Autremencourt

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Autremencourt
Autremencourt

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Defautoc.png|center|280px|link=|border]]
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2016.svg
geolocalizacion
Coordenadas 49° 42′ 18″ N, 3° 47′ 14″ E
Superfícia 9,15 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
140 m
73 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
32
Nauts de França
Departament
2
Aisne Armas deu Departament d'Aisne
Arrondiment Laon
Canton Marle
Intercom
240200469
du Pays de la Serre
Cònsol Dominique Potart (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Còde postal 02250
Còde INSEE 02039

Autremencourt es una comuna francesa del departament d'Aisne e de la region de Picardia.


Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

En lo tèxt #que redigís en 1883 sus la municipalitat de Autremencourt, jos-titrée Responsa al qüestionari géographique, lo instituteur de l'epòca, lo Sr. Dewatine, Fisèl en #encobrir a las consignas ministerialas, dona d'informacions preciosas sus la situacion del villatge : astronòmic, géographique e territorial.
Aprenèm n'efièch que « lo territòri de la municipalitat se tròba compreses entre 49° 41' 10" e 49° 43' 30" de latitud nòrd e entre 1° 26' 10" e 1° 29' 30" de longitude es. Lo villatge en lududes-ocupa quitament la part centrala del territòri global e los desparièrs ponches culminantes, #que vàrian entre 78 m e 140 m d'altitud, son los seguents : lo endroit çò de mès d'anautit correspond a las planas del Bòsc magolat e als Jardins de Certeau, compreses entre la rota n° 9 e lo camin rural dicha de Certeau ; de contunh, se se tròba a 130 m, quand s'arriba al luòc-dich Molin dels Halots, en direccion del terroir de Cuirieux ; s'es a 115 m, quand se seguís la linha d'interès comun, la via ferrée de l'epòca, entre Autremencourt e la granja de Éraulcourt ; e en manlevant lo camin #que va de Autremencourt a Toulis, abans de davalar la còsta, se grimpe fins a 106 m ; fin finala, « al mièg de la punta del terroir de Autremencourt situada entre las granjas de Attencourt e de Caumont », s'es a 78 m de nautor.
La superficie del territòri de la municipalitat es de 897,27 ectaras, #que se dividisson alavetz de la manièra seguenta : 857,50 ectaras de tèrras labourables, 98,49 ectaras de jardins e d'òrtas, 93,50 ectaras de bòsques, 5,22 de terrens bastits, de rotas e de camins e 2,56 de savarts, de carrièras e abreuvoirs. Per çò qu'es dels terroirs #que confinent a aquel de Autremencourt, i a a l'èst Voyenne e Marle, al nòrd-es Montigny-jos-Marle, a l'es La Neuville-Bosmont, al sud-es Cuirieux, al sud Vesles-e-Caumont e fin finala a l'oèst Toulis e Attencourt.
Lo terroir de Autremencourt a en l'amassa l'aspècte d'una plana #que compòrta éminences e de las dénivellations. Las aigas pluvials #que recep seguiscan los ponches de déclivité en la direccion sud-oèst del riu lo Soc, a 3 km de Autremencourt, suls terroirs de Vesles, Brazicourt e Toulis. Ja, a l'epòca, se soslinhava de pluèjas fòrça frequents. La part nòrd-es, la mai anautita, a una pendenta fòrça doç. Las tèrras autremencourtoises son argileuses, « un pauc fredas, vertat es, mas excellentas per la produccion del blat ».

