Romilly-sur-Andelle

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar
Flag of France.svg Vila de França Flag of France.svg

Romilly-sur-Andelle
Romilly-sur-Andelle

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Eglise Saint-Georges.JPG|center|280px|link=|border]]
La glèisa de Romilly-sus-Andelle.
[[Fichièr:Blason Romilly-sur-Andelle.svg|x50px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2015.svg
geolocalizacion
Coordenadas 49° 19′ 55″ N 1° 15′ 35″ E / 49.3319444444, 1.25972222222 / 49.3319444444; 1.25972222222
Superfícia 8,53 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
155 m
5 m
Geografia politica
Region istorica Normandia Armas de Normandia
Estat Flag of France.svgFrança
Region
23
Nauta Normandia Blason region fr Normandie.svg
Departament
27
Eure Armas deu Departament d'Eure
Arrondiment Les Andelys
Canton Fleury-sur-Andelle
Intercom
242700284
du Bassin de l'Emploi de l'Andelle
Cònsol Jean-Luc Romet (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Romillois (en francés)
Còde postal 27610
Còde INSEE 27493

Romilly-sur-Andelle en normand (Romilly-sur-Andelle en francés) es una comuna normanda, situada dins lo departament d'Eure e la region de la Nauta Normandia.

Geografia[modificar | modificar la font]

Adaigada per la Andelle e adossada als tucs boisées de Longboel e dels Dos-Amants, la municipalitat se tròba al començament de la vallée de la Andelle (vallée Galantine) a 9 km de Fleury-sus-Andelle, 10 km de Pont-de-l'Arc e Boos e 20 km de Roan e dels Andelys.

Arrosée par l'Andelle et adossée aux collines boisées de Longboel et des Deux-Amants, la commune se trouve au début de la vallée de l'Andelle (vallée Galantine) à 9 km de Fleury-sur-Andelle, 10 km de Pont-de-l'Arche et Boos et 20 km de Rouen et des Andelys.


Istòria[modificar | modificar la font]

Las traces d'abitat remontan al neolític. Qualques trobalhas e de recentas enregistras archéologiques (2006-2007) de la INRAP an meses a jorn un ensems de silex talhats (grattoirs, racloirs, estèlas laminaires, estèlas de pica educada, soslinha a ailerons e pédoncule) de l'epòca. Los archéologues an descobèrt #çò que poiriá èsser un cavòt de la edat del bronze près de de lo cementèri e una ret de fossés parcellaire del periòde gallo-romaine près de la glèisa. Romilly, En l'ancian archiu a qualificat de villa mas cap de abitat ancian a pas #èsser trobat. L'abitat se concentrava als VIIen e Modèl:VIIIe sègles a l'entorn de las carrièras Santas-Georges e de la Desliurança e los registres an identificat la zòna périphérique nòrd d'aquel abitat (graèrs sus poteaux, silos, forns criats). Al nòrd d'aquela, un vast cementèri a #èsser en partida enregistrat e las archéologues aiman a 1200 a 1500 las sépultures de totas edats e sèxes en aquel ancian cementèri paroissial del VIIen al Sègle XI vertebrat a l'entorn d'una glèisa bastida en divèrsas fasas. Lo cementèri a #èsser abandonat a la fin del Sègle XI, periòde ont senhor de Romilly, Guillaume Fitz Osbern a legat de tèrras a la abbaye de Lira #que i aviá fondat e #qu'a bastit un prieuré de bénédictins a la localizacion de l'anciana glèisa e del cementèri.
Al Sègle XIV, un periòde important de bastiment a donat un solar dotat d'una vira escalièr amb la capèla a l'èst, una grange dîmière (encara n'elevacion) e de las annèxas e de las dependéncias (cosinas, celliers, conca, colombiers). Lo prieuré i auriá #èsser abandonat en fin del Sègle XVII o al començament del Sègle XVIII. Los registres se son acabats en en setembre 2007 e mancarà dos a quatre ans per n'espetar las trobalhas.

Al començament de la Modèl:S-, Aubert de Hangest èra lo senhor de Romilly. A Modèl:La s-, la distincion es passada a la familha de Rohan, de contunh de Roncherolles, de Bèc-de-Lèbe, de Sublet e de Jubert.

