Simard

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Simard
Simard

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Defautoc.png|center|280px|link=|border]]
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2016.svg
geolocalizacion
Coordenadas 46° 43′ 19″ N, 5° 10′ 54″ E
Superfícia 22,12 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
212 m
187 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
27
Borgonha Franca Comtat
Departament
71
Sòna e Léger Armas del Departament de Sòna e Léger
Arrondiment Louhans
Canton Montret
Intercom
247100696
du Canton de Montret
Cònsol Jean-Marc Aberlenc (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Còde postal 71330
Còde INSEE 71523

Simard es una comuna francesa, situada dins lo departament de Sòna e Léger e la region de Borgonha.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Comuna bressane situada sus la RD 996, a 10 km de Louhans e 30 km de Chalon-sus-Saône.

Tèxte originau de l'article francés

Commune bressane située sur la RD 996, à 10 km de Louhans et 30 km de Chalon-sur-Saône.


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Las originas del vilatge de Simard son pas pas a connectar al passat de la familha "Symard" o "De Symard", ela-quitament procedenta del bailliage de Baume dins Franca-Comtat. Aquela familha s'a apagat pendent la revolucion. Se tròba lo toponyme "Symard" l'an 1299 en los títols ancians (SIG-MAR d'origina germanique "sig" en designant la fòrça, la victòria en alemand "siegen") Los dos blasons en illustrant los documents de la municipalitat son aqueles "De Thesut" e "Ganha de Perrigny", doas familhas en avent agut lo sieu fief al XIIIe sègle

Existéncia probabla d'un cementèri burgonde al luòc-dich "las Arsières"

SIMARD a #èsser "cap de-luòc de costat" fins en 1801 abans de dependre d'aquel de MONTRET. En 1374, Simard èra un posterior-fief de la Baronnie de Mervans. En 1767, se li l'aviá jutjada de drech escrit. N'indigne, la parròquia simardine, jol vocable de Sant-Pierre, dépendait antany del Archiprêtré de Branges.

SENHORS, FIEFS e ARRIERES-FIEFS :

de Principals Senhors  : 1475 : Antoine PAISSEAUD ; 1476 : Jean de RUPT ; 1512 : Jean de LONGWIC ; 1514 : Jean de RUPT ; 1527 : Philippe CHABOT maridat a Françoise de LONGWIC ; 1532 : Tristan SIMON ; 18 de junh 1535 : Adrien BOTON fils ; 1548 : Tristan SYMON ; 1570 : Jacques de SIMON ; 1618 : Jacques de DURETAL ; De contunh Louis de LORRAIN, Grand Ecuyer de França ; 9 d'agost 1667 : Charles-Bénigne de THESUT, aquela familha a preses lo sieu nom del fief de THESUT al Mont SANT-VINCENT, i aviá per armas "d'aur a la banda de caras cargadas de tres sautoirs d'aur" ; 1683 : Claude-Bénigne de THEZUT (i auriá affranchi SIMARD ) ; 1702 : Jean de THESUT ; 1714 : Jeanne de GRIVALOIS, veusa de Texans de THESUT ; 1728 : Philibert Bernard GANHA DE PERRIGNY maridat a Jeanne-Ostal de THEZUT aquela familha portava las armas seguentas "de azur a tres molettes de esperó colletées d'aur", Jeanne-Ostal de THEZUT #fondar un lièch pels paures de SIMARD dins l'Espital de Louhans en 1764 e #èsser tanben la bienfaitrice de la glèisa de SIMARD ; De contunh Philiberte-Thérèse GUYET, Comtesse de Louhans ; 1759 : Philibert-Bernard GANHA DE PERRIGNY ; 1783 : Antoine-Jean GANHA ; 1789 : Bénigne LEGOUX DE SANT SEINE, Comte de Louhans ; A la vespra de la Revolucion francesa, existissiá encara una justícia dicha de " SIMARD-BESSANDREY-QUAIN e de dependéncias" #que foncionava mercés a un jutge e a un fiscal de burèu. Entre los Fiefs e posteriors-fiefs : LO MEIX ALONGLET, LO MEIX, BESSANDREY, LA VERNOTTE : en 1681, Vlaude VITTE possedissiá fons al luòc-dich La Vernotte rière la dirècta de Simard.

Mai près de nosautres, lo vilatge a conegut de moments douloureux e mai justament lo 23 d'agost de 1944. Los soldats alemands, atacats per maquisards bressans als luòcs-diches de "Quain" e del "Pichon Cirerer", an meses lo fuòc dins un ostal #que ne sòl lo potz subsisteix uèi. Abaton Guy Camin, agent de connexion, un maquisard refugiat dins aquel ostal. Contunhan lo sieu exaction en metent lo fuòc a d'unes autres ostals e en en batent los fils de la familha Sergenta. En la siá baujum homicida, al molin Gallet, après i aver incendiat las bastissas, executan dos clients e dos emplegats. Jorn de batteuse a la granja Robelin, los Alemands alinhan una desena d'obrièrs contra un mur e corron a la persecucion de cèrts autres en avent de fugidas a travèrs de camps. Mercés a negociacions amb la oficiar alemand, M Alphonse Robelin estàlvia la vida de totes. Ne fau un omenatge a las victimas #que 6 ne son inhumées al cementèri de la municipalitat, mercés a una souscription publica après la desliurança, dos monuments commemoratius an #èsser erigits, lo un al "Pichon Cirerer" e l'autre al luòc-dich "lo Gallet".

