Bovelles

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Bovelle (Sonme)
Bovelles

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Defautoc.png|center|280px|link=|border]]
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2016.svg
geolocalizacion
Coordenadas 49° 53′ 00″ N, 2° 08′ 46″ E
Superfícia 6,87 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
122 m
49 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
32
Nauts de França
Departament
80
Somme Armas deu Departament de Somme
Arrondiment Amiens
Canton Molliens-Dreuil
Intercom
248000531
Amiens Métropole
Cònsol Denis Dhondt (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici (en francés)
Còde postal 80540
Còde INSEE 80130

Bovelle (Sonme) en picard ( Bovelles en francés) es una comuna francesa, situada dins lo departament de Somme e la region de Picardia.

Geografia[modificar | modificar la font]

Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgBovelles
Comuna amb 267 abitants (2000)Pissy (2,2km)
Comuna amb 467 abitants (2000)Ferrières (2,5km)
Comuna amb 220 abitants (2000)Saisseval (2,7km)
Comuna amb 164 abitants (2000)Seux (2,8km)
Comuna amb 537 abitants (2000)Revelles (4,0km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés
  • Mièja Edat : Segon la tradicion orala, dels sosterranhes portarián del cementèri fins en lo "Fons de Picquigny" o Picquigny meteis. Las coneissenças a aquel jorn permeton pas saber se lo luòc actual del vilatge i aviá ocupat per un quelconque abitat, aluenhat d'aperaquí un quilomètre de la capèla primitive.
  • Cap a 1600-1680 : Abandon (subte o progressiu ? ... Per causa(s) desconeguda(s) !) De las abitacions en environant lo cementèri.
Dempuèi los ans 1890-1914 (plan conegudas pel engouement de l'estudi de l'istòria locala, encoratjada per la "dinamica" amorcée per la politica de alphabétisation e de scolarisation de Jules Transbordador), ancians del vilatge e istorians aficionats locales arriban pas pas mai a confirmar #çò qu'informan tradicions oralas contradictòrias que dels contemporanèus, tales #que Marc Roussel (natiu del pòble) e Claude Belleville (instituteur longtemps dins plaça en la comuna) en avent procedit indépendamment lo un de l'autre, en pichonas "campanhas" d'enquèstas e de interviews systématiques de totes los mai ancians "portaires de memòria" encara vivants en los ans 1985-1995. La disponibilité, la quantitat de fonts, documents e testimoniatges son òc flacs que lo dobte subsisteix !
1) Los dévastations de tota la region a l'epòca de la guèrra contra los Espanhòls e de la paissièra de Corbie (1636) aurián #èsser dramatiquement illustradas a Bovelles pel pillage de contunh l'incendi general del pòble estrech a l'entorn de la siá capèla #qu'environa lo cementèri ?
2) La permanéncia o la frequéncia d'un larèr de peste.
  • Après 1750 : Bastiment del Castèl, luòc de residéncia del General de Gribeauval, inventeur del canon del meteis nom.
    La vida del pòble sembla n'aver alavetz #èsser transformada, économiquement e sociologiquement : ampleur del chantier, ... Doncas durada dels trabalhs e preséncia esperlongada d'artesans, obrièrs e manœuvres exteriors dins lo pòble. Unas fes acabadas lo bastiment e la disposicion del Castèl, lo tren de vida del mèstre dels luòcs (malgrat aiçò temporairement queigut en disgrâce), enginhèr militar, maréchal de camp e Inspector del Artillerie, contribuissi particularament a l'animacion del pòble.
  • Temporaire Cap de-luòc de costat jos la Revolucion.
  • Lo curé de Bovelles dessert tanben la parròquia vesina de Ferrières.
    La glèisa de Bovelles en començant a sofrir affres del temps, los apariaments en venent totjorn mai frequents e mai importants, a demandat a la municipalité vesina desservie justament pel meteis sacerdòt, d'aportar la siá contribucion, ... #Çò que los édiles de Ferrières refusent.
Fichièr:Bovelles glèisa data.jpg
136 ans (en febrièr 2006) après l'inauguracion, lo gèl se #metre a escurar la près inferiora del trèfle de pèira.
  • 1870 : Benediccion de la "nòva" Glèisa.
  • 1940 : "Evacuation"
    Las armadas nazies aperaquí, los abitants del pòble (en tement, coma totes los autres dels environs, d'aver a èsser cernés dins una zòna de combats en remembrant los terribles remembres de 14-18 e de los sieus tranchées, e obedient per en un autre luòc als òrdres de évacuation impausada per las autoritats militaras) abandonaràn los sieus ostals, amunteguen un maximal de los sieus bens suls mejans de locomocion #que ne dispausan, e partisson grossir las cohortes de refugiats de ... Lo Èxode, per fugir, plan sovent sens objectiu précis, çò de mès luènh possible en tot cas del perilh, ... E en l'esperança d'afranquir almens la Seine.
  • Tardor 1979 : Rodatge de la pellicula de Raphaële Billetdoux, La Femna mainat
    Animacion excepcionala dins lo pòble. Doas carrièras, lo cafè installat a lo sieu encreuament e sustot la glèisa (lo sieu interior e los sieus orgues) serviscan de decoració a divèrsas séquences de la pellicula. 5 o 6 abitants i apareisson coma figurants.
    Bovelles Parteja amb Belloy-sus-Soma (80) e una 3e pòble de la region (per las séquences de l'escòla), lo "privilègi" de dintre-percebre lo grand actor Klaus Kinski, #que fisèl a la siá reputacion de « caractériel capritxosa » pas daignera se mostrar gaire ... Accessible.
