Dissay

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Salta a la navegació Salta a la cerca

Dissay
Dissay

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Defautoc.png|center|280px|link=|border]]
[[Fichièr:Blason ville fr Dissay 86.svg|75px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania Map2.svg
geolocalizacion
Coordenadas 46° 42′ 06″ N, 0° 25′ 57″ E
Superfícia 23,71 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
144 m
60 m
Geografia politica
Region istorica Peitau Armas de Peitau
Estat Bandièra de França França
Region
75
Nòva Aquitània BlasonNouvelleAquitaine.svg
Departament
86
Vinhana Armas deu Departament de Vinhana
Arrondiment Poitiers
Canton Saint-Georges-lès-Baillargeaux
Intercom
248600454
du Val Vert du Clain
Cònsol Louis Remblier (2008-2014)
Geografia umana
Populacion
Populacion totala
(2013)
3 153 ab.
Evolucion de la populacion

ab.
Densitat 132,98 ab./km²
Autras informacions
Gentilici disséens (en francés)
Còde postal 86130
Còde INSEE 86095
www.dissay.fr

Dissay es una comuna francesa del departament de Vinhana e de la region de Peitau-Charantas.

Geografia[modificar | modificar la font]

Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgDissay
Comuna amb 993 abitants (2000)Saint-Cyr (2,3km)
Comuna amb 1726 abitants (2000)Beaumont (4,2km)
Comuna amb 5805 abitants (2000)Jaunay-Clan (4,8km)
Comuna amb 1471 abitants (2000)Colombiers (7,8km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

L'aucupacion umana sul territòri de Dissay es fòrça anciana doncas qu'en 1998, un cavòt unic en Peitau-Charantas e en datant de 4 300 ans av. J.-C. I a #èsser mesa a jorn pendent l'estiu.

A l'epòca gallo-romaine, de las abitacions se desvolòpan la longitud de la via romaine #que connècta Santas a Tors en transeünt per Peitieus. Sul territòri de Dissay, aquel ancian ais existís encara jos la forma d'un camin en linha drecha. La tradicion disséenne lo nomena totjorn « la via romaine ».

Es de l'an 673 #que data lo primièr escrit ont Dissay a citat. S'agís de la charte de Sant-Bercaire (charta sancti Berchatii). E mai se #encobrir siá pas #qu'una ipotèsi, « in villa Diséio supra fluvium Crete » poiriá designar Dissay doncas que d'unas autras toponymes vesins i an citat. En lo sieu Diccionari topographique de la Viena, Louis Rédet, primièr archiviste de la Viena, énonce cossí probabla aquela ipotèsi.

La châtellenie de Dissay aperten, dempuèi almens la primièra mitat de la XIIIen sègle, als avesques de Peitieus. Cap a 1240, fa partida de la juridiction e del domeni temporal de Peitieus. Los seigneureries del Deffends e de Marit lèvan del Torn de Maubergeon, tandis #qu'una part de la parròquia, sul marge esquèrre del Clain, depen de la châtellenie de Jaulnay. Lo pòble, sus una de las rotas de Compostelle a descrich en lo « Liber de miraculis Sancti Jacobi » conservat a l'archiu de la catedrala de Compostelle.

Lo castèl, #que li caliá pas èsser del temps qu'una bastiguèsse en bòsc a la reünion d'una motte, a transformat per Hugues de Combarel #qu'obten de Charles VII l'autorizacion de « fortificar lo sieu hostel » lo 11 de genièr de 1434 (v. S.). Es lo sieu successor, Pèira de Amboise #que fa reconstruire lo castèl de 1484 a 1493, en reprodusint l'intrada d'aquel de Chaumont, ont es nascut. La glèisa de Dissay a #èsser egalament bastida al XVe sègle per la meteissa Pèira de Amboise.

La populacion de Dissay a compausat al XVIIIe s. De 200 fuòcs (familhas). Los tres quatrens son paysans : jornalers e laboureurs a parts parièras. Los papièrs de talha e de procèsses-verbales d'assembladas de parròquia fan aparéisser/aparéisser una populacion mens nombrosa que las paysans mas fòrça present en la vida disséenne : los artesans e los vendeires. En 1789, Dissay compte uèch maçons, quatre sabotiers, un tonnelier, un cordonnier, tres forners, cinc maréchaux, un meunier, un fustièr, un tailleur de pèira, un blanchisseur, dos sergiers e un menuisier. I a pas mai #qu'un vendeire.

Se dénombre 257 fuòcs al recensement de 1790 (1003 abitants).

Coma la rèsta de la França, acuèlh favorablament las avançadas de la Revolucion francesa. Planta aital lo sieu arbre de la libertat, simbòl de la Revolucion, lo 14 de julhet de 1790, lo jorn anniversari de la paissièra de la Bastille. Mas escuelhut tròp gròs, triga pas a morir desséché[1]. Es una de las primièras municipalitats a o far. Ven lo luòc d'adesion de totas las fèstas e dels principals eveniments revolucionaris, coma las victòrias de las armadas republicanas o las autras fèstas revolucionàrias[2].

