Saint-Pierre-Azif

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar
Flag of France.svg Vilatge de França Flag of France.svg

Saint-Pierre-Azif
Saint-Pierre-Azif

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Defautoc.png|center|280px|link=|border]]
[[Fichièr:Defautoc.png|x50px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2015.svg
geolocalizacion
Coordenadas 49° 17′ 45″ N 0° 02′ 35″ E / 49.2958333333, 0.0430555555556 / 49.2958333333; 0.0430555555556
Superfícia 6,17 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
139 m
40 m
Geografia politica
Region istorica Normandia Armas de Normandia
Estat Flag of France.svgFrança
Region
25
Bassa Normandia Blason region fr Normandie.svg
Departament
14
Calvadòs Armas del Departament de Calvadòs
Arrondiment Lisieux
Canton Dozulé
Intercom
241400415
Coeur Côte Fleurie
Cònsol Xavier Duprez (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Còde postal 14950
Còde INSEE 14645

Saint-Pierre-Azif es una comuna normanda, situada dins lo departament de Calvadòs e la region de la Bassa Normandia.

Geografia[modificar | modificar la font]

Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgSaint-Pierre-Azif
Comuna amb 141 abitants (2000)Bourgeauville (2,6km)
Comuna amb 194 abitants (2000)Branville (2,8km)
Comuna amb 235 abitants (2000)Vauville (2,9km)
Comuna amb 177 abitants (2000)Glanville (2,9km)
Comuna amb 95 abitants (2000)Saint-Vaast-en-Auge (3,4km)
Comuna amb 914 abitants (2000)Tourgéville (3,7km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Segon la comunitat de las municipalitats[1], Sant-Pierre-Azif tirariá lo sieu nom d'una familha His, aital designada en lo registre de Philippe-Auguste, a Modèl:La s-. Pierre de His apareis, coma testimòni, en una charte de 1277, per la abbaye de Sant-Wandrille (d'après lo Sr. Lo abbé de la Carrièra). Lo nom "Sant Pierre de His" i auriá #èsser alterat, al cors dels sègles, en Sant-Pierre ès His, als His, Adifs, Asifs.

Autra explicacion mai plausible. N'efièch, lo alliance de Sant-Pierre e dels ifs, dels conifères fòrça frequents en Normandie antany, apareis mai versemblant e, n'indigne, onze pòbles en Calvados se @dénommer Sant-Pierre quicòm (-del Mailloc, -sus Dives, -del Fresne...). N'indigne, de las municipalitats se truquen Sant-Pierre-de detlos-Ifs (la una en Calvados e l'autre en l'Eure), e dos se @dénommer Ifs (Calvados) e Los Ifs (Seine-Maritim). Soslinham tanben Condé-sus-Ifs (Calvados, amb la siá glèisa Santa-Pierre) o Tourville-las-Ifs (Seine-Maritima).
Tant los Cèltas, que los Saxons, que los Vikings danois #qu'an ocupat la region al fil del primièr millenari atribuissián una fòrça sagrada a las ifs. Aqueles conifères d'una durada de vida en podent èsser mai que millenària simbolizavan la immortalité. Se va aital trobar ifs systématiquement en los cementèris d'Escòcia, d'Irlanda, de Angleterre, de Normandie e de Bretanha. Aquel #que se pòt encara uèi verificar freqüentment en Normandie.

En lo moment de la christianisation a la orée del segond millenari, la glèisa catolica va récupérer aquel simbòl en los contrées ont se venerava aquel arbre : « La tradicion crestiana a plantat près d'aqueles ifs, d'unes autres arbres : las croses… La fe crestiana prepausa de greffer sus las ifs una esperança fòla : Jésus, mòrt e ressuscitat[2] ».
D'ont aquela associacion versemblant de Sant-Pierre, primièr avesque de Roma, e dels Ifs, Sant-Pierre « als Ifs » en venent al fil dels tempses « Azif[3] ». Observam particularament aquel if plantat a Modèl:La s- #que se tròba al centre del cloître del abbaye normande de Jumièges. O aqueles dos « ifs-capèlas » (doas oratoires installats en lo sieu tronc) a La Haye-de-Routot (Eure), plantats cap a la Modèl:S-, jos l'Empèri romain, près #que se #bastir a Modèl:La s- la glèisa e lo cementèri. O encara lo if del cementèri de Troncq (Eure), de 500 a 700 ans, ont se #installar una estatua en pèira de la Vèrge a Modèl:La s-.

A Modèl:La s-, un botaniste[4] n'explica e mai se los ifs e los roures dominan la campanha normande[5]. L'associacion entre la glèisa e la if a tanben a la proximitat immediata dels cementèris, fòrça frequent coma Sant-Pierre-Azif : se sobrenomenava d'en un autre luòc aquel conifère « lo if funéraire[6] ». Se tròba sovent ifs près de glèisas normandes, coma per significar que la mòrt a pas pas la darrièra paraula. N'indigne, se pensava que lo if, fòrça tòxic, fasiá aluenhar la ramaderia dels cementèris, tot coma las bèstias sauvatjas susceptiblas de déterrer los cadavres.

Se se se réfère al catalòg establit per Henri Gadeau de Kerville a la fin de la Modèl:S-, 25 de las ifs #qu'a estudiats aurián a l'ora d'ara arribat a o ressortit lo millenari. Çò de mès d'ancian se tròba al Mesnil-Ciboult (Mange), vièlh de 1 500 a 1 600 ans, gaireben contemporanèu d'aqueles de Estry (Calvados), de la Bloutière (Mange), de la Lande-Patry (Adorna), de la Haye-de-Routot (Eure).

