Grézieu-le-Marché

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Salta a la navegació Salta a la cerca

Grézieu-le-Marché
Grézieu-le-Marché

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Defautoc.png|center|280px|link=|border]]
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania Map3.svg
geolocalizacion
Coordenadas 45° 39′ 26″ N, 4° 25′ 19″ E
Superfícia 11,49 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
733 m
438 m
Geografia politica
Region istorica Arpitània Armas de Savòia
Estat Bandièra de França França
Region
84
Auvèrnhe Ròse Aups
Departament
69
Ròse Armas deu Departament de Ròse
Arrondiment Lyon
Canton Saint-Symphorien-sur-Coise
Intercom
246900773
des Hauts du Lyonnais
Cònsol Marcel Berne (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Còde postal 69610
Còde INSEE 69095

Grézieu-le-Marché en arpitan (Grézieu-le-Marché en francés) es una comuna arpitana, situada dins lo departament de Ròse e la region de Ròse-Aups.

Geografia[modificar | modificar la font]

Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgGrézieu-le-Marché
Comuna amb 945 abitants (2000)Pomeys (2,0km)
Comuna amb 387 abitants (2000)Viricelles (3,2km)
Comuna amb 674 abitants (2000)Meys (3,6km)
Comuna amb 605 abitants (2000)Maringes (5,3km)
Comuna amb 1062 abitants (2000)Aveize (5,4km)
Comuna amb 658 abitants (2000)Souzy (5,9km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Lo appellation actual del vilatge ven del latin grex, gregis en significant vegada e del suffixe celte -ieu en designant un luòc (luòc de la vegada).

Lo Mercat dona luòc a divèrsas interpretacions. La mai sérieuse voldriá qu'aquel siá ailà una déformation de La Camina ; Grézieu en venent, après lo tractat de 1173 #que #seguir la batalha de Yzeron, la démarcation a las caminas del Lionès entre los domenis dels senhors comtes del Forez e dels archevêques comtes del Lionès.

D'un autre costat, lo nom de Mercat, apondut a aquel de Grézieu, estend a mostrar que lo vilatge poiriá èsser, dempuèi l'Antiquitat, un luòc d'escambi e de comèrci. Aiçò s'explica per la siá posicion suls limits del Forez e del Lionès, en bordure d'una rota freqüentada, posicion #que la designava naturalament per servir a las transaccions comercialas entre las doas províncias. Totun, cap de traça d'aucupacion a pas testificat pendent la periòde romaine, tant al nivèl archéologique #que bibliographique[1].

Segon una tradicion, Grézieu-lo-Mercat i auriá #èsser estrossejat per una peste terribla #que li aurián a el pas survécu que qualques personas. Al continuament d'aquel évènement, lo mercat i auriá #èsser transporté a Sant-Symphorien-sus-Coise.

En 945, Raingond, la siá femna e los sieus fils Ablon, Arthaud e Berne donan al monastèri de Savigny los pòbles de Grézieu-lo-Mercat e Souzy aital coma tot aquel #que possedisson dempuèi la Loire fins a la Saône.

N'en abril 974, Robert e la siá sœur Adèle donan a Dieu, pel repaus de las siás armas e d'aquelas de los sieus parents, amb la fin qu'en retorn, los perdona los sieus péchés e lo sieu faga miséricorde, la glèisa édifiée en l'onor de Sant Pierre, amb la parròquia e lo presbytère dins lo pòble de Aveize, situat dins país lionès, dins la tèrra de Grézieu-lo-Mercat.

En junh 1087, Ernengarde Bòna dona al meteis monastèri (Savigny), per la sépulture de lo sieu còrs e la rédemption de la siá arma e d'aquela de los sieus parents, la glèisa en l'onor de sant Véran situat dins lo pòble de Grézieu-lo-Mercat, aital coma la mitat del pòble e la mitat del mercat.

I aviá doncas un mercat a Grézieu-lo-Mercat abans la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle.

En 1173, Grézieu-lo-Mercat a comprés entre las tèrras e las fiefs #que l'anautit domeni n'a cedit per Guy, Comte de Forez, a Guichard, archevêque de Lion, e dins la siá Glèisa.

Aquela tèrra demòra longtemps lo patrimòni d'una de las brancas de la familha de Sant-Symphorien #qu'en dètz aumenatge al Capítol de Lion.

