Caumont (Eure)

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Caumont
Caumont

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Defautoc.png|center|280px|link=|border]]
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2016.svg
geolocalizacion
Coordenadas 49° 22′ 02″ N, 0° 53′ 47″ E
Superfícia 6 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
140 m
1 m
Geografia politica
Region istorica Normandia Armas de Normandia
Estat Bandièra de França França
Region
28
Normandia
Departament
27
Eure
Arrondiment Bernay
Canton Routot
Intercom
242700292
du Roumois Nord
Cònsol Michel Lallemand (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici (en francés)
Còde postal 27310
Còde INSEE 27133

Caumont en normand (Caumont en francés) es una comuna normanda, situada dins lo departament d'Eure e la region de la Nauta Normandia.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Lo Bas-Caumont es enclavé al bòrd de Seine entre doas comunas de Seine-Maritima (La Borisca e Mauny). Caumont Es a la pòrta de la aglomeracion de Roan.

Tèxte originau de l'article francés

Le Bas-Caumont est enclavé au bord de Seine entre deux communes de Seine-Maritime (La Bouille et Mauny). Caumont est à la porte de l'agglomération de Rouen.


Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgCaumont
Comuna amb 197 abitants (2000)Mauny (2,0km)
Comuna amb 805 abitants (2000)La Bouille (3,0km)
Comuna amb 581 abitants (2000)Bosgouet (3,4km)
Comuna amb 1320 abitants (2000)Sahurs (3,7km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

S'es mes a jorn dels vestigis de bastiments ancians, de las estèlas de poterie e de las condecores al masatge caseriu de la Ronce, près del camin de las Longas Vallées en venent de Honguemare, e al caseriu vesin de Beauséjour.

Extrach de la nòta del Sr. L. Passy Sul prieuré de Bourg-Achard en avent de besonh los detalhs seguents sus la curació de Caumont : « Se designava alavetz jol nom de Touberville un vast territòri #que compren uèi quatre parròquias. En 1175, lo quite an ont los chanoines se #far donar per Rotrou IV del Portamantèl una charte en confirmant los sieus bens e los sieus dreches, Nicolas de la Londe #donar a la glèisa Sant Lô de Bourg-Achard lo patrocini de las glèisas de Touberville, es-a dire de la Santa-Trinité (la Trinité de Thouberville), Sant-Ouen (de Thouberville) e de Sant-Ostal de Caumont e la Borisca. #Far aquela donation per la salvacion de lo sieu còrs e de la siá arma e per las armas de lo sieu paire (Jean de la Londe), de la siá maire Isabelle e sustot per la mantenença e la salvacion perpètua de lo sieu fraire ainé Guillaume, chanoine de Bourg-Achard. El résigna los sieus dreches entre las mans de Rotrou, amb lo consentement de lo sieu fraire Robert e de la siá maire Isabelle ».

Guillaume de la Londe, lo chanoine, morís. Se detlo amortalla amb onors en lo capítol de Bourg-Achard. Mas Nicolas #créisser e, coma i aviá fach aquela donation encara jove e abans #que i aja pas #èsser creat chevalier, suscita a las chanoines disputas e procèsses e cerca tornar sus la siá donation. Gautier, archevêque de Roan, interven e Nicolas de la Londe renóncia a totas las siás pretensions. Gautier Verifica los dreches del prieuré de Bourg-Achard en una charte de 1202.

Qualques ans après, lo différend se renauís : i aviá #èsser convengut que los chanoines dintrarián en possession a la mòrt d'un cèrt Philippe, #qu'aviá lo servici de la glèisa ça que la aquel Philippe en essent mòrt après Nicolas de la Londe, Jean (fils de Nicolas), se #metre violemment en possession de la glèisa Santa-Ostal de Caumont. Los chanoines de portar los sieus planhs davant la archevêque de Roan. En 1223, Jean de la Londe i aguèt condemnat. Pas #aparéisser totun acceptar francament aquela sentence perque es solament en 1239 #qu'el se désista de totes dreches sus las glèisas o capèlas, intradas, tèrras o unas autras possessions #que preteniá i aver a Touberville (comprene aicí lo país de Touberville).

En 1290, Guillaume de Flavacourt, archevêque de Roan, #decidir que lo servici divin i auriá fach e los sacrements administrats dins las doas glèisas de Sant-Ouen e la Trinité, coma l'èran dins la glèisa de Caumont ; mas que totes los abitants de Touberville contunharián a èsser aguts de far los sieus pâques e d'assistir als mestièrs de Pentecôte, de la Toussaint, de Noël e de las fèstas de la Vèrge dins la glèisa Santa-Ostal de Caumont.

La glèisa de Caumont i aviá #èsser primitivement glèisa paroissiale, de contunh, pauc a pauc, las glèisas de Sant-Ouen e de la Trinité #prene lo luòc e #aver lèu lo reng de parròquia. Lo prieur de Bourg-Achard i aguèt alavetz lo drech de presentar un chanoine regular a aquelas tres curacions. Fin finala, la parròquia de Caumont #èsser démembrée a Modèl:La s-, quand se #erigir en curació la capèla bastida a la Borirà, sul prec e pel servici dels senhors de Mauni (Mauny).

La familha de la Londe apareis aver-i possedit lo territòri de Touberville dempuèi la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle. En 1464, Robert de Graville n'i aviá una part. En un papièr dels fiefs levat l'an 1540, se vei que lo fief de Touberville aperteniá alavetz a Robert Dangerville, sacerdòt curé de Tresly. Valiá alavetz 80 Libres e i aviá disputat per Louise de Brézé, madama de la baronnie de Mauni e Louis de Bigars, senhor de la Londe.

