Coulonges-sur-l'Autize

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Coulonges-sur-l'Autize

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
Marché couvert.jpg
Geografia fisica
Occitania Map3.svg
geolocalizacion
Coordenadas 46° 29′ 03″ N, 0° 35′ 52″ O
Superfícia 18,87 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
121 m
27 m
Geografia politica
Region istorica Peitau Armas de Peitau
Estat Bandièra de França França
Region
75
Nòva Aquitània BlasonNouvelleAquitaine.svg
Departament
79
Doas Sèvras Armas deu departament de las Doas Sèvras
Arrondiment Niort
Canton Coulonges-sur-l'Autize
Intercom
200022812
Gâtine Autize
Cònsol Christian Bonnet (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Coulongeoises, Coulongeois (en francés)
Còde postal 79160
Còde INSEE 79101
http://www.ville-coulonges-sur-lautize.fr

Coulonges-sur-l'Autize es una comuna peitavina, situada dins lo departament de las Doas Sèvras e la region de Nòva Aquitània.

Geografia[modificar | modificar la font]

Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgCoulonges-sur-l'Autize
Comuna amb 1203 abitants (2000)Ardin (3,5km)
Comuna amb 474 abitants (2000)Saint-Laurs (4,4km)
Comuna amb 242 abitants (2000)Faymoreau (6,2km)
Comuna amb 39 abitants (2000)Puihardy (6,4km)
Comuna amb 673 abitants (2000)Béceleuf (7,3km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Lo vilatge de Tourteron, en direccion de Sant-Pompain, a conegut a l'epòca mérovingienne per lo sieu talhièr moné­calar. La primièra cita de Coulonges apareis pas #qu'en 978, ont es question d'una Villa Ecolonii. Simple domeni agricòla eretat de l'Antiquitat, aquela granja poiriá èsser a l'origina de l'establiment d'una comunitat d'abitantas. Un sègle mai tard, l'aglomeracion de Colongia pren naissença a l'entorn de la siá glèisa e de lo sieu castèl.

La primièra mencion de Coulonges-sus-lo Autize data de 1207, quand una châtellenie a soslinhat[1]. Se sona a la Mièja Edat Coulonges-los-Reials, o Coulonges-lo-Royal. Los senhors de Coulonges, los Madaillan de Estissac, se distinguisson al servici del rei, abans que Louis XI faga pas rasar lo castèl de Texans de Madaillan de Estissac, neveu de Amaury de Estissac mas chambellan de Charles de Guyenne[2], Remplaçat per un castèl Renaissance[3]. En effecutuant una granda caça, lo rei Louis XI, lududes-quitament, s'installa a "Coulonges-lèz-Réaux", dins lo castèl de Magné que lo sire de Malicorne possedís[4], lo 8 de setembre de 1469, en lo moment d'una reconciliacion amb lo sieu fraire Charles de Guyenne. Lo rei i rèsta fins al 18 de setembre amb la fin de signar un tractat en relacion amb aquel afar[5],[6].

En 1709, après una fòrça dolenta récolte, lo periòde de la soudure es malaisida. Aital, per empedir lo gra de partir fornir una autra region o l'armada, los paysans, armats per servir en la milice del rei, saquegen los graèrs reials en la nuèch del 19 al 20 d'abril[7].

Uèi lo bourg de Coulonges s'organiza coma una pichona vila amb tres desvolopaments d'epòcas desparièras. Lo nuclèu medieval, un pauc excentré, pren còrs a l'entorn de la glèisa e de l'ancian castèl. Se caracteriza per una organizacion concentrique amb carrièras sinueuses, dels ostals ancians #que cèrts detalhs ne revèlan lo appartenance a l'epòca medievala. Un segond periòde d'urbanizacion debuta al XVIModèl:Ème sègle amb l'edificacion del castèl Renaissance e las disposicions de las immeditaeses a l'entorn d'un vast luòc quadrangulaire. Fin finala, la XIXen sègle es una epòca prospère.

