Breteuil (Oise)

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Salta a la navegació Salta a la cerca
Pagina d'ajuda sus l'omonimia Pels articles omonims, vejatz Breteuil.

Breteuil
Breteuil

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
Breteuil - Eglise - 1.JPG
La glèisa paroissiale e la carrièra principala de Breteuil.
Blason ville fr Breteuil (Oise).svg
Geografia fisica
Occitania Map2.svg
geolocalizacion
Coordenadas 49° 38′ 00″ N, 2° 17′ 39″ E
Superfícia 17,27 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
166 m
70 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
32
Nauts de França
Departament
60
Oise Armas del Departament d'Oise
Arrondiment Clermont
Canton Breteuil (capluòc)
Intercom
246000608
des Vallées de la Brêche et de la Noye
Cònsol Jacques Cotel (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Britulien(ne)(s) ou Breteuillois(es) (en francés)
Còde postal 60120
Còde INSEE 60104
Ville de Breteuil

Breteuil es una comuna francesa, situada dins lo departament d'Oise e la region de Picardia.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Situada al nòrd del Oise en la vallée de la Noye, sus la Rota nacionala 1, a ieu-camin entre Beauvais e Amians, a una distància d'aperaquí 105 km de París. La municipalitat es desservie per una parca situada en un caseriu de la municipalitat de Bacouël #qu'a preses lo nom de Breteuil-Embrancament. Istoricament ligat a Montdidier, Breteuil fa de partidas municipalitats del Santerre.

Breteuil Se tròba a la cœur de divèrsas influéncias regionalas : lo Scenari picard, lo Oise e lo Amiénois sustot mercés a la linha de camin de fèrre en partance de Breteuil-Embrancament (la vila se tròba tot près del limit départementale), lo Beauvaisis.

La linha de parteja d'aigas liga Breteuil e la vallée de la Noye a la conca de la Soma e pas a aquel de la Oise, del temps que la vila fa partida del departament de l'Oise.

Tèxte originau de l'article francés

Située au nord de l'Oise dans la vallée de la Noye, sur la Route nationale 1, à mi-chemin entre Beauvais et Amiens, à une distance d'environ 105 km de Paris. La commune est desservie par une gare située dans un hameau de la commune de Bacouël qui a pris le nom de Breteuil-Embranchement. Historiquement rattaché a Montdidier, Breteuil fait partie des communes du Santerre.

Breteuil se trouve au cœur de diverses influences régionales : le Plateau picard, l'Oise et l'Amiénois notamment grâce à la ligne de chemin de fer en partance de Breteuil-Embranchement (la ville se trouve tout près de la limite départementale), le Beauvaisis.

La ligne de partage des eaux rattache Breteuil et la vallée de la Noye au bassin de la Somme et non à celui de l'Oise, alors que la ville fait partie du département de l'Oise.


Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgBreteuil
Comuna amb 780 abitants (2000)Esquennoy (3,5km)
Comuna amb 277 abitants (2000)Beauvoir (4,0km)
Comuna amb 615 abitants (2000)Paillart (4,5km)
Comuna amb 244 abitants (2000)Tartigny (4,8km)
Comuna amb 570 abitants (2000)Hardivillers (5,5km)
Comuna amb 92 abitants (2000)Fléchy (5,6km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés
Fichièr:BRETEUIL - L'estacion abans la siá destruccion, 1918.jpg
L'estacion de Breteuil-Ciutat, abans lo bombardement de 1918

Lo luòc de Breteuil i aguèt viscut dempuèi la fin del ère gallo-romaine.

La vila se #desvolopar a l'epòca medievala a l'entorn de lo sieu castèl, erigit pel Comte de Breteuil, e del Abbaye La nòstra-Madama de Breteuil, creada per las bénédictins cap a 1035, celèbra per la siá rica bibliotèca.

Breteuil #Conéisser istoricament de divèrsas destruccions e reconstructions. Lo castèl ludut-i aguèt quitament desmantellat pendent lo Sègle XV. Pas en subsisteix mai que la motte féodale, que # i aguèt sus el bastit un ostal bourgeoise al sègle XIX. Per çò qu'es del Abbaye, ela pas survécut pas a la periòde revolucionari e de sòlas qualques ruïnes testifiquen uèi de la siá existéncia[1].

