Vergonha (lingüicidi)

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar


Pagina d'ajuda sus l'omonimia Pels articles omonims, vejatz Vergonha (omonimia).

La Vergonha fa referéncia en Occitània a l'ensemble dels marrits efièches de divèrsas politicas governamentalas en França sus de mainatges e ciutadans franceses, al sens larg del tèrme, que lor lenga mairala èra un dels pretenduts pateses — que valdriá mai justament sonar lengas pas oficialament reconegudas parladas sul territòri de l'Estat francés, — e en particular la lenga nòstra. La Vergonha consistís en fòragetar e s'avergonhar de la quita lenga natala non francesa (o mai la dels parents) jos l'aflat de l'exclusion oficiala, de l'umiliacion a l'escòla e/o de l'ostracisme mediatic organizats e justificats pels menaires politics franceses, d'Henri Grégoire fins a François Hollande. La Vergonha, que demòra encara un subjècte fòrça tabó en França ont d'unes que i a contunhan de negar qu'una tala discriminacion aja jamai agut luòc, pòt èsser considerada coma una temptativa de lingüicidi a l'escala d'un país, coma çai-aprèp demostrat.

Politicas antipatesas[modificar | modificar la font]

Ja en 1539, amb l'Article 111 de l'Ordenança de Villers-Cotterêts[1], las lengas non francesas de França partiguèron una traduccion de las bèlas per çò que venguèt obligatòri de prononciar e de botar per escrich tot acte administratiu en francés (de prononcer et expedier tous actes en langaige françoys). Çò qu'a l'origina foguèt concebut coma un biais de se desfar del latin dins los tèxtes oficials, ja que pauques subjèctes del sègle XVI avián l'educacion necessària per comprene lo latin, estipulava atanben que lo francés, e res qu'el, gaudiriá d'ara enlai d'un estatut oficial al reialme (en langage maternel françoys et non aultrement).

Fin sègle XVIII entrò a fin sègle XIX[modificar | modificar la font]

La necessitat d'anientar los pateses[modificar | modificar la font]

Ça que la, la començança vertadièra de l'eradicacion deliberada de las lengas vernacularas dins la França modèrna, e mai lor relegacion mespresiva al reng de dialèctes simples sovent estrictament orals, se tròba dins lo Rapòrt sus la necessitat d'anientar los pateses e d'universalizar la lenga francesa[2] que l'Abat Grégoire presentèt lo 4 de junh 1794 a la Convencion Nacionala e que s'enseguèt del faidiment oficial de tota lenga autra que lo francés dins l'administracion e l'educacion amb tòca d'uniformizar lingüisticament la França pòstrevolucionària que d'aquel temps sol lo dètz del cent de la populacion i parlava correntament lo francés[3], es a dire unes tres milions sus un total de vint-e-uèch. Quant a la tria plan pejorativa del mot "patés", qu'es pas qu'un sinonim imperfièch de "dialècte" o "parlar", Jean Jaurès rèsta famós per declarar que "s'apèla patés la lenga d'un pòble vençut"[4]. Segon lo Chambers Dictionary, l'origina del tèrme es contestada mas poiriá èsser una "corrupcion de patrois, del latin vulgar patriensis, autoctòn".

Quatre meses pus lèu, lo 27 de genièr, Bertrand Barère de Vieuzac, ni per èsser un quite occitan de Tarba, aviá anonciat[5] davant d'aquela meteissa Convencion que:

La monarquia aviá de rasons de revertar la torre de Babel; dins la democracia, daissar los ciutadans ignorar la lenga nacionala, incapables de contrarotlar lo poder, aquò's traïr la patria... Per un pòble liure, la lenga cal que siá una e la mesma per totes. [...] Quantas despensas avèm pas ja fachas pel traduire de las leis de las primièras doas amassadas nacionalas als divèrses parlars de França! Coma s'aviam nosautres de manténer aqueles jargons salvatges e mai aquelas lengassas grossièras que pòdon pas servir pus que los fanatics e los contrarevolucionaris!

La fin de las províncias occitanas tradicionalas[modificar | modificar la font]

Aquela politica ultrarepublicana se vei particularament ben dins la manièra que las termièras interioras de França tornèron èsser dessenhadas en crear 83 departaments. La lei passada lo 22 de decembre 1789 prenguèt efièch l'annada seguenta, lo 4 març 1790.

