Vaux-sur-Saint-Urbain

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Vaux-sur-Saint-Urbain
Vaux-sur-Saint-Urbain

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Defautoc.png|center|280px|link=|border]]
[[Fichièr:Blason Vaux sur saint urbain.svg|75px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2016.svg
geolocalizacion
Coordenadas 48° 22′ 34″ N, 5° 12′ 33″ E
Superfícia 6,4 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
371 m
203 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
44
Grand Èst
Departament
52
Nauta Marna Lògo del Departament de Nauta Marna
Arrondiment Saint-Dizier
Canton Doulaincourt-Saucourt
Intercom
245200365
Marne Rognon
Cònsol Chrystelle Piot (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Vauxois, Vauxoises (en francés)
Còde postal 52300
Còde INSEE 52511

Vaux-sur-Saint-Urbain es una comuna francesa, situada dins lo departament de la Nauta Marna e la region de Champanha-Ardena.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Lo vilatge a traversat per un ruisseau, lo « Meurjet », #que tira lo sieu nom del fach #qu'el se assèche en #èsser (lo jet #que morís). Fasiá encara foncionar a la fin del sègle XIX un molin a moldre lo gra. Aquel ruisseau se tira en lo Rognon, un dels afluents principals de la Marna en lo departament, a Donjeux, municipalitat vesina.

Val-sus-Sant-Urban possedís coteaux plan expausats al sud, protegits per un relief #que los expausa mens a las congeladas printanières. D'aquel fach, fòrça d'ora, de las vinhas aguèron plantat sus aquelas coteaux a Val. Val èra lo tresen vignoble en superficie (200 a en 1882) del Costat de Doulaincourt, après aqueles de Sant-Urban e de Mussey-sus-Marna.

Un remembrement, en 1991, a permeses de metre n'estat de nombroses camins propices a de fòrça polidas passejadas champêtres e sylvestres.

Fichièr:Vauxvillage.jpg

Tèxte originau de l'article francés

Le village est traversé par un ruisseau, le « Meurjet », qui tire son nom du fait qu’il s’assèche en été (le jet qui meurt). Il faisait encore fonctionner à la fin du sègle XIX un moulin à moudre le grain. Ce ruisseau se jette dans le Rognon, un des affluents principaux de la Marne dans le département, à Donjeux, commune voisine.

Vaux-sur-Saint-Urbain possède des coteaux bien exposés au sud, protégés par un relief qui les expose moins aux gelées printanières. De ce fait, très tôt, des vignes furent plantées sur ces coteaux à Vaux. Vaux était le troisième vignoble en superficie (200 ha en 1882) du Canton de Doulaincourt, après ceux de Saint-Urbain et de Mussey-sur-Marne.

Un remembrement, en 1991, a permis de remettre en état de nombreux chemins propices à de très belles promenades champêtres et sylvestres.

Fichièr:Vauxvillage.jpg.

Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgVaux-sur-Saint-Urbain
Comuna amb 401 abitants (2000)Donjeux (4,2km)
Comuna amb 32 abitants (2000)Annonville (4,7km)
Comuna amb 328 abitants (2000)Fronville (5,0km)
Comuna amb 732 abitants (2000)Poissons (5,2km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Val a reconegut per èsser lo un dels mai ancians pòbles de la region.

Dels registres, efectuadas al sègle XIX, #que la teneur n'a #èsser informada per un cercle de erudits del departament a l'epòca, an mostrat l'existéncia de cavòts en datant de l'epòca gallo-romaine. Qualques pèiras talhadas (pel bastiment), de las meules de molins a braces, eca.An #èsser d'amassadas a divèrses endroits de la municipalitat, près d'un camin #que fòrça se concedisson a considerar coma una via romaine, un diverticule d'importància en tot cas. Dels villas gallo-romaines semblan doncas existir dempuèi aquela epòca a Val. Qualques ancians soslinhan per en un autre luòc l'existéncia de « Thermes ». Res, uèi, ven pas encara demostrar aquela observacion.