  1. Èsser cap de-luòc de district de 1790 a 1795.

Compte agut de la situacion excentrée de la parca de Breteuil-Embrancament, una pichona linha i aguèt dobèrt per connectar Breteuil a aquela estacion. La linha, longa d'unitat|6.88|km {{}}, i aviá una station intermediària a Tartigny. L'estacion i aguèt destruit en lo moment del bombardement del 23 d'agost de 1918, e reconstruite per la bastissa #qu'existís totjorn, mas acuèlh pas mai de viatgèrs.

De los nòstres jorns, la vila apareis facha de bastissas tradicionalas mas modèrnas, per la majoritat bastida en los ans cinquanta. Aquel es pas pas un edart : lo gròs bourg #aver a pâtir dels dos grands conflictes mondiales de la Modèl:Ligam sègleModèl:Verificacion sègle. La vila #recebre d'en un autre luòc doas fes la Crotz de guèrra : aquela de 14-18 lo data|23|d'octòbre|1921 {{}}, après los bombardements de représailles alemands l'an 1918[2], pel coratge e la combativité de los sieus abitants, meteis temps #qu'aquelas de Broyes, de Rocquencourt e de Sérévillers[3], e aquela de 39-45, amb estela de vermeil, lo data|7|de

Magiczna kraina.jpg

Polonha en mai.

mai

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
1èr 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31  

, al continuament sustot de las bombardements de la , data #que la armada nazie #dintrar dins la vila après bombardements #que la #destruir a 85 %[4]. Lo intégralité del li centratz a el vila, a l'excepcion de quatre ostals, #èsser aital destruit, la gaireben-totalitat de las carrièras Voltaire e Raoul Levasseur aguèron rasat.

La reconstruction i aguèt considerat dempuèi 1941, sul plànol d'urbanisme de Georges Noël, egalament architecte de la reconstruction de Beauvais, #que #preveire la programacion d'equipas publicas de còps concretats divèrses decenis après : zòna industriala, terrens d'espòrts aital coma la piscina municipala, aital coma un mercat cobèrt, #que pas #èsser pas realizat. En aquel marc i aguèt decidit la desviació de la RN1, #que passava fins alavetz en lo centre del bourg, en creant aital #çò que #èsser probablament la primièra rocade urbana del nòrd de la França. La reconstruction se #far en un estil en barrejant classicisme e régionalisme, levat de per la glèisa paroissiale Sant Jean-Baptiste, concebuda per Louis Arretche n'estil modèrn, bastida en ossature en béton armat e adornada de verrières en lòsas de veire, œuvre del pintor Nicolas Untersteller, #que #èsser bénie l'an 1959, en marcant la fin d'aquel periòde de reconstruction[5], [6].

Tèxte originau de l'article francés
La gare de Breteuil-Ville, avant le bombardement de 1918

Le site de Breteuil fut habité dès la fin de l'ère gallo-romaine.

La ville se développa à l'époque médiévale autour de son château, érigé par le Comte de Breteuil, et de l'Abbaye Notre-Dame de Breteuil, créée par les bénédictins vers 1035, célèbre pour sa riche bibliothèque.

Breteuil connut historiquement plusieurs destructions et reconstructions. Le château lui-même fut démantelé pendant le Sègle XV. Il n'en subsiste que la motte féodale, sur laquelle fut construite une maison bourgeoise au sègle XIX. Quant à l'Abbaye, elle ne survécut pas à la période révolutionnaire et seules quelques ruines témoignent aujourd'hui de son existence[1].

Elle fut chef-lieu de district de 1790 à 1795.

Compte tenu de la situation excentrée de la gare de Breteuil-Embranchement, une petite ligne fut ouverte pour relier Breteuil à cette gare. La ligne, longue de 6,88 km, avait une station intermédiaire à Tartigny. La gare fut détruite lors du bombardement du 23 août 1918, et reconstruite par le bâtiment qui existe toujours, mais n'accueille plus de voyageurs.

