Vivières

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Vivières
Vivières

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Defautoc.png|center|280px|link=|border]]
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2016.svg
geolocalizacion
Coordenadas 49° 18′ 04″ N, 3° 06′ 16″ E
Superfícia 13,96 km²
Altituds
 · Maximala
 · Mejana
 · Minimala
 
226 m
70 m m
68 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
32
Nauts de França
Departament
2
Aisne Armas deu Departament d'Aisne
Arrondiment Soissons
Canton Villers-Cotterêts
Intercom
240200691
Villers-Cotterêts - Forêt de Retz
Cònsol André Pommier (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici (en francés)
Còde postal 02600
Còde INSEE 02822

Vivières es una comuna francesa del departament d'Aisne e de la region de Picardia.


Geografia[modificar | modificar la font]

Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgVivières
Comuna amb 75 abitants (2000)Soucy (2,2km)
Comuna amb 190 abitants (2000)Montgobert (3,2km)
Comuna amb 602 abitants (2000)Haramont (3,8km)
Comuna amb 277 abitants (2000)Éméville (5,7km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Dels registres faches, i a qualques ans, per tirar las pèiras necessàrias a la mantenença de las rotas, an meses per edart a jorn a la reünion de la rota del Faîte e suls dos vessants, dels tuiles a rebord e dels tuiles creuses (imbrices e tegula), de las monedas romaines en bronzeja en granda quantitat (28 kg) dels emperaires Maximus, Tétricus, Posthumus e d'autras ; qualques utises, dels vasos, de las rèstas de poteries de totas sòrtas e las fondacions d'un cèrt nombre d'abitacions. Dos meules de molins a braces, esmòla manuaria o trusatilis, an #èsser de recuelhudas dempuèi. […]
Aquel son ailà de testimònis irrécusables en provant lo sojorn de las Romains. Aquelas fondacions s'estendon sus una longitud de 500 mètres. Se vei tuiles près de la butte telefonada Vira Réaumont e tota la longitud de la rota del Faîte fins a près de la Crotz-Morel. Aquela aglomeracion d'abitantas a conservat lo nom de Houssoye e es sens dobte aquel nom #que se lududes a donat a l'origina. […] Divèrses abitants del Houssoye en avent trobat, en lo veïnat, un étang que # abondait lo peis (aquel #que se truca communément un vivier), #bastir près los sieus ostals. Aquel #èsser en principi qualques chaumières éparses #que se #designar jol nom de Vivarium, lo Vivier. Lo Vivier èra una dependéncia de la colònia del Houssoye. Mai tard, en lo moment de l'invasion franque, los abitants de la colònia en se trobant pas mai en seguretat sus la nautor e en tement los enfocaments dels vencedors – o benlèu refusats per eles – #anar grossir lo caseriu del Vivier.

Lo senhor del luòc, satisfach d'aquel surcroît de populacion e en volent n'aumentar encara lo nombre, #far bastir un castèl-fòrt per protegir los sieus serfs e los sieus vassaux. Se sap pas pas en quin endroit s'elevava aquel castèl, ni quina n'èra l'importància. Se sap solament #qu'existissiá plan abans lo IXe sègle. A aquela epòca, se parlava pas mai que Normands ; començavan las siás incursiós dévastatrices e los sieus noms sonque terrifiaient los paysans. La tèrra del Vivier dépendait del domeni de la Ferté-sus-Ourcq (La Ferté-Milon). En 845, Hémogalde, senhor d'aquel país, en #far reparar e aumentar las fortificacions per se metre a l'abric dels barbars. […] Pendent longtemps, los governadors de la Ferté #èsser tanben de senhors châtelains (Dominus) de Vivières. Sonque los noms de dos d'aqueles senhors son arribats fins a nosautres. Lo un se nomenava Hugues lo Blanc ; preniá lo títol de châtelain de la Ferté-Milon e Vivières e #morir après 1121. L'autre èra Hugues Soibers de Laon, #que viviá en 1250. Avián cargat de la defensa del fòrt, i residissián e n'avián lo commandement.

