Saint-Nicolas-des-Biefs

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Salta a la navegació Salta a la cerca
Flag of Occitania (with star).svg Vilatge d'Occitània Blason Languedoc.svg

Saint-Nicolas-des-Biefs
Saint-Nicolas-des-Biefs

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
009 St Nicolas des Biefs ( 03250 ).JPG
Vista de Saint-Nicolas-des-Biefs.
Blason ville fr Saint-Nicolas-des-Biefs 03.svg
Armas
Geografia fisica
Occitania map (1).png
geolocalizacion
Coordenadas 46° 03′ 38″ N, 3° 47′ 01″ E
Superfícia 28,9 km²
Altituds
 · Maximala
 · Mejana
 · Minimala
 
1 132 m
882 m
720 m
Geografia politica
País Borbonés Escut de Borbonés
Estat Bandièra de França França
Region
84
Auvèrnhe Ròse Aups
Departament
3
Alèir Armas deu Departament d'Alèir
Arrondiment
033
Vichèi
Canton
0318
Lo Maiet de Montanha
Intercom
240300418
de la Montagne Bourbonnaise
Cònsol Jacques Blettery
(2008-2014)
Geografia umana
Populacion
Populacion totala
(2018)
168 ab.
Evolucion de la populacion

170 ab.
Autras informacions
Còde postal 03250
Còde INSEE 03248

Saint-Nicolas-des-Biefs (en francés) es una comuna occitana de Borbonés situada dins lo departament d'Alèir e la region d'Auvèrnhe Ròse Aups, ancianament d'Auvèrnhe.

Geografia[modificar | modificar la font]

Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Saint-Nicolas-des-Biefs Saint-Nicolas-des-Biefs
Comuna amb 190 abitants (2000)La Chabanne
(4,8 km)
Comuna amb 146 abitants (2000)Saint-Rirand
(5,4 km)
Comuna amb 161 abitants (2000)Les Noës
(5,7 km)
Comuna amb 365 abitants (2000)Laprugne
(8,8 km)
Comuna amb 103 abitants (2000)Arcon
(9,7 km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Es Cassini, lo celèbre géographe de Louis XV #que #fixar lo nom de la parròquia : Sant Nicolas dels Biefs. Un bief en essent una dérivation artificiala d'un cors d'aiga, aquel es pas pas ailà #que cal #cercar l'origina del nom. Sens dobte, es pas ne fa que la transcription en francés de Sant Nicolas de Albiez prononciat en patois local.

Lo sieu isolament relatiu e los sieus accèsses particularament malaisits a l'epòca #far que, en lo moment de la Revolucion francesa, St-Nicolas #èsser la sola municipalitat del departament del Aliar #que lo nom n'èra aquel d'un Sant a ne cambiar pas... #èsser d'en un autre luòc un refugi per de nombroses sacerdòts rebèls de la region #que #pasturar i exercir lo sieu ministèri amb lo supòrt de tota la populacion pendent los ans de la Terror e de la Convencion.

La promulgation e l'aplicacion de la lei de separacion de la Eglise e de la Estat al començament de la sègle XX #èsser la causa de qualques scènas #dignas de la filmographie d'un Dòn Camillo...

Coma fòrça municipalitats ruralas, Sant-Nicolas dels Biefs a pagat una tribu particularament pesada en lo moment de la Primièra Guèrra mondiala: 55 òmes, siá près de 11 % de la populacion masculina totala mas paissièra en la tranche de age de las 18/40 ans, son mòrts a la tèsta. Sens comptar totes #çò que #tornar grèvament ferits, amputats o andicapats a vida. Los 1.050 abitants de 1910 èran pas mai que 800 en 1930... E 350 en 1965. Lo èxode rural a enviat, en doas ondas principalas (1920/1935 e 1955/1970) principalament cap a las aglomeracions de Roana e de Vichèi una man de œuvre abondiua e pauc qualificada, mas valenta, fisabla e dura a la taca.

Los descendents d'aqueles emigrats de proximitat an gardat un attachement fòrça fòrt dins lo país e i an conservat e mantengut los ostals de familha. St-Nicolas dels Biefs se tròba èsser, d'aquel fach, la municipalitat de la region Auvergne #que compta çò de mès de residéncias secondaires per una residéncia principala. Es la una de las rasons #que fan #qu'en periòde estival, la siá populacion es facilament multiplicada per 3 o 4.

