Le Blanc (Indre)

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Salta a la navegació Salta a la cerca

Le Blanc
Le Blanc

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
Le Blanc 01.JPG
Vista generala de la comuna.
Blason de la ville de Le Blanc (36).svg
Geografia fisica
Occitania Map2.svg
geolocalizacion
Coordenadas 46° 38′ 04″ N, 1° 03′ 49″ E
Superfícia 57,61 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
140 m
72 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
24
Centre e Vau de Léger
Departament
36
Indre Armas del Departament d'Indre
Arrondiment Le Blanc
(capluòc)
Canton Le Blanc
(capluòc)
Intercom
243600319
Brenne Val de Creuse
Cònsol Jean-Paul Chanteguet (2008-2014)
Geografia umana
Populacion
Populacion totala
(2013)
6 721 ab.
Evolucion de la populacion

ab.
Densitat 116,66 ab./km²
Autras informacions
Gentilici Blancois (en francés)
Còde postal 36300
Còde INSEE 36018
ville-leblanc.fr

Le Blanc es una vila de França, dins lo departament d'Endre e la region dau Centre.

Geografia[modificar | modificar la font]

Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

dins la frontièra del Berrí, del Peitau e de la Touraine, Lo Blanc deu probablament la siá existéncia a la preséncia d'un gué en permetent de traversar la Creuse. Per çò qu'es de lo sieu étymologie, las formas ancianas mòstran #qu'a pas cap de informe amb la color, mas seriá a metre en relacion amb un tèma pré-celtique *obl-, de sens escur, e suffixe pré-celtique -incum. Torn a torn, la vila i aguèt @dénommer Oblincum, Oblenc, Oublanc, Doublanc, Del Blanc e fin finala, Lo Blanc.

Lo cors de la Creuse, en partejant la vila fins a la fin de l'ancian regim, a influit tota la siá istòria. Mai recent, la vila Bassa, al nòrd, s'es format a l'entorn de la glèisa St-Génitour, la longitud de la via romaine. Ela dépendait intégralement de la província del Berrí. La vila Anautita, per çò qu'es d'ela, al sud, i aviá partejat entre las províncias del Berrí e del Peitau, se manifestant per la preséncia de dos luòcs fòrts opausadas : lo castèl (de detlos) Naillac, berrichon, e lo castèl del Donjon, poitevin, uèi desaparegut. Longtemps doncas, l'administracion d'aquela vila #èsser particularament complèxa e las dissensions vivas.

A la Mièja Edat, un pont connectava las doas vilas, mas i aguèt emportat per una crussa l'an 1530. Pendent tres #cent ans, lo passatge de la Creuse se #far pel bac. Lo pont pas #èsser reconstruit #qu'al començament de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, en entrenant de grands trabalhs d'urbanisme #que #donar al Blanc lo sieu aspècte actual.

L'escòla de cirurgia del Blanc i auriá #èsser fondada per un descendent de François Lo Proust del Ronday (1548-1615), jurisconsulte e cosin germain de Renascuda Lo Proust de Niriau, femna de Jacques de Santa-Marthe, metgesa dels reis Henri II, François II e Henri III e de fils de Gaucher de Santa-Marthe, metgesa ordinària de François Eer.

De 1940 a 1942, La Blanca es vila de garnison del 27en regiment de infanterie, regiment de Bourgogne e de laModèl:6 e bataillon del enginy del armada de armistice[1]. En 1943 e 1944, l'es del Primièr regiment de França (estat-màger e 1er bataillon).

A la 44 rota de Pouligny existissiá una ostal close freqüentada pels soldats del aquartera Chanzy e accessoirement per Soutine.[ref. necessària]

Començament en novembre 2011, lo deputat-cònsol de la vila, Jean-Paul Chanteguet, en qualitat de president del conselh de vigilància de l'espital, trobava lo director del Agéncia regionala de salut, Jacques Laisné, #que lududes a fach part de la siá intencion de redusir l'activitat dels servicis de cirurgia e de maternité, continuament a de dolentes resultats comptables. La reaccion del deputat-cònsol e de los sieus concitoyens blancois, abasourdis per aquela funesta nòva, s'es pas fa pas esperar : una reünion publica d'informacion a #èsser organizada lo 19 de novembre, seguida per una manifestacion dins la vila, istorica, seguida per mai de 5 000 personas. L'espital del Blanc es n'efièch inscrich en una lista dempuèi 2010, establida per Roselyne Bachelot, alavetz ministra de la salut del primièr govèrn Sarkozy, fauta de pas aver pas arribat als 1 500 sojorns requerits a l'an. La clausura progressiua de l'espital del Blanc Modèl:Pas neutre