Vivières #Venir una bourgade importanta, tant a causa del fòrt e dels establiments religioses #que s'i #fondar en lo continuament, #que de las reliques de Santa Clotilde #qu'atrasián totjorn un grand nombre de pelegrins. Un prévôt particular i residissiá e #estendre la siá juridiction sus las pichonas localités de alentour : Villers-Sant-Georges (Villers-Cotterêts), Pisseleux, lo fief de Noue, Dampleux, èca. […] l'an 1126, Hugues lo Blanc establís los religioses prémontrés a Vivières.

(Extraches de l'Istòria de Villers-Cotterêts. La vila, lo castèl, lo bòsc e los environs, d'Alexandre Michaux, 1867)

Tèxte originau de l'article francés

Des fouilles faites, il y a quelques années, pour tirer les pierres nécessaires à l’entretien des routes, ont mis par hasard à jour au sommet de la route du Faîte et sur les deux versants, des tuiles à rebord et des tuiles creuses (imbrices et tegula), des monnaies romaines en bronze en grande quantité (28 kg) des empereurs Maximus, Tétricus, Posthumus et autres ; des ustensiles, des vases, des débris de poteries de toutes sortes et les fondations d’un certain nombre d’habitations. Deux meules de moulins à bras, mola manuaria ou trusatilis, ont été recueillies depuis. […]
Ce sont là des témoins irrécusables prouvant le séjour des Romains. Ces fondations s’étendent sur une longueur de 500 mètres. On voit des tuiles près de la butte appelée Tour Réaumont et tout le long de la route du Faîte jusqu’auprès de la Croix-Morel. Cette agglomération d’habitants a conservé le nom de Houssoye et c’est sans doute ce nom qu’on lui a donné à l’origine. […] Plusieurs habitants du Houssoye ayant trouvé, dans le voisinage, un étang dans lequel abondait le poisson (ce qu’on appelle communément un vivier), ils construisirent auprès leurs maisons. Ce furent d’abord quelques chaumières éparses que l’on désigna sous le nom de Vivarium, le Vivier. Le Vivier était une dépendance de la colonie du Houssoye. Plus tard, lors de l’invasion franque, les habitants de la colonie ne se trouvant plus en sûreté sur la hauteur et redoutant les approches des vainqueurs – ou peut-être repoussés par eux – allèrent grossir le hameau du Vivier.

Le seigneur du lieu, satisfait de ce surcroît de population et voulant en augmenter encore le nombre, fit construire un château-fort pour protéger ses serfs et ses vassaux. On ne sait pas en quel endroit s’élevait ce château, ni quelle en était l’importance. On sait seulement qu’il existait bien avant le IXe siècle. À cette époque, on ne parlait que des Normands ; ils commençaient leurs incursions dévastatrices et leurs noms seuls terrifiaient les paysans. La terre du Vivier dépendait du domaine de La Ferté-sur-Ourcq (La Ferté-Milon). En 845, Hémogalde, seigneur de ce pays, en fit réparer et augmenter les fortifications pour se mettre à l’abri des barbares. […] Pendant longtemps, les gouverneurs de la Ferté furent aussi seigneurs châtelains (Dominus) de Vivières. Seuls les noms de deux de ces seigneurs sont parvenus jusqu’à nous. L’un se nommait Hugues le Blanc ; il prenait le titre de châtelain de La Ferté-Milon et Vivières et mourut après 1121. L’autre était Hugues Soibers de Laon, qui vivait en 1250. Ils étaient chargés de la défense du fort, y résidaient et en avaient le commandement.

Vivières devint une bourgade importante, tant à cause du fort et des établissements religieux qui s’y fondèrent dans la suite, que des reliques de Sainte Clotilde qui attiraient toujours un grand nombre de pèlerins. Un prévôt particulier y résidait et il étendit sa juridiction sur les petites localités d’alentour : Villers-Saint-Georges (Villers-Cotterêts), Pisseleux, le fief de Noue, Dampleux, etc. […] En 1126, Hugues le Blanc établit les religieux prémontrés à Vivières.

(Extraits de l’Histoire de Villers-Cotterêts. La ville, le château, la forêt et les environs, d’Alexandre Michaux, 1867)

Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 André Pommier    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
614 548 536 610 636 642 620 607 586
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
587 580 547 546 512 503 466 510 527
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
512 452 476 430 461 441 495 487 414
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
356
372
360
313
337
385
394
393
386
2009 2010
393
402
400
409
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]