Al sègle XX, los departaments los gropèron en regions per que i aguèsse una mena de ligam entre aquestes departaments e lo som de l'Estat. Ni per dever remplaçar las províncias vièlhas, las regions n'esposèron pas necessàriament los limits centenaris. Coma o mòstra la carta, èran sèt (puèi onze) enclavas occitanofònas dins la França d'abans 1789, coma los territòris poissants de Lengadòc e de Gasconha, mas foguèron retalhadas en sèt regions sens cap de respècte per las identitats culturalas e geograficas. Aital es que Provença-Aups-Còsta d'Azur nasquèt dels tròces de cinc províncias occitanas e que tres capitalas desapareguèron al profièch de Marselha mentre qu'Auvèrnhe finiguèt que comprenguèt d'entitats a l'encòp occitanas e de lenga d'oïl. Del meteis biais, la vila de Nantas foguèt administrativament sostracha de Bretanha, que n'èra sempre estada una de las doas capitalas tradicionalas amb Rennes; e la ciutat de Tolosa foguèt pas enclausa dins la region de Lengadòc-Rosselhon, encara que foguèsse la capitala istorica de Lengadòc.

Fòrça aquelas regions an de fach de noms compausats, çò qu'es lo rebat de la mescla abusiva de tot un fum d'airals geografics istoricament distints. Es lo cas de quatre entre las sèt regions occitanencas: Lengadòc-Rosselhon, Miègjorn-Pirenèus, Provença-Aups-Còsta d'Azur amb Ròse-Aups. En consequéncia, las singularitats pluricentenàrias dels diferents païses d'Òc foguèron pas presas en compte e mai s'aflaquiguèron jos l'accion deliberada del govèrn novèlament format per fragilizar e devesir los domenis feudals establits fa bèl temps, de tal biais que la França republicana s'apoderèsse de las afinitats tradicionalas, coma Antonin Perbòsc o confessa dins lo prefaci de son Antologia[1]:

Quand la Constituenta creèt los departaments, son intencion èra clarament d'escafar l'anciana destinga geografica amb istorica de las províncias; pr'aquò aquesta tòca foguèt pas atencha tan plan coma d'unes que i a o aguèssen esperat: en general, los departaments nasquèron de la fragmentacion de las províncias, pro rarament de l'agropament de parts que venián de províncias diferentas. S'òm pòt far lo repròchi a aquel devesiment territorial d'èsser tròp arbitrari e tròp geometric, qué dire del caganís, Tarn e Garona, eissit del senatus-consulta del 2 de novembre 1808? Òc-plan, se pòt soscar que lo Centralizador sentèt un contentament intens al mostrar qu'èra capable de far melhor encara que los quites centralizadors de la Constituenta. Amb petaces de Carcin, de Roergue, d'Agenés, de Lomanha, de Gasconha e de Lengadòc, crear una unitat nòva tan pauc espandida e pasmens tan divèrsa de sòl, de lenga, de raça, quina meravilha! E benlèu que lo demiürg audaciós rencurèt pas qu'una causa: d'èsser vengut una mica tròp tard per decopar sul meteis mòde totas las províncias de la França vièlha...

Occitanprovincesvsfrenchregions.JPG Províncias occitanas tradicionalas:

1. Bearn (Pau) — 6800 km² (est.)
2. Guiana & Gasconha (Bordèu) — 69 400 km² (est.)
3. Lemosin (Lemòtges) — 9700 km² (est.)
4. Marcha (Lemosin) (Garait) — 7600 km² (est.)
5. Auvèrnhe (Riam) — 19 300 km² (est.)
6. Lengadòc (Tolosa) — 45 300 km² (est.)
7. Daufinat (Grenòble) — 8500 km² (est.)
8. Comtat de Niça (Niça) — 3600 km² (est.)
9. Provença (Ais de Provença) — 22 700 km² (est.)
10. Comtat Venaicin (Carpentràs) — 3600 km² (est.)
11. Comtat de Fois (Fois) — 3300 km² (est.)
X. Borbonés (absent de la mapa) — aprox. 7500 km² (est.)