En lo moment de l'estiu 2005, dels aficionats apassionats d'istòria an trobat qualques pèças de monedas ancianas, #que qualques unas d'epòca romaine, en completant aital descobèrtas mai ancianas : - Trajan, Marc Aurèle, Constantin II e Antonin lo Estaques ( ?) – Aital coma qualqu'uns liards de Lorraine e de França (Louis XV).

Lo vilatge ne sembla doncas i aver #èsser viscut dempuèi longtemps, d'una manièra constante, sustot se s'apond a aquelas descobèrtas un anèl de bronze « fluït-barrat », en datant de –500 aperaquí abans JC e en provenent segurament d'un cavòt (se n'es trobat de semblables a Gourzon e a Nijon en provenent de nécropoles fòrça ancianas). Aquel objècte a #èsser observat, lududes tanben, la longitud de la « via romaine », #çò que mòstra qu'aquel camin èra ja existent plan abans la pacification romaine (vèrs -52 abans JC). Aquel fòrça vièlh camin a doncas #èsser « romanisé » dempuèi la pacification de César.

La tradicion informa #qu'un cèrt Fornarius, « l'òme del forn, forner ? », Nascut a Val, crestian dels primièrs jorns, #èsser martyrisé en lo amphithéâtre de Grand per las tropas de Julien.

La primièra mencion conegut de Val (Vallis in Pagui Ornensi) a fach en un acte notarié de 851 que #, Tedacia, una cèrta Madama, se dona, ela, los sieus bens e los sieus dos fils, al Abbaye Sant Pierre de Montier-en-Der.

Una comunitat de bénédictins s'i seriá installat fòrça d'ora a Val (al Modèl:VIIIe sègle). I #bastir la glèisa primitive #que pas subsisteix mai que qualques elements sculpturaux en avent servit a decorar la glèisa actuala, #que ne data del Sègle XIII. Se tròba la traça de "largesses" o de "dons", faches a aquela "abbaye", a Modèl:La s mini-, "Vallis in Pagui Ornensi" per un Senhor de Joinville, Geoffroy III, descendent de Étienne de Val. S'agissiá segurament d'un grand Prieuré : a Modèl:La s-, s'es trobat las traces d'un bastiment en semblant fòrça a un coan : qualques fraires del abbaye de Sant-Urban se seràn doncas installats fòrça d'ora dins aquel pòble.

Lo primièr senhor de Joinville, Étienne de Val, ancêtre de Jean de Joinville, es nascut a Val. #Abandonar lo pòble per s'installar a Joinville en los ans 1025/1027. La localizacion presomptiva de lo sieu primièr castel patrimonial se trobariá près de la Combe Beudin, ont se podiá observar, encara al mièg de la XIXen, de las ruïnes de muralles testificant de la posicion d'un luòc fòrt fòrça anciana a aquel endroit.

Val, dépendait a la vespra de la Revolucion del diocèse de Toul per las questions religiosas, de la généralité de Champagne (Châlons) pels impòstes, de la Prévôté de Andelot (bailliage de Chaumont) per la justícia. La siá populacion èra alavetz d'aperaquí 190 abitants.

En la segonda part del sègle XIX, mercés al vignoble, la siá populacion arribarà a aperaquí 350 abitants. Cèrts viticulteurs auràn recompensat per condecores de vermeil, de sòus e de bronze, atribuidas per las comices agricòlas, per la siá cultura pensada de la vinha (a linha, la majoritat de las vinhas èra alavetz conreada « en multitud », metòde eretat dels fraires del abbaye reial de Sant-Urban) e per la qualitat de los sieus vins.

Tèxte originau de l'article francés

Vaux est reconnu pour être l'un des plus anciens villages de la région.

