Vermand

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Vermand
Vermand

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Vermand hôtel-de-ville 1.jpg|center|280px|link=|border]]
[[Fichièr:Blason Vermand.svg|75px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2016.svg
geolocalizacion
Coordenadas 49° 52′ 36″ N, 3° 09′ 02″ E
Superfícia 15,75 km²
Altituds
 · Minimala
 
95 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
32
Nauts de França
Departament
2
Aisne Armas deu Departament d'Aisne
Arrondiment Saint-Quentin
Canton Vermand (capluòc)
Intercom
240200493
du Pays du Vermandois
Cònsol Jean-Pierre Boniface (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Vermandois, Vermandoise (en francés)
Còde postal 02490
Còde INSEE 02785

Vermand es una comuna francesa del departament d'Aisne e de la region de Picardia.


Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

thumb|left|La « Départementale 33 » penetra en la municipalitat après aver-i afranquit lo Omignon. La localité a situat a l'Oèst de Sant-Quentin e al nòrd de Attilly.

Lo Vermandois tira lo sieu nom de la siá capitala, Vermand, ont flueix la Omignon.

Tèxte originau de l'article francés

thumb|left|La « Départementale 33 » pénètre dans la commune après avoir franchi l'Omignon. La localité est située à l'Ouest de Saint-Quentin et au nord d'Attilly.

Le Vermandois tire son nom de sa capitale, Vermand, où coule l'Omignon.

Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgVermand
Comuna amb 398 abitants (2000)Attilly (2,6km)
Comuna amb 103 abitants (2000)Pœuilly (3,3km)
Comuna amb 236 abitants (2000)Maissemy (3,3km)
Comuna amb 118 abitants (2000)Caulaincourt (3,6km)
Comuna amb 108 abitants (2000)Vendelles (3,9km)
Comuna amb 82 abitants (2000)Trefcon (4,5km)
Comuna amb 1369 abitants (2000)Holnon (4,9km)
Comuna amb 298 abitants (2000)Bernes (5,3km)
Comuna amb 1120 abitants (2000)Étreillers (5,4km)
Comuna amb 305 abitants (2000)Pontru (5,4km)
Comuna amb 237 abitants (2000)Jeancourt (5,4km)
Comuna amb 231 abitants (2000)Le Verguier (5,6km)
Comuna amb 184 abitants (2000)Tertry (5,9km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

A l'epòca de la conquista romaine, las Gaulois de la region se nomenavan las Viromandui #que lo sens n'es pas pas establit amb certitud : « d'òmes-pichons », pels unes, « òmes-cavals » (centaures), pels autres. Apertenián al grop dels Belgae, los Bèlgas issus d'una onda d'immigracion celte de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle abans la nòstra ère e principalament installats en lo Nòrd de la Gaule. César soslinha la combativité e la bravoure dels Bèlgas. Afronta la coalicion de las Nerviens (Bavay - Enaut), Atrebates e Viromands près del riu Sabis (localizacion conversada), al cors d'una batalha malaisida ont las Romains #acabar per l'emportar.

Vermand Li caliá possedir un nom gaulois #que demòra ignorat. Lo oppidum #que s'i tròba es lo sol #que i aja conegut pels Viromanduens. Sembla probable #que constituissiá lo sieu luòc fòrt principal. En tot cas, aiçò èra de manièra versemblant la capitala d'aquel vilatge en los ans #que #seguir la conquista, fins a la fondacion d'un nòu cap de-luòc a Sant-Quentin : Augusta Viromanduorum.

Aquela "déchéance" politica pas #empedir pas lo desvolopament d'una vila gallo-romaine prospère, centre d'una importanta produccion de poterie (fotografia aeriana del quartièr ancian del Calvaire aicí: [1]). Un grand amassa religiós en comprenent de divèrses temples a #èsser revelat pels prospections aerianas a Marteville.

thumb|left|Aficha informatiu en presentant lo oppidum. Sus aquela vista, las qualques unas camines visiblas en posteriora-plànol e lo pignon de l'ostal darrièr del talus permeton una estimacion de la siá nautor. Al Bas-Empèri, a la fin de la Modèl:S mini- o al començament de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, sembla que Vermand siá redevenue la capitala de las Viromandui, en rason de la ruïna de Augusta. Es #çò qu'explica lo sieu nom #que ven de Viromandis, #çò que significa "en los Viromandui" (format sul nom del pòble, al ablatif plural, a sens locatif, cas de la lenga indo-europèa #que survivait encara en lo latin). A aquela epòca, fòrça caps-luòcs #cambiar de nom : #prene aquel del vilatge #que n'èran la vila principala. Es doncas probable que los primièrs avesques del Vermandois residissián dins aquela vila abans lo traslat del banc episcopal a Noyon a Modèl:La s-.