Regions de França:
A. Aquitània (Bordèu) — 41 308 km²
B. Lemosin (Lemòtges) — 16 942 km²
C. Auvèrnhe (Clarmont-Ferrand) — 26 013 km²
D. Ròse-Aups (Lion) — 43 698 km²
E. Provença-Aups-Còsta d'Azur (Marselha) — 31 400 km²
F. Lengadòc-Rosselhon (Montpelhièr) — 27 376 km²
G. Miègjorn-Pirenèus (Tolosa) — 45 348 km²

- - -: limit lingüistic occitan / arpitan

  • Tolosa perdèt 76% de son territòri de Lengadòc
  • Bordèu perdèt un pauc mai de mièg son territòri de Gasconha e Guiana
  • Lemòtges ganhèt 43% de zòna administrativa en mai
  • Garait, Pau, Fois, Riam, Ais de Provença, Grenòble, Carpentràs (1791) e Niça (1860) perdèron lor estatut de capitala
  • Clarmont-Ferrand, Montpelhièr e Marselha foguèron fachas capitalas d'Auvèrnhe, de Lengadòc-Rosselhon e de Provença-Aups-Còsta d'Azur, respectivament
  • Lengadòc foguèt devesit en cinc partidas inegalas, que la pus granda d'elas ara forma Lengadòc-Rosselhon amb la província parlacatalana de Rosselhon
  • Marcha, Bearn, lo Comtat de Fois e pus tard lo Comtat Venaicin e lo Comtat de Niça perdèron lor autonomia
  • Provença-Aups-Còsta d'Azur compren Provença e lo Comtat de Niça e tanben briconèls de tres autras províncias
  • Lo nòrd de Lengadòc e del Comtat Venaicin e la partida occidentala de Daufinat venguèron minoritats lingüisticas dins la novèla region de Ròse-Aups
  • Occitània s'espandissiá sus un pauc mai de 200 000 km², dos còps la superficia de la Corèa del Sud e un pauc mai que la de Senegal, mai de vint-e-tres còps la de l'illa de Corsega
  • La grandor de Gasconha e Guiana se podiá comparar amb la de Sierra Leone, d'Irlanda, de Georgia e de Sri Lanka, siá uèch còps mai que la de Corsega
  • La talha de Lengadòc se podiá comparar amb la de Danemarc, d'Estònia e de Botan, siá cinc còps mai que la de Corsega
  • Gasconha e Guiana, Lengadòc, Provença e Auvèrnhe comptavan per 78,4% d'Occitània en tèrmes de superfícia terrèstra, amb Gasconha e Guiana representant mai d'un tèrç del total e Lengadòc gaireben un quart a eles sols

Politicas e eiretatge de Jules Ferry[modificar | modificar la font]

Dins los ans 80, Jules Ferry metèt en plaça una seria de mesuras per afeblir encara las lengas regionalas de França, coma o mòstra lo rapòrt de Bernard Poignant[6] a Lionel Jospin en 1998. Aquestas enclausián lo castig pels regents dels escolans preses a parlar la lenga nòstra a Tolosa o breton en Bretanha. Coma Pêr-Jakez Helias (1914-1995), l'autor del roman de bon vendre Lo Caval d'orguèlh (1975), se'n remembra dins aquesta entrevista[7]:

Ara sabi, ai aprés que i aviá una politica governamentala que sa tòca precisa èra plan de far França una e indivisibla, e per consequent las lengas regionalas lor caliá desaparéisser. Mas d'aquel temps o sabiái pas e bensai que los mèstres de la Tresena Republica o sabián, encara que n'aja questionats qualques unes e que totes ajan dich de non. Lo lor trabalh èra de nos ensenhar lo francés. Es aital qu'a l'escòla volián que parlèssem francés. Cada còp que parlavam breton, fasiam pas nòstra part e meritàvem d'èsser remandats. Aquò rai.

D'autras umiliacions frequentas comprenián lo còp de l'esclòp, que consistissiá en penjar un esclòp al còl dels joves refractaris, çò qu'aquela domaisèla[8] sap per sos grands:

Mos grands tanben parlavan breton, mas pas amb ieu. Quand èran petits, lor tustavan suls dets s'una paraula bretona lor escapava. D'aquel temps, lo francés de la Republica una e indivisibla deviá regnar dins totas las escòlas, e los reguitnaires èran avergonhats amb un esclòp al còl o de genolhons sus una règla, sos una placa que disiá: "Es pas permés d'escupir pel sòl ni de parlar breton"[9]. Alara, i a d'ancians que vòlon pas far passar la lenga als dròlles qu'atrai d'embestiaments.