« La porció contiguë al terroir de La Neuville-Bosmont compren egalament de fòrça bonas tèrras, prossegueix lo Sr. Dewatine ; Un pauc mens argileuses que las precedentas, en contenent mai de silice, pauc o calcaire e pròprias a la cultura de totas las céréales. « N'es pas mai de meteis d'aquelas vorejant los terroirs de Cuirieux, Vesles e Attencourt ; son, per màger part, leugièras o calcaires ; es la part la mens rica del terroir. « Cap a l'oèst, confinant al terroir de Toulis, apareisson encara qualques parcelles de qualitat inferiora, mas es l'excepcion. Lo sòl redevient de mai en mai fécond en se sarrant del pòble de Autremencourt. « Al nòrd, vorejant los terroirs de Voyenne e de Marle, lo sòl es se pas mai accidentat, del mens mai mouvementé. Conten de tèrras argileuses e qualques calcaires. Se pòt doncas conclure que lo territòri de la municipalitat de Autremencourt pòt se designar jol nom générique de argilo-calcaire. »

Tèxte originau de l'article francés

Dans le texte qu’il rédige en 1883 sur la commune d’Autremencourt, sous-titrée Réponse au questionnaire géographique, l’instituteur de l’époque, M. Dewatine, fidèle en cela aux consignes ministérielles, donne des informations précieuses sur la situation du village : astronomique, géographique et territoriale.
Nous apprenons en effet que « le territoire de la commune se trouve compris entre 49° 41' 10" et 49° 43' 30" de latitude nord et entre 1° 26' 10" et 1° 29' 30" de longitude est. Le village en lui-même occupe la partie centrale du territoire global et les différents points culminants, qui varient entre 78 m et 140 m d’altitude, sont les suivants : l’endroit le plus haut correspond aux plaines du Bois meurtri et aux Jardins de Certeau, compris entre la route n° 9 et le chemin rural dit de Certeau ; ensuite, on se trouve à 130 m, quand on atteint le lieu-dit Moulin des Halots, en direction du terroir de Cuirieux ; on est à 115 m, quand on suit la ligne d’intérêt commun, la voie ferrée de l’époque, entre Autremencourt et la ferme d’Éraulcourt ; et en empruntant le chemin qui va d’Autremencourt à Toulis, avant de descendre la côte, on grimpe jusqu’à 106 m ; enfin, « au milieu de la pointe du terroir d’Autremencourt située entre les fermes d’Attencourt et de Caumont », on est à 78 m de haut.
La superficie du territoire de la commune est de 897,27 hectares, qui se divisent alors de la manière suivante : 857,50 hectares de terres labourables, 98,49 hectares de jardins et de vergers, 93,50 hectares de bois, 5,22 de terrains bâtis, de routes et de chemins et 2,56 de savarts, carrières et abreuvoirs. Quant aux terroirs qui confinent à celui d’Autremencourt, il y a à l’est Voyenne et Marle, au nord-est Montigny-sous-Marle, à l’est La Neuville-Bosmont, au sud-est Cuirieux, au sud Vesles-et-Caumont et enfin à l’ouest Toulis et Attencourt.
Le terroir d’Autremencourt a dans l’ensemble l’aspect d’une plaine qui comporte des éminences et des dénivellations. Les eaux pluviales qu’il reçoit suivent les points de déclivité dans la direction sud-ouest de la rivière la Souche, à 3 km d’Autremencourt, sur les terroirs de Vesles, Brazicourt et Toulis. Déjà, à l’époque, on signalait des pluies très fréquentes. La partie nord-est, la plus élevée, a une pente très douce. Les terres autremencourtoises sont argileuses, « un peu froides, il est vrai, mais excellentes pour la production du froment ».

« La portion contiguë au terroir de La Neuville-Bosmont comprend également de très bonnes terres, poursuit M. Dewatine ; un peu moins argileuses que les précédentes, contenant plus de silice, peu ou pas de calcaire et propres à la culture de toutes les céréales. « Il n’en est plus de même de celles bordant les terroirs de Cuirieux, Vesles et Attencourt ; elles sont, pour majeure partie, légères ou calcaires ; c’est la partie la moins riche du terroir. « Vers l’ouest, confinant au terroir de Toulis, apparaissent encore quelques parcelles de qualité inférieure, mais c’est l’exception. Le sol redevient de plus en plus fécond en se rapprochant du village d’Autremencourt. « Au nord, bordant les terroirs de Voyenne et de Marle, le sol est sinon plus accidenté, du moins plus mouvementé. Il contient des terres argileuses et quelques calcaires. On peut donc conclure que le territoire de la commune d’Autremencourt peut se désigner sous le nom générique de argilo-calcaire. »

Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgAutremencourt
Comuna amb 162 abitants (2000)Cuirieux (3,4km)
Comuna amb 2405 abitants (2000)Marle (4,0km)
Comuna amb 281 abitants (2000)Voyenne (4,6km)
Comuna amb 224 abitants (2000)Cilly (5,0km)
Comuna amb 165 abitants (2000)Marcy (5,0km)
Comuna amb 289 abitants (2000)Erlon (5,7km)
Comuna amb 394 abitants (2000)Pierrepont (5,7km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Capital de la monographie istorica, lo pòble de Autremencourt es plan conegut coriós d'istòria locala de lo nòstre país. A travèrs de las labors publicadas en la colleccion Monographies de las vilas e pòbles de França, lo sieu nom sona elevat e fòrt : reexpedeix a una França prigonda #que conrea las siás tradicions, sens doncas bouder la modernité. E es plan aital coma la localité apareis, en aquel començament de laModèl:3 e millenària, en una cohabitation harmonieuse entre lo present e lo passat. Caliá doncas qu'aquel pòble-creuset de l'istòria locala aguès, lududes tanben, la siá monographie. Es causa facha uèi. En efièch, e l'autor lo reconeis lududes-quitament, l'afar es luènh d'èsser apurat, mas de las originas alunhadas (Austremundi cortis o Ultra montem cortis) a l'an 2002, dels piòques istorics an #èsser meses : del bòsc sens miséricorde, #que recobrava tota la region antany, al Laonnois a prédominance agricòla de la nòstra XXIen sègle, #que de camin recorregut !
Dels tessons de poteries, dels tuiles romaines e dels condecores al effigie dels emperaires an #èsser descobèrts al luòc-dich dels Jardins de Certeau sul territòri de Autremencourt, mas lo nom de la localité (Ostremoncourt) a pas citat, per las primièras fes, #qu'en 1018, en una charte de Adalbéron e es a la XIIen sègle que lo primièr senhor dels luòcs, Renaud de Bidane, apareis.
Lududes succèderont Bernard, de contunh los sieus fils, Raoul, #que dintrarà en conflicte amb los fraires del abbaye de Sant-Martin e Thomas #que viurà una épopée guerrera, fòrça luènh de la Picardie, en la fortalesa grèga de Salona. Es lo pionièr d'un linhatge seigneuriale autremencourtoise #que farà carrièra en lo mestièr de las armas, al servici del rei de França : perque se de còps Yvon de la Bôve (en 1593), compagnon de Balagny de Montluc, e Jehan de Perponcher, #que fortifica lo cementèri (en 1613), son presents sus las siás tèrras, los senhors dels luòcs opèran sovent suls camps de batalha (las Stoppa, per exemple), del temps que Beat de Saxer, lududes, ocupa la siá distincion pendent lo periòde revolucionari.
Quoi #Que ne siá, a las XIVen, XVen, XVIen e XVIIen de sègles (guèrras de #Cent Ans, de religion, de Trenta Ans, de l'Espanha o d'Olanda...), Lo Laonnois es sens cessa a las abans-plaças las mai dévastateurs de l'istòria e Autremencourt patís l'astre comun (ataca en la nuèch del 5 al 6 de junh de 1652).
A partir de la XVIIIen sègle, l'archiu son fòrça mai eloqüents sus la vida jornalièra de las Autremencourtois ; sus las proprietats, los mestièrs, l'abitat, los procèsses e los faches divèrses.

En 1791, la municipalitat de Autremencourt absorbeix la municipalitat vesina de Eraucourt per decrèt del directoire del departament lo Data|21|d'octòbre|1791 {{}}[1].

