Cabourg

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Cabourg
Cabourg

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:CabourgPlage.jpg|center|280px|link=|border]]
Plaja de Cabourg
[[Fichièr:Blason ville fr Cabourg (14).svg|75px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2016.svg
geolocalizacion
Coordenadas 49° 17′ 21″ N, 0° 06′ 55″ O
Superfícia 5,52 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
15 m
0 m
Geografia politica
Region istorica Normandia Armas de Normandia
Estat Bandièra de França França
Region
28
Normandia
Departament
14
Calvadòs Armas del Departament de Calvadòs
Arrondiment Caen
Canton Cabourg (capluòc)
Intercom
241400811
de l'Estuaire de la Dives
Cònsol Jean-Paul Henriet (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Cabourgeais (en francés)
Còde postal 14390
Còde INSEE 14117

Cabourg es una comuna normanda, situada dins lo departament de Calvadòs e la region de la Bassa Normandia.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Cabourg Es una vila normande situada entre Can e Deauville, fa partida de la Còsta Fleurie. La vila a situat en près de mar a las pòrtas del país de Auge. Cabourg Es jos l' influéncia d'un climat océanique, amb estius doces e dels ivèrns frescs.

Tèxte originau de l'article francés

Cabourg est une ville normande située entre Caen et Deauville, elle fait partie de la Côte Fleurie. La ville est située en bord de mer aux portes du pays d'Auge. Cabourg est sous l'influence d'un climat océanique, avec des étés doux et des hivers frais.


Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgCabourg
Comuna amb 1933 abitants (2000)Houlgate (3,8km)
Comuna amb 754 abitants (2000)Varaville (4,5km)
Comuna amb 131 abitants (2000)Brucourt (4,7km)
Comuna amb 226 abitants (2000)Grangues (5,4km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés
Lo Casino : lithographie de Henry Privat-Livement (1897)

En 1793, se recense a Cabourg solament 165 abitants[1]. Lo vilatge se desvolòpa alavetz principalament près de la Dives, al nòrd de la confluence amb la Divette. L'abitat s'organiza a l'entorn de dos aisses : lo un parallela al fleuve e l'autre al sud de la rota de Can a Dives, la glèisa en se trobant leugièrament isolada al sud-oèst[2]. Las montilhas al nòrd de la municipalitat son pas pas pobladas[3]. Al sègle XIX, la populacion aumenta regularament fins a arribar a 718 abitants en 1866.

Henri Durand-Morimbau, Òme de questions e avocat parisenc, decidís en los ans 1850 de crear una station balnéaire près del pichon vilatge de pescadors. Per aquel far, fonda una Societat thermale. Dotat d'un capital de 12 milions de francs per accions al portaire, de 500 francs caduna, l'organisme crompa los terrens riveraines de la mar constituida de montilhas e de herbages. Se confia al architecte Robinet, lo suenh de traçar un plànol d'urbanisme[4]. Aquel escolleix un plànol ràdio-concentrique en remembrant aquel dels teatres gréco-romains : las avengudas convergisson cap a un luòc central que # a sus el erigit un casino en compausant la scèna. La primièra pèira del casino, en realitat bastida en bòsc, es solennellement mesa lo 9 de mai de 1854 e dels centenats d'arbres an plantat la longitud de las avengudas nouvellement traçades. Mas los recorses financièrs venon rapidament mancar e la station sofrís de la siá abséncia de desserte pels camins de fèrre.

En 1861, un grand otèl a bastit en bordure de la riba. Lo casino en bòsc a remplaçat l'an 1867 per una nòva bastissa en pèira mai foncionala.

En 1879, una linha de camin de fèrre a dobèrt entre la parca de Dives-Cabourg e aquela de Mézidon, en permetent aital connexions dempuèi París ; a esperlongat fins a Trouville-Deauville en 1882-1884. En 1881, una linha entre Can e Dozulé-Putot se embranche sus la linha Mézidon - Dives, en melhorant aital la connexion entre la station balnéaire e la prefectura. En 1891 - 1892, la primièra linha de las camins de fèrre del Calvados a dobèrt entre Can e Dives ; tres haltes an previst sul territòri communale : Bas-Cabourg, Cabourg Pépinière, Cabourg (a l'extrèm de l'avenguda de la Mar).

Après una leugièra bassa démographique en las ans 1870, la populacion cabourgeaise s'aumenta rapidament quand lo pòble ven una vila balnéaire a la mòda. De 1881 a 1936, la populacion dobla (de 1 014 a formatnum:2095 {{}} abitants), abans d'arribar a lo sieu maximal en 1946 amb 3 479 abitants recensés. De nombrosas equipas an bastit per afrontar lo essor de la station :

  • un nòu otèl de vila l'an 1883, reagrupant la comuna, l'escòla dels gojats e lo burèu de las Plaças e Telègrafs ;
  • un disi-passejada l'an 1887 d'Unitat|1200|m {{}} de longitud amb la fin de lutar contra la érosion ;
  • qualques equipas touristiques tala que lo garden-tennis o lo gòlf, situat près del hippodrome ;
  • lo Grand Otèl, reconstruit en 1908 pels architectes Viraut e E. Mauclerc.

