[9] sis au Fresnay, propriété de Thomas d'Aussy, sieur de la Garenne, anobli en 1643. Le manoir appartient en 1753 à la famille Lefranc d'Assignies. La chapelle du sègle XVII est aujourd'hui détruite.
Comunas confrontantas de Le Tronquay[10]
Croisy-sur-Andelle La Haye La Feuillie
Vascoeuil,
Les Hogues
Le Tronquay[10] Lorleau
Lyons-la-Forêt

Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Le TronquayLe Tronquay
Comuna amb 157 abitants (2000)Lorleau (2,0km)
Comuna amb 1207 abitants (2000)La Feuillie (4,9km)
Comuna amb 248 abitants (2000)La Haye (5,3km)
Comuna amb 621 abitants (2000)Les Hogues (6,0km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés
  • D'après las investigacions fachas per un de las guariguèsse del Tronquay, la municipalitat a vist la siá origina a la fin de la XI, començament Sègle XII.
  • Antany, La glèisa del Tronquay levava del abbaye del Isle-Dieu[11]. Una charte de la sègle XII parlar del « ancià e del nòu territòri del Tronquay ». En 1206, Mathieu del Tronquay #donar de divèrsas pèças de tèrra a aquela abbaye, #que possedís lo patrocini de la glèisa. D'unas autras familhas #far tanben de dons a aquela abbaye e lo rei Louis VIII de França #donar un bòsc l'an 1226 ont los religioses an bastit una grange[12], uèi destruida. Lo fief del Tronquay aperten de 1411 a 1421 a la familha de Beauvais, de contunh a aquela de Estouteville l'an 1438.

La guèrra de #Cent Ans

  • Pendent la guèrra de#Cent Ans, lo Tronquay s'es trobat jos aucupacion anglesa. Es d'aquela epòca #que datariá la motte. Los abitants del Tronquay èran venguts fòrça desgraciat, d'una part dels soldats angleses, e d'autra part a causa de la rapacité de las chanoines de Roan, jamai satisfaches. I #aver dels protestations de la part de la populacion. Fin finala, un arranjament a pogudas èsser trobat.

Lo privilègi de Sant-Romain

  • Los paroissiens del Tronquay se defendon en demandant que tot òme d'armas possedís un òrdre del rei per escrit se vòl séjourner e lotjar amb las siás tropas sul territòri de la parròquia (1640)[13]. Lo sieur de la Fontaine del Houx es passat en mai d'aquel òrdre. Se #installar lo 23 d'abril de 1642 dins lo país e #saquejar lo presbytère e d'unes autres ostals, aital coma la glèisa. Davant la demanda dels abitants de presentar l'autorizacion del rei, lo capitani de la Fontaine del Houx #lançar los sieus soldats contra la multitud. Fòrça aguèron aucit, dels soldats tanben e lo sieu capitani. Lo paire de la Fontaine del Houx, lo chevalier de Forns #prene 18 o 20 abitants en otage e los autres en residéncia susvelhada. #Çò qu'an pogudas fugir s'es refugiat en lo bòsc. Pendent dos ans, la situacion stagne, quand las gents del Tronquay an virat lo sieu agach cap a la glèisa de Roan e #escuélher d'i aver recors al privilègi de Sant-Romain. 15 abitants se #constituir de presoèrs dins la preson de Roan. Après estudi de lo sieu cas, #èsser totes liberats, lo privilègi de Sant-Romain #foncionar en lo sieu favor (5 de mai 1644 e 18 de mai 1644) [14].
Fichièr:Eglise Dels Hogues.JPG
Glèisa Santa-Mathurin de las Hogues

La separacion amb Las Hogues

  • Lo défrichement del bòsc s'esperlonga fins al cors de la sègle XVIII. A aquela epòca, es Senhor de Polida-Isle #que #venir senhor e patron honorari del Tronquay. Mai tard, lo Tronquay #venir proprietat reiala, de contunh del Comtat d'Agut e del pòrti de Penthièvre, darrièr senhor del Tronquay.
  • En 1787, Lo Tronquay se scinda en dos : Lo Tronquay e Los Hogues (per rasons de éloignement). Al començament del Sègle XX, i aviá divèrses sabotiers aital coma 15 cafès.

Uèi

  • Aquel pichon vilatge plàcid garda dos escòlas primàrias (regroupement escolara amb las municipalitats environnantes), un garatge e dels artesans. La fèsta patronale Sant Ouen se fa totes los tresens dimenges de junh.
Tèxte originau de l'article francés
  • D'après les recherches faites par un des curés du Tronquay, la commune a vu son origine à la fin du XI, début Sègle XII.
  • Autrefois, l'église du Tronquay relevait de l'abbaye de L'Isle-Dieu[15]. Une charte du sègle XII parle de l'« ancien et du nouveau territoire du Tronquay ». En 1206, Mathieu du Tronquay donna plusieurs pièces de terre à cette abbaye, qui possède le patronage de l'église. D'autres familles firent aussi des dons à cette abbaye et le roi Louis VIII de France donna un bois en 1226 où les religieux ont construit une grange[12], aujourd'hui détruite. Le fief du Tronquay appartient de 1411 à 1421 à la famille de Beauvais, puis à celle d'Estouteville en 1438.