De meteis a la XIXen e a la XXen sègles, periòdes que # los conflictes de 1870, 1914-1918 e 1939-1945 @frapper a nòu de plen fouet Autremencourt e la siá region ; los documents son pendent el ailà e los òmes testifiquen. De contunh, dempuèi mai d'una mitat-sègle, lo pòble sembla a aquel #que i auriá totjorn agut d'èsser : actiu e tranquil.

Tèxte originau de l'article francés

Capitale de la monographie historique, le village d’Autremencourt est bien connu des curieux d’histoire locale de notre pays. À travers les ouvrages publiés dans la collection Monographies des villes et villages de France, son nom sonne haut et fort : il renvoie à une France profonde qui cultive ses traditions, sans pour autant bouder la modernité. Et c’est bien ainsi que la localité apparaît, en ce début du 3en millénaire, dans une cohabitation harmonieuse entre le présent et le passé. Il fallait donc que ce village-creuset de l’histoire locale eût, lui aussi, sa monographie. C’est chose faite aujourd’hui. Certes, et l’auteur le reconnaît lui-même, le sujet est loin d’être épuisé, mais des origines lointaines (Austremundi cortis ou Ultra montem cortis) à l’année 2002, des jalons historiques ont été posés : de la forêt sans miséricorde, qui recouvrait toute la région jadis, au Laonnois à prédominance agricole de notre XXIen siècle, que de chemin parcouru !
Des tessons de poteries, des tuiles romaines et des médailles à l’effigie des empereurs ont été découverts au lieu-dit des Jardins de Certeau sur le territoire d’Autremencourt, mais le nom de la localité (Ostremoncourt) n’est cité, pour la première fois, qu’en 1018, dans une charte d’Adalbéron et c’est au XIIen siècle que le premier seigneur des lieux, Renaud de Bidane, apparaît.
Lui succèderont Bernard, puis ses fils, Raoul, qui entrera en conflit avec les moines de l’abbaye de Saint-Martin et Thomas qui vivra une épopée guerrière, très loin de la Picardie, dans la forteresse grecque de Salona. C’est le pionnier d’une lignée seigneuriale autremencourtoise qui fera carrière dans le métier des armes, au service du roi de France : car si parfois Yvon de la Bôve (en 1593), compagnon de Balagny de Montluc, et Jehan de Perponcher, qui fortifie le cimetière (en 1613), sont présents sur leurs terres, les seigneurs des lieux opèrent souvent sur les champs de bataille (les Stoppa, par exemple), tandis que Beat de Saxer, lui, occupe sa seigneurie pendant la période révolutionnaire.
Quoi qu’il en soit, aux XIVen, XVen, XVIen et XVIIen siècles (guerres de Cent Ans, de religion, de Trente Ans, de l’Espagne ou de Hollande...), le Laonnois est sans cesse aux avant-postes les plus dévastateurs de l’histoire et Autremencourt subit le sort commun (attaque dans la nuit du 5 au 6 juin 1652).
À partir du XVIIIen siècle, les archives sont beaucoup plus éloquentes sur la vie quotidienne des Autremencourtois ; sur les propriétés, les métiers, l’habitat, les procès et les faits divers.

En 1791, la commune d'Autremencourt absorbe la commune voisine d'Eraucourt par arrêté du directoire du département le [2].

De même au XIXen et au XXen siècles, périodes pendant lesquelles les conflits de 1870, 1914-1918 et 1939-1945 frappent à nouveau de plein fouet Autremencourt et sa région ; les documents sont là et les hommes témoignent. Ensuite, depuis plus d’un demi-siècle, le village ressemble à ce qu’il aurait toujours dû être : actif et tranquille.

Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Dominique Potart    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
309 276 334 306 387 374 374 400 396
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
375 362 380 405 463 428 412 390 425
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
366 369 344 251 294 270 297 256 296
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
191
193
152
149
125
162
166
166
184
2009 2010
189
194
185
188
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. Nòta de Autremencourt sul luòc de l'archiu départementales de l'Aisne
  2. Notice d'Autremencourt sur le site des archives départementales de l'Aisne