Des fouilles, effectuées au sègle XIX, dont la teneur a été rapportée par un cercle d’érudits du département à l’époque, ont montré l’existence de tombeaux datant de l’époque gallo-romaine. Des pierres taillées (pour la construction), des meules de moulins à bras, etc.ont été trouvées à plusieurs endroits de la commune, à proximité d’un chemin que beaucoup s’accordent à considérer comme une voie romaine, un diverticule d’importance en tout cas. Des villas gallo-romaines semblent donc exister dès cette époque à Vaux. Des anciens signalent par ailleurs l’existence de « Thermes ». Rien, aujourd’hui, ne vient encore démontrer cette observation.

Lors de l’été 2005, des amateurs passionnés d’histoire ont retrouvé quelques pièces de monnaies anciennes, dont certaines d’époque romaine, complétant ainsi des découvertes plus anciennes : - Trajan, Marc Aurèle, Constantin II et Antonin le Pieux ( ?) – ainsi que quelques liards de Lorraine et de France (Louis XV).

Le village semble donc avoir été habité depuis très longtemps, d’une manière constante, surtout si l’on ajoute à ces découvertes un anneau de bronze « coulé-fermé », datant de –500 environ avant JC et provenant certainement d’une tombe (on en a trouvé de semblables à Gourzon et à Nijon provenant de nécropoles très anciennes). Cet objet a été remarqué, lui aussi, le long de la « voie romaine », ce qui montre que ce chemin était déjà existant bien avant la pacification romaine (vers -52 avant JC). Ce très vieux chemin a donc été « romanisé » dès la pacification de César.

La tradition rapporte qu’un certain Fornarius, « l’homme du four, boulanger ? », né à Vaux, chrétien des premiers jours, fut martyrisé dans l’amphithéâtre de Grand par les troupes de Julien.

La première mention connue de Vaux (Vallis in Pago Ornensi) est faite dans un acte notarié de 851 dans lequel, Tedacia, une certaine Dame, se donne, elle, ses biens et ses deux fils, à l’Abbaye Saint Pierre de Montier-en-Der.

Une communauté de bénédictins se serait installée très tôt à Vaux (au Modèl:VIIIe siècle). Ils y construisirent l’église primitive dont il ne subsiste que quelques éléments sculpturaux ayant servi à décorer l’église actuelle, qui date du Sègle XIII. On trouve la trace de "largesses" ou de "dons", faits à cette "abbaye", au Modèl:S mini-, "Vallis in Pago Ornensi" par un Seigneur de Joinville, Geoffroy III, descendant d’Étienne de Vaux. Il s'agissait certainement d'un grand Prieuré : au Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, on a retrouvé les traces d'une construction ressemblant fort à un couvent : quelques moines de l'abbaye de Saint-Urbain se seront donc installés très tôt dans ce village.

Le premier seigneur de Joinville, Étienne de Vaux, ancêtre de Jean de Joinville, est né à Vaux. Il quitta le village pour s’installer à Joinville dans les années 1025/1027. L’emplacement présumé de son premier castel patrimonial se trouverait près de la Combe Beudin, où l’on pouvait observer, encore au milieu du XIXen, des ruines de murailles attestant de la position d’une place forte très ancienne à cet endroit.

Vaux, dépendait à la veille de la Révolution du diocèse de Toul pour les affaires religieuses, de la généralité de Champagne (Châlons) pour les impôts, de la Prévôté d’Andelot (bailliage de Chaumont) pour la justice. Sa population était alors d’environ 190 habitants.

Dans la deuxième partie du sègle XIX, grâce au vignoble, sa population atteindra environ 350 habitants. Certains viticulteurs seront récompensés par des médailles de vermeil, d’argent et de bronze, attribuées par les comices agricoles, pour leur culture avisée de la vigne (en ligne, la majorité des vignes était alors cultivée « en foule », méthode héritée des moines de l’abbaye royale de Saint-Urbain) et pour la qualité de leurs vins.

Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Chrystelle Piot    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
195 219 253 252 285 312 321 327 317
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
293 280 269 275 254 261 269 242 235
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
195 171 129 108 83 83 73 65 96
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
90
83
89
67
55
43
52
53
54
2009 2010
66
68
68
72
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]