Tèxte originau de l'article francés

À la frontière du Berry, du Poitou et de la Touraine, Le Blanc doit probablement son existence à la présence d'un gué permettant de traverser la Creuse. Quant à son étymologie, les formes anciennes montrent qu'elle n'a aucun rapport avec la couleur, mais serait à mettre en relation avec un thème pré-celtique *obl-, de sens obscur, et suffixe pré-celtique -incum. Tour à tour, la ville fut dénommée Oblincum, Oblenc, Oublanc, Doublanc, Du Blanc et enfin, Le Blanc.

Le cours de la Creuse, partageant la ville jusqu'à la fin de l'ancien régime, a influencé toute son histoire. Plus récente, la ville Basse, au nord, s'est formée autour de l'église St-Génitour, le long de la voie romaine. Elle dépendait intégralement de la province du Berry. La ville Haute, quant à elle, au sud, était partagée entre les provinces du Berry et du Poitou, se manifestant par la présence de deux places fortes opposées : le château (des) Naillac, berrichon, et le château du Donjon, poitevin, aujourd'hui disparu. Longtemps donc, l'administration de cette cité fut particulièrement complexe et les dissensions vives.

Au Moyen Âge, un pont reliait les deux villes, mais fut emporté par une crue en 1530. Pendant trois cents ans, le passage de la Creuse se fit par le bac. Le pont ne fut reconstruit qu'au début du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, entraînant de grands travaux d'urbanisme qui donnèrent au Blanc son aspect actuel.

L’école de chirurgie du Blanc aurait été fondée par un descendant de François Le Proust du Ronday (1548-1615), jurisconsulte et cousin germain de Renée Le Proust de Niriau, femme de Jacques de Sainte-Marthe, médecin des rois Henri II, François II et Henri III et fils de Gaucher de Sainte-Marthe, médecin ordinaire de François Ier.

De 1940 à 1942, Le Blanc est ville de garnison du 27en régiment d’infanterie, régiment de Bourgogne et du 6en bataillon du génie de l’armée d’armistice[2]. En 1943 et 1944, elle l'est du Premier régiment de France (état-major et 1er bataillon).

Au 44 route de Pouligny existait une maison close fréquentée par les soldats de la caserne Chanzy et accessoirement par Soutine.[ref. necessària]

Début novembre 2011, le député-maire de la ville, Jean-Paul Chanteguet, en qualité de président du conseil de surveillance de l'hôpital, rencontrait le directeur de l'Agence régionale de santé, Jacques Laisné, qui lui a fait part de son intention de réduire l'activité des services de chirurgie et de maternité, suite à de mauvais résultats comptables. La réaction du député-maire et de ses concitoyens blancois, abasourdis par cette funeste nouvelle, ne s'est pas fait attendre : une réunion publique d'information a été organisée le 19 novembre, suivie par une manifestation dans la ville, historique, suivie par plus de 5 000 personnes. L'hôpital du Blanc est en effet inscrit dans une liste depuis 2010, établie par Roselyne Bachelot, alors ministre de la santé du premier gouvernement Sarkozy, faute de n'avoir pas atteint les 1 500 séjours requis à l'année. La fermeture progressive de l'hôpital du Blanc Modèl:Non neutre

Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Jean-Paul Chanteguet    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): 6721, totala:
Picto infobox character.png

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4 780 4 723 3 662 4 452 4 804 5 095 5 290 6 075 6 788

1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5 731 5 882 5 956 5 709 6 122 6 558 7 140 7 389 6 764

1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6 663 6 520 6 493 5 284 5 511 5 426 5 789 6 719 6 427

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
6 402
6 767
8 024
7 769
7 361
6 998
6 927
6 926
6 936
7 316
2009 2010
6 946
7 320
6 968
7 341
{{{2 014}}}
{{{2 014tot}}}
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. Roger Picard, La Viena en la guèrra 1939/1945 : la vida jornalièra jos l' Aucupacion, Lion : Horvath, 1993. 264 paginas. ISBN : 2-7171-0838-6, pàg. 41.
  2. Roger Picard, La Vienne dans la guerre 1939/1945 : la vie quotidienne sous l’Occupation, Lyon : Horvath, 1993. 264 pages. ISBN : 2-7171-0838-6, p. 41.