Aquel essor economic, en connexion amb l'espleitacion de las forns a chaux, se tradusís pel percement de rotas importantas, l'installacion de la via ferrée, lo bastiment de lòtjas e d'un abitat cossu. Ostals bourgeoises de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle e villas del començament de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle ofrisson al bourg una unitat architecturale.

Pendent la primièra mitat de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, l'indústria del cuèr constituissi la una de las principalas activitats economicas de Coulonges amb l'espleitacion dels forns a chaux. En 1812, lo cònsol, en una carta adreçada al prefècte, declara tretze establiments repartís principalament al luòc-dich las Tanneries, tres al luòc-dich las Crevasses e una dins lo vilatge de Tourteron.

Lo desvolopament de l'activitat chaufournière coincidís amb l'implantacion del camin de fèrre, #que, en facilitant lo acheminement de la produccion, permet de trobar de nòus débouchés. La primièra onda de bastiment de forns a chaux se desenrotlla abans 1868. Representa una vintena de forns sul costat #qu'una desena per la societat de las Houillères, e indusit una prospérité locala : venta de carbon de las minas de Sant-Laurs e de Faymoreau per alimenter los forns, venta de la produccion de la chaux, nombrós voituriers pel transpòrt del combustible e de la chaux, esmena dels sòls e melhor rendiment agricòla. La segonda onda, après 1868, n'implanta aqueles forns la longitud de la linha de camin de fèrre. L'airal de venta es pas alavetz mai limitada e los proprietaris Gasnault, Lavois, Lamarre e Permet pòdon exporter la siá produccion.

Tèxte originau de l'article francés

Le village de Tourteron, en direction de Saint-Pompain, est connu à l'époque mérovingienne pour son atelier moné­taire. La première citation de Coulonges n'apparaît qu'en 978, où il est question d'une Villa Ecolonii. Simple domaine agricole hérité de l'Antiquité, cette ferme pourrait être à l'origine de l'établissement d'une communauté d'habitants. Un siècle plus tard, l'agglomération de Colongia prend naissance autour de son église et de son château.

La première mention de Coulonges-sur-l’Autize date de 1207, lorsqu’une châtellenie est signalée[8]. Elle s’appelle au Moyen Âge Coulonges-les-Royaux, ou Coulonges-le-Royal. Les seigneurs de Coulonges, les Madaillan d’Estissac, se distinguent au service du roi, avant que Louis XI ne fasse raser le château de Jean de Madaillan d'Estissac, neveu d'Amaury d'Estissac mais chambellan de Charles de Guyenne[9], remplacé par un château Renaissance[10]. En effecutuant une grande chasse, le roi Louis XI, lui-même, s'installe à "Coulonges-lèz-Réaux", dans le château de Magné que le sire de Malicorne possède[11], le 8 septembre 1469, lors d'une réconciliation avec son frère Charles de Guyenne. Le roi y reste jusqu'au 18 septembre afin de signer un traité concernant ce sujet[12],[13].

En 1709, après une très mauvaise récolte, la période de la soudure est difficile. Ainsi, pour empêcher le grain de partir approvisionner une autre région ou l’armée, les paysans, armés pour servir dans la milice du roi, pillent les greniers royaux dans la nuit du 19 au 20 avril[14].

Aujourd'hui le bourg de Coulonges s'organise comme une petite ville avec trois développements d'époques différentes. Le noyau médiéval, un peu excentré, prend corps autour de l'église et de l'ancien château. Il se caractérise par une organisation concentrique avec des rues sinueuses, des maisons anciennes dont certains détails révèlent l'appartenance à l'époque médiévale. Une seconde période d'urbanisation débute au XVIModèl:Ème siècle avec l'édification du château Renaissance et les aménagements des abords autour d'une vaste place quadrangulaire. Enfin, le XIXen siècle est une époque prospère.

Cet essor économique, en liaison avec l'exploitation des fours à chaux, se traduit par le percement de routes importantes, l'installation de la voie ferrée, la construction de halles et d'un habitat cossu. Maisons bourgeoises du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle et villas du début du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle offrent au bourg une unité architecturale.