Aquela practica portava lo nom de "simbòl", oficialament, e de "vaca", demest escolans, amb los delinquents venent "vacards". Tot un fum d'objèctes èran utilizats, pas sonque l'esclòp: fèrres, codolasses, lausas, placas de fust amb un messatge engravat, de pèças de moneda marcadas d'una crotz... Aquí per exemple las recomandacions oficialas del sosprefècte de Finistèrra al còs ensenhaire en 1845: "E rementatz-vos ben, mossens, que sètz pas establits que per tuar la lenga bretona." Lo prefècte dels Basses Pirenèus al País Basc francés escriguèt en 1846: "Nòstras escòlas al País Basc an particularament per tòca de remplaçar lo basc per la lenga francesa..."[2]

Lo recors a la practica de l'esclòp es confirmada pel site dels Autonòms de Solidaritat Laïcs[10]:

L'escòla a agut un ròtle unificator per la practica de la lenga "nòbla" [lo francés] que redusiguèt los parlars regionals e pateses. Se cita l'umiliacion de l'esclòp atribuit a l'escolan a qui escapava un mot en lenga populara.

Quant a las pancartas, òm las retrobèt dins las escòlas poitevines[11]:

Il semblerait que ce fût l'instauration de l'école gratuite et obligatoire par Jules Ferry en 1881 qui ait vraiment concrétisé l'œuvre commencée quatre siècles plus tôt; la méthode de répression et d'humiliation entreprise porta ses fruits avec, par exemple, les fameux écriteaux stipulant dans les écoles: "Il est interdit de cracher par terre et de parler patois".

Le Conselh de Representacion Generala de la Joventut d'Òc (CRGJOC, Conseil de représentation générale de la jeunesse occitane), via le site de Youth of European Nationalities[12], rapporte que:

Notre langue [l'occitan] perdit son nom, devenant une sorte de "patois", d'abord à l'école, puis dans les familles à travers la culpabilisation des femmes dans leur éducation ("Interdit de cracher par terre et de parler patois") sous la IIIe République, Mussolini et Franco.

Le site du Confolentés Occitan (Limousin occitanophone)[13] témoigne des méthodes employées par les autorités françaises tout au long du siècle passé:

Pour aider à effacer les identités régionales traditionnelles, on ne fit pas que décourager l'usage de la langue d'oc: on l'empêcha activement. Les écoliers ont été punis pendant plusieurs générations d'avoir parlé leur langue natale dans l'enceinte scolaire. Le gouvernement français est parvenu à faire croire aux Occitans que leur langue n'est qu'un patois, qu'une forme corrompue de français utilisée exclusivement par les ignares et les rustres. Ce processus d'aliénation porte le nom de Vergonha, ou la honte. Nombre d'occitanophones âgés continuent de considérer leur langue maternelle comme un patois honteux. C'est ainsi qu'on ne l'entend que rarement en public — ou hors du cercle familial et du voisinage immédiat.

À l'école de Camélas en Catalogne Nord, selon une ancienne élève[3]:

Et sauf les enfants de l'instituteur, nous parlions tous catalan entre nous. Nous nous faisions d'ailleurs punir, parce qu'à l'époque il fallait que tout le monde parle français. Soyez propres, parlez français! C'était marqué sur tous les murs de l'école. Et si l'on ne parlait pas français, on nous donnait une espèce de petite plaque en bois qu'il fallait refiler au voisin jusqu'à ce que mort s'en suive, c'est-à-dire que le dernier, le soir, avait vingt lignes à copier. On parlait français dans la cour, on parlait français peut-être dix mètres sur le chemin, tant qu'on pensait que l'instituteur pouvait nous entendre, et puis on se remettait à notre langue maternelle qui était le catalan.
À ce moment-là, on méprisait un peu celui qui parlait catalan. Ç'a été ma génération où on a ressenti que de parler catalan, c'était un peu une tare, qu'on était moins que les autres, qu'on risquait de ne pas pouvoir monter dans l'échelle sociale comme les autres, que ça créait des difficultés.

Comme ces exemples le montrent, les propres termes de l'Abbé Grégoire furent conservés pour désigner les langues de France: si la langue de Bretagne s'appelait bien breton, le mot "patois", lui, englobait toutes les langues romanes, entre autres l'occitan et l'arpitan. Dans son Rapport, le corse et l'alsacien étaient traités avec mépris de formes très-dégénéré[e]s d'italien et d'allemand, respectivement. En conséquence, certains appellent encore leur langue "patois", encouragés par le fait qu'on ne leur a jamais appris à l'écrire et qu'on les a convaincus que seul le français s'écrit.