Selon la communauté des communes[7], Saint-Pierre-Azif tirerait son nom d'une famille His, ainsi désignée dans le registre de Philippe-Auguste, au Modèl:S-. Pierre de His apparaît, comme témoin, dans une charte de 1277, pour l'abbaye de Saint-Wandrille (d'après M. l'abbé de La Rue). Le nom "Saint Pierre de His" aurait été altéré, au cours des siècles, en Saint-Pierre es His, aux His, Adifs, Asifs.

Autre explication plus plausible. En effet, l’alliance de Saint-Pierre et des ifs, des conifères très fréquents en Normandie autrefois, paraît plus vraisemblable et, en outre, onze villages en Calvados se dénomment Saint-Pierre quelque chose (-du Mailloc, -sur Dives, -du Fresne...). En outre, des communes s'appellent Saint-Pierre-des-Ifs (l’une en Calvados et l’autre dans l’Eure), et deux se dénomment Ifs (Calvados) et Les Ifs (Seine-Maritime). Signalons aussi Condé-sur-Ifs (Calvados, avec son église Saint-Pierre) ou Tourville-les-Ifs (Seine-Maritime).
Tant les Celtes, que les Saxons, que les Vikings danois qui ont envahi la région au fil du premier millénaire attribuaient une force sacrée aux ifs. Ces conifères d’une durée de vie pouvant être plus que millénaire symbolisaient l’immortalité. On va ainsi trouver des ifs systématiquement dans les cimetières d'Écosse, d'Irlande, d'Angleterre, de Normandie et de Bretagne. Ce qu'on peut encore aujourd'hui constater fréquemment en Normandie.

Lors de la christianisation à l’orée du deuxième millénaire, l'église catholique va récupérer ce symbole dans les contrées où on vénérait cet arbre : « La tradition chrétienne a planté près de ces ifs, d'autres arbres : les croix… La foi chrétienne propose de greffer sur les ifs une espérance folle : Jésus, mort et ressuscité[8] ».
D’où cette association vraisemblable de Saint-Pierre, premier évêque de Rome, et des Ifs, Saint-Pierre « aux Ifs » devenant au fil des temps « Azif[9] ». Remarquons particulièrement cet if planté au Modèl:S- qui se trouve au centre du cloître de l’abbaye normande de Jumièges. Ou ces deux « ifs-chapelles » (deux oratoires installés dans leur tronc) à La Haye-de-Routot (Eure), plantés vers le Modèl:S-, sous l’Empire romain, auprès duquel on construisit au Modèl:S- l’église et le cimetière. Ou encore l’if du cimetière de Troncq (Eure), de 500 à 700 ans, où on installa une statue en pierre de la Vierge au Modèl:S-.

Au Modèl:S-, un botaniste[10] explique bien que les ifs et les chênes dominent la campagne normande[11]. L'association entre l’église et l’if tient aussi à la proximité immédiate des cimetières, très fréquente comme à Saint-Pierre-Azif : on surnommait d’ailleurs ce conifère « l’if funéraire[12] ». On trouve souvent des ifs près des églises normandes, comme pour signifier que la mort n’a pas le dernier mot. En outre, on pensait que l’if, très toxique, faisait éloigner le bétail des cimetières, tout comme les bêtes sauvages susceptibles de déterrer les cadavres.

Si l'on se réfère au catalogue établi par Henri Gadeau de Kerville à la fin du Modèl:S-, 25 des ifs qu'il a étudiés auraient actuellement atteint ou dépassé le millénaire. Le plus ancien se trouve au Mesnil-Ciboult (Manche), vieux de 1 500 à 1 600 ans, presque contemporain de ceux d'Estry (Calvados), de la Bloutière (Manche), de la Lande-Patry (Orne), de la Haye-de-Routot (Eure).


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Xavier Duprez    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 Donadas
d · m
 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2012): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
443 364 432 461 424 390 379 365 378
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
354 330 314 334 334 336 332 302 335
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
311 299 336 255 280 289 234 244 243
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
204
176
145
145
158
153
141
152
163
2009 2010
174
177
176
179

Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. http://www.coeurcotefleurie.org/index.php
  2. (http://catholique-coutances.cef.fr)
  3. Una mapa de 1695 consultable a l'archiu départementales indica S.Pierre als Ifs ; una autra datada de 1716 designa, ela, S.Pierre azifs.
  4. Henri Gadeau de Kerville, Los Vièlhs Arbres de la Normandie : estudi botanico-istoric, 2 volums, J.B. Baillière, París, 1890-1932
  5. Henri Gadeau de Kerville, Los vièlhs arbres de la Normandie
  6. (cf. Un Arbre millenari : Lo if : aquel Normand desconegut, per Aline Renault, Bayeux, Heimdal, 1995, [1])
  7. http://www.coeurcotefleurie.org/index.php
  8. (http://catholique-coutances.cef.fr)
  9. Une carte de 1695 consultable aux archives départementales indique S.Pierre aux Ifs ; une autre datée de 1716 désigne, elle, S.Pierre azifs.
  10. Henri Gadeau de Kerville, Les Vieux Arbres de la Normandie : étude botanico-historique, 2 volumes, J.B. Baillière, Paris, 1890-1932
  11. Henri Gadeau de Kerville, Les vieux arbres de la Normandie
  12. (cf. Un Arbre millénaire : L'if : ce Normand méconnu, par Aline Renault, Bayeux, Heimdal, 1995, [2])