  • Per #çò que tanh la vida religiosa, per decision de l'avesque d'Amians, dempuèi lo 1er en genièr 2003, la municipalitat de Bovelles depen de la parròquia St-Simon del Molliénois.
  • En Genièr 2004 : Amb qualques autres pòbles vesins, Bovelles pres la comunitat de municipalitats de Amians-Metròpoli.
Tèxte originau de l'article francés
  • Moyen Âge : Selon la tradition orale, des souterrains mèneraient du cimetière jusque dans le "Fond de Picquigny" ou Picquigny même. Les connaissances à ce jour ne permettent pas de savoir si le site actuel du village était occupé par un quelconque habitat, éloigné d'environ un kilomètre de la chapelle primitive.
  • Vers 1600-1680 : Abandon (soudain ou progressif ? ... pour cause(s) inconnue(s) !) des habitations entourant le cimetière.
Dès les années 1890-1914 (bien connues pour l'engouement de l'étude de l'histoire locale, encouragée par la "dynamique" amorcée par la politique d'alphabétisation et de scolarisation de Jules Ferry), anciens du village et historiens amateurs locaux n'arrivent pas plus à confirmer ce que rapportent des traditions orales contradictoires que des contemporains, tels que Marc Roussel (natif du village) et Claude Belleville (instituteur longtemps en poste dans la commune) ayant procédé indépendamment l'un de l'autre, en petites "campagnes" d'enquêtes et d'interviews systématiques de tous les plus anciens "porteurs de mémoire" encore vivants dans les années 1985-1995. La disponibilité, la quantité de sources, documents et témoignages sont si faibles que le doute subsiste !
1) Les dévastations de toute la région à l'époque de la guerre contre les Espagnols et de la prise de Corbie (1636) auraient-elles été dramatiquement illustrées à Bovelles par le pillage puis l'incendie général du village serré autour de sa chapelle qu'entoure le cimetière ?
2) La permanence ou la fréquence d'un foyer de peste.
  • Après 1750 : Construction du Château, lieu de résidence du Général de Gribeauval, inventeur du canon du même nom.
    La vie du village semble en avoir alors été transformée, économiquement et sociologiquement : ampleur du chantier, ... donc durée des travaux et présence prolongée d'artisans, ouvriers et manœuvres extérieurs au village. Une fois terminés la construction et l'aménagement du Château, le train de vie du maître des lieux (pourtant temporairement tombé en disgrâce), ingénieur militaire, maréchal de camp et Inspecteur de l'Artillerie, contribue particulièrement à l'animation du village.
  • Temporaire chef-lieu de canton sous la Révolution.
  • Le curé de Bovelles dessert aussi la paroisse voisine de Ferrières.
    La glèisa de Bovelles commençant à souffrir des affres du temps, les réparations devenant toujours plus fréquentes et plus importantes, il est demandé à la municipalité voisine desservie justement par le même prêtre, d'apporter sa contribution, ... ce que les édiles de Ferrières refusent.
136 ans (février 2006) après l'inauguration, le gel se mit à ronger le bord inférieur du trèfle de pierre.
  • 1870 : Bénédiction de la "nouvelle" Église.
  • 1940 : "Evacuation"
    Les armées nazies approchant, les habitants du village (craignant, comme tous les autres des environs, d'avoir à être cernés dans une zone de combats rappelant les terribles souvenirs de 14-18 et de ses tranchées, et obéissant par ailleurs aux ordres d'évacuation imposée par les autorités militaires) abandonnent leurs maisons, entassent un maximum de leurs biens sur les moyens de locomotion dont ils disposent, et partent grossir les cohortes de réfugiés de ... l'Exode, pour fuir, bien souvent sans but précis, le plus loin possible en tout cas du danger, ... et dans l'espoir de franchir au moins la Seine.
  • automne 1979 : Tournage du film de Raphaële Billetdoux, La Femme enfant
    Animation exceptionnelle dans le village. Deux rues, le café installé à leur croisement et surtout l'église (son intérieur et ses orgues) servent de décor à plusieurs séquences du film. 5 ou 6 habitants y apparaissent comme figurants.
    Bovelles partage avec Belloy-sur-Somme (80) et un 3e village de la région (pour les séquences de l'école), le "privilège" d'entre-apercevoir le grand acteur Klaus Kinski, qui fidèle à sa réputation de « caractériel fantasque » ne daignera guère se montrer ... accessible.
  • Pour ce qui concerne la vie religieuse, par décision de l'évêque d'Amiens, depuis le 1er janvier 2003, la commune de Bovelles dépend de la paroisse St-Simon du Molliénois.
  • Janvier 2004 : Avec quelques autres villages voisins, Bovelles rejoint la communauté de communes d'Amiens-Métropole.


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Denis Dhondt    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
466 453 477 521 568 580 548 564 539
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
558 548 507 461 438 408 371 360 332
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
298 290 265 243 250 217 233 222 218
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
247
206
241
273
336
340
354
367
379
2009 2010
391
393
391
393
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]