Uèi, aquel pòble dinamic possedís de nombrosas basas per aculhir de nòus simardins. La vida associativa, rica de 19 societats, prepausa d'activitats diversifiées en favorint d'amassadas e d'escambis entre los abitants.

Tèxte originau de l'article francés

Les origines du village de Simard ne sont pas à relier au passé de la famille "Symard" ou "De Symard", elle-même originaire du bailliage de Baume en Franche-Comté. Cette famille s'est éteinte durant la révolution. On retrouve le toponyme "Symard" en 1299 dans les titres anciens (SIG-MAR d'origine germanique "sig" désignant la force, la victoire en allemand "siegen") Les deux blasons illustrant les documents de la commune sont ceux "De Thesut" et "Gagne de Perrigny", deux familles ayant eu leur fief au XIIIe siècle

Existence probable d'un cimetière burgonde au lieu-dit "les Arsières"

SIMARD a été "chef-lieu de canton" jusqu'en 1801 avant de dépendre de celui de MONTRET. En 1374, Simard était un arrière-fief de la Baronnie de Mervans. En 1767, on l'avait jugé de droit écrit. En outre, la paroisse simardine, sous le vocable de Saint-Pierre, dépendait autrefois de l'Archiprêtré de Branges.

SEIGNEURS, FIEFS et ARRIERES-FIEFS :

Principaux Seigneurs  : 1475 : Antoine PAISSEAUD ; 1476 : Jean de RUPT ; 1512 : Jean de LONGWIC ; 1514 : Jean de RUPT ; 1527 : Philippe CHABOT marié à Françoise de LONGWIC ; 1532 : Tristan SIMON ; 18 juin 1535 : Adrien BOUTON fils ; 1548 : Tristan SYMON ; 1570 : Jacques de SIMON ; 1618 : Jacques de DURETAL ; Puis Louis de LORRAIN, Grand Ecuyer de France ; 9 août 1667 : Charles-Bénigne de THESUT, cette famille a pris son nom du fief de THESUT au Mont SAINT-VINCENT, elle avait pour armes "d'or à la bande de gueules chargée de trois sautoirs d'or" ; 1683 : Claude-Bénigne de THEZUT (il aurait affranchi SIMARD ) ; 1702 : Jean de THESUT ; 1714 : Jeanne de GRIVALOIS, veuve de Jean de THESUT ; 1728 : Philibert Bernard GAGNE DE PERRIGNY marié à Jeanne-Marie de THEZUT cette famille portait les armes suivantes "d'azur à trois molettes d'éperon colletées d'or", Jeanne-Marie de THEZUT fonda un lit pour les pauvres de SIMARD à l'Hôpital de Louhans en 1764 et fut aussi la bienfaitrice de l'église de SIMARD ; Puis Philiberte-Thérèse GUYET, Comtesse de Louhans ; 1759 : Philibert-Bernard GAGNE DE PERRIGNY ; 1783 : Antoine-Jean GAGNE ; 1789 : Bénigne LEGOUX DE SAINT SEINE, Comte de Louhans ; A la veille de la Révolution française, il existait encore une justice dite de " SIMARD-BESSANDREY-QUAIN et dépendances" qui fonctionnait grâce à un juge et à un procureur d'office. Parmi les Fiefs et arrière-fiefs : LE MEIX ALONGLET, LE MEIX, BESSANDREY, LA VERNOTTE : en 1681, Vlaude VITTE possédait des fonds au lieu-dit La Vernotte rière la directe de Simard.

Plus près de nous, le village a connu des moments douloureux et plus précisément le 23 août 1944. Les soldats allemands, attaqués par des maquisards bressans aux lieux-dits de "Quain" et du "Petit Cerisier", ont mis le feu à une maison dont seul le puits subsiste aujourd'hui. Ils abattent Guy Chemin, agent de liaison, un maquisard réfugié dans cette maison. Ils continuent leur exaction en mettant le feu à d'autres maisons et en abattant le fils de la famille Sergent. Dans leur folie meurtrière, au moulin Gallet, après avoir incendié les bâtiments, ils exécutent deux clients et deux employés. Jour de batteuse à la ferme Robelin, les Allemands alignent une dizaine d'ouvriers contre un mur et courent à la poursuite de certains autres ayant fui à travers champs. Grâce à des négociations avec l'officier allemand, M Alphonse Robelin épargne la vie de tous. En hommage aux victimes dont 6 sont inhumées au cimetière de la commune, grâce à une souscription publique après la libération, deux monuments commémoratifs ont été érigés, l'un au "Petit Cerisier" et l'autre au lieu-dit "le Gallet".

Aujourd'hui, ce village dynamique possède de nombreux atouts pour accueillir de nouveaux simardins. La vie associative, riche de 19 sociétés, propose des activités diversifiées favorisant rencontres et échanges entre les habitants.


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Jean-Marc Aberlenc    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 291 1 343 1 344 1 487 1 499 1 466 1 511 1 538 1 557
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 501 1 495 1 514 1 569 1 583 1 579 1 555 1 583 1 532
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 529 1 530 1 502 1 331 1 265 1 239 1 161 1 092 1 075
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 056
1 023
942
997
944
877
1 058
1 081
1 097
2009 2010
1 133
1 143
1 148
1 157
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]