Lo territòri de Touberville i aguèt amassat dins la tèrra de la Londe quand aquela tèrra i aguèt erigit en marquisat en 1546 (data a prene amb resèrva compta agut de la typologie del document original). Per çò qu'es de Caumont, lo Sr. Canel Dicha que las Mallet en #èsser de senhors del Modèl:Sp- jos la suzeraineté dels senhors de la Londe.

Lo present document a #èsser reprodusit en la siá syntaxe d'origina

Tempses modèrns.

L'armada alemanda #començar a i bastir una fabrica de oxygène liquida per las V2 en las ancianas carrièras l'an 1943-1944[1].

Tèxte originau de l'article francés

On a mis au jour des vestiges de constructions antiques, des fragments de poterie et des médailles au hameau de la Ronce, près du chemin des Longues Vallées venant de Honguemare, et au hameau voisin de Beauséjour.

Extrait de la notice de M. L. Passy sur le prieuré de Bourg-Achard précisant les détails suivants sur la cure de Caumont : « On désignait alors sous le nom de Touberville un vaste territoire qui comprend aujourd’hui quatre paroisses. En 1175, l’année même où les chanoines se firent donner par Rotrou IV du Perche une charte confirmant leurs biens et leurs droits, Nicolas de la Londe donna à l’église Saint Lô de Bourg-Achard le patronage des églises de Touberville, c'est-à-dire de la Sainte-Trinité (la Trinité de Thouberville), Saint-Ouen (de Thouberville) et de Sainte-Marie de Caumont et la Bouille. Il fit cette donation pour le salut de son corps et de son âme et pour les âmes de son père (Jean de la Londe), de sa mère Isabelle et surtout pour l’entretien et le salut perpétuel de son frère ainé Guillaume, chanoine de Bourg-Achard. Il résigna ses droits entre les mains de Rotrou, avec le consentement de son frère Robert et de sa mère Isabelle ».

Guillaume de la Londe, le chanoine, meurt. On l’ensevelit avec honneurs dans le chapitre de Bourg-Achard. Mais Nicolas grandit et, comme il avait fait cette donation encore jeune et avant qu’il n’ait été créé chevalier, il suscite aux chanoines querelles et procès et cherche à revenir sur sa donation. Gautier, archevêque de Rouen, intervient et Nicolas de la Londe renonce à toutes ses prétentions. Gautier constate les droits du prieuré de Bourg-Achard dans une charte de 1202.

Quelques années après, le différend se renouvelle : il avait été convenu que les chanoines entreraient en possession à la mort d’un certain Philippe, qui tenait le service de l’église or ce Philippe étant mort après Nicolas de la Londe, Jean (fils de Nicolas), se mit violemment en possession de l’église Sainte-Marie de Caumont. Les chanoines de porter leurs plaintes devant l’archevêque de Rouen. En 1223, Jean de la Londe fut condamné. Il ne parut pas cependant accepter franchement cette sentence car c’est seulement en 1239 qu’il se désista de tous droits sur les églises ou chapelles, revenus, terres ou autres possessions qu’il prétendait avoir à Touberville (comprendre ici le pays de Touberville).

En 1290, Guillaume de Flavacourt, archevêque de Rouen, décida que le service divin serait fait et les sacrements administrés dans les deux églises de Saint-Ouen et la Trinité, comme ils l’étaient dans l’église de Caumont ; mais que tous les habitants de Touberville continueraient à être tenus de faire leurs pâques et d’assister aux offices de Pentecôte, de la Toussaint, de Noël et des fêtes de la Vierge dans l’église Sainte-Marie de Caumont.

L’église de Caumont avait été primitivement église paroissiale, puis, peu à peu, les églises de Saint-Ouen et de la Trinité prirent la place et eurent bientôt le rang de paroisse. Le prieur de Bourg-Achard eut alors le droit de présenter un chanoine régulier à ces trois cures. Enfin, la paroisse de Caumont fut démembrée au Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, lorsqu’on érigea en cure la chapelle bâtie à la Bouille, sur la prière et pour le service des seigneurs de Mauni (Mauny).

La famille de la Londe paraît avoir possédé le territoire de Touberville depuis le Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle. En 1464, Robert de Graville en avait une partie. Dans un rôle des fiefs dressé en 1540, on voit que le fief de Touberville appartenait alors à Robert Dangerville, prêtre curé de Tresly. Il valait alors 80 Livres et était disputé par Louise de Brézé, dame de la baronnie de Mauni et Louis de Bigars, seigneur de la Londe.

Le territoire de Touberville fut réuni à la terre de la Londe lorsque cette terre fut érigée en marquisat en 1546 (date à prendre avec réserve compte tenu de la typologie du document original). Quant à Caumont, M. Canel dit que les Mallet en furent seigneurs du Modèl:Sp- sous la suzeraineté des seigneurs de la Londe.

Le présent document a été reproduit dans sa syntaxe d'origine

Temps modernes.

L'armée allemande commença à y construire une usine d'oxygène liquide pour les V2 dans les anciennes carrières en 1943-1944[2].


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Michel Lallemand    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
952 871 877 831 931 887 930 888 884
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
819 844 782 729 714 675 716 631 690
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
690 643 617 662 517 533 520 522 579
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
591
605
633
759
951
995
1 005
1 003
1 004
2009 2010
1 004
1 021
1 002
1 019
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. Luòc sus la fabrica sosterranha per François Bayeux
  2. Site sur l'usine souterraine par François Bayeux