Mièg-sègle XX fins a l'ora d'ara[modificar | modificar la font]

Comme Jaume Corbera Pou[4][14] le déclare:

Lorsqu'au mileu du XIXe siècle, l'école primaire est rendue obligatoire à travers l'État, on indique aussi clairement que seul le français y sera enseigné, et les maîtres d'école puniront sévèrement tout élève parlant patois. Le but du système éducatif français ne sera donc pas de donner sa dignité à l'humanité naturel des enfants en développant leur culture et en leur apprenant à écrire leur langue, mais plutôt de les humilier et de les rabaisser moralement pour le simple fait d'être le produit de traditions et de la nature. L'auto-proclamé pays des Droits de l'Homme va donc ignorer l'un des droits les plus fondamentaux de l'Homme, celui d'être lui-même et de parler l'idiome de sa nation. Et c'est avec cette attitude que cette "Grande France", qui aime à se surnommer la championne de la liberté, passera le XXe siècle, indifférente aux timides mouvements protestataires des diverses communautés linguistiques qu'elle a soumises et au prestige littéraire dont elles peuvent être accompagnées.
[...]
La France, qui sous Franco était considérée ici [en Catalogne] comme le havre de paix de la liberté, a le misérable honneur d'être l'État d'Europe — et probablement du monde — qui a le mieux réussi dans sa quête diabolique de destruction de son propre patrimoine ethnique et linguistique et de surcroît, de destruction du tissu familial et humain: de nombreux parents et enfants, ou bien des grands-parents et leurs petits-enfants, ont des langues différentes, et ces derniers ont honte des premiers parce qu'ils parlent un méprisable patois, et aucun élément de la culture des aïeux n'a été transmis à la jeune génération, comme s'ils étaient nés sur une autre planète. Voici l'État français qui vient d'entrer dans le XXIe siècle, un pays où les monuments de pierre et les parcs naturels sont préservés et respectés, mais où des siècles de création populaire exprimée en diverses langues sont en voie d'extinction. La "gloire" et la "grandeur" bâties sur un génocide. Pas de liberté, pas d'égalité, pas de fraternité: juste une extermination culturelle, telle est la véritable devise de la République française.

Problèmas constitucionals[modificar | modificar la font]

En 1992, après que certains se furent interrogés sur la ségrégation anticonstitutionnelle des langues minoritaires en France, l'Article II de la Constitution française de 1958 fut amendé de manière à ce que la langue de la République [fût] le français. Ceci fut réalisé à peine quelques mois avant que le Conseil de l'Europe ne mît en place la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires[15], que Jacques Chirac ignora[16] malgré le plaidoyer de Lionel Jospin devant le Conseil constitutionnel en vue d'inclure toutes les langues vernaculaires parlées sur le sol français. Cependant encore, les langues non françaises de France se virent refuser toute reconnaissance et furent jugées trop dangereuses pour l'unité du pays, et les Occitans, les Basques, les Corses, les Catalans, les Bretons, les Alsaciens etc n'ont à ce jour toujours aucun droit d'exister en tant que tels sur leur propre terre.

Sur le site de l'Union pour un mouvement populaire[17], Nicolas Sarkozy, parisien de naissance et de père hongrois, nie toute discrimination et va jusqu'à annoncer lors d'un discours pré-électoral à Besançon le 13 mars 2007 que:

Si je suis élu, je ne serai pas favorable à la Charte européenne des langues régionales. Je ne veux pas que demain un juge européen ayant une expérience historique du problème des minorités différente de la nôtre, décide qu’une langue régionale doit être considérée comme langue de la République au même titre que le Français.
Car au-delà de la lettre des textes il y a la dynamique des interprétations et des jurisprudences qui peut aller très loin. J’ai la conviction qu’en France, terre de liberté, aucune minorité n’est opprimée et qu’il n’est donc pas nécessaire de donner à des juges européens le droit de se prononcer sur un sujet qui est consubstantiel à notre identité nationale et n’a absolument rien à voir avec la construction de l’Europe.

Sa rivale socialiste Ségolène Royal, au contraire, se déclare prête à appliquer la Charte dans un discours[18] prononcé en mars 2007 en Iparralde au nom de la variété culturelle en France:

Les identités régionales constituent une formidable valeur d'avenir et je crois que c'est en faisant le lien entre ces valeurs fondamentales qui font l'identité de toujours entre la France et la nation française dans sa diversité, dans son authenticité, dans ses traditions authentiques [...] que l'Etat fonctionne bien.

