Pitretu è Bicchisgià

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
(Redirigit dempuèi Petreto-Bicchisano)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pitretu è Bicchisgià
Petreto-Bicchisano

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Petreto-Bicchisano église 2.jpg|center|280px|link=|border]]
Glèisa de Petreto-Bicchisano
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania Map3.svg
geolocalizacion
Coordenadas 41° 47′ 03″ N, 8° 58′ 51″ E
Superfícia 39,27 km²
Altituds
 · Maximala
 · Mejana
 · Minimala
 
1 397 m
550 m
38 m
Geografia politica
Region istorica Corsega Armas de Corsega
Estat Bandièra de França França
Arrondiment Sartè
Canton Pitretu è Bicchisgià
Cònsol Jacques Nicolaï (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Còde postal 20140
Còde INSEE 2A211

Pitretu è Bicchisgià en còrs (Petreto-Bicchisano en francés) es una comuna corsa, situada dins lo departament de Corsega del Sud e la region de Corsega.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Lo borg es constituit de zònas d'abitat (2 ancians vilatges) :

Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés
Bicchisano Al començament de la XXen sègle
  • « Antany separats, aqueles pòbles forman uèi una sola municipalitat #que la populacion se n'elèva a 643 abitants e #qu'acuèlh encara la familha Petreto, fondatritz alunhada del vilatge éponyme. Al pè del San Petru #que culmini a 1400 mètres, lo vilatge de Petreto domina aquel de Bicchisano ; a bastit a flanc de coteaux rocós d'ont lo sieu nom significa : endroit pierreux, rocós. A la reünion del pòble li caliá s'elevar lo castèl de "Petreto" bastit (pels Orezzacci) a la XIIen sègle. Es a l'entorn d'aquel castèl e de la glèisa Santa-Nicolas #que se #constituir lo pòble de Petreto. La piève religiosa, mesa jol patrocini de Sant Jean-Baptiste i aviá @dénommer Cruscaglia. Aquela glèisa piévane, #que los vestigis ne son encara visibles, a #èsser bastida entre las XIen e XIIen de sègles sus un tertre al luòc-dich "Piève". »[1]
  • 1914-1918 : Segon la plaque fixada al dedins de la glèisa, contra lo mur Nòrd, entre las estatuas de Sant Nicolas e de Jeanne d'Arc, 18 òmes de Bicchisano #quèir en lo moment de la Primièra Guèrra mondiala. Entre eles, s'anòta 2 portaires del patronyme Bartoli.
  • 1er en decembre 1981 : Un avion yougoslave se #esclafar dins la montanha environnante. Segon lo testimoniatge d'un jove militar en avent participat alavetz a las investigacions infructueuses de sobrevivents, ploviá, i aviá de la bruma, e l'equipa radar de l'aparelh i auriá #èsser en panne.
Dels Súpers Frelon aguèron compromés.

Los militars del Aéronavale, aquarterats a Aiacciu, son arribats sus zòna en la serada. Lo crash i aviá creat coma un pas man's land, que # las parts disloquées de l'avion e los còrsses de las victimas, de còps fòrt mutilèsse, èran parsemés sus aperaquí 5 km. A l'orror de la scèna se #apondre per las sauveteurs, en lo moment de la siá primièra nuèch de bivouac, la pensada terrifiante que los pòrcs sauvatges #que sentián podián metre a lo sieu menu de las rèstas umanas escampilhadas. La seccion investigacion #demorar sus zòna una desena de jorns. Las rèstas de l'aparelh #èsser transportès pels Súpers Frelons de la Marina en hangars, per èsser despatxats en Iogoslavia per expertises tecnicas. Los militars intervenguts sul luòc #recebre en recompensa una condecora de l'Iogoslavia.