La populacion passa a 1192 abitants l'an 1836 e bassa lentament pendent la XIXen sègle, doncas qu'es de 1129 abitants l'an 1901. Lo darrièr recensement de 2007 a dénombré 2 912 disséennes e disséens. La municipalitat s'estend sus 23,71 km2.

Tèxte originau de l'article francés

L’occupation humaine sur le territoire de Dissay est très ancienne puisqu’en 1998, une tombe unique en Poitou-Charentes et datant de 4 300 ans av. J.-C. y a été mise à jour pendant l’été.

À l’époque gallo-romaine, des habitations se développent le long de la voie romaine qui relie Saintes à Tours en passant par Poitiers. Sur le territoire de Dissay, cet ancien axe existe encore sous la forme d’un chemin en ligne droite. La tradition disséenne le nomme toujours « la voie romaine ».

C’est de l’an 673 que date le premier écrit où Dissay est cité. Il s’agit de la charte de Saint-Bercaire (charta sancti Berchatii). Bien que cela ne soit qu’une hypothèse, « in villa Diséio supra fluvium Crete » pourrait désigner Dissay puisque d’autres toponymes voisins y sont cités. Dans son Dictionnaire topographique de la Vienne, Louis Rédet, premier archiviste de la Vienne, énonce comme probable cette hypothèse.

La châtellenie de Dissay appartient, depuis au moins la première moitié du XIIIen siècle, aux évêques de Poitiers. Vers 1240, elle fait partie de la juridiction et du domaine temporel de Poitiers. Les seigneureries du Deffends et de Marit relèvent de la Tour de Maubergeon, tandis qu’une partie de la paroisse, sur la rive gauche du Clain, dépend de la châtellenie de Jaulnay. Le village, sur une des routes de Compostelle est décrit dans le « Liber de miraculis Sancti Jacobi » conservé aux archives de la cathédrale de Compostelle.

Le château, qui ne devait être alors qu’une bâtisse en bois au sommet d’une motte, est transformé par Hugues de Combarel qui obtient de Charles VII l’autorisation de « fortifier son hostel » le 11 janvier 1434 (v. s.). C’est son successeur, Pierre d’Amboise qui fait reconstruire le château de 1484 à 1493, reproduisant l'entrée de celui de Chaumont, où il est né. L’église de Dissay a été également construite au XVe siècle par le même Pierre d’Amboise.

La population de Dissay est composée au XVIIIe s. de 200 feux (familles). Les trois quarts sont des paysans : journaliers et laboureurs à parts égales. Les rôles de taille et procès-verbaux d’assemblées de paroisse font apparaître une population moins nombreuse que les paysans mais très présente dans la vie disséenne : les artisans et les marchands. En 1789, Dissay compte huit maçons, quatre sabotiers, un tonnelier, un cordonnier, trois boulangers, cinq maréchaux, un meunier, un charpentier, un tailleur de pierre, un blanchisseur, deux sergiers et un menuisier. Il n’y a qu’un marchand.

On dénombre 257 feux au recensement de 1790 (1003 habitants).

Comme le reste de la France, accueille favorablement les avancées de la Révolution française. Elle plante ainsi son arbre de la liberté, symbole de la Révolution, le 14 juillet 1790, le jour anniversaire de la prise de la Bastille. Mais choisi trop gros, il ne tarde pas à mourir desséché[3]. Elle est une des premières communes à le faire. Il devient le lieu de ralliement de toutes les fêtes et des principaux événements révolutionnaires, comme les victoires des armées républicaines ou les autres fêtes révolutionnaires[4].

La population passe à 1192 abitants en 1836 et baisse lentement durant le XIXen siècle, puisqu’elle est de 1129 abitants en 1901. Le dernier recensement de 2007 a dénombré 2 912 disséennes et disséens. La commune s'étend sur 23,71 km2.


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Louis Remblier    
març de 2001 2008 Louis Remblier    
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): 3153, totala:
Picto infobox character.png

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 032 1 106 888 1 105 1 156 1 192 1 170 1 260 1 068

1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 073 1 065 1 064 1 112 1 217 1 231 1 274 1 125 1 129

1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 119 1 169 1 041 1 025 1 024 966 925 1 018 1 097

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 309
1 436
1 745
2 464
2 498
2 634
2 875
2 912
2 922
2 964
2009 2010
2 966
3 008
3 013
3 067
{{{2 014}}}
{{{2 014tot}}}
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Vejatz tanben[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. Robert Pichon, Los Arbres de la libertat a Peitieus e en la Viena, Peitieus : d'Edicions CLAUS 89/Federacion de las œuvres laiques, 1989, pàg. 34-35
  2. Robert Pichon, op. cit., pàg. 183
  3. Robert Petit, Les Arbres de la liberté à Poitiers et dans la Vienne, Poitiers : Éditions CLEF 89/Fédération des œuvres laïques, 1989, p. 34-35
  4. Robert Petit, op. cit., p. 183