En 1363, Pierre Mitte, senhor de Chevrières, bailli del Forez, en #far l'aquesiment. La familha Mitte es alavetz la una de las mai ancianas e de las mai poderosas de la region.

Lo 14 de genièr de 1394, Jean II Mitte, senhor de Monds de Chevrières e de Grézieu-lo-Mercat, ret aumenatge al archevêque de Lion pel grand torn de Grézieu.

En 1465, los Mitte venon viure lo castèl de Grézieu-lo-Mercat, al continuament del saccage del castèl e del pòble de Chevrières pels soldats de Jean II, pòrti de Borbó.

Lo 18 de març de 1454, Louis Mitte de Chevrières fa aumenatge de la siá tèrra de Grézieu-lo-Mercat al Capítol de Lion (aumenatge renauit per Jean Mitte de Miolane, lo 14 de febrièr de 1539).

En 1496, Jean III Mitte recep, dins lo castèl de Grézieu-lo-Mercat lo rei Charles VIII e lo sieu tribunal.

Cap al mièg de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, la distincion a crompat per Jean Gagnères, tinenta generala de las Armadas del rei Louis XIV. Maridat a Anne Duchol, de Lloms, fa erigir la siá tèrra en baronnie (carta del 3 de novembre de 1650), de contunh dins comtat (en decembre 1656) jol títol de Grézieu Souvigny.

A la siá mòrt l'an 1673, es inhumé dins la glèisa paroissiale. Los sieus fils i recep tanben la sépulture, lo 3 de mai de 1736.

Per continuament de alliances, la succession a reculhit per la familha Lamoignon de Baville, de contunh per la familha Devernay.

Abans la Revolucion, Grézieu-Souvigny èra bourg, parròquia e castèl en lo Lionès, del archiprêtré de Courzieu, de l'eleccion e de la sénéchaussée de Lion.

La justícia dépendait de las fiefs del Villet (vassal de la commanderie de Chazelles sus Lion) e del Fourchet (#que dépendait del monastèri dels chanoinesses del Argentière).

Los limits de la parròquia èran alavetz los meteisses #qu'aquelas d'uèi.

En 1874, la rota en connectant Marcenod a Anautita-Rivoire passa per Grézieu-lo-Mercat.

En 1873, se bastís la bastissa actuala de las religiosas.

En 1885, la municipalitat abandona "lo Sentier de la Sœurs" per bastir la rota existenta. Cedís aquel passatge a condicion que la sœurs i bastisson de classas, #çò que i aguèt realizat a l'epòca.

En 1892, bastiment de la Comuna.

En 1908 e en 1912, se bastís successivament l'escòla Publica e l'escòla Publica de las Filhas.

Lo gròs Tilleul situat sul luòc de la glèisa evoca "lo Temps de Sully".

Tèxte originau de l'article francés

L'appellation actuelle du village vient du latin grex, gregis signifiant troupeau et du suffixe celte -ieu désignant un lieu (lieu du troupeau).

Le Marché donne lieu à plusieurs interprétations. La plus sérieuse voudrait que ce soit là une déformation de La Marche ; Grézieu devenant, après le traité de 1173 qui suivit la bataille d'Yzeron, la démarcation aux marches du Lyonnais entre les domaines des seigneurs comtes du Forez et des archevêques comtes du Lyonnais.

D'un autre côté, le nom de Marché, ajouté à celui de Grézieu, tend à montrer que le village pourrait être, dès l'Antiquité, un lieu d'échange et de commerce. Ceci s'explique par sa position sur les limites du Forez et du Lyonnais, en bordure d'une route fréquentée, position qui la désignait naturellement pour servir aux transactions commerciales entre les deux provinces. Toutefois, aucune trace d'occupation n'est attestée pendant la période romaine, tant au niveau archéologique que bibliographique[2].

Selon une tradition, Grézieu-le-Marché aurait été ravagé par une peste terrible à laquelle n'auraient survécu que quelques personnes. À la suite de cet évènement, le marché aurait été transporté à Saint-Symphorien-sur-Coise.

En 945, Raingond, sa femme et son fils Ablon, Arthaud et Berne donnent au monastère de Savigny les villages de Grézieu-le-Marché et Souzy ainsi que tout ce qu'ils possèdent depuis la Loire jusqu'à la Saône.