Los personals dels Pompièrs e de la proteccion civila se #retre egalament sus luòc per récupérer las rèstas dels passatgièrs. Qualques mètges légistes còrsas e yougoslaves procédérent als autopsies amb l'assisténcia dels inspectors del Servici Regional de Polícia Judicial de Corsega #qu'aguèron cargat de la siá identificacion aital coma d'aquela dels divèrses objèctes en los avent apertengut.

Tèxte originau de l'article francés
Bicchisano au début du XXen siècle
  • « Autrefois séparés, ces villages forment aujourd'hui une seule commune dont la population s'élève à 643 habitants et qui accueille encore la famille Petreto, fondatrice lointaine du village éponyme. Au pied du San Petru qui culmine à 1400 mètres, le village de Petreto domine celui de Bicchisano ; il est construit à flanc de coteaux rocheux d'où son nom signifie : endroit pierreux, rocheux. Au sommet du village devait s'élever le château de "Petreto" construit (par les Orezzacci) au XIIen siècle. C'est autour de ce château et de l'église Saint-Nicolas que se constitua le village de Petreto. La piève religieuse, placée sous le patronage de Saint Jean-Baptiste était dénommée Cruscaglia. Cette église piévane, dont les vestiges sont encore visibles, a été bâtie entre les XIen et XIIen siècles sur un tertre au lieu-dit "Piève". »[2]
  • 1914-1918 : Selon la plaque apposée à l'intérieur de l'église, contre le mur Nord, entre les statues de Saint Nicolas et de Jeanne d'Arc, 18 hommes de Bicchisano tombèrent lors de la Première Guerre mondiale. Parmi eux, on note 2 porteurs du patronyme Bartoli.
  • 1er décembre 1981 : Un avion yougoslave s'écrasa dans la montagne environnante. Selon le témoignage d'un jeune militaire ayant participé alors aux recherches infructueuses de survivants, il pleuvait, il y avait du brouillard, et l'équipement radar de l'appareil aurait été en panne.
Des Super Frelon furent engagés.

Les militaires de l'Aéronavale, casernés à Ajaccio, sont arrivés sur zone dans l'après-midi. Le crash avait créé comme un no man's land, dans lequel les parties disloquées de l'avion et les corps des victimes, parfois fort mutilés, étaient parsemés sur environ 5 km. À l'horreur de la scène s'ajouta pour les sauveteurs, lors de leur première nuit de bivouac, la pensée terrifiante que les porcs sauvages qu'ils entendaient pouvaient mettre à leur menu des débris humains dispersés. La section recherche resta sur zone une dizaine de jours. Les débris de l'appareil furent transportés par les Super Frelons de la Marine dans des hangars, pour être expédiés en Yougoslavie pour expertises techniques. Les militaires intervenus sur le site reçurent en récompense une médaille de la Yougoslavie.

Les personnels des Pompiers et de la protection civile se rendirent également sur place pour récupérer les restes des passagers. Des médecins légistes corses et yougoslaves procédérent aux autopsies avec l'assistance des inspecteurs du Service Régional de Police Judiciaire de Corse qui furent chargés de leur identification ainsi que de celle des divers objets leur ayant appartenu.


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Jacques Nicolaï    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
684 625 729 741 758 788 861 859
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
866 908 839 1 025 1 057 1 114 1 139 1 163 1 360
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 540 1 579 1 561 1 516 1 607 1 572 1 605 1 523 1 514
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
788
747
659
643
585
549
566
566
565
2009 2010
563
574
570
582
{{{2 014}}}
{{{2 014tot}}}
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. Transcription D'aquel #qu'indica l'aficha a destination dels toristas, levat a esquèrra en contrebas de la glèisa, e #qu'es pas (n'en abril 2007) mai de tota primièra "frescor". Una fòto n'es consultable sus Commons.
  2. Transcription de ce qu'indique le panneau à destination des touristes, dressé à gauche en contrebas de l'église, et qui n'est (en avril 2007) plus de toute première "fraîcheur". Une photo en est consultable sur Commons.