L'eiretatge occitan[modificar | modificar la font]

L'écrivain Ives Roqueta écrit sur la honte d'être occitan en France dans ces lignes[19] sur le site d'Aprene:

Le rouge tourbillonne dans mon esprit, je suis rouge de honte, rouge est ma rebellion. Je suis rouge, le vin renversé sur moi, sur les chemins des Corbières. Le rouge confine mon esprit, je suis rouge de honte: je parle occitan. Je suis rouge, rouge du sang de mon visage. Debout! Où est le sang de nos pères?

Toutefois, la langue occitance demeure vivace, bien que la ségrégation constitutionnelle ait eu des effets dévastateurs sur le nombre d'occitanophones en Occitanie. Le chanteur Patric fait allusion à toute cette situation dans une chanson intitulée Soi un marrit dròlle ("Je suis un mauvais garçon")[20]:

Je suis un mauvais garçon de voler ton cœur
Mais je t'en donnerai un autre pour vivre plus fort
Et quand nous partirons le visage blanc
L'adieu, nous le ferons en chantant
Adieu honte, il y avait un voyou
Il y avait une fille et tout est fini
Mais nous avons fait des hommes de ce pays
Adieu honte, je ne suis pas un voyou
Adieu ma terre, bonjour mon pays

Claudi Martí remet en question l'obscurantisme du système éducatif français dans Perqué m'an pas dit? ("Pourquoi ne m'a-t-on pas dit?")[21]:

Comme tous les enfants, je suis allé à l'école;
Comme tous les enfants, on m'a appris à lire,
On m'a chanté tant de chansons, conté tant d'histoires: Lutèce... Paris... Paris...
Mais pourquoi, ô pourquoi ne m'a-t-on dit le nom de ma langue à l'école?

Le maître nous parlait de ce grand roi de France
Qui s'agenouillait devant les pauvres: un vrai saint, ce saint Louis!
Il aimait tout un chacun et combattait la misère: un vrai saint, ce saint louis!
Mais pourquoi, ô pourquoi ne m'a-t-on dit qu'il a tué mon pays?[5]

Et en grandissant, nous dûmes apprendre trois langues;
Pour faire un bon technicien, il fallait parler trois langues,
Et l'anglais et l'allemand et ce qui s'écrit à Rome pour faire un bon technicien.
Mais pourquoi, ô pourquoi ne m'a-t-on dit le nom de ma langue à l'école?

Peut-être que trop de savoir cache la vérité à nos yeux;
Nous apprendrons par nous-mêmes que la liberté ne règne pas sur terre;
Nous apprendrons la famine en Inde et le deuil des Africains et la mort de Che Guevara,
Et pourquoi, oui pourquoi, on n'a pas dit le nom de notre pays à l'école...

Joan Pau Verdier dédie sa chanson Veiquí l'occitan ("Voici l'Occitan") au combat contre la vergonha et à la fierté d'être occitans[22]:

Il y avait la honte au creux du pays
Nous avions perdu la terre, les arbres étaient morts
Esclaves chez nous, à vivre courbés
Sans yeux et sans mémoire, un peuple de gueux.

Vous me disiez: tout est fini,
Toi, mon père et vous, mes amis
Nous ne pouvons plus revenir en arrière
Vous me disiez: il ne faut plus rêver.

Voici l'espérance au bout du chemin
L'homme nouveau se lève, voici l'Occitan
La rumeur s'étend dans les villages
Nous garderons notre terre, nous ne voulons pas crever.

Nous sommes nés par un soir de vent
Lorsque le Mal soufflait fort
On en a marre d'être des chiens
Tu vois, mon père, nous ne sommes pas morts.

Je te salue, mon frère; bonjour, paysan!
Un ouvrier t'appelle, un autre Occitan!
Plus rien d'impossible, nous croyons à l'amour
Puisque notre histoire est faite d’avenir.
Et, ma mère, je te vois aujourd'hui
Le printemps fleurit dans tes cheveux
Tu as compris notre soleil
Tu sais bien que nous ne sommes pas fous.

Voici l'espérance que chante l'enfant!
Nous aurons le droit de vivre, d'être occitans
Je te salue, mon frère; bonjour paysan!
L'homme nouveau t'appelle, un Basque, un Breton!
La rumeur se propage dans les villages
Nous garderons la terre: voici l'Occitan!