En avril 974, Robert et sa sœur Adèle donnent à Dieu, pour le repos de leurs âmes et de celles de leurs parents, afin qu'en retour, il leur pardonne leurs péchés et leur fasse miséricorde, l'église édifiée en l'honneur de Saint Pierre, avec la paroisse et le presbytère dans le village d'Aveize, situé en pays lyonnais, dans la terre de Grézieu-le-Marché.

En juin 1087, Ernengarde Bona donne au même monastère (Savigny), pour la sépulture de son corps et la rédemption de son âme et de celle de ses parents, l'église en l'honneur de saint Véran situé dans le village de Grézieu-le-Marché, ainsi que la moitié du village et la moitié du marché.

Il y avait donc un marché à Grézieu-le-Marché avant le Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle.

En 1173, Grézieu-le-Marché est compris parmi les terres et les fiefs dont le haut domaine est cédé par Guy, Comte de Forez, à Guichard, archevêque de Lyon, et à son Église.

Cette terre reste longtemps le patrimoine d'une des branches de la famille de Saint-Symphorien qui en doit hommage au Chapitre de Lyon.

En 1363, Pierre Mitte, seigneur de Chevrières, bailli du Forez, en fit l'acquisition. La famille Mitte est alors l'une des plus anciennes et des plus puissantes de la région.

Le 14 janvier 1394, Jean II Mitte, seigneur de Mons de Chevrières et de Grézieu-le-Marché, rend hommage à l'archevêque de Lyon pour la grande tour de Grézieu.

En 1465, les Mitte viennent habiter le château de Grézieu-le-Marché, à la suite du saccage du château et du village de Chevrières par les soldats de Jean II, duc de Bourbon.

Le 18 mars 1454, Louis Mitte de Chevrières fait hommage de sa terre de Grézieu-le-Marché au Chapitre de Lyon (hommage renouvelé par Jean Mitte de Miolane, le 14 février 1539).

En 1496, Jean III Mitte reçoit, au château de Grézieu-le-Marché le roi Charles VIII et sa cour.

Vers le milieu du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, la seigneurie est achetée par Jean Gagnères, lieutenant général des Armées du roi Louis XIV. Marié à Anne Duchol, de Longes, il fait ériger sa terre en baronnie (lettre du 3 novembre 1650), puis en comté (décembre 1656) sous le titre de Grézieu Souvigny.

À sa mort en 1673, il est inhumé dans l'église paroissiale. Son fils y reçoit aussi la sépulture, le 3 mai 1736.

Par suite d'alliances, la succession est recueillie par la famille Lamoignon de Baville, puis par la famille Devernay.

Avant la Révolution, Grézieu-Souvigny était bourg, paroisse et château dans le Lyonnais, de l'archiprêtré de Courzieu, de l'élection et de la sénéchaussée de Lyon.

La justice dépendait des fiefs du Villet (vassal de la commanderie de Chazelles sur Lyon) et du Fourchet (qui dépendait du monastère des chanoinesses de l'Argentière).

Les limites de la paroisse étaient alors les mêmes que celles d'aujourd'hui.

En 1874, la route reliant Marcenod à Haute-Rivoire passe par Grézieu-le-Marché.

En 1873, on construit le bâtiment actuel des religieuses.

En 1885, la commune abandonne "le Sentier des Sœurs" pour construire la route existante. Elle cède ce passage à condition que les sœurs y construisent des classes, ce qui fut réalisé à l'époque.

En 1892, construction de la Mairie.

En 1908 et en 1912, on construit successivement l'école Publique et l'école Publique des Filles.

Le gros Tilleul situé sur la place de l'église évoque "le Temps de Sully".


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Marcel Berne    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
476 566 558 673 745 811 758 906 903

1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
872 863 876 858 882 906 928 920 867

1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
806 775 721 677 682 695 684 688 681

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
644
609
573
648
728
742
747
748
749
2009 2010
751
778
753
780
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. Odile Faure-Brac, Mapa archéologique de la Gaule - Lo Rhône, 69/1, (ISBN 2-87754-096-0), pàg. 243
  2. Odile Faure-Brac, Carte archéologique de la Gaule - Le Rhône, 69/1, (ISBN 2-87754-096-0), p. 243