La guerre de Cent Ans

  • Pendant la guerre de Cent Ans, le Tronquay s’est trouvé sous occupation anglaise. C’est de cette époque que daterait la motte. Les habitants du Tronquay étaient devenus très malheureux, d’une part des soldats anglais, et d’autre part à cause de la rapacité des chanoines de Rouen, jamais satisfaits. Il y eut des protestations de la part de la population. Finalement, un arrangement a pu être trouvé.
La Fierte Saint-Romain à Rouen

Le privilège de Saint-Romain

  • Les paroissiens du Tronquay se défendent en demandant que tout homme d’armes possède un ordre du roi par écrit s’il veut séjourner et loger avec ses troupes sur le territoire de la paroisse (1640)[16]. Le sieur de la Fontaine du Houx est passé outre cet ordre. Il s’installa le 23 avril 1642 dans le pays et pilla le presbytère et d’autres maisons, ainsi que l’église. Devant la demande des habitants de présenter l’autorisation du roi, le capitaine de la Fontaine du Houx lança ses soldats contre la foule. Beaucoup furent tués, des soldats aussi et leur capitaine. Le père de la Fontaine du Houx, le chevalier de Fours prit 18 ou 20 habitants en otage et les autres en résidence surveillée. Ceux qui ont pu fuir se sont réfugiés dans la forêt. Pendant deux ans, la situation stagne, quand les gens du Tronquay ont tourné leur regard vers l’église de Rouen et choisirent d’avoir recours au privilège de Saint-Romain. 15 habitants se constituèrent prisonniers dans la prison de Rouen. Après étude de leur cas, ils furent tous libérés, le privilège de Saint-Romain fonctionna en leur faveur (5 mai 1644 et 18 mai 1644) [17].
Église Saint-Mathurin des Hogues

La séparation avec Les Hogues

  • Le défrichement de la forêt se prolonge jusqu'au cours du sègle XVIII. À cette époque, c'est Monsieur de Belle-Isle qui devint seigneur et patron honoraire du Tronquay. Plus tard, le Tronquay devint propriété royale, puis du Comté d'Eu et du duc de Penthièvre, dernier seigneur du Tronquay.
  • En 1787, Le Tronquay se scinda en deux : Le Tronquay et Les Hogues (pour des raisons d'éloignement). Au début du Sègle XX, il y avait plusieurs sabotiers ainsi que 15 cafés.

Aujourd'hui

  • Ce petit village paisible garde deux écoles primaires (regroupement scolaire avec les communes environnantes), un garage et des artisans. La fête patronale Saint Ouen se fait tous les troisièmes dimanches de juin.

Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Marcel Le Roy    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 471 1 392 1 395 1 331 1 225 1 317 1 249 1 194 1 207

1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 097 1 059 977 911 880 817 805 723 662

1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
603 577 546 488 492 510 465 474 460

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
464
392
403
372
410
391
469
474
480
2009 2010
485
497
490
501
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. madama de Aussebosc, filha de Georges Havart, vicomte de Dreux, sénéchal héréditaire del Portamantèl e de Antoinette de Estouteville, de la linha de Estouteville
  2. Marida de Bricqueville
  3. Possessionnée a Vascoeuil, a donat los marques de Sant-Saëns.
  4. Un triège definit una superfícia de bòsc o un luòc-dich [1].
  5. http://www.geoportail.fr/visu2d.Don?ter=metropole modèl {{Ligam web}} : paramètre « titre » mancant
  6. dame d'Aussebosc, fille de Georges Havart, vicomte de Dreux, sénéchal héréditaire du Perche et de Antoinette d'Estouteville, de la ligne d'Estouteville
  7. Maison de Bricqueville
  8. Possessionnée à Vascoeuil, elle a donné les marquis de Saint-Saëns.
  9. Un triège défini une surface de forêt ou un lieu-dit [2].
  10. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  11. Antany fòrça influente ; es uèi una granda granja dintre Vascoeuil e Perruel. Lo abbaye del Isle-Dieu nomenava lo curé de la parròquia.
  12. 12,0 et 12,1 (fr) Modèl:Ligam rot Error de citacion : Etiqueta <ref> no vàlida; el nom «1vo» està definit diverses vegades amb contingut diferent.
  13. Dels Andelys al Havre : illustrations de Normandie
  14. Lista dels 15 abitants : Jacques Brémontier, 49 ans del Tronquay ; Jean Brémontier, 14 ans de Lorleau ; Étienne Anquetil, 46 ans, drapier al Tronquay ; François Lorgery, 45 ans, tonnelier ; Paul Mesnager, 42 ans, tisserand ; Pierre Oliefve, 40 ans, geôlier a Lyons ; Georges Delamare, 35 ans, laboureur ; Pierre Lorgery, 31 ans, sabotier ; Nicolas Boissel, 38 ans, batteur en granjas ; Étienne Mabire, 25 ans, del Tronquay, avironnier a Roan ; Noël Delamare, 36 ans, charron ; Louis Brémontier, 33 ans, tabellion ; Jean Drouet, 22 ans, laboureur ; Nicolas Brémontier, 24 ans ; Jean Picart, 44 ans, toilier.
  15. Jadis très influente ; c'est aujourd'hui une grande ferme entre Vascoeuil et Perruel. L'abbaye de l'Isle-Dieu nommait le curé de la paroisse.
  16. Des Andelys au Havre : illustrations de Normandie
  17. Liste des 15 habitants : Jacques Brémontier, 49 ans du Tronquay ; Jean Brémontier, 14 ans de Lorleau ; Étienne Anquetil, 46 ans, drapier au Tronquay ; François Lorgery, 45 ans, tonnelier ; Paul Mesnager, 42 ans, tisserand ; Pierre Oliefve, 40 ans, geôlier à Lyons ; Georges Delamare, 35 ans, laboureur ; Pierre Lorgery, 31 ans, sabotier ; Nicolas Boissel, 38 ans, batteur en granges ; Étienne Mabire, 25 ans, du Tronquay, avironnier à Rouen ; Noël Delamare, 36 ans, charron ; Louis Brémontier, 33 ans, tabellion ; Jean Drouet, 22 ans, laboureur ; Nicolas Brémontier, 24 ans ; Jean Picart, 44 ans, toilier.