Jan dau Melhau, du Limousin, dans Lo Diable es jos la pòrta (Le Diable est sous la porte), raconte comment les Occitans ont appris à avoir honte de leur occitanité dans une société qui leur refuse toute légitimité[23]:

Vint le temps que l'on eut honte:
On eut honte de ce qu'on parlait;
De sa langue cousue du fil d'une si longue histoire, on eut honte.

Vint le temps que l'on eut honte:
On eut honte de sa façon de parler;
D'en dire tant en si peu de mots et de sourire de l'âme, on eut honte.
[...]
Vint le temps que l'on eut honte:
On eut honte de ce qu'on était;
De ce qui faisait ce que l'on était, on eut honte.

Maudit soit ce temps qu'on eut honte
Et maudit soit celui qui a eu honte!

Hartèra, un mouvement de jeunesse pour la promotionde l'occitan, milite contre l'humiliation et la honte, comme on peut le voir sur cette affiche[24]. On y lit à la fois en gascon occitan et en français, avec une touche d'ironie et une confiance renouvelée dans l'avenir de l'Occitanie:

Ras le bol de la honte...
Notre patois est une langue: l'occitan;
Notre Sud est un pays: l'Occitanie;
Notre folklore est une culture.
Nous voulons le respect pour notre différence.
Partager, mélanger, marcher!!

Le catalan Joan Pau Giné, de Catalogne du Nord, dans Els mestres educats, dénonce les "hussards noirs de la République", c'est à dire les enseignants qui oeuvrèrent contre le catalan]:

Els mestres educats són aquellos que riuen
Quan tot parlant t´escapa un mot de català
Els mestres educats són aquellos que diuen
Que cal parlar francès i sobretot callar
Els mestres educats són aquellos que creuen
Que ja ho saben tot, fan com el capellà
Els mestres educats són aquellos que treuen
Gats vius de gates mortes* i parlen per parlar

Els mestres educats són aquellos que arriben
Cada matí a l´hora i se cal assentar
Els mestres educats són aquellos que tiben
El gesto natural tan com se pot tibar
Els mestres educats són aquellos que ensenyen
Que aqueix món és bonic, que ho cal tot conservar
Els mestres educats són aquellos que crényen
Que n´hi hagi pas cap que els vulgui escoltar


Els mestres educats són aquellos que miren
Com el dia d´ahir el dia de demà
Els mestres educats són aquellos que rumien
Amb un llibre enfonsat dins la mà
Els mestres educats són aquellos que saben
Lo que s´ha de saber per se poguer mudar
Els mestres educats són aquellos que somiaven
Quan eren petitets de ser capità

Els mestres educats són aquellos que creuen
Que la història que conten és lo que se va passar
Els mestres educats són aquellos que dubten
Fora* quan l´inspector els diu de dubtar
Els mestres educats són aquellos que canten
Cançons com els soldats, cançons que fan plorar
Els mestres educats són aquellos que xapen
Tota la poesia que se pugui trobar

Els mestres educats són aquellos que salten
D´un rei a l´altre rei com per vos (nos) enaiguar
Els mestres educats són aquellos que exalten
Tots aquellos herois que la sang van vessar
Els mestres educats són aquellos que mantenen
Dins la rivalitat l´esperit de desnunçar
Els mestres educats són aquellos que tenen
Una classe al davant sempre a punt de llepar

Els mestres educats són aquellos que esperen
Que facis una falta per poguer rembolar
Els mestres educats són aquellos que quan eren
Petits i eixerits se van esgarriar
Els mestres educats són aquellos que festejen
Una classe burgesa que els vol integrar
Els mestres educats són perroquets dins de gàbies
Que tiren el rideu sus del sol català

Referéncias[modificar | modificar la font]

  1. Citat en Georges Labouysse: Histoire de France: L'Imposture. Mensonges et manipulations de l'Histoire officielle p. 234. IEO Edicions
  2. Georges Labouysse: Histoire de France: L'Imposture. Mensonges et manipulations de l'Histoire officielle pp. 90-92. IEO Edicions
  3. Quatre femmes en Roussillon, émission télévisée du 1er avril 1973
  4. Llengua Nacional, revue linguistique catalane, printemps 2002
  5. Louis IX de France joua un rôle majeur dans la Croisade des Albigeois contre les cathares d'Occitanie et l'Inquisition qui s'ensuivit

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]