En 1782, a #èsser creada la Fonderie de Romilly e en 1792, las campanas de las glèisas de la Eure, del Calvados e de la Manja[1], i an #èsser fondudas per obténer flans a @frapper dins l'otèl de la Moneda de Roan. La fonderie gardarà pendent un centenat d'ans fins a la siá clausura, lo relòtge e las campanas de la Bastille[2].

Lo 1er {{}} en novembre 1802, lo primièr cònsol Napoleon Bonaparte visita la fonderie[3].

Les traces d'habitat remontent au néolithique. Des trouvailles et de récentes fouilles archéologiques (2006-2007) de l'INRAP ont mis au jour un ensemble de silex taillés (grattoirs, racloirs, éclats laminaires, fragments de hache polie, flèche à ailerons et pédoncule) de l'époque. Les archéologues ont découvert ce qui pourrait être une tombe de l'âge du bronze près du cimetière et un réseau de fossés parcellaire de la période gallo-romaine près de l'église. Romilly, dans les anciennes archives est qualifiée de villa mais aucun habitat antique n'a été trouvé. L'habitat se concentrait aux VIIen et Modèl:VIIIe siècles autour des rues Saint-Georges et de la Libération et les fouilles ont identifié la zone périphérique nord de cet habitat (greniers sur poteaux, silos, fours domestiques). Au nord de celle-ci, un vaste cimetière a été en partie fouillé et les archéologues estiment à 1200 à 1500 les sépultures de tous âges et sexes dans cet ancien cimetière paroissial du VIIen au Sègle XI structuré autour d'une église construite en plusieurs phases. Le cimetière a été abandonné à la fin du Sègle XI, période où seigneur de Romilly, Guillaume Fitz Osbern a légué des terres à l'abbaye de Lyre qu'il avait fondé et qui a construit un prieuré de bénédictins à l'emplacement de l'ancienne église et du cimetière.
Au Sègle XIV, une période importante de construction a donné un manoir doté d'une tour escalier avec la chapelle à l'est, une grange dîmière (encore en élévation) et des annexes et des dépendances (cuisines, celliers, bassin, colombiers). Le prieuré aurait été abandonné en fin du Sègle XVII ou au début du Sègle XVIII. Les fouilles se sont achevées en septembre 2007 et il faudra deux à quatre ans pour en exploiter les trouvailles.

Au début du Modèl:S-, Aubert de Hangest était le seigneur de Romilly. Au Modèl:S-, la seigneurie est passée à la famille de Rohan, puis de Roncherolles, de Bec-de-Lièvre, de Sublet et de Jubert.

En 1782, a été créée la Fonderie de Romilly et en 1792, les cloches des églises de l'Eure, du Calvados et de la Manche[4], y ont été fondues pour obtenir des flans à frapper à l'hôtel de la Monnaie de Rouen. La fonderie gardera pendant une centaine d'années jusqu'à sa fermeture, l'horloge et les cloches de la Bastille[5].

Le 1er novembre 1802, le premier consul Napoléon Bonaparte visite la fonderie[6].


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Jean-Luc Romet    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 Donadas
d · m
 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2012): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
640 780 803 917 1 015 1 079 1 118 1 169 1 147
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 313 1 366 1 369 1 369 1 380 1 398 1 485 1 527 1 293
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 641 1 566 1 705 1 606 1 604 1 596 1 481 1 564 1 525
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 779
1 981
2 249
2 524
2 658
2 655
2 604
2 619
2 645
2009 2010
2 752
2 782
2 861
2 890

Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. Istòria de Romillys sus Andelle, http://pagesperso iranja.fr/alain.robert/index_fichiers/Pagina0003.html
  2. Segon una plaque fixada sus la glèisa.
  3. Lo Periodic de Roan, 2 de novembre 1802
  4. Histoire de Romillys sur Andelle, http://pagesperso orange.fr/alain.robert/index_fichiers/page0003.html
  5. Selon une plaque apposée sur l'église.
  6. Le Journal de Rouen, 2 novembre 1802