Après un fòrt déclin démographique en los ans 1950, la populacion partís a l'ascens en los ans 1970 en rason de la politica de reactivació touristique e de promocion immobiliària de Bruno Coquatrix elegit cònsol l'an 1971 ; en 1999, lo nombre d'abitants ressòrt lo sieu lindal istoric de 1946.

Tèxte originau de l'article francés
Le Casino : lithographie d'Henry Privat-Livement (1897)

En 1793, on recense à Cabourg seulement 165 habitants[5]. Le village se développe alors principalement à proximité de la Dives, au nord de la confluence avec la Divette. L'habitat s'organise autour de deux axes : l'un parallèle au fleuve et l'autre au sud de la route de Caen à Dives, l'église se trouvant légèrement isolée au sud-ouest[6]. Les dunes au nord de la commune ne sont pas peuplées[7]. Au sègle XIX, la population augmente régulièrement jusqu'à atteindre 718 habitants en 1866.

Henri Durand-Morimbau, homme d’affaires et avocat parisien, décide dans les années 1850 de créer une station balnéaire à proximité du petit village de pêcheurs. Pour ce faire, il fonde une Société thermale. Doté d'un capital de 12 millions de francs par actions au porteur, de 500 francs chacune, l'organisme achète les terrains riveraines de la mer constitués de dunes et d'herbages. On confie à l'architecte Robinet, le soin de tracer un plan d'urbanisme[8]. Celui-ci choisit un plan radio-concentrique rappelant celui des théâtres gréco-romains : les avenues convergent vers une place centrale sur laquelle est érigée un casino composant la scène. La première pierre du casino, en réalité construit en bois, est solennellement posée le 9 mai 1854 et des centaines d’arbres sont plantés le long des avenues nouvellement tracées. Mais les ressources financières viennent rapidement à manquer et la station souffre de son absence de desserte par les chemins de fer.

En 1861, un grand hôtel est construit en bordure du rivage. Le casino en bois est remplacé en 1867 par un nouveau bâtiment en pierre plus fonctionnel.

En 1879, une ligne de chemin de fer est ouverte entre la gare de Dives-Cabourg et celle de Mézidon, permettant ainsi des liaisons depuis Paris ; elle est prolongée jusqu'à Trouville-Deauville en 1882-1884. En 1881, une ligne entre Caen et Dozulé-Putot s'embranche sur la ligne Mézidon - Dives, améliorant ainsi la liaison entre la station balnéaire et la préfecture. En 1891 - 1892, la première ligne des chemins de fer du Calvados est ouverte entre Caen et Dives ; trois haltes sont prévues sur le territoire communale : Bas-Cabourg, Cabourg Pépinière, Cabourg (au bout de l'avenue de la Mer).

Après une légère baisse démographique dans les années 1870, la population cabourgeaise s'accroît rapidement quand le village devient une cité balnéaire à la mode. De 1881 à 1936, la population double (de 1 014 à 2 095 habitants), avant d'atteindre son maximum en 1946 avec 3 479 habitants recensés. De nombreux équipements sont construits pour faire face à l'essor de la station :

  • un nouvel hôtel de ville en 1883, regroupant la mairie, l’école des garçons et le bureau des Postes et Télégraphes ;
  • une digue-promenade en 1887 de 1 200 m de long afin de lutter contre l'érosion ;
  • des équipements touristiques tel que le garden-tennis ou le golf, situé près de l'hippodrome ;
  • le Grand Hôtel, reconstruit en 1908 par les architectes Viraut et E. Mauclerc.

Après un fort déclin démographique dans les années 1950, la population repart à la hausse dans les années 1970 en raison de la politique de relance touristique et de promotion immobilière de Bruno Coquatrix élu maire en 1971 ; en 1999, le nombre d'habitants dépasse son seuil historique de 1946.


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Jean-Paul Henriet    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
165 227 245 224 276 323 321 345
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
375 563 718 701 694 1 014 1 099 1 125 1 365
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 644 1 852 1 957 1 897 2 011 2 036 2 095 3 479 3 102
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
3 022
3 067
3 308
3 238
3 355
3 520
3 965
4 027
4 026
2009 2010
4 005
4 078
3 889
3 970
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. Font : Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « {{{titre}}} », Escòla des las Hautas Estudis en Sciéncias Socialas (EHESS),‎ {{{annada}}} (consultat en 15 d'agost 2009)
  2. Cadastre, 1826
  3. Philippe Dupré, « Las stations balnéaires de la còsta del Calvados. Genèse E desvolopament », Anals de Normandie, 1983, Volum 33, no , Modèl:Pp. legir en linha
  4. [PDF] http://www.cabourg.net/img/pdf/150ans.pdf modèl {{Ligam web}} : paramètre « titre » mancant (consultat en 2 de novembre de 2010)
  5. Font : Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Cabourg », Escòla des las Hautas Estudis en Sciéncias Socialas (EHESS),‎ {{{annada}}} (consultat en 15 août 2009)
  6. Cadastre, 1826
  7. Philippe Dupré, « Les stations balnéaires de la côte du Calvados. Genèse et développement », Annales de Normandie, 1983, Volume 33, Modèl:Numéro, Modèl:Pp. Modèl:Lire en ligne
  8. [PDF] « Regard sur Cabourg, 150en anniversaire de la station balnéaire » (consultat lo 2 novembre 2010)