Tèxte originau de l'article francés

La création de la commune semble dater du sègle XI, lorsqu'un oratoire dédié à St Nicolas fut édifié par Nicolas d'Albiez sur le plateau de Muzy, à plus de 1000 m d'altitude. Bien que le lieu fût particulièrement rude et pauvre, la population se fixa peu à peu autour de cet édifice qui évolua en chapelle et c'est au cours du sègle XIII que fut créée la paroisse.

En 1662 des verriers originaires de Lorraine vinrent s'y installer. Ils trouvèrent ici en Montagne Bourbonnaise le sable, l'eau et la fougère indispensables à la fabrication du verre; l'argile nécessaire à la construction des fours y était également présente. Pendant 120 ans ils s'adonnèrent à leur art, aidés par une importante main d'œuvre locale et vénitienne. La gobelèterie produite en grande quantité était vendue à des colporteurs qui parcouraient la campagne afin d'écouler leur marchandise. Cette tradition verrière est présentée au Musée du Verrier, où est reconstitué un four de taille identique à ceux utilisés au sègle XVII ; des pièces archéologiques, un musée du verre et des vidéos offrent aux visiteurs l'occasion de retrouver cette histoire locale ainsi que des informations relatives à la fabrication du verre en Montagne Bourbonnaise. Dans les années 1930 de nombreux sites verriers furent découverts et fouillés par un médecin vichyssois, le docteur Léon Chabrol. Au cours des années 1990 Pierre-Yves Blettery décida de créer un musée retraçant cette histoire. Actuellement quelques bénévoles animent cet intéressant musée ouvert en juillet et août les après-midi, et le reste de l'année sur rendez-vous.

Si la fabrique du verre se fit toujours autour du village historique situé sur le plateau de Muzy, la rudesse du climat du lieu fit que très vite les maitres-verriers fixèrent leurs habitations un peu plus bas, à environ 2 km, en un endroit beaucoup moins rude et plus abrité des vents. Peu à peu une partie de la population fit de même et une nouvelle église fut édifiée dans ce qui allait devenir l'actuel bourg de la commune.

C'est Cassini, le célèbre géographe de Louis XV qui fixa le nom de la paroisse : Saint Nicolas des Biefs. Un bief étant une dérivation artificielle d'un cours d'eau, ce n'est pas là qu'il faut aller chercher l'origine du nom. Sans doute, n'est-il en fait que la transcription en français de Saint Nicolas d'Albiez prononcé en patois local.

Son isolement relatif et ses accès particulièrement difficiles à l'époque firent que, lors de la Révolution française, St-Nicolas fut la seule commune du département de l'Allier dont le nom était celui d'un Saint à ne pas en changer... Elle fut d'ailleurs un refuge pour de nombreux prêtres réfractaires de la région qui purent y exercer leur ministère avec le soutien de toute la population durant les années de la Terreur et de la Convention.

La promulgation et l'application de la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat au début du sègle XX furent la cause de quelques scènes dignes de la filmographie d'un Don Camillo...

Comme beaucoup de communes rurales, Saint-Nicolas des Biefs a payé un tribu particulièrement lourd lors de la Première Guerre mondiale: 55 hommes, soit près de 11 % de la population masculine totale mais prise dans la tranche d'age des 18/40 ans, sont morts au front. Sans compter tous ceux qui revinrent gravement blessés, amputés ou handicapés à vie. Les 1.050 abitants de 1910 n'étaient plus que 800 en 1930... et 350 en 1965. L'exode rural a envoyé, en deux vagues principales (1920/1935 et 1955/1970) principalement vers les agglomérations de Roanne et de Vichèi une main d'œuvre abondante et peu qualifiée, mais courageuse, fiable et dure à la tache.

Les descendants de ces émigrés de proximité ont gardé un attachement très fort au pays et y ont conservé et entretenu les maisons de famille. St-Nicolas des Biefs se trouve être, de ce fait, la commune de la région Auvergne qui compte le plus de résidences secondaires pour une résidence principale. C'est l'une des raisons qui font qu'en période estivale, sa population est facilement multipliée par 3 ou 4.

Administracion[modificar | modificar la font]

Lista daus cònses successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Jacques Blettery    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 063 1 148 837 1 139 1 222 1 106 1 424 1 406 1 050

1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 014 974 1 000 990 1 073 1 050 1 056 1 036 1 002

1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 001 988 992 901 837 764 717 650 501

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
405
333
226
168
145
160
176
178
181
2009 2010
180
182
181
183
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats liadas a la comuna[modificar | modificar la font]

Veire tanben[modificar | modificar la font]

Liams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]