Durant la première moitié du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, l'industrie du cuir constitue l'une des principales activités économiques de Coulonges avec l'exploitation des fours à chaux. En 1812, le maire, dans une lettre adressée au préfet, déclare treize établissements répartis principalement au lieu-dit les Tanneries, trois au lieu-dit les Crevasses et une au village de Tourteron.

Le développement de l'activité chaufournière coïncide avec l'implantation du chemin de fer, qui, en facilitant l'acheminement de la production, permet de trouver de nouveaux débouchés. La première vague de construction de fours à chaux se déroule avant 1868. Elle représente une vingtaine de fours sur le canton dont une dizaine par la société des Houillères, et induit une prospérité locale : vente de charbon des mines de Saint-Laurs et de Faymoreau pour alimenter les fours, vente de la production de la chaux, nombreux voituriers pour le transport du combustible et de la chaux, amendement des sols et meilleur rendement agricole. La seconde vague, après 1868, implante ces fours le long de la ligne de chemin de fer. L'aire de vente n'est alors plus limitée et les propriétaires Gasnault, Lavois, Lamarre et Permet peuvent exporter leur production.


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Christian Bonnet    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 561 1 729 1 894 1 866 1 845 1 880 1 968 1 997 2 032

1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 035 2 038 2 224 2 221 2 239 2 319 2 330 2 359 2 367

1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 344 2 351 2 256 2 047 2 043 2 018 2 029 1 950 1 874

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 929
2 021
2 030
2 019
2 021
2 146
2 326
2 362
2 370
2009 2010
2 372
2 423
2 373
2 424
{{{2 014}}}
{{{2 014tot}}}
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. http://www.ville-coulonges-sobre-lautize.fr/comuna/istòria/istòria1.htm modèl {{Ligam web}} : paramètre « titre » mancant (consultat en 6 de febrièr de 2010)
  2. http://www.montastruc47.Cossí/montastrucF/istòria/istòria.htm
  3. http://www.ville-coulonges-sobre-lautize.fr/comuna/istòria/istòria2.htm modèl {{Ligam web}} : paramètre « titre » mancant (consultat en 6 de febrièr de 2010)
  4. Julien Rémy Pesche, Dictionaire topographique, istoric e estatistica del departament de la Sarthé, tome III, pàg.121, Monnoyer Imprimeur del Rei, Las Mans 1834
  5. Cartas brevets de Louis XI, Coulanges-lèz-Réaux, lo 18 de setembre de 1469, in Ordonnances dels Reis de França de la 3e Raça, per Eusèbe de Laurière, tome XVII, 1820.
  6. Joseph Vaesen e Étienne Charavay, de Cartas de Louis XI, tome XI "itinerari", Librariá Renouard, Escomesas 1909
  7. Jean Nicolas, La Rebellion francesa : de movements populars e consciéncia sociala, 1661-1789, París : Gallimard, 2008. Colleccion Folio, (ISBN 978-2-07-035971-4), pàg. 357-358
  8. « La Naissance de Coulonges-sur-l’Autize », Coulonges sur l'Autize (consultat en 6 février 2010)
  9. http://www.montastruc47.com/montastrucF/histoire/histoire.htm
  10. « La Famille d'Estissac », Coulonges sur l'Autize (consultat en 6 février 2010)
  11. Julien Rémy Pesche, Dictionaire topographique, historique et statistique du département de la Sarthé, tome III, p.121, Monnoyer Imprimeur du Roi, Le Mans 1834
  12. Lettres patentes de Louis XI, Coulanges-lèz-Réaux, le 18 septembre 1469, in Ordonnances des Rois de France de la 3e Race, par Eusèbe de Laurière, tome XVII, 1820.
  13. Joseph Vaesen et Étienne Charavay, Lettres de Louis XI, tome XI "itinéraire", Librairie Renouard, Paris 1909
  14. Jean Nicolas, La Rébellion française : mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris : Gallimard, 2008. Collection Folio, (ISBN 978-2-07-035971-4), p. 357-358