Pendent l'epòca mérovingienne, l'astre de Vermand es pas pas establit amb certitud: demorava la capitala del Vermandois, o Sant-Quentin, #que beneficiava del pelegrinatge sul cavòt de lo sieu celèbre martir, la li aviá ja supplantée ? A Modèl:La s-, la situacion s'illumina : los comtes de Vermandois residisson a Sant-Quentin e Vermand a perdut tota importància.

A la Mièja Edat, aquel es pas mai #qu'un pòble. Al Sègle IX una comunitat religiosa a installat per l'avesque de Noyon, #que ven al Sègle XII una abbaye de Prémontrés, suprimida a la Revolucion.

La distincion i aviá partejat principalament entre los comtes de Vermandois, de contunh lo rei de França, #que la #cedir en 1291 al capítol de Sant-Quentin e los avesques de Noyon.

Antany, Pelegrinatge a sant Blaise pels mals de gargamèla.

La municipalitat a #èsser totalament destruida pendent la Primièra Guèrra mondiala

Tèxte originau de l'article francés

À l'époque de la conquête romaine, les Gaulois de la région se nommaient les Viromandui dont le sens n'est pas établi avec certitude : « hommes-petits », pour les uns, « hommes-chevaux » (centaures), pour les autres. Ils appartenaient au groupe des Belgae, les Belges issus d'une vague d'immigration celte du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle avant notre ère et principalement installés dans le Nòrd de la Gaule. César signale la combativité et la bravoure des Belges. Il affronte la coalition des Nerviens (Bavay - Hainaut), Atrebates et Viromands près de la rivière Sabis (localisation discutée), au cours d'une bataille difficile où les Romains finirent par l'emporter.

Vermand devait posséder un nom gaulois qui reste ignoré. L'oppidum qui s'y trouve est le seul qui soit connu pour les Viromanduens. Il semble probable qu'il constituait leur place forte principale. En tout cas, c'était vraisemblablement la capitale de ce peuple dans les années qui suivirent la conquête, jusqu'à la fondation d'un nouveau chef-lieu à Saint-Quentin : Augusta Viromanduorum.

Cette "déchéance" politique n'empêcha pas le développement d'une ville gallo-romaine prospère, centre d'une importante production de poterie (photographie aérienne du quartier antique du Calvaire ici: [2]). Un grand ensemble religieux comprenant plusieurs temples a été révélé par les prospections aériennes à Marteville.

thumb|left|Panneau informatif présentant l'oppidum. Sur cette vue, les quelques marches visibles en arrière-plan et le pignon de la maison derrière le talus permettent une estimation de sa hauteur. Au Bas-Empire, à la fin du Modèl:S mini- ou au début du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, il semble que Vermand soit redevenue la capitale des Viromandui, en raison de la ruine d'Augusta. C'est ce qui explique son nom qui vient de Viromandis, ce qui signifie "chez les Viromandui" (formé sur le nom du peuple, à l'ablatif pluriel, à sens locatif, cas de la langue indo-européenne qui survivait encore dans le latin). À cette époque, beaucoup de chefs-lieux changèrent de nom : ils prirent celui du peuple dont ils étaient la ville principale. Il est donc probable que les premiers évêques du Vermandois résidaient dans cette ville avant le transfert du siège épiscopal à Noyon au Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle.

Durant l'époque mérovingienne, le sort de Vermand n'est pas établi avec certitude: restait-elle la capitale du Vermandois, ou Saint-Quentin, qui bénéficiait du pèlerinage sur le tombeau de son célèbre martyr, l'avait-elle déjà supplantée ? Au Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, la situation s’éclaire : les comtes de Vermandois résident à Saint-Quentin et Vermand a perdu toute importance.

Au Moyen Âge, ce n'est plus qu'un village. Au Modèl:IXe siècle une communauté religieuse est installée par l'évêque de Noyon, qui devient au Sègle XII une abbaye de Prémontrés, supprimée à la Révolution.

La seigneurie était partagée principalement entre les comtes de Vermandois, puis le roi de France, qui la céda en 1291 au chapitre de Saint-Quentin et les évêques de Noyon.

Autrefois, pèlerinage à saint Blaise pour les maux de gorge.

La commune a été entièrement détruite pendant la Première Guerre mondiale

==Administracion==

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Jean-Pierre Boniface    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 000 969 1 125 1 112 1 200 1 277 1 255 1 278 1 286
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 312 1 346 1 302 1 238 1 247 1 250 1 264 1 269 1 265
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 235 1 270 1 224 988 1 195 1 064 1 082 952 1 029
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
998
1 135
1 165
1 163
1 118
1 069
1 044
1 040
1 036
2009 2010
1 035
1 055
1 032
1 053
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]