De nos jours, la ville apparaît faite de bâtiments traditionnels mais modernes, pour la plupart construits dans les années cinquante. Ce n'est pas un hasard : le gros bourg eut à pâtir des deux grands conflits mondiaux du Modèl:Ligam sègleModèl:Verificacion sègle. La ville reçut d'ailleurs deux fois la Croix de guerre : celle de 14-18 le , après des bombardements de représailles allemands en 1918[7], pour le courage et la combativité de ses habitants, même temps que celles de Broyes, de Rocquencourt et de Sérévillers[3], et celle de 39-45, avec étoile de vermeil, le , à la suite notamment des bombardements du , date à laquelle l'armée nazie entra dans la ville après des bombardements qui la détruisirent à 85 %[8]. L'intégralité du centre ville, à l'exception de quatre maisons, fut ainsi détruit, la quasi-totalité des rues Voltaire et Raoul Levasseur furent rasées.

La reconstruction fut envisagée dès 1941, sur le plan d'urbanisme de Georges Noël, également architecte de la reconstruction de Beauvais, qui prévit la programmation d'équipements publics parfois concrétisés plusieurs décennies après : zone industrielle, terrains de sports ainsi que la piscine municipale, ainsi qu'un marché couvert, qui ne fut pas réalisé. Dans ce cadre fut décidée la déviation de la RN1, qui passait jusqu'alors dans le centre du bourg, créant ainsi ce qui fut probablement la première rocade urbaine du nord de la France. La reconstruction se fit dans un style mêlant classicisme et régionalisme, sauf pour l'église paroissiale Saint Jean-Baptiste, conçue par Louis Arretche en style moderne, construite en ossature en béton armé et ornée de verrières en dalles de verre, œuvre du peintre Nicolas Untersteller, qui fut bénie en 1959, marquant la fin de cette période de reconstruction[9], [10].


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Jacques Cotel    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 030 2 160 2 112 2 099 2 284 2 415 2 399 2 561 2 736

1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 794 2 907 2 815 2 802 3 074 3 146 3 154 3 108 2 991

1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 830 2 839 2 700 2 325 2 426 2 516 2 359 1 785 2 241

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
2 748
3 085
3 531
3 873
3 879
4 131
4 267
4 287
4 307
2009 2010
4 359
4 463
4 353
4 456
{{{2 014}}}
{{{2 014tot}}}
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. 1,0 et 1,1 Basa Mérimée Notícia N°PAN00114550, Ministèri francés de la Cultura. Error de citacion : Etiqueta <ref> no vàlida; el nom «Mérimée» està definit diverses vegades amb contingut diferent.
  2. http://crdp.ac-amiens.fr/cddpoise/oise14_18/presentation.htm modèl {{Ligam web}} : paramètre « titre » mancant (consultat en 16 de mai de 2010)
  3. 3,0 et 3,1 http://www.ville-breteuil.fr/pageLibre0001026f.html modèl {{Ligam web}} : paramètre « titre » mancant (consultat en 16 de mai de 2010) Error de citacion : Etiqueta <ref> no vàlida; el nom «Histoire» està definit diverses vegades amb contingut diferent.
  4. {{Article}} : paramètre « títol » mancant, paramètre « periodic » mancant, paramètre « annada » o « data » mancant, p. 22
  5. Godin, {{Article}} : paramètre « títol » mancant, paramètre « periodic » mancant, paramètre « annada » o « data » mancant, p. 18
  6. http://www.ville-breteuil.fr/news00010f06.php modèl {{Ligam web}} : paramètre « titre » mancant,‎ 10 de novembre 2010
  7. Jean-Yves Bonnard, « Les bombardements allemands en arrière des lignes françaises de l’Oise durant la Grande Guerre », http://crdp.ac-amiens.fr/,‎ (consultat lo 16 mai 2010)
  8. « Commémoration du 8 mai 1945 : En souvenir du martyr de Breteuil », Le Bonhomme picard,‎ , p. 22
  9. Godin, « Quand Breteuil renaissais de ses cendres », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers,‎ , p. 18
  10. « exposition de la société historique de Breteuil : la reconstruction de Breteuil après la Seconde Guerre mondiale (1947/1